Page images
PDF
EPUB

ont été moins négligés, mais beaucoup plus défigurés. Cette ville et celle de Grenoble ont été si calomniées sous le règne des modernes ligueurs, que des écrivains aussi recommandables par la pureté de leurs principes que par leurs talens, ont cédé à cette prévention, et ont fort maltraité ces deux villes et leurs magistrats : ici, on accuse celle de Grenoble d'une lâche et infame trahison, et l'on suppose que « tant de la part des soldats

que » de celle des habitans , c'était une affaire » concertée d'avance avec les rebelles (1); » là on atteste que Buonaparte trouva à Lyon » des magistrats infidèles, une populace ef» frénée, des opinions subordonnées à une » foule de petits intérêts, des jeunes gens de » la garde nationale à cheval qui lui offrirent » leurs services, etc. »

Témoin à Lyon et comme citoyen et comme membre de l'administration municipale, des événemens qui s'y sont passés en 1814 ,

(1) Histoire de la conjuration du 20 mars, page 72. Tableau historique des événemens qui se sont passés à Lyon depuis le 20 mars , sans nom d'auteur, page 13.

(2) M. Gallais, pages 143, 149, 417.

ou dont cette ville a été l'objet; témoin encore de ceux de 1815, quoique je fusse alors étranger à l'administration; voisin de Grenoble ou j'ai toujours conservé des relations qui me sont aussi chères qu'honorables, je n'ai pu voir avec indifférence que des erreurs si affligeantes pour l'intérêt même de la bonne cause, fussent accueillies sans examen, et qu'elles prissent de la consistance en demeurant sans réponse, sur-tout d'après les opinions très-respectables de ceux qui les propagent aujourd'hui.

J'ai essayé de remplir quelques lacunes de l'histoire de 1814, et de rectifier quelques erreurs de celle de 1815. C'est l'objet de cet écrit.

Tout le monde regrettera, mais moins encore que moi, que des plumes plus exercées ne se soient pas emparées de cette tâche : elle eût été remplie avec beaucoup plus de talent, mais non pas avec plus d'amour pour la vérité. Je l'ai cherchée cette vérité, le premier devoir de l'historien, avec une constance qu’aucun obstacle n'a pu lasser, qu'aucune prévention n'a

pu

trahir. J'ai pris ma devise et ma règle dans Tacitę : Sinę įrg et studio.

ncore

etranle ou

e sont

avec

antes

ssent

ssent

-nse, bles

pour certains

5 de

Toutefois, je ne me suis point dissimulé la difficulté du sujet. J'habite et j'écris au milieu de plusieurs des auteurs qui ont pris part à ce grand drame, et des témoins qui en ont pu suiyre la marche ; je vais parler sous leurs yeux, et, ce qui est pis, en présence de passions ou de préventions mal éteintes: peut-être n'aurai-je jamais dit assez pour les uns, et toujours trop pour les autres; peut-être ce qui sera la vérité personnages, n'aura-t-il

pas

le même caractère aux yeux des autres ; peutêtre malgré moi aurai-je le malheur de blesser plus d'une prétention et plus d'un amourpropre. Ce n'est pas mon intention ; mais après tout, je ne dois pas n'en inquiéter. Je ne compose ni une satire ni une apologie ; j'expose les faits tels qu'ils sont venus à ma connaissance; je les livre au public sans les juger; je tâcherai d'en parler comme s'ils s'étaient passés dans un autre siècle et dans un autre pays. Chacun les appréciera. Heureux, comme l'a dit un homme célèbre, si en racontant nos fautes, nos malheurs et les événemens inattendus qui nous ont rendus à nos Rois, à la véritable gloire, à nous-mêmes,

[merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small]

je pouvais faire en sorte que tout le monde eût de nouvelles raisons pour

aimer ses de voirs, son Prince, sa patrie, ses lois; qu'on pút mieux sentir son bonheur, dans chaque gouvernement, dans chaque poste l'on se trouve (1).

Je rapporterai dans le cours de cet écrit, plusieurs pièces importantes, les unes comme preuves de ce que j'avancerai , les autres comme monumens historiques. Celles qui par leur nature ou leur longueur, ne pourraient entrer dans mes récits sans inconvénient trouveront leur place à la fin.

(1) Montesquieu.

CAMPAGNES

DE LYON,

EN 1814 ET 1815,

OU MÉMOIRES sur les principaux événemens

militaires et politiques qui se sont passés à Lyon et dans quelques contrées de l'Est et du Midi de la France, à l'occasion de la restauration de la monarchie.

[ocr errors][merged small]

INTRODUCTION. - Elévation et décadence de Buonaparte. .

- Sa retraite sur le Rhin après les campagnes de Moscow et de Leipsik. — Apprêts de la campagne de 1814. - Etat de la France. · Les alliés passent le Rhin.

Un

étranger, un soldat heureux, élevé des derniers rangs de l'armée au pouvoir suprême, a vu en peu d'années s'accumuler sur sa tête , tout ce que la fortune a de plus éclatant dans ses faveurs', de plus terrible dans ses disgraces.

Pour monter au trône, il n'avait eu , pour ainsi dire, qu'à paraître. Lasse d'une orageuse et sanglante anarchie; toujours déchirée ou menacée au

A

« PreviousContinue »