Page images
PDF
EPUB

ne le désignaient par aucun nom particulier. Ils n'é-
rigeaient point d'autels ; ils ne connaissaient point les

1

mosin, le 5 mai 1741, d'abord destiné à l'état ecclésiasti-
que, ensuite livré au barreau; avocat au Parlement de Pa-
ris; lieutenant-général de la sénéchaussée d'Uzerche, avant
la révolution, et depuis président du tribunal criminel de
Paris; auteur de diverses recherches sur nos antiquités reli-
gieuses, et nouvel éditeur des Capitulaires de Baluze, 1780,
2 vol. in-fo, et de l'Histoire des Celtes de Pelloutier, 1770-71,
8 vol. in-12 ou 2 vol. in-4°; mort de nos jours....

C'est en 1769 qu'il publia séparément l'opuscule que nous
réimprimons. La religion des Gaulois avait depuis long-temps
donné lieu à de savantes recherches, et fourni la matière de
plusieurs dissertations académiques. Outre l'immense tra-
vail de Jacques Martin, bénédictin de la congrégation de
Saint-Maur, à peine contenue en deux gros volumes in-4°,
et quelques autres ouvrages d'antiquités gauloises (*), Du-
clos et le docte Fréret se sont aussi exercés sur ce sujet dans
trois Mémoires, dont l'un, celui de Duclos, a été imprimé

1

(*) Voyez, sur cette matière, l'Histoire de l'Etat et République des Druides, par Noel Talepied, religieux de Saint-François. Paris, J. Parant, 1585, in-12.--Le Réveil de Chyndonax..., par Guenebault. Paris, 1623, in-4o, fig.-J. Georgii Frickii commentatio de Druidis occidentalium populorum philosophis........., cum opusculis...... Ulmæ, 1744, in-4o.-La Religion des Goulois, par Jacques Martin, bénédictin. Paris, Saugrain, 1727, a vol. in-4o, fig. - Eclaircissemens historiques sur les origines celtiques et gauloises, par le même. Paris, Durand, 1744, in-12.-Histoire des Celtes, par Pelloutier, édit. de Chiniac de la Bastide. Paris, Quillau, 1770-71, 8 vol. in-12, ou 2 vol. in-40.-Bibliothèque germanique, t. 28, 29 et 37.-Les Dissert. de Fréret, Duclos et Fenel, t. 18 de l'Hist. et 19 et 24 des Mémoires de l'Acad. des belleslettres. Enfin le t. 2 de l'Antiquité expliquée, par Montfaucon; la Mythologie de Banier, et les divers opuscules de l'abbé Lebenf.

libations, ni les autres cérémonies

que

les Egyptiens et les Phéniciens pratiquaient dans leurs sacrifices, et qu'ils introduisirent dans la Grèce. Regardant l'univers comme le temple de Dieu, ils accusaient d'extravagance et d'impiété ceux qui le représentaient sous la forme humaine, et qui lui consacraient des autels. Ils tenaient leurs assemblées religieuses en rase campagne, ou au milieu de quelque forêt. Là,

dans le tome 19 in - 4o de la Collection de l'Académie des belles-lettres, et les deux autres n'ont été donnés qu'en extrait dans la partie historique du même recueil.

L'ouvrage de dom Marlin passe pour être peu exact, en ce qui touche l'explication des cérémonies du druidisme, et nous n'avions d'ailleurs aucune raison pour nous arrêter à un livre de cette classe.

Quant aux Dissertations académiques, l'ouvrage de Chiniac, qui est le moins ancien, a sur les autres l'avantage d'unir dans un cadre plus large et plus plein, les recherches nouvelles de l'auteur à celles de ses devanciers, dont il a su profiter, comme il en convient lui-même. On y retrouve en effet tout ce qu'il y a d'intéressant et d'exact dans les Mémoires de Duclos et de Fréret, et dans le livre beaucoup plus ancien de Talepied, que les deux académiciens n'avaient pas négligé. Aussi nous abstiendrons-nous de reproduire ces pièces avec l’écrit de Chiniac, qui n'est pas seulement préférable, mais qui peut tenir lieu de tous les autres, en ce qui concerne l'objet dont il traite exclusivement. Cependant il ne dispensera pas de consulter les documens qu'on a publiés depuis le dernier siècle, et qui ont répandu de nouvelles lumières sur cette partie de notre ancienne histoire.

(Edit. C. L.)

[merged small][ocr errors]

COLLECTION

DE PIÈCES

RELATIVES

A L'HISTOIRE DE FRANCE.

1. 100 LIV.

IMPRIMERIE DE G.-A. DENTU,

rue des Beaux-Arts, nos 3 et 5.

« PreviousContinue »