Page images
PDF
EPUB

pas l'histoire secrète, et que je ne voulois ni ne pouvois travailler que sur des documens connus. Il est surtout nécessaire de ne pas perdre de vue cette déclaration, si l'on veut juger ce volume avec impartialité.

Quiconque veut tracer l'histoire du congrès de Vienne et celle de la campagne de 1815, éprouve naturellement un grand embarras, et peut dire avec Horace:

Incedo per ignes

Suppositos cineri doloso. Ces événemens sont trop récens déjà du domaine de l'histoire, qui doit être un juge sévère et impartial. Tous les acteurs vivent encore, toutes les passions sont en effervescence; le parti qui a succombé n'est pas parvenu au point où son repentir lui donnera le droit de nommer erreur ce qui a été un crime atroce ;

le parti vainqueur n'a pas encore pardonné, parce que, pour être indulgent, il faut être avant tout complétement rassuré. On ne peut, sans une foiblesse répréhensible,

pour être

[ocr errors]

être neutre entre deux partis, dont l'un se trompe peut-être quelquefois, mais dont l'autre est coupable : par cette raison j'ai cru devoir renoncer, en traçant l'histoire des derniers événemens, à ces ménagemens qu'on ne doit au malheur que quand il n'a pas été mérité, et à l'erreur que quand elle a été expiée. Je me suis dépouillé de cette apparence d'impartialité qui flotte entre la vérité et le mensonge; j'ai déclaré une guerre ouverte à l'ambition qui a plongé la France dans le malheur, à ce faux patriotisme qui cache des desseins perfides sous le masque de principes libéraux, à cette gloriole nationale ou militaire qui a remplacé de nos jours le véritable honneur et la loyauté dont nos ancêtres nous avoient laissé l'exemple. Je n'ignore pas qu'en usant de cette franchise, j'excite contre moi des haines, sans pouvoir compter sur l'appui de ceux qui m'approuveront. Une chose soutient mon courage ; c'est la voix in

[ocr errors]

corruptible de ma conscience qui me dit que, dans la longue carrière que je viens de parcourir, je n'ai pas une seule fois trahi la vérité. Ces volumes renferment sans doute beaucoup d'erreurs, mais elles sont involontaires; si quelquefois des considérations particulières au - dessus desquelles il n'est pas toujours permis de s'élever m'ont empêché de dire toute ma pensée, jamais elles n'ont pu me porter à dire ce que je ne pensois pas. Qu'il me soit permis de m'appliquer ce qu'un Romain dit à ses concitoyens : His ego gratiora dictü alia esse scio, sed me vera pro gratis loqui ; et si meum ingenium non moneret, necessitas cogit. Vellem equidem vobis placere, sed multo malo vos salvos esse, qualicunque erga me animo futuri estis. TITE-LIVE , III, 68.

[merged small][ocr errors][merged small]

DES

TRAITÉS DE PAIX,

ENTRE

LES PUISSANCES DE L'EUROPE,

DEPUIS LA PAIX DE WESTPHALIE.

SUITE DE LA QUATRIÈME PÉRIODE.

SUITE DU CHAPITRE XLI.

ram

SECTION V.

Congrès de Vienne en 1814 et 1815 1. Le trône de Saint-Louis étoit rétabli, et l’Eu- Introdaction. rope, fatiguée de guerres, de victoires et de calamités, s'abandonnoit à l'espoir de jouir dorénavant d'une tranquillité qu'elle ne connoissoit

"J. L. KLÜBER, Acten des Wiener Congresses, 7 vol. . in-8Congrès de Vienne; Recueil de pièces officielles relatives à cette assemblée, des déclarations qu'elle a publiées, des protocoles de ses délibérations , et des principaux moires qui lui ont été présentés ; le tout rangé par ordre

plus depuis vingt ans. Les moyens d'assurer aux peuples un avenir heureux devoient être discutés dans une assemblée solennelle convoquée à Vienne. Les plénipotentiaires de toutes les puissances qui avoient pris part aux derniers événemens, étoient appelés à concourir, dans un congrès général, aux arrangemens nécessaires

[ocr errors]

chronologique. Paris, 1816 et suiv. 6 vol. in-8°. Ce recueil est un extrait du précédent, dont il renferme les principales pièces, et par conséquent les matériaux sur lesquels cette section a été rédigée. Toutes ces pièces s'y trouvent en françois , ce qui donne à ce recueil l'avantage d'être plus connu de

nos lecteurs

que

celui de M. Klüber : c'est pour cette raison que nous nous contentons de le citer, en observant une fois pour toutes que l'on trouve les mêmes pièces dans le recueil allemand.--J. L. KLÜBER Ubersicht der diplomatischen Verhandlungen des Wiener Congresses überhaupt, insonderheit über wichtige Angelegenheiten des deutchen Bundes. Francf. a M. 1816, 3 vol. in-8.° Le premier volume de cet ouvrage surtout nous a été utile.-J. L. KLÜBER, Staats-Archiv des teutschen Bundes. Erlangen, 1816; 2 vol. in-8.-F. Buchholz Geschichte der europäischen Staaten seit dem Frieden von Wien. Vol. 5.°, Berlin, 1816, in-16.--Du Congrès de Vienne, par M. de PRADT, Seconde édition ; Paris, 1815, 2 vol. in-8°. Quoique nous ayons trouvé dans cet ouvrage de très bonnes vues de politique, à côté de quelques opinions que nous ne partageons pas, il nous a été en général de peu d'utilité, parce que, dans ce volume plus encore que dans les précedens, nous nous sommes interdit les raisonnemeus; mais nous avons été scrupuleux à le citer, toutes les fois que nous en avons emprunté un fait ou une observation.

« PreviousContinue »