Correspondance de Feńelon, archeveq̂ue de Cambrai: Correspondance sur l'affaire du quiétisme.- t.11. Correspondance sur l'affaire du quiétisme. Pièces concernant l'histoire et les oeuvres de Fénelon

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 195 - II ya un état habituel d'amour de Dieu , qui est une charité pure et sans aucun mélange du motif de l'intérêt propre... Ni la crainte des châtiments , ni le désir des récompenses n'ont plus de part à cet amour.
Page 304 - Dans l'état passif.... on exerce toutes les vertus distinctes, sans penser qu'elles sont vertus: on ne pense en chaque moment qu'à faire ce que Dieu veut, et l'amour jaloux fait tout ensemble qu'on ne veut plus être vertueux (pour soi) , et qu'on ne l'est jamais tant que quand on n'est plus altaché à l'être *. XIX.
Page 195 - II ya un état d'amour de Dieu, qui est une charité pure, et sans aucun mélange du motif de l'intérêt propre. Ni la crainte des châtiments, ni le désir des récompenses, n'ont plus de part à cet amour : on n'aime plus Dieu, ni pour le mérite, ni pour la perfection, ni pour le bonheur qu'on doit trouver en l'aimant.
Page 350 - Jésus-Christ en deux temps différens; mais elles ne sont jamais privées pour toujours en cette vie de la vue simple et distincte de Jésus-Christ. 1° Dans la ferveur naissante de leur contemplation, cet exercice est encore très-imparfait. Il ne représente Dieu que d'une manière confuse 2°...
Page 241 - Dans cet état de la sainte indifférence , on ne veut rien pour soi ; mais on veut tout pour Dieu : on ne veut rien pour être parfait ni bienheureux pour son propre intérêt; mais on veut toute perfection el toute béatitude , autant qu'il plaît à Dieu de nous faire vouloir ces choses par l'impression de sa grâce.
Page 134 - Deus, selon la décision du concile de Trente. N'est-ce pas là un clair dénouement? et pourquoi se tant tourmenter, à introduire en ce lieu, comme par force, l'affection naturelle, dont ni ce docteur ni les autres n'ont parlé ? SECTION X. Où l'amour naturel et délibéré...
Page 87 - Est-ce ainsi que vous approuvez réellement ces suppositions? II. La vraie manière d'admettre réellement les suppositions, seroit de distinguer celles qui sont absolument impossibles , d'avec celles qui ne le sont qu'à cause des promesses gratuites que Dieu étoit libre de ne nous faire pas.
Page 242 - Au contraire, celui qui aime du pur amour, sans aucun mélange d'intérêt propre, n'est plus excité par le motif de son intérêt. Il ne veut la béatitude pour soi qu'à cause qu'il sait que Dieu la veut , et qu'il veut que chacun de nous la veuille pour sagloire.
Page 247 - Tous les sacrifices que les âmes les plus désintéressées font d'ordinaire sur leur béatitude éternelle, sont conditionnels Mais ce sacrifice ne peut être absolu dans l'état ordinaire; il n'ya que le cas des dernières épreuves où ce sacrifice devient en quelque manière absolu.
Page 196 - Isaïe, ce que l'œil n'a point vu, ce que l'oreille n'a point entendu, ce qui n'est point monté dans le cœur de l'homme, voilà ce que Dieu a préparé à ceux qui l'aiment (693).

Bibliographic information