Page images
PDF
EPUB

ordonné de relâcher. Le Patron d'un de ceux-ci, qui eft les flammes firent pendant la nuit des progrès si rapides, arrive à Amsterdain, s'est plaint qu'à l'embouchure de la que l'embrasement dura 36. heures , malgré le prompt sé. Meuse un de ces Corsaises lui a enlevé de force plusieurs cours qu'on y apporta , & consuma quinze mille maisons. effets , & brisé le verre qui faisoit la principale partie de Dans tout l'emplacement qui a été la proye des flanimes, sa cargaison. Divers autres Maitres de Bâtiinens arrivés à le seul Palais du Janissaire Aga a été l'auve par le travail Bordeaux y ont rapporté à l'Agent de la Republique , que continuel de dix mille Janillaires que le Grand Seigneur les Armateurs Anglois qu'ils ont rencontré pendant leur animoit lui-même de la voix , du geste & de la bourse i navigation leur ont enlevé tout ce qui leur est tombé fous & Sa Hautesle a été ensuite obligée de pourvoir à la nourla main , effets , ultencilles, cordages , voiles, boussoles , riture & au logement d'une quantité de personnes qui se cartes , légumes, poisson salé, viandes, porcelaine , vins, trouvoient sans azile & sans pain, & qui campent encore liqueurs, &c. leurs habits même; jusques-là qu'il y en hors la Ville. Plusieurs se sont retirés à Andrinople & dans a un à qui on n'a absolument rien laille. S'il est difficile les Villages voisins. Heureusement pour le Commerce les de concevoir comment des procédés fi outrageans peuvent Cherchis & les Bijistins ne sont pas compris dans le malheur être tenus par les Anglois envers les Sujets d'une Répu commun; mais les affaires n'en font pas moins interrompues. blique, que leur Gouvernement ne celle de cajoler , pour Le Grand Vizir a beaucoup contribue à sauver de l'embrase. se l'attacher, on conçoit au moins fort aisement quelles ment une grande partie de cette Capitale ; ayant remarqué consequences ces outrages multipliés peuvent amener, & qu'il y avoit des malintentionnés,qui au lieu d'aider à éteinl'on commence de les envisager ici d'un æil très sérieux. dre le feu , cherchoient à l'augmenter , il parvint à en faire

On mande de Londres que le Géneral Fovvke , ci-de. arrêter environ 300. qui ont été étranglés, & leurs corps vant Gouverneur de Gibraltar , examiné par le Conseil jetres dans la mer. Les ravages causes par cet Incendie joints de Guerre a été déclaré innocent. On ne croit pas qu'il en a la maladie contagieuse rendent aujourdhui Constantinople foit de même de l'Amiral Bing ; & quand cela seroit , on un vrai desert. Les Ministres étrangers ont abandonné leurs doute fi son innocence , quoique reconnuë à ce Tribunal, Palais de Pera , & se font retirés à Belgrade, Village éloigné fuffiroit pour le souftraire à l'animosité du peuple , fi oble de trois lieuës. L’Aga des Janissaires malgré les fârigues qu'il tinément achaệné contre lui, qu'il supposeroit qu'on lui a a elluyées durant l'Incendie , a été la victime des intrigues, fait grace , & voudroit lui-même s'en faire justice, ce qu'il de la Cour. Il a été déposé ; mais comme le Grand Seigneur nc seroit pas aisé d'empêcher. On a craint même qu'il ne ne s'est déterminé qu'à regret à le déplacer , pour qu'il ne, prévint l'examen & le jugement du Conseil de Guerre, & parût point que ce Ministre étoit disgracié, il l'a fait Pacha on lui a caché le lieu où cet Amiral est détenu , de peur à trois queues , & lui a donné le Gouvernement de Cogna. qu'il n'y mît le feu.

La modicité du revenu de ce Gouvernement fait croire S'il faut en croire au bruit qui se répand ici , les Anglois qu'il ne pourra s'y foutenir. font enfin résolus de profiter des offres que les Rebelles de

De MARSEILLE le 27. Aour. Corse ont souvent faites de se mettre sous leur protection ;

M. le Marquis de Castries, Maréchal de Camp, qui doit & les Bâtimens de transport qu'on prépare actuellement en

commander les Troupes destinées à passer en Corse, & M. le Angleterre pour une expédition que les nouvelles de ce Rovaume annoncent comme devant être de long cours, font

Comte de Segur , Brigadier , pafferent ici avant-hier dans

un Carofle de poste allant en toute diligence à Antibes , destinés pour les Troupes que la Cour de Londres doit en

où l'on assure que les Troupes s'embarqueront avant le 12: voyer à ces Insulaires mécontens. On seni bien quel mo

du mois prochain. Les deux Piquets de Troupes pris à bord şif pourroit rendre aujourdhui le Gouvernement Britannique fi officieux envers les Corses , & quels appas leur le fonniere & l'Amiral Bing, dont so. hommes de Royal,

d'une Tartane la veille du Combat entre M. de la Galifpeut avoir pour lui , depuis qu'il a perdu celle de Minor Comtois & so. de celui de Medoc , sont entrez aujourdhui que. Mais on croit qu'il sent ausfi lui-même , combien il ici à deux heures après-midi , après avoir fait dix jours de lui feroit difficile & de cacher à la France les démarches qui tendroient à l'exécution d'un pareil projet , & de fur

quarantaine. Ils se plaignent beaucoup des mauvais traitemonter les obstacles que cette Couronne : au moindre avis, campes sur la plus haute Colline , fans tentes , & on ne leur

mens qu'ils ont reçu des Anglois à Gibraltar. On les avoir au moindre soupçon même qu'elle en auroit , ne manque

donnoit que lix onces de biscuit par jour, un peu de viande roit pas d'y mettre , ce qu'elle pourroit faire avec d'autant

salée, & souvent l'eau leur manquoit. plus de facilité & de promptitude , que M. de la Galiffonniere est également à portée & d'en recevoir l'ordre & de.

De CARPENTRAS le 31. Aokos. l'exécuter.

Les secousses de tremblement de terre qu'on a essuyées en De TOULON le 26. Août.

divers endroits de l'Europe,depuis celle qui a renversé LisbonHier , fête de St. Louis, on chants dans l'Eglise des Jé ne, viennent aussi de se faire lentir dans le Comté Venaislin. fuites une grande Mesle au bruit de l'Artillerie de la Ma Samedi dernier sur les cinq heures & demi du marin , on en sine & des remparts , & la Garnison fit une triple décharge essuya ici une qui dura sept secondes ; & pendant laquelle il de Mousqueterie. M. de la Galilonniere avoit invité tous sembloit que les Maisons alloient se renverser. Ceux qui les Officiers de l'Escadre à cette fête , & M. de Malliac ceux étoient encore couchés curent de la peine à rester dans leurs de la Garnison. On travaille toûjours à l'armement du lits par l'agitation qu'ils ressentirent, ce qui joint au cliqueVaisseau , l'Océan,, qui sera mâté cette semaine & pourra en tis des vitres , des tuiles qui se détachoient, au bruit lourd core mettre à la voile vers le 10. d'octobre. Le Vaisseau le, que produisoit cette sécoufle , répandit tellement l'allarme, Souverain, percé pour 74. Canons, sera lancé à l'eau dans que plusieurs personnes fortirent de leurs Maisons en chequelques mois, & en état de faire partie de notre Escadre mise pour gagner le large. Deux minutes après cette preau Printems prochain. M. de Portalis , Commissaire des miere fecoulle, il en furvint'une autre qui ne dura qu'une Guerres en cette ville , vient de perdre son fils unique âgé seconde ; enfin il y en eut une troisiéme sur les 7. heures. de 33. ans, il exerçoit le même emploi à Mahon, où il & trois quarts, dont la durée fut de trois secondes, mais eft mort d'une fiévre maligne , occasionnée, dit-on , par moins violente que la premiere , quoique très-sensible. l'exercice trop ponctuel des fon&ions de la Charge dans ces secoufles ont parcouru en même tems une Zone de terl'Hôpical

rain, non seulement de cette Ville, mais encore de Pernes, On a reçu ici quelque détail de l'Incendie arrivé à Cons du Marquisat de Velleron", de St. Saturnin & du Fief de taptinople le s. Juillet. Le feu y prit sur les onze heures Gromelle ; & quelques jours auparavant on'en avoit ressenti du soir dans la maison d'un Teinturier qui étoit occupé' une à Entraigues Bedarrides & Sorgues ; mais heureuse. à faire bouillir de l'huile pour préparer ses couleurs ; ment il n'y a point eu de dommage nulle part.

LE COURRI E R
DU MARDI 7. SEPTEMBRE 1756.

[ocr errors]

De LONDRE s le 13. Aodt.

nouvre & par leurs discours qu'ils font animés 'Ecoit de la plume des nouvelliftes & de par des personnes plus âgées , qui laffes de tant la bouche du public , qu'étoit émané le de ceremonies fe contentent de fagotter un Bing jugement qui déclaroit innocent le Gé à leur fantaisie , l'attachent à un tonneau gau

neral Fovvke, ci-devant Gouverneur de dronné & y mettent le feu. Un des Ingénieurs qui Gibraltar. Le Conseil de Guerre ne lui a pas éçé sont dans Gibraltar vient de mander, que les Érfi favorable : loin de confirmer la Sentence de pagnols font élever un fort très-considérable à ces Juges incompétens , il a déclaré l'accusé la pointe de Ceuta , & qu'ils le garnissent d'une coupable des griefs portés contre lui, & digne grande quantité d'Artillerie. Ce Fort commanpar-là d'être lulpendu pour une année de l'exer- dera le Détroit , & en rendra le pallage extrêcice de ses Charges. Heureux encore s'il en eût mement difficile. été quitte pour une peine qui, toute humilante . On a résolu de faire lever en Irlande une parqu'elle est en elle-même , ne laissoit pas de ti: tie du monde qu'il faut pour complecter les 15. rer de la faute qu'on lui reproche , dequoi lui Bataillons de 780. hommes chacun, qu'on va paroître douce ; mais le Roi a trouvé qu'elle l'é- former pour la défense des trois Royaumes. Plutoit trop ; & renchérissant de beaucoup sur la fieurs Régimens de Dragons vont passer en Ecoffe décision du Conseil de Guerre , il a privé le cou- afin de renforcer les portes établis pour la sûreté pable de tous les Emplois , & disposé de son Ré: du Païs. On travaille toûjours à augmenter les giment en faveur de M. le Colonel Jeffreys , qui fortifications de Portsmouth , & il doit partir de commandoit dans le Fort St. Philippe sous le Gé- ce Port quelques Vaisseaux & Fregates pour alneral Blackney.

ler renforcer l'Escadre de l'Amiral Havvke , afin On attribué la féverité du Roi en cette occa- qu'il soit en état de protéger les Navires Marfion à l'impression qu'ont fait sur l'esprit de chands qui navigent dans la Méditerranée. Le S. M. différentes adrelles qui lui ont été présen- Vaisseau de Guerre le Tart are a conduit à Plytées, pour le supplier de faire proceder à l'exa- mouth un Arnateur de S. Malo de 22. Canons & men des causes d'où sont provenuës les suices de 250. hommes d’Equipage ; mais d'autres Ardésavantageuses de la situation où les affaires se mateurs de ce Port ont enlevé trois Navires ritrouvent actuellement dans le Royaume , & de chement chargés. prendre les mesures qu'Elle jugera à propos pour Les nouvelles qu'on reçoit de Constantinople prévenir les inconvéniens qui pourroient en ré- font des plus affligeantes pour le Commerce. L'infulter. Le Comte de Dorset en a sur-tout pré- cendie arrivé la nuit du 4. au s. dans cette Casenté une très-forte, à laquelle S. M. a répondu', pitale de l'Empire Ottoman a reduit en cendres que l'importance des motifs sur lesquels elle est 20. à 25. mille maisons ; les Magasins de Bled ont fondée lui tenoit à Elle-même trop à cæur, pour été consumés,plus de mille personnes y ont perdu ne pas donner toute l'attention poffible aux re- la vie ; & plufieurs au désespoir d'avoir perdu cherches tendantes à découvrir les causes du leurs biens fe font jettés eux-mêmes dans les désavantage que la Nation a eu , & punir les flammes. Bien des Janissaires , à qui l'on doit coupables de la maniere qu'ils le méritent , ainsi la conservation de ce qui est resté de cette grande qu'on le lui demande. Dans ces dispositions on Ville, ont été la victime de leur zéle à porter du voit assez clairement que l'Amiral Bing ne pourra sécours dans les quartiers incendiés, y ayant péri se tirer d'affaire. Les chefs d'accusation portés fous les ruïnes des édifices. On fait monter la contre lui sont capitaux ; envain, dans l'Hôpital perte à plus de fix millions de piastres. de Greenvvick où il est détenu & gardé à vûë D. VERSAILLES le 27. Aorit. par deux Compagnies de Soldats, montre-t'il la Avant-hier, jour de St. Louis & fête du Roi, les Hautbois même tranquillité avec laquelle il est venu en de la Chainbre jolierent diverses fanfares au lever de S. M. Angleterre : envain demande-t'il qu'on entende. qui reçut ensuite les complimens de la Famille Royale & de en témoins vingt-cinq personnes qu'il indique Couvert , & pendant le repas les vingt quatre Violons de

toute la Cour S. M. soupa le soir chez la Reine au grand parmi ceux qui étoient à bord de son Escadre, la Chambre exécuterent plusieurs fymphonies de la con& dont la plûpart ne peuvent être ici qu'à la fin position & sous la direction de M. Colin de Blamont, Chede la Campagne , on presse de tout côté fon ju- valier de l'Ordre de St. Michel, & Sur Intendant de la Music gement , & en attendant on continuë de brûler que de la Chambre en semestre. Dans la journee le Corps

de Ville de Paris se rendit ici ; M. le Duc de Geivies, son effigie. Il n'y a pas jusqu'aux polissons &

Gouverneur de cette Capitale , étoie à la tête , il fut aux enfans qui ne s'en mêlent, ils la fouettent, présenté au Roi par M. le Comte d'Argenton , Minicre & la pendenti la brûlent , & l'on voit à leur ma- Secretaire d'Etat, & conduit par M. de Gizeux, Maitre des

céremonies en survivance. M. de Bernage , qui a été con

De PARIS le 28. dorit, cinne Prevôt des Marchands , & M. 21. Leinpercur & Tri

Le Parleinent s'afiembla Mardi à neuf heures du matin. bard, nouveaux Echevins , preterent ferment de fidelité M. le Premier President rendit compte aux Chambres de ce entre les mains de S. M. en la maniere accoutumec. Apres que le Roi lui avoit repondu la veille lorsqu'il eut l'honPujience du Roi, le Corps de Ville fut conduit à celle

neur de lui présenter les Remontrances au sujet des autres de la Reine & de la Famille Royale. M. l'Abbe Comte

Parlemens du Royaume ; & on delibera ensuite sur le Lit de Bernis , a été nommé Ambasadeur extraordinaire auprès de Justice. Il y eut plusieurs avis , & on ne pit convenir de L. M. Inp., M. le Vicomte d'Aubeterre ira remplir l'Am- de rien. Sur cela il fut arrète de nommer des commissaires bailide d'Érpagne. S. M. a fait M. le Comte de Perizord, pour exa:niner l'affaire , & en rendre compte aux Chambres Metre de Camp du Rezinnent de Dragons de Mgr. le Dau qui te raflèmbleroient à fix heures du foir. Dans cette fcphin, Brigadier des Dragons , de même que M. le Duc de

>

>

conde Seance sur le rapport des Comınillaires, on fit l’ArCoigny, Mettre de Camgéneral de ce Corps. Elle a audi reté suivant : nommé Brigadier d'ufanterie M. le Chevalier de Gram.

„ La Cour, toutes les Chambres affernblées, en délibé-' mont, Licutenant Colonel du Régiment de Vermandois.

» rant tur ce qui s'est paile au Lit de Justice, déclare ladite Si c'est , comme on le dit ; une confolation pour les mal. „ Cour qu'elle n'y a pas donné son avis : perlittant au surheureux d'avoir des semblables ; & qu'après de mauvais luc- plus dans son arrère da 20. du present mois, & protestant cès, ce soit pour tux tout-à-la-fois & un soulagement & contre tout ce qui a été fait & dit audit Lit de Justice au un titre d'excuíc , que d'autres ne réülliflent pas mieux, u prejudice des Loix du Royaume.,, l'Amiral Bing a dequoi se consoler d'avoir ete quoique M. le Procureur Gére al'a envoyé les Déclarations dans Supérieur 'en forces, vaincu par M. de la Galilonniere ; tous les Baillages du Reflört pour y être enregistrées. & les Anglois s'ils étoient moins pasiionnés contre lui, Des Lettres de Bayonne annoncent l'arrivée au Port du trouveroient dequoi le lui pardonner dans ce qui vient Paslage de 17. Navires Marchands venant de St. Domingue de fe paffer anpies de Louisbourg. M. de Bcaulier, qui très-richement charges, & celles de Bordeaux qu'il y en commande l’Escadre du Roi partie de Bret au inois d'A- eft aufi arrivé plusieurs venant de nos Colonies. Ôn mande vril dernier avec les Troupes que S. M. vouloit faire parler de Brett qu'on y a arrêté deux Anglois deguisés ; & comine en Canada , se trouva lc 26 Juillet à quelque dillance on eft prevenu que ce déguisément cachoit quelque projet de Louisbonrg en revenant de Quebec ; il apperçur deus à peu pres semblable à ce qui est arrivé en dernier lieu à Vaisseaux de Guerre , l'un de 74. Canons & l'autre de 64. Rochefort, le bruit court deja que ces deux personnages, avec deux Fregates qui portoient aupres du vent pour ont avoué être complices de l'incendie des Magalins de ce venir le reconnoitre. 'Il étoit alors à bord du Vaislena le

dernier Port. Heros , & M. de Montalais, Capitaine de Vailleau , mon- Selon plusieurs Lettres de Londres du 21. les Vailleaux de toit l'Illetre suivi des Fregates la Lycorne & la Sirene Guerre le Rocrofter & ie Port-Mu'on avec deux Chaloupes commandees par M. M. de la Rigaudiere & de Breu- ont conduit lc 18. aux Dunes un Vailleau de Guerre Hollangion , Lieutenans de Vaisicau. Le vent du Nord souffloit, dois de 40. Canons, qui escortoit cinq gros Navires charil arriva sur le champ grand largue sur les Anglois qui re- gés de mâts & 20. autres moindres chargés de diverses fora * virerent promptement de bord & prirent challe. La crainte tes de provisions destinées pour Breit; & l'on craint que de tomber trop sous le vent de Louisbourg , où il avoit malgré les Representations de M. Hop, Ministre des Etatsordre de remctire des provisions destinées pour cette Co- Généraux, les 26. Bâtimens ne soient déclarés de bonne prise, lonic, l'empêcha de poursuivre long-tems les Anglois , & il ce qui en tout cas ne pourra manquer de mettre le comblé entra le même jour dans ce Porc. Ayant débarqué les ef- au mécontentement des Holiandois. Bien loin de les engafets dont il étoit chargé & quelques malades de ses Equi- ger à fournir à l'Angleterre les 6. mille Hommes de Trollpages , il remit à la voile le lendemain à cinq heures du pes & les Vaisseaux de Guerre que son Ministre vient enmatin pour aller chercher les Anglois. Sur le midi il rc- core de demander par un nouveau Memoire , il y a connut les deux Vaisseaux qu'il avoit chasse la veille , & tout lieu de croire qu'ils se détermineront enfin à se van, qui n'avoient plus qu'une Fregate. Il fit force de voiles ger de tant de pirateries , & même des hoftilités que les pour les joindre , & les Ennemis firent la même maneu- Armateurs Anglois ont commencé de coinmettre contre vre pour éviter d'être joints. Cependant M. de Breugnon les Vaisseaux des sujets de la République. Un de ces Armateurs arreignit la Fregate Angloise , & la canonna si vivement, avant rencontré un Hollandois qui de Rotterdam venoit qu'elle fut obligée d'aller se mettre sous le Canon des à Nantes , lui demanda des Vivres ; & fur ce qu'on lui deux Vaisseaux, dont le feu ralientic un peu celui de la Si- repondit qu'on lui en donneroit en payant , il fit tirer à rire. Pendant cette manæuvre, M. de Beaulier approcha les mitraille sur le Hollandois dont il endommagea beaucoup deux Anglois ; il tira sur l'un coinptant que M. de monta- les agrets ; mais dans le teins que le Hollandois alloit s'en lais , qui fuivoit, s'attacheroit à l'autre , mais il furvint un vanger par quelque volée de Canon , l'Anglois, prit le large. calme qui empêcha l'Illuftre de man euvrer ; & pendant ce Il y a ici quantité de paris que les Etats-Généraux prencalme M. de Beaulier eut à combattre les derix Anglois, dront enfin parti contre les Anglois. ce qu'il fit jusqu'à sept heures du soir qu'un petit vent wit M. le Comte de Mortaigne , Licurenant Géneral des ArM. de Montalais en état de faire voile, mais les ennemis nées du Roi, a spousé Madlle. de Montmorillon , ci-deen profiterent eux-mêmes pour prendre la fuite, & le He- vant Chanoinefle du Chapitie de Sainte Marie de Met?. rus presque désemparé ne put les poursuivre. M. de Benur- Frere Ange de Richard, Grand Croix de l'Ordre de St. fier passa la nuit à faire changer les voiles & les inaneu- Jean de Jerusaicin , Coinmandeur de la Commanderie de vres qui avoient été coupées durant le Combat, esperant Villediea, cit mort ici le 17. de ce mois âgé de 86. ans. de rejoindre le lendemain les Anglois ; inais lorsqu'il les

De TOULON le 31, Aout. apperçut à huit heures du matin , ils étoient deja li loin, La Fregate la Gracieuse a mis a la voile ; fa destination & faisoient tellement force de voiles, qu'inutilemene il ne peut ètre, à ce qu'on pretend , que d'aller à la décorrles auroit fuivis, malgré le mauvais état où ils paroissoient verte. On a battu aujourd'hui un ban pour la revūë genéĉire, ce qui le fit résoudre à retourner à Louisbourg pour rale sur l’Efcadre indiquée à Jeudi ; elle eit route dans la y faire entierement reparer le doinuage que son Vaisseau grande rade , & l'on préfune qu'elle partira bientôt. Ce avoit fouffert. Il avoit reçu p!!!s de 300. coups de Canon, pendant on dit qu'il n'y a point encore d'ordre pour cela. fans ses auvres mortes , ou dans sa mature , sans compter Tous les Vailcarix font radoubés de frais & ont des viecur qui avoient porté ali-dessous de la flotaison. Il y a eu vres pour trois inois ; inais on n'y couchera qu'après dans ce Combat 18. hommes tues & 48. blefles. M de Fa: avoir mis à la voile. L'Océan pourra être prêt à partir pet, Enfeigne de Vaisseau, a reçu une bleflure considéra- avant la fin de Septembre, il fut hier achevé de miter. Il ble à cuiíTe par un coup de Canon, & M. de ier ne s'agit plus que de radouber le dommage qu'il reçut

[ocr errors]

La Barque du Roi l'Hirondelle commandée par M. de N. B. C'eft par mie ertmar are 1 Leicle concernani. M. le Docs Chabert arriva ici Vendredi , venant de Mahon. On a fçu teur HILLMER , infere dans le Courrier No. Lxix. aéré dano par cette voye que les Anglois ont totalement disparu de de Montpellier le 23. Août. Le detail des operarions y contenuco devant ce Port", mais on ignore la route qu'ils ont å ere mande de Barcelonne en darse du 14. du meme mois ; renuë. Elle est arrivee en 36. heures, & n'a rencontre au c'est dans lad. Ville , que M. le Docteur HILLMER, entr'aucun Ennemi ; ainti la Mer sera detormais libre pour en-, es surprenantes, a procure la vue à un Aveugle de naifa, voyer des provisions à Minorque. M. de Chabert a affure sance, comme il a éte dit. Depuis fon arrivée à Montpellier, que les ouvrages exterieurs du Fort St. Philippe , qui ont il n'a cesse d'operer fuer quantité de Mía!ades, d'y rourenir par cte endommages durant le Siege, font prelque tous réia- fes heureur succes la reputation qu'il s'eft acquise dans tous les blis. La fète de St. Louis y fut annoncee la veille par des endroits il a pale. feux d'artifices & le bruit du Canon , & y a ese celebree avec beaucoup d'eclat.

DECLARATION DU ROI, Qui proroge pes 'ant dix amees la M. M. les Onciers da Régiment de Bretagne , qui fone

levée des deux fols pour livre en sus cu Disiéme , crees par en quartier à Aubazae, ont ausli célebre ce te fece d'urie'

Edie de Decembre 1746 : Et porre création de dix buit cemo maniere cres. difinguee ; & dans cette occation ils out de livres de Rentes hereditaires ais dewver vinjt , sur le pro. montré autant de puré, que de bravoure dans la Conquête

duir defdirs deux sols pour lizre du Dixieme. de Minorque à laquelle ils ont contribue. Une grande

OUIS, par la grace de Dieu , Roi de France & de NaMesle chantze en Mulique dans la Chapelle des Penitens L.

varre . A tous ceux qui ces présentes Lettres verront ; Salut. Blancs, le Domine falzi. fac Regem avant la Bénediction du

Par notre Edit du mois de Décembre 1746. , Nous avons ordonné St. Sacrement & un don considérable pour l'entretien la levée pendant dix années consécutives, coinmencées le premier de cetre Chapelle , ont été la preuve de leur piéte & de Janvier 1747., & qui finiront le dernier Décembre prochain , des leur zéle pour notre Auguste Souverain. M. le Chevalier deux sols pou livre en sus du Dixiémie qui le percevoit en vertu de Clermont d’Ainboile, Colonel du Régiment , taic de de notre Déclaration du 29. Août 1741. Nous créames fur le pro

duit de cerce Inpotition des rentes dont les principaux servirent puis peu Brigadier , étoit à la tête de 80. Oficiers durant

à acquitter les dettes les plus inftantes, contractées pendant la cette fête.

dernière Guerre ; & ces inémes principaux de rentes ont été , on De MARSEILLE le 30. Apic.

seront entiérement remboursés sur le produit de cette imposition On a freré ici deux Vailleaux Ponentois le Grand Adrien dans le terme auquel elle avoit été fixée. Si les circonstances Nous & l'Union, le premier de 378. tonneaux & le second de 383., obligerent alors de recourir à de nouveaux emprunts , Nous troue

vámes dans cette opération l'avantage d'en procurer la libération qui partiront demain pour Toulon , où ils seront armés en Brûlots. Trois des quatre Navires que M. Sibon , Capitaine fuccellive. Dans la néceflité od Nous sommes de pourvoir égale

ment par des fonds extraordinaires à des dépenses dont nos Sujets de Port, avoit lailles pour embarquer les vivres neceflaires

con noillent l'importance & toute l érenduë, les mêmes vůēs d'une au transport des Troupes en Corte , partirent hier ; & lage administration qui allure l'extinction des dettes au moment on chargera sur le quatrieme les effets des Hopitaux. L'En même où elles sont contradées , Nous déterminent à employer la seigne du Capitaine Paltourette , qui est en croitiere , vient même voye , en prorogeant pendant dix autres années cette impofi

tion , & en créant sur le produit, dix-huit cens mille livres de de conduire ici une Barque Angloise chargée de Marchan

Rentes héréditaires au denier vinzt, exemptes de toutes retenuës , dises, dont cet Armateur's’eit einparé à la hauteur d’Alma

& fuccessivement remboursables pendant le cours de dix années , zaron. Cet Officier a rapporte qu'ciant lc is. sur Matha compter du premier Janvier de l'année 1758., comme l'ont été , & son avec la surdite Barque , il avoit été chale pendant une continuëront de l'être celles que Nous avons créées sur la même heure & demi par un Vaisienu de Guerre Angicis, ce qui lopulta ar notre Edie du mois de Décembre 1741. , & parcelui

du mois de Janvier 1743. A ces Causes , & autres à ce Nous mou. l'avoit obligé de relâcher dans cet endroit, d'ou il remic

& de notre certaine science , pleine Paillance & autorité le lendemain à la voile. Le Patron d'une Tartane venant

Royale , Nous avons par ces Prelentes lignées de notre main , dit, de Cagliari a rapporté que le Capitaine Villeneuve dủ déclaré & ordonné; difons, déclarons & ordonnons, voulons & Martigues avoit relâché dans ce Port un Senant Anglois Nous plaît ce qui suit. vaide , qu'il devoit le conduire en Provence , & conti.

ART. I. Lilinposition des deux sols po're livre en sus da Dixienuër ensuite sa route pour Smirne. Un Capitaine Hollan

me, que Noas avons ordonnée pour dix années qui finiroue le

dernier Décembre prochain , continuera , à compter du premier dois venu de Rotterdani a déclaré qu'étant le 18. entre Ivice

Janvier (uivant , dêtre levée pendant dix autres années confécu& Alicame, il a rencontré un Corsaire Anglois armé de

tives , qui finiront le dernier Décembre 1766 , sur tous crus de 24. Canons conduisant deux Vaisseaux & une Polaque An nos Sujets qui y ont été assujettis par notredit Edit du mois de gloise à Gibraltar.

Décembre 1746 ; & en la même forme & maniére jusqu'à present M. le Duc de Villars, Gouverneur de la Province, & pratiquées , relativement andit Eific

11. Cenx qui, conforınéinent à notredit Edit, ont été autorisés qui commande depuis le départ de M. le Marechal Duc de

à retenir les deux fols pour livs: du Dixiéme sur les arrérages des Richelieu, doit partir apres-demain pour Toulon, d'où il

rentes , pentions & intérêts qu ils peuvent devoir , continuëront viendra ici , apres avoir fait la visite de tous les portes de faire à lenr profit, la même retenuë pendant les dix années que entre les deux Villes, il s'y arrêtera quelque tems , atin de ladite Imposition doit encore durer. veiller à la sûreté de notre Rade.

111. Es de la meme autoriré que desfas, Nous avons créė & l'ne avauture des plus fingulieres fait depuis quatre jours

aliêné, créons Se aliénons dix-huit eens mille livres actuelles &

effectives de rentes héréditaires au denier vingt, à les avoir & le sujet de l'entretien du public. Une femme du tiers' état

prendre par privilege préférence sur les deniers qui proviendront qui paroilloit se bien porter , se rendit chez une de fes de ladite Impotition, laquelle Nous avons spécialement affectée, amies, & lui dit , je viens mourir chez vous, ce discours obligée & hypothéquée , tant nu payement desdites rences qu'ail surprit l'amic, qui lui deinanda si elle se trouvoit mal. Non, rein boudement des capitaux d'icelles. répondit-elle ; mais je sçai que je n'ai que peu de moments

IV. Les Constitutions particuliéres deftites rentes ne pourront à vivre , & je vous prie de me faire veair prompteinent

être innindres de cinquante livres de jouissance annuelle, au prinmon Confefi'eur. L'amie n'ajoûtoit pas foi à ce discours ;

cipal de mille livres , & feront faites par les Commissaires de notre

Contcil qui seront par Nous nominés à cet effet , à ceux qui en cependant pour la farisfaire , elle fortit dans le dessein d'al

auront fourni la valeur en deniers comptans ès mains da Garde Jer chercher le Confeflour; eile te rencontra dans la rue &", de notre Trésor Royal. lui raconta ce qui se passoit. Celui-ci mongg ausi-tột , &

V. Permettons à tous Perangers non naturalisés, demeurant en vovant cette femme bien porranic , il lui fir la inême quer

notre Royaume, Pays, Terres & Seigneuries de notre obéissance,

même à ceux demenrant lors de notre Royaume , d acquérir leltion que l'amie , il eut meine réponse ; cependaạe la femme

dites rentes ainfi qne nos propres Sujets, pour en jouir & difporer infifta pour avoir l'absolution du Confefçur , qui la lui

enere vifs, par testa inent ou autrement, en principaux & arréradonna ; l'ayant reçuë elle frappa au pied & expira en lui ges: & en cas qu ils n'en evlieut pas digore de leur vivant , disant 'adieni. Jurones-là le Pretre n'avoit rien cru de ce voulons que lenrs héritiers , donataires, legataires ou autres reque cette femme lui avoit dit... Sa surprise fut extrême, il présentans lesdits étrangers , leur succédent, nonobllant que les appella du monde, on s'empresfi de la rappeller à la vie, Nous povrions être en Guerre ; & en conséquence, que lesdites

uns & les autres fullent Sujets des Princes R Frits avec lesquels mais elle étoit véritablement inorte ; & avant tré portée

rentes foient exempies de toutes lettres de marque & de reriéízila à St. Martin sa Paroile, elle y lut cnsevelie Jeudi dernier. les , Droirs d aubaine, båtardiie, confiscation ou autres qui pour

vant

diées ,

[ocr errors]

soient nous appartenir, auxquels Nous avons renoncé & renonçons. IV., il soit passé de nouveaux contrats de Conftitution au profit

VI. Lesdites rentes seront exemples de toute serenuë da Disié- de ceux qui se présenteront pour être subrogés aux premiers ou
me; Vingsiéme , & des deux sols pour

livre en sus du Disiéme, & subsequens acquéreurs, & qui auront à cette fin remis leurs de
de route Iinpolition mise oi à mettre.

niers au Garde de potre Trésor Royal qui sera lors en exercice , au-
VII. Les contrats desdites rentes seront passés par-devant tels, quel les premiers ou subsequens acquéreurs fourniront quitrances
Notaires que les acquéreurs voudrone choisir, & les großes à eux de remboursement de leurs contrats ; & en conséquence seront les re-
délivrées fans fraix par lesdits Notaires, auxquels il sera par Nous cettes & dépenses desdites reconditutions admiles & passées dans
pourvå de salaires raiionnables.

les états & comptes de chacun desdirs Gardes de notre Tresor ro-
VIII Les arrérages desdites rentes como:enceront à avoir counsi yal qui les auront faites.
à compter dudit jour premier Janvier prochain , du premier jous XIII. Le payement des arrérages & le remboursement des ca-
du quartier dans lequel les capitaux en aqront été fournis entre pitaux desdites sentes seront faits aux premier Janvier & premier
"les mains dudit Garde de notre Trésor Royal, lequel en fera men- Juillet de chaque année, à commencer pour les artérages du pre-
tion dans les quittances de Finance qui en seront par lui expé- mier Juillet 17.7., & pour les remboursemens du premier Janvier

dans un même ordre de numero au profit des acquéreurs. 1758. , & ainsi de suite , sans que sous quelque prétexte que ce
Lesdits arrérages seront payés à bureau ouvert, de lix mois en fis loit, ils puissent souffrie' de retardement', ti ce n'eft dans le cas
mois, en la même forme & maniére que celles qui subfiftent, par feulement de failies on oppositions faites entre les mains dudit
le sieur Blondel de Gagny, & le contrôle en sera tenu par le bieur Receve ur & Payeur, lesquelles ne seront valables qu'autant que
Hennet que Nous avons pour ce commis & commettons par cpa- les originaux d'icelles auront été par lui visés & paraphés , avant
cinnation, aux mêmes fondions auxquelles ils ont été par Nous de Ini être fignifiés, dont mention sera faite dans les copies qui lui
préposés par Arrêt de notre Conseil des premier Février 1747. &*. en seront laillées, à peine de nullité desdites failies & oppofi-
Janvier 1748., & nos Lettres des mêmes jours, régistrées en notre sions : fauf aux parties intéressées à faire ordonner le dépôt des
Chambre des Comptes les 2. Mars 1747. & 21. Fevrier 1718. Dir. deniers failis , cuire les mains de qui il appartiendra, ou de con-
pensons lesdits fieurs Blondel de Gagny & Hennet, dobtenir nou- venir de gré à gré d'un Dépositaire entre les mains duquel ledic
velles Lettres de commission & re faire de nouveau ricevoir ; à la Receveur & Payeur puille valable:nent vurder les mains ; & en
charge que le cautionnement fourni en notre Chambre des Comp- quelque maniere que lesdites reptes soient remboursées , elles fe-
tes par ledit Geur Blondel de Gagny, continuera d avoir lieu fur ront rejettées des états, à compter du premier jour du semestre
la présente prorogation de fondions.

dans lequel le remboursement en aura été fait. Si donnons en
Ix. Ledit Payear fera la recette des fonds provenans de ladite Mandement à nos Amés & Féaux Conseillers , les Gens tenant
Impofition, & ledit Contrôleur en tiendra le contrôle: & fèra te- notre Cour de Parlement, Chambre des Compres & Cour des Ai-
nu ledit Receveur & Payeur, de compter de for maniement, dans des à Paris , que notre présente Déclaration i!s ayent à faire lire,
les délais de nos Ordonnances , par état au vrai en notre Conseil publier & enrégiltre! , & le conteon en icelle garder & observer
& par compte en notre Chambre des Comptes , & ledit Contrôleur de point en point selon la forme & tencur, nonobftant cous Edits,

de fournir lon contrôle en notre Chambre des Comptes, aussi dans Déclarations, Arrêts, Réglemens & autres choses à ce contraires,

le délai de nos Ordonnances, entre les mains duquel Receveur & auxquelles Nous avons dérogé & dérogeons par ces Présentes : aux

Payeur , & par l'état qui sera arrêté chaque année en notre Con- copies desquelles , collationnées par l'un de nos Amés & Féaus

feil pour le payement desdites rentes, il sera fait fonds des épices, Conseillers Secrétaires , Voulons que foi soit ajoutée comme à l'o-

façons, vacations, réliage & autres fraix dodit compte: nous te- riginal. Car tel est notre plaisir. En temoin de quoi Nous avous

Servant de pourvoir , sinli qu'il appartiendra , tant aux frais de fait mettre notre scel à cesdites présentes. Donné à Compiegne le

la confeâion dudit écar au vrai & autres , qu'aux appointemens zme. jour de Juillet, l'an de grace 1756. , & de notre régne le

dudit Payeur & de son Contrôleur

41 me. Signé , LOUIS. Et plus bas , Par le Roi , M. P. DR

X. Les fonds procédans de ladite Imposition des deux sols pour VOYER D'ARGENSON. Vå au Conseil , PHIRINC DE MORAS.
livre en fus du Dixiéme seront , à compter dudit jour premier Et scellé du grand (ceau de cire jaune.
Janvier prochain , & pendant chacune des dix années qu'elle doit
durer, remis dans les mêmes termes que par le passé, par les Re-
ceveurs généraux de nos Finances. Tré oriers de nos Pays d Echts TABLE DES REMBOURSEMENS à faire par chaque Amée,
& autres comptables chargés d'en faire le recouvrement, entre les jusqu'à l'exrinition des Capitaux de dix-huit cens mille livros
mains du Receveur & Payeur desdites rentes, ponr être employés de renses hérédiraires, créées par Déclaration du 7- Juiller 1756.
au payement des arrérages & au reinbowcrement des capitaus die
celles ; & taute par aucun de ceux chargés du recouvrement de

sur l'Imp-fision des deux fols pour livre en sus du Dixiéme.
ladite Impofition, d'en payer le montant exa&ement, voulons Année 1758. premier Juillet

premier Janvier ... 1350000l.
qu'ils puillent y erre contraints comme pour nos propres deniers &

1383700. 32

>2733700l.
affaires , sur les contraintes qui en seront décernées en verta de

S premier Janvier . 1418400.
notre présent Edit par ledit Receveur & Payeur auquel Nous en

>2872200.
donnons tout pouvoir

1453800.
XI. Les capitaux desdites rentes seront remboursés en deniers

S premier Janvier .. 1490100,

>3017500.

comptans par la voye du fort , conformément à la table qui fera

premier Juillet 1527400.

annexée sous le contre-scel de notredite présente Déclaration, au

S premier Janvier 1565600.

moyen d'une lotterie qui sera, chaque année, tirée dans la grande

premier Juillet

$3170300.

salle de I Hörel de notre bonne Ville de Paris , en présence des

1604700. .

fieurs Prévôt des Marchands & Echevins de ladite Ville, dans les

S premier Janvier 1644800.

>3335800

derniers jours des mois de Juin & Décembre de chaque année , a

1686000.

commencer da mois de Décembre de l'année prochaine 1757., Année 1763. premier Juillet

S premier Janvier ..., 1728000.

senestre du mois de Janvier suivant &

1771400.

mene pendant le cours de dix années , à l'effet de quoi les nu-

mero & sommes des quittances de Finance de chacun des contrats

Année 1764. Spremier Janvier 1815600. 33676600.

desdites Constitutions, seront mis dans une rouë , & tirés publi-

Premier Juillet 1861000.

qnement pour chaque semestre jusqu à concurrence de la comme Année 1765. Spremier Janvier . . 1907 500. 33862700.

Axée dans ladite table pour le montant de remboursement qui sera

fait en chacun desdits semestres : Et de chaque tirage il feta, pat Amée 1706. Spremier Janvier

Z Premier Juillet

1955200. S

Jesdits fieurs Prévóc des Marchands & Echevins, dretlé Proces

20

verbal, ponr être en conséquence les reinboursemens effe&uéo'ga

premier Juillet 2054200.:

ledit Receveur & Payeur.

Armée 1767. Spremier Janvier 2305600. 34263800.

XII. Dans le cas où cenx qui acquéreront lesdites rentes vou

premier Juillet 2158200.

droient , pour l'arrangement de leurs affaires , ea transmettre à

d autres la propriété, Voulons que par les Commissaires de notre

Année 1768... premier Janvier.

I(14800.

Conseil, qui seront par Nous nommés , conformément à l'article

36000000 k.

Les bons enters de l'emplarre wu sr. Pitarra pour la guerilon des vapeurs des femmes , se multiplient tous les jours.

Nous en avons parlé récemment dans les Feuilles N^. 14: & No. 48. de cette année. L'Auteur en a établi plusieurs Bu-

reaux dans les Provinces pour la commodité du public. Cette Emplatre , qui se met dans une Lettre avec une explica-

tion imprimée, coûte 6. livres. On la trouve à Paris chez l’Auteur Ruë Śt. Sauveur porte cochere attenante à l'Hôtel

de Navarre : à Toulouse chez Mad. DAROLES debitante de Tabac : à Dijon chez M. MILLOT, Perruquier : à la Rochelle chez

M. PAVIE , Libraire : à Poiriers chez M. BIGNON , Parfumeur : à Rennes chez M. REBILLE , Orfevre : à Villeneuve-lès-Avignon

chez Mad. la Veuve VERDEILLE : il faut affranchir le port des Lettres & de l'argent.

}4263800

1

« PreviousContinue »