Italie

Front Cover
Firmin Didot frères, 1835 - Italy - 384 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 224 - qu'il avoit grand pitié de lui , le voyant en » cet estât , pour avoir esté si vertueux chevalier. » Le capitaine Bayard lui fit réponse, monsieur, » il n'ya point de pitié en moi, car je meurs » en homme de bien. Mais j'ai pitié de vous, » de vous voir servir contre votre prince, et » votre patrie , et votre serment. Et peu après » ledit Bayard rendit l'esprit , et fut baillé sauf» conduit à son maistre-d'hôtel , pour porter son » corps en Dauphiné dont il estoit natif.
Page 238 - Sismondi, une grande capitale n'avait été abandonnée a un abus plus atroce de la victoire ; jamais une puissante armée n'avait été formée de soldats plus féroces et n'avait plus effroyablement secoué le joug de toute discipline. Ce n'était pas assez qu'on vît livrée à la rapacité des soldats la totalité des richesses sacrées et profanes que la piété des peuples ou...
Page 165 - ... 6° Le tribunal aura le plus grand nombre possible d'observateurs choisis tant dans l'ordre de la noblesse , que parmi les citadins, les populaires, et les religieux. On leur promettra pour récompense de leurs rapports, lorsqu'ils seront de quelque importance, le droit de désigner quelques exilés qu'on relèvera de leur ban , l'expectative de quelques emplois , l'exemption de certaines contributions , ou autres privilèges.
Page 186 - ... à cheval, et me fit appeler à plusieurs fois. Je vins à luy, et le trouvay armé de toutes pièces , et monté sur le plus beau cheval que j'aye vu de mon temps, appelé Savoye.
Page 174 - ... il mit un genou en terre, comme s'il voulait lui présenter une requête, et en même temps de la droite, dans laquelle il tenait un court poignard caché dans sa manche, il le frappa au ventre de bas en haut. Olgiati...
Page 100 - France ; mais en même temps il écrivit aux électeurs allemands , pour les engager à presser leur élection, s'ils vouloient se soustraire à l'influence de la France. Dans sa lettre, il leur indiqua, comme l'homme le plus digne d'arrêter leur choix, le comte Henri de Luxembourg, prince peu riche et peu puissant , quoique d'une ancienne famille , mais prince en qui tout le monde s'accordoit à reconnoître l'âme noble et loyale d'un franc chevalier. L'élection fut publiée le...
Page 160 - rir à nous, » leur dit-il, « et cependant vous « avez une longue expérience des efforts que « nous sommes disposés à faire pour la défense « de la liberté ; vous savez que dès long-temps « cette cause est commune entre nous. Ce n'est « pas des mauvais offices que vous nous avez « rendus qu'il falloit garder la mémoire , pour t< nous éloigner les uns des autres, c'est desser...
Page 28 - Sainte-Marie-lMajeure, où il laissa encore une offrande ; le lendemain , il se rendit de nouveau à Saint-Pierre, avec toute son armée, il y entendit la messe , et mit sur l'autel une pièce d'étoffe d'or. Le dimanche suivant , il entendit aussi la messe à Saint-Pierre. Après le sacrifice, l'empereur et le pape s'embrassèrent, et se dirent adieu. C'était le douzième jour de l'arrivée de Constant. Jusquelà il n'avait donné que des marques de dévotion et d'une pieuse libéralité. Mais...
Page 123 - mieux manger que de demander à boire au» près d'une si grande eau ». — « Eh bien , ré» pondit Bernabos , voici les bulles d'excommu» nication que vous m'avez apportées ; vous ne » sortirez pas de ce pont , que vous n'ayez » mangé en ma présence les parchemins sur » lesquels elles sont écrites , les sceaux de plomb » qui y pendent, et les liens de soie qui les » attachent ». En vain , les légats réclamèrent contre la violation du double caractère d'ambassadeurs et de prêtres...

Bibliographic information