Page images
PDF
EPUB

que soit ce bonheur, il en est un qui doir vous paroître encore plus précieux, c'est de voir, après un si grand bouleversement de toutes choses, après tant de difficultés qu'il a fallu vaincre, 'tant de dissensions qu'il a falla pacifier, la Religion catholique rendue à son ancienne liberté, tous les troupeaux rentrés dans le même bercail, et marchant sous la houlette des mêmes pasteurs. Il nous est impossible de bien exprimer les consolations que le coeur paternel du souverain Pontife a ressenties, en recueillant ainsi dans la joie de son âme, les fruits les plus abondans de ses soins et de sa sollicitude; lui qui, dès le premier instant de son élévation à l'apostolat, tourné sur vous ses regards , et n'a épargne ni peines, ni travaux, pour mettre, par, un tel bienfait, le comble au bonheur et à la gloire de votre nation.

a

Après avoir d'abord rendu grâces en toute humilité au Seigneur, qui, se ressouvenant de sa miséricorde, a jeté sur vous un oeil favorable, pleins de la joie que nous ressentons en ce jour, nous félicitons l'illustre premier Consul de votre République, qui, par sa sagesse et ses soins, est devenu le principal instrument dont Dieu s'est servi pour opérer un si grand bien. Nous vous en félicitons, vous tous qui jouissez maintenant de ce bienfait; nous nous en félicitons nous-mêmes, qui

mus.

vestræ adjutores, tum participes quo. que gaudíorum vestrorum effecti sue.

Hoc autem datum veré optimum et donum perfectum quod in vos a Deo collatum est, omni ratione postulat , ut divinæ bonitati atque clementiæ , quàm diligentissime respondeatis, né indè districtiùs judicemini, undè majora ad æternam salutem præsidia ca-pere

debuissetis. Ad has autem explen: das partes, sic existimare debetis , satis minimè esse , quæ pertinent ad splendorem, cultumque Templorụm, Cæremoniarum apparatum, Festorum celebrationem, aliaque hujus generis, quæ cum sanctissimè sint ad honorandum Deum instituta , sunt illa qui: dem studiosè ac ferventer colenda , ut sublatus Deo, diuturnâ intermissione, honor aliquâ ex parte reparetur. At si externis hisce Religionis significationibus contenti , nullas esse reliquas partes vestras ducatis , næ vos inanem ac vacuam Christiana Professionis umbram ac nomen tenebitis. Quid enim restitutam vobis patrum vestrorum Religionem esse profuturam arbitramini, si in eâ tantùm parte quæ se prodit in lucem et conspectum hominum ipsam retineatis, neglectå illa quæ

in solidâ erga Deum pietate,

avons été destinés par la divine Providence pour venir, dans ce pays, coopérer à votre bonheur, et en goûter, au milieu de vous, les délices.

Cette faveur que vous avez reçue de Dieu , et qui est véritablement le don eščcellent el parfait, exige que vous correspondiez en toute manière à la clémence et à la bonté du Seigneur, de peur que ce qui ne vous avoit été donné que pour opérer votre salut, n'attire, au contraire , sur vous un jugement plus rigoureux. Pour remplir vos obligations à cet égard, sachez qu'il ne suffit pas de pourvoir à l'ornement et à la magnificence des temples, à l'appareil des cérémonies , à la célébration des fêtes , et à tous les autres objets, de co genre; objets sacrés, dont la fin est de rendre å Dieu l'honneur qui lui est dû;, objets qui méritent tout notre respect, tous nos soins, et tout notre zèle, afin de réparer de quelque manière l'interruption qu'a soufferte, le culte que l'on doit rendre au Seigneur. Mais si vous vous contentioz de ces signes extérieurs. de piété, sans vous mettre en peine de remplir vos autres devoirs , en vérité, vous ne seriez chrétiens

que

et vous n'auriez qu'une ombre vaine de religion. Quel bien penseriez-vous retirer du rétablissement de la Religion de vos pères, si vous en négligiez l'essentiel, qui consiste dans le culte intérieur, et dans une piété solide envers Dieu, pour n'en conserver que ce qui parolt au-dehors,

de nom,

atque interno cultu consistit? In spiritu enim et veritate est Deus potissimum adorandus, in quo primùm illud est, ut caritatem, sine quâ nec oblationes , nec holocausta , nec ritus ulli apud Deum accepti esse possunt, animis nostris foveamus.

Sed cùm nihil sit quod caritati tam adversetur, quàm ea noxarum

inquinamenta, quibus nos promissæ Christo fidelitatis immemores, Deum turpiter deserentes, in diaboli transimus servitutem, ab eo exordium est sumendum, ut virtute poenitentiæ, crimina nostra abstergentes , in Dei amicitiam et gratiam revertamur. Eia igitur, Galliarum Populi! quoniam dies propitiationis advenit, secundam illam post naufragium tabulam , quam divina vobis benignitas offert, quæque peccatorum fluctibus mersos prolevare et in portum divinæ Clementiæ valeat deducere (*), sollicito animo amplectamini. Ad hanc vos Pastorum Princeps , cui dictum in personâ Petri fuit : Quæcumque solveris super terram, erunt soluta et in coelis, quàm maximo' potest studio exhortatur, et impellit. Non aliam a vobis Ille, tot curis laboribusque, quos pro inclytâ Na

(*) Tertull.

et ce qui frappe les regards des hommes ? Dieu veut surtout être adoré en esprit et en vérité; et la première chose nécessaire pour l'accomplissement de ce devoir, c'est d'entretenir dans nos âmes cette charité, sans laquelle ni offrande, ni holocauste, ni aucune cérémonie quelconque ne sauroit être agréable à Dicu.

Mais comme rien n'est plus opposé à la charité

que les fautes qui, en nous faisant oublier la fidélité promise à Jesus-Christ, et en nous faisant abandonner son service, nous livrent à l'esclavage honteux du démon, nous devons commencer par nous laver de nos crimes dans les eaux salutaires de la pénitence,

et par rentrer ainsi en grâce avec Dieu,

Entrez donc dans une sainte joie, Français ! parce que le jour de miséricorde est arrivé : saisissez avec empressement cette seconde planche que le Seigneur vous présente après votre naufrage, au moyen de laquelle vous pourrez sortir de cet abime vous étes plongés , et vous reposer de nouveau dans le sein de la divine Bonté (*): C'est à quoi vous exhorte et vous excite, avec tout le zèle possible , le Prince des pasteurs, celui à qui il a été dit, dans la personne de Pierre : Tout ce que vous délierez sur la terre, sera délié dans

(*) Tertull.

« PreviousContinue »