Page images
PDF
EPUB
[blocks in formation]

JEAN "ALBERT FABRICIUS,
Docteur en Théologie, & Professeur au College

de Hambourg
Avec de nouvelles Remarques communiquées au Traducteurs

A, PARIS,
: CHAUBERT, Quay des Augustins, à la Reş
Chez

nommée.
DURAND, rue S. Jacques , à Saint Landry,

& au Griffon.

M. DCC. XLIII.

Avec Approbation & Privilege du Roy:

[ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors]

AVERTISSEMENT

DU LIBRA IR E*.

E nom de Mr. FABRICIUS est si bien L.

connu dans la République des Lettres, qu'il suffit de dire que l'Ouvrage, que je donne aujourd'hui, est de lui, pour en faire l'éloge. Le grand succès qu'il a eu en Allemand m'a fait naître le dessein d'en procårer une Traduction Françoise. Les Lecteurs, qui n'entendent que cette Langue, m'auront sans doute obligation de ce que je leur mets entre les mains un excellent Livre, de la lecture duquel ils avoient été privés jusques ici. Ils y verront les principaux traits de la bonté, de la sagesle & de la puissance, que

Dieu a manifestées dans la création de l'Eau, & qu'il manifeste tous les jours dans la conservation. Quel objet est plus digne d'une louable curiosité? Mais ce n'est pas mon dessein de faire dans cet Avertissement le Panegyriste de la Théologie de l'Eau: Ce seroit aller au-delà de ma sphere. Je me borne donc à avertir les Lecteurs de plusieurs choses, qu'il est bon qu'ils n'ignorent pas.

* PIERRE PAUPIE, Libraire à la Haye, qui a publié en 1741. la premiere édition de la traduction Françoise de cet important Ouvrage,

La premiere regarde la Traduction. Ceux qui ont lû l'original sçavent, que le style de l'Auteur est allez embarrassé, à cause de la multitude des choses, qu'il veuțdire en peu de mots. Son tour de phrase auroit même rebuté bien des Lecteurs , s'ils n'avoient pas été pleinement dédommagés de ce désagrément par la bonté intrinseque des choses. Le Traducteur a eu soin d'éviter de donner à fa Traduction cęs défauts de son original.Il n'ose pas se flatter d'avoir toujours réusli; parce qu'il auroit fallu pour

cela abandonnerentierement l'office de Traducteur, & donner à cette Traduction une toute autre tournure que celle de l'original. Il a donc fallu prendre un milieu, qui consiste à conserver le tour de l'Auteur toutes les fois qu'il étoit supportable en François, & à s'en écarter, lorsque la maniere de s'exprimer n'auroit pas paru assez claire en la rendant litteralement. Au reste on peut s'assurer , que la Traduction est très-fidele; puisqu'elle a été faite par une Personne, qui entend également bien les deux Langues , & qu'elle a été revûe par un Sçavant, qui à la connoissance de l'Allemand & du François joint celle des matieres, qui sont traitées dans cet Ouvrage.

La seconde regarde l'arrangement. Mr. FaBRICIUS avoit divisé son Livre par Chapitres ; mais la plûpart étoient si courts, qu'ils n'auroient rempli qu'une page chacun en particulier, Certe multitude de Chapitres a paru super

Alue au Traducteur. Il a donc fait lui même une autre division, qu'il a jugé plus commode, & qui renferme néanmoins en entier celle de l'Auteur, Il a renfermé sous un seul Chapitre plusieurs de ceux de l'original, & lui a donné un titre, qui renfermât d'une maniere générale toutes les matieres , qu'il a jugé à propos de réunir dans ce Chapitre. Mais, afin de conserver les titres des Chapitres de la division de l’Auteur, il a distribué par Articles le Chapitre de sa division, & à chaque Article il a mis des Marginaux , qui, pour la plûpart, ne sont autre chose que la substance des titres des Chapitres de la division de l'Auteur. Cet arrangement donne plus de grace à l'Ouvrage; & procure aux Lecteurs le même soulagement que cette multitude de Chapitres de l'original.

La troisieme a pour objet les notes, qui se trouvent au bas des pages. Il y en a de deux fortes : les unes sont de l'Aureur;& les autres ont été communiquées au Traducteur. Ces dernieres , qui sont distinguées des autres par une étoile , & par ces lettres initiales N. c. a. T, viennent d'un habile Philosophe, connu dans le Monde sçavant par plusieurs excellens ouvrages, qui lui ont mérité l'approbation des Connoisseurs. Elles sont destinées à relever les fautes commises par Mr. FABRICIUS. L'on n'a qu'à jecter les yeux sur quelques-unes de ces remarques, pour s'appercevoir de leur utilité. & pour juger qu'elles partent d'une main, qui

.

« PreviousContinue »