Page images
PDF
EPUB

le sens est que les débordemens de la Dove au mois d'Avril font des trésors.

Je

Goropii Becani Origines Antwerpienses, Lib. III, pag. 265. feq.

Gabriel Bisciola Tom. II. horar. fubcisivarum Lib. I. Cap. 8.

Girolamo Borro Aretino del flusso e refuffo del mare, e dell'inondatione del Nilo, Florent. 1577. 1583. 8.

Mr. de la Chambre Discours sur les causes du dé. bordement du Ni! , Paris 1664. 4. Giornale di Roma 1671. pag. 203. Journal des sçavans, 1666. 21, Juin, pag. 248

Dissertationes de Nilo Christiani Funccii. Lipliæ 648. Christophori Schultzii , Witteb, 1659. 4. &c.

Adamı Fumanni Dialogo del Nilo. Balil.

Gilbertus Gaulminus, Lib. I. notarum ad vitam MQfis, Cap. 19.

Mr. le Grand Dissertation 3. sur le voyage historique d'Abytlinie de Jerôme Lobo. Paris 1727. 4. Amiterd. 1728 12.

Athanasius Kircherus Tom. I. Oedipi Ægyptiaci, pag. 48. feqq. Idem in Obelisco Pamphilio, pag. 84. librum Ægyptiace, sive Coptica lingua scriptum memorat de natura Nili.

Jobus Ludolphus Commentario ad Hiftoriam Æthiopicam.

Laurentii Magolotti, Florentini Relazioni varie del Nilo.

Jo. Eufebius Nierembergius Historia nat. XIX. 64.

Ludovici Nogarold Timotheus, sive de incremento Nili Dialogus, Venetiis, 1552. 4. Mediolani 1626. 4. Jacobi Ode Differtatio de Nilo, Trajecti 17.24. 4.

Nicolaus Parthenius Giennetafius in vere Herculano, Lib. I. Cap. 10. pag. 75. feqq.

Joannes Baptista Ramuzius de incremento Nili, Venetiis 1581. Italıcé cum Hieronymi Fracastorii responfione. Eisebius Renaudotus Apologia Historiæ Patriar

cha

Je renvoye la liste de quelques auteurs, qui ont parlé du Nil & de les merveilleux débordemens dans la note *.

Une chose, qui merite encore d'être considerée comme une marque de la sagesse, de la puissance & de la bonté du Très-Haut, c'est que la plupart des fleuyes ont leurs sources sur de hautes montagnes, ce qui fait que le poids de l'eau ne donne pas peu de force à leur mouvement. Les fleuves , en commençant de-là leur cours, non seulement humectent plusieurs pays qu'ils rendent fertiles, où ils portent avec eux mille commodités & servent à mener par tout une abondance de differens biens; mais encore ils coulent jusqu'à ce qu'enfin ils parviennent à la mer, comme à leur fource commune, qu'ils rafraîchiflent par leurs eaux douces , & où ils remplacent le déchet qui s'y fait tous les jours, par les vapeurs que le soleil fait lever. Ces vapeurs, qui s'élevent de la mer, sont les mêmes qui produisent sur les montagnes les merveilles des sources & de l'entretien des fleuves & des fontaines; de sorte que l'on ne sçauroit assez admirer la circulation d'ụn mouvement fi utile & fi beau,

abon

Jis pag. 197

charum Alexandr. pag. 157. feqq.

Jo. Baptista Scortia Genuensis S. J. de natura & incrementis Nili, Libri II. Lug 1617. 8.

Pauli Trevisani Nobilis Veneti liber de Nili ori. gine & incremento. MS. A. 1483. memoratus in Clarislimi Scheuchzeri Bibliotheca Historiæ natura

Ifaacus Voffius de Nili & aliorum fluminum ori. gine, Hagæ 1673.4. Giornale de letterati di Roma, 1674. pag. 25

Marci Friderici Wendelini admiranda Nili. Francofurti 1623. 8.

Petri Wiche Relatio Lond. 1670. Anglicè.

Elias Cretenfis ad Gregorii Nazianzeni Oration. 4. Apud Arisłanctum Rhetorem legi Ægyptios festum folenne Nilo publice celebrare , atque omnes iam viros quam mulieres ad urbium Theatra Je conf-rre illicque , quas quisque quaque epulas habet , esitare , ac tum institute cimmuni chorea bymnos eofdem Nilo cantillare , quos Jovi canere jolent.

Il faut regarder comme quelque chose d'extraordinaire les eaux , qui s'amassent après un tremblement de terre, ou aprés une violente pluye, & qui sortent avec force des montagnes , d'où elles s'écoulent par une crevasse & forment un ruisseau, qui ne dure pas toujours fort long-tems. Les célebres M" Jean Jacques Scheuchzer dans son Oreographia , pag. 127. & D. Jean Kanold dans son beau recueil d'histoires naturelles & de medecine, A. 1727. au quartier d’été, pag. 169. en ont donné tout nouvellement des exemples, que mes lecteurs peuvent voir dans les endroits, que je viens de citer.

[blocks in formation]

و

Des gouffres tournoïans d'eau , de

Sylla & de Charybdis ; des roa
chers, des écueils &c.

les

C

Tour

d'eau,

[ocr errors]

Es gouffres tournoyans , que

latins appellent Vortices, donnent noyans à l'eau un mouvement changeant & ter

que c'eft; rible; car au lieu qu'elle a accoutumé bu il y de suivre dans son cours une ligne droi-en a. te,

elle décrit dans ces tournoyemens une ligne spirale, & son poids la presse & la pousse avec tant de violence qu'elle en devient extrêmement rapide & qu'elle emporte & entraîne tout avec elle , comme dans un abîme profond, qui s'ouvre sous elle ; de sorte que ce qu'un tel courant a une fois attiré & saisi ne peut pas aisément s'en dégager, ni être retiré par les mains des hommes, jusques-là que les vaisseaux (1) mêmes y sont engloutis. Celui de ces gouffres , qui nous est le plus connu & qui est le

plus (1) Cardanus de rerum varietate , Cap. 6. Tom. III Operum, pag. 23.

plus renommé est le Muske qu'il y a en Norwegue (2), auquel on peut en ajouter d'autres, qui se trouvent dans le Golphe de Bothnie (3), dans la mer (4) Caspienne & en Hongrie (5), des deux côtés de l’Angleterre (6), dans l'Isle de (7) Feroë & ailleurs (8). Il est incontestable que ces tournoyemens d'eau ne sont pas un effet du hazard , mais

que le Créateur infiniment fage, en les pratiquant dans la terre, a eu en vûe de les faire servir à la communication de la circulation des eaux par-dessous terre & à l'entretenir par des accroissemens continuels.

Dans le détroit de Sicile il y a d'un côté des écueils perilleux, qu'on appelle

Scyla

(2) Athanafii Kircheri Mundus fubterranæus, II. 19. pag. 112,

(3) Idem. pag. 149. (4) Idem pag. l!2. Philip. Johann von Strahlenberg Nord-und Oeftlich Theil von Europa und Asia, pag. 27. feqq.

(s) Comes Marsiglius in Danubio, Tom. I. Tabula 44. E. G. Happelii Relationes curiofæ , Tom. I. pag. 417. Strahlenberg pag. 429

(6) Paulus Diaconus, Lib. I. de gestis Longobardorum. Cap. 6.

(7) Journal des Sçavans 1676. pag. 181.

(8) Kircherus II. 19. Mundi subterran. pag. 1!2. feqq. & III. 10. pag. 146. feqq.

« PreviousContinue »