Page images
PDF
EPUB

Ad quos diligenter expendendos Nos omni studio animum adjicientes, sententiam etiam audire voluimus Congregationis VV. FF. Nostrorum S. R. E. Cardinalium, qui ad mentem suam de totâ hac causâ Nobis aperiendam sæpe coràm Nobis congregati, et voce , et scripto quid sentirent Nobis significaverunt. Cùm autem in re tanti momenti illud

præcipuè, ut decebat , curandum existimaverimus ut vestigia Pontificum Prædecessorum Nostrorum sequeremur , proptereà repetentes memoria ea, quæ ab iisdem facta fuerant in extraordinariis temporum difficillimorum casibus, cùm gravissimæ Populorum perturbationes exortæ intestinis motibus maximas Nationes agitarunt , plura gravia , et luctuosa accidisse comperimus, quæ ante oculos nostros posita , quâ agendi ratione uti possemus, Nobis aliquo modo indicarent.

Igitur antedictæ Congregationis VV. FF. Nostrorum S. R. E. Cardinalium sententiâ cognitâ, post sedulam considerationem propositæ Conventioni , quâ ratione potuimus, duximus annuendum , atque Apostolicam Potestatem ad ea omnia proferre, quæ extraordinariæ temporum rationes , atque bonum pacis, et unitatis Ecclesiæ à Nobis postulavérunt.

Quinimò adeò ingenti exarsimus desiderio Galliæ ad Unitatem Sanctæ Sedis feliciter revocandæ, ut cùm allatum ad Nos esset , nonnullas formas propositæ Conventionis, quam ad Ven. Fratrem Archiepiscopum Corinthi remisimus, eâ interpretatione explicari, ut Gallicanæ Reipublicæ Après les avoir personnellement examinés, nous jugeâmes convenable de requérir l'avis d'une congrégation de nos vénérables frères les Cardinaux de la sainte Eglise romaine. Ils se réunirent plusieurs fois devant nous , nous exprimèrent leurs sentimens particuliers, tant de vive voix que par écrit. Mais comme il convenoit

que

dans une matière de cette importance , nous eussions à coeur de suivre les traces de nos prédécesseurs, nous nous sommes rappelé ce qu'ils avoient fait dans les circonstances difficiles, au milieu des trou-. bles et des révolutions qui agitoient les nations les plus florissantes , et nous avons trouvé dans leur conduite les moyens d'éclairer et de diriger la nôtre.

et de

Nous crûmes , après ce mûr examen l'avis de nos vénérables frères les Cardinaux membres de la congrégation , devoir accepter la con. vention proposée, de la manière la plus convenable , et faire de la puissance apostolique l'usage que les circonstances extraordinaires du temps,

le bien de la paix et de l'unité, pouvoient exiger de nous.

Nous avons fait plus encore , tant étoit grand notre désir de réunir la France avec le Saint Siége ; car à peine avons-nous appris que certaines formes de la convention proposée, et renvoyée par nous à l'archevêque de Corinthe, étoient expliquées de manière à ne pas convenir

[ocr errors]

· circumstantiis non aptæ viderentur, atque exop

tatæ unioni moram aliquam possent inferre molestissimè Animo Nostro id ferentes, Lutetias mittere statuimus Dilectum in Christo Filium Nostrum Herculem S. Agathæ ad Suburram Diaconum Cardinalem Consalvi , atque à Secretis Nostri Statùs, qui (utpote unus ex eorum numero, quos ad hanc rem congregatos in consilium adhibuimus, quique lateri Nostro continuè in suo munere adhærens) optimè omnium et expositarum rerum intelligentiam , et veros Animi Nostri sensus poterat explicare , eam etiam illi facultatem impertientes, ubi necessitas postularet, in anteadictis formis eas mutationes inducere, quæ definitarum à Nobis rerum substantiam integram retinentes , illarum executionem quàm celerrimam redderent, et faciliorem viam sternerent Conventioni.

Quæ cùm à Nobis commissa feliciter , Deo favente, sint peracta , indeque ab eo unà cum Ven. Fratre Nostro Archiepiscopo Corinthi, ac Dilecto Fibo Fr. Carolo Caselli Ordinis Servorum Mariæ Ex-Generali ex Nostrâ parte; et Dilectis in Christo Filiis Josepho Bonaparte , et Emmanuele Cretet, Consiliariis Statùs, necnon Dilecto in Christo Filio Presbytero Stephano Bernier Parocho S. Laudi Andegavensis ex parte Gallicani Regiminis, Conventio inter Nos, ipsumque Galliarum Regimen Parisiis sigpata sit, hæc à Nobis, adhibitis in Consilium Vý. FF. S. R. E. Cardinalibus , perscrutata diligenter , atque examini supposita cùm talis reperta sit, ut Nostra approbatione confirmari possit, Nos nullâ am

و

[ocr errors]

aux circonstances, et à retarder l'union désirée, que supportant avec peine ce malheureux délai, nous avons résolu d'envoyer à Paris notre cher fils en Jésus-Christ, Hercule Consalvi, cardinaldiacre de Sainte-Agathe ad Suburram , notre secrétaire d'Etat. Il étoit un de

ceux que nous avions appelés dans notre conseil pour la décision de cette importante affaire. Il avoit sans cesse , à raison de ses fonctions, résidé près de nous. Il pouvoit mieux qu'aucun autre expliquer nos véritables sentimens. Nous lui avons délégué le pouvoir de faire, si la nécessité l'exigeoit, dans la forme de la convention, les changemens convenables , en évitant d'altérer la substance des choses définies, et prenant les moyens les plus efficaces pour faciliter la prompte exécution du projet et la conclusion du traité.

Le ciel a daigné seconder ce pieux dessein. Une convention a été signée à Paris, entre le Cardinal ci-dessus désigné, notre vénérable frère l'archevêque de Corinthe, notre cher fils Charles Caselli, ex-général de l'ordre des Servites, de notre part; et de la part du Gouvernement français, par nos chers fils Joseph Bonaparte, Emmanuel Cretet, conseillers d'Etat, et Etienne Bernier , prêtre, curé de Saint-Laud, d'Angers.

Cette convention a été mûrement examinée, tant par nous, que par nos vénérables frères les Cardinaux appelés dans notre Conseil. Nous l'avons jugée digne de notre approbation, et afin que son exécution n'éprouve aucun retard, nous allons, par ces présentes, déclarer et notifier à

pliùs morâ interpositâ per Apostolicas has Litteras nota facimus ea omnia, quæ à Nobis constituta , concessaque sunt ad Religionis bonum, internæ Galliarum tranquillitatis conservationem consequendam , atque properandam illam tamdiù optatam pacem, ac Unitatem, qua Ecclesia Sancta in Domino gaudeat , atque lætetur.

Atque illa in primis à Gallicano Regimine solemuis facta est declaratio, nimirùm recognoscere se, Religionem Catholicam Apostolicam Romanam eam esse Religionem , quam longè maxima Gallorum Civium pars profitetur. Neque verò haud dissimili modo Nos ipsi recognovimus ex Catholico Cultu in Gallia constituto, necnon ex particulari ejus professione , quam faciunt Reipublicæ Consules , eamdem Religionem maximam utilitatem, maximumque decus percepisse , et hoc quoque tempore præstolari.

fuíbus ita se habentibus , illud præ omnibus constitutum est , ut Religio Catholica Apostolica Romana liberè in Gallia exerceatur. Illud etiam sancitum est , ut publicus sit illius Cultus, haLitâ tamen ratione ordinationum quoad politiam, quas Regimen pro publicâ tranquillitate necessarias existimabit.

Deinde cùm illud maxiinè necessarium esse compertum sit, ut de Episcopalibus sedibus ratio haberetur , hinc cùm Gallicanum Regimen novam fieri Gallicanarum Diccesium circumscriptionem se cupere Nobis significaverit, collatis cum eo consiliis nova à Nobis Gallicanarum Dicecesium circumscriptio fiet, quæ mutuâ voluntatis conjunctione ita perficietur , ut spiritua

« PreviousContinue »