Oeuvres de Frédéric le Grand ...: Atlas

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 135 - Prague; mais elle n'ya pas trouvé de possibilité, et c'est à nous à nous conformer à ses lumières et à sa prudence. On a fait de grandes 4» 20 juin i742. fautes, il est vrai; il serait inutile de les rappeler; mais si nous eussions réuni toutes nos troupes , le mal n'eût pas été sans remède; il ne faut plus y songer et ne penser qu'à la paix, puisque Votre Majesté la croit nécessaire, et le Roi ne la désire pas moins que Votre Majesté...
Page 12 - Anglais, qui avaient combattu avec tant d'acharnement contre Philippe V, furent les promoteurs de la puissance espagnole en Italie : tant la politique change et les idées des hommes sont variables. Les Espagnols ne sont pas aussi riches en Europe qu'ils pourraient l'être, parce qu'ils...
Page 29 - Russie, dont la vénalité aurait nus sa maîtresse à l'enchère, s'il avait trouvé quelqu'un d'assez riche pour la lui payer, vendit aux Saxons un contrat de mariage précoce. Le roi de Pologne le paya, et n'eut que des paroles pour son argent. Rien n'était plus contraire au bien de l'État de la Prusse, que de souffrir qu'il se formât une alliance entre la Saxe et la Russie, et rien n'aurait paru plus dénaturé que de sacrifier une princesse du sang royal pour débusquer la Saxonne.
Page 38 - Je conclus donc que nous n'avons rien à gagner en attendant, mais tout à perdre ; qu'il faut donc faire la guerre, et qu'il vaut mieux, s'il le faut, périr avec honneur, que de se laisser accabler avec honte quand on ne peut plus se défendre. » Cependant le Roi ne se précipita point; le temps n'était pas encore venu d'éclater : il attendait des conjonctures favorables, pour se mettre dans tout sou avantage.
Page 9 - Depuis la paix de Vienne la France était l'arbitre de l'Europe. Ses armées avaient triomphé en Italie comme en Allemagne. Son ministre Villeneuve avait conclu la paix de Belgrade : elle tenait la cour de Vienne, celle de Madrid et celle de Stockholm dans une espèce de dépendance.
Page 26 - Le plus grand obstacle que l'on eut à vaincre pour le placer sur le trône de la Pologne, fut son indolence. La reine son épouse était fille de l'empereur Joseph et sœur de l'électrice de Bavière. [Tisiphone et Alecto pouvaient passer pour des beautés en comparaison d'elle...
Page 25 - Comme la république manque entièrement de manufactures , le surplus du blé de la consommation monte seul à 200,000 winspels; ajoutez-y le bois, la potasse, les peaux, les bestiaux et les chevaux dont ils fournissent leurs voisins. Tant de branches d'exportation leur rendent la balance du commerce avantageuse. Les villes de Breslau...

Bibliographic information