Page images
PDF
EPUB

ou 21 S.

ou

3 s.

ou 29 S.

plus de trois voitures, ou plus de quatre

Pain de première qualité : bêles de somme à la fois.

Pain de 2 kil. ( 4 liv.) » fr. 67 c. 178. ou 13 s. ali 13. Les places de stationnement devront Pain de 3 kil. liv.fr. or c. 114 ou 20 s. I. être évacuées entièrement à neuf heures du

Pain de 4 kil. ( 8 liv.) fr. 35.c. ou 27 S.

Pain de 6 kil. (ia liv.) fr. oz c. 172 ou 46 s. a 1. matin, depuis le jer avril jusqu'au 30 sep- La livre de pain coupe sera payée 18 c. 374 ou 3 s. 31. tembre, et à dix heures du matin, depuis le

Pain de seconde qualité ou bis-blanc : jer octobre jusqu'au 31 mars. Néanmoins, l'adjudicataire de la dixième

Pain de 2 kil. ( 4 liv.) » fr. 52 c. 178 og 10 s. ? !.

Pain de 3 kil. ( 6 liv.) » fr. 78 c. 374 ou 15 s. 31. place de stationnement (quai aux Fleurs ) Pain de 4 kil. / 8 liv.) < fr. 05 c.

Pain de 6 kil. lv. liv.) < fr. 57 c. 172 ou 31 s. a 1. pourra conserver jusqu'au coucher du soleil,

La livre de pain coupé sera payée 16 c. les mardis, mercredis, vendredis et sumedis, les voitures des marchands forains approvisionnant le Marché Neuf, ainsi que celles

Par ordonnance du 29 septembre 1838, des jardiniers, pépiniéristes, marchands

Vu le taux des mercuriales de la halle aux d'arrachis, etc., approvisionnant le Marché

grains et farines de Paris, duquel il résulte aux Fleurs. 14. Les dispositions de la présente ordon

que le prix moyen des farines de ire et 26 nance ne sont point applicables aux voitures

qualités réunies a été, pendant les quinze chargées de marée, lesquelles continueront

derniers jours, de 62 fr. 37 c. le sac de farine à stationner, après leur déchargement, sur

de 159 kil. (325 liv.);

Attendu l'augmentation survenue dans le les places de la Fromagerie et de la pointe

prix du sac de farine, le pain sera payé, pour Saint-Eustache. 15. Les contraventions seront constatées

la re quinzaine d'octobre, proportionnellepar des procès-verbaux ou rapports qui nous

ment à son poids , ainsi qu'il est fixé ci

après : seront transmis, et poursuivies conformément aux lois et réglemens.

Pain de première qualité. 16. La présente ordonnance sera impri- Pain de a kil. ( 4 liv.) » fr. 7, c. 179 ou 14 s. 2 I. mée et affichée.

Pain de 3 kil. ( 6 liv.) : fr. 08 c. 374 ou ai s. 31.

Pain de 4 kil. 1 8 liv.) u fr. 45 c. Ampliation en sera envoyée à M. le pair Pain de 6 kil. (12 liv.) a fr. 17 c. 179 ou 43 s. al. de France, préfet du département de la

La livre de pain coupé sera payée 20 c. ou 4 s. Seine.

Pain de seconde qualité ou bis-blanc: Les commissaires de police , le chef de la

Pain de 2 kil. ( 4 liv.) » fr. 57 c. ip2 ou 11 s. a 1. police municipale et les officiers de paix , Pain de 3 kil. / 6 liv.) » fr. 86 c. 174 ou 17 s. il:

Paiu de 4 kil. ( 8 liv.) 1 fr. 15 c. ou a3 s. l'inspecteur-général et les inspecteurs-géné- Pain de 6 kil. (va liv.) 1 fr. go c. 170 ou 34 s. al. raux adjoints des halles et marchés, et les La livre de pain coupe sera payée 16 c. 174 ou 3 s. il.. autres préposés de la préfecture de police , sont chargés, chacun en ce qui le concerne, d'en surveiller l'exécution.

ARRÊTÉ.
Le conseiller d'état, préfet de police,
2e Div.

2e Bur. G. DELESSERT.

Police du chemin de fer de Paris à Saint-Cloud. 2e Dio.

Ter Bur.

Paris, le 11 septembre 1838. Taxe periodique du Pain.

Nous, conseiller d'état, préfet de police; Par ordonnance de police, en date du 15

- Vu: 1° l'arrêté pour le service du chemin septembre 1838, Vu le taux des mercu

de fer de Paris à Saint-Germain, pris par riales de la halle aux grains et farines de

Son Exc. le ministre des travaux publics, de Paris, duquel il résulte que le prix moyen | l'agriculture et du commerce, le 25 août des farines de 1re et 2e qualités réunies a été,

1837(1); – 2° la décision de Son Exc., en pendant les quinze derniers jours, de 57 f. date de ce jour , qui autorise la compagnie 54 c. le sac de farine de 159 kil. (325 liv.);

du chemin de fer de Versailles à établir , dès Attendu la variation survenue dans

à présent, un service de transport sur la que le prix du sac de farine n'est pas suffisante

partie du chemin comprise entre Paris et pour établir une différence dans celui du Saint-Cloud, et prescrit que l'arrêté sus-daté, pain, le prix continuera d'en être payé, pour la 2e quinzaine de septembre, proportionnellement à son poids, ainsi qu'il suit : (1) Voy. tome II, page 242.

août 1790 ,

suit :

[ocr errors]

sur

relatif au chemin de fer de Paris à Saint- du présent arrêté, seront constatées sur toute Germain , sera rendu exécutoire pour le la ligne du chemin de fer de Paris à Saintchemin de Paris à Saint-Cloud, et com- Cloud, par des procès verbaux ou rapports plété par des dispositions spéciales à la partie qui nous seront transmis sans délai, et elles commune aux deux chemins; 30 la loi seront poursuivies conformément aux lois et du 9 juillet 1836 (2), qui autorise l'établis- réglemens. sement de deux chernins de fer de Paris à 6. Le sous-préfet de l'arrondissement de Versailles , ensemble le cahier des charges Saint-Denis, l'ingénieur en chef, directeur annexé à ladite loi ; – 4o l'art. 471, S. 15, des ponts-et-chaussées du département de du Code pénal (3); — 5° la loi des 16-24 la Seine, l'ingénieur en chef des mines du dé tit. xi, art. 3 (4);

6° lcs ar

partement de la Seine , les maires des comrêtés du gouvernement du 12 messidor an vill munes des Batignolles-Monceaux, de Clichy, (1er juillet 1800) (5), et du 3 brumaire an ix d'Asnières, de Courbevoie, de Puteaux, de (25 octobre 1800) (6); - Arrêtons ce qui Suresnes et de Saint-Cloud , les commissai

res de police, et notamment celui de SaintArt. 1er. L'arrêté pour le service du che

Cloud, les commissaires et agens spéciaux min de fer de Paris à Saint-Germain, pris de police du chemin de fer de Paris à Saintpar Son Exc. le ministre des travaux publics, Germain, le chef de la police municipale , de l'agriculture et du commerce, le 25 août

les officiers de paix , les autres préposés de la 1837, est rendu exécutoire pour le chemin préfecture de police, et les gardes-champêde fer de Paris à Saint-Cloud.

ires, sont chargés, chacun en ce qui le conEn conséquence, cet arrêté sera imprimé cerne, de tenir la main à l'exécution dudit et affiché de nouveau.

arrêté ministériel et du présent. 2. Dans la partie du chemin de fer de MM. les colonels de la garde municipale de

Ces arrêtés seront adressés, en outre, à Paris à Saint-Germain , comprise entre Pa

la ville de Paris et de la 1re légion de gendarris et Asnières, la voie du milieu servira aux transports effectués de Paris sur Saint-Ger

merie, pour qu'ils en assurent l'esécution main et de Paris Saint-Cloud.

par tous les moyens qui sont en leur pouLa voie latérale de droite sera spéciale

voir.

Le conseiller d'état, préfet de police, ment affectée aux transports en retour de Saint-Germain sur Paris, et la voie latérale

G. DELESSERT.
de gauche aux transports en retour de Saint-
Cloud sur Paris.
Dans aucune circonstance et sous aucun

CIRCULAIRES.
prétexte, on ne pourra changer la destina-
tion des deux voies latérales.

2e Div.

3. Bur. 3. La voie du milieu ne pourra jamais re- Cochers de remise. — Mesures prescrites pour cevoir en même tems des convois de Saint

empêcher les cochers de remise de se tenir Germain et de Saint-Cloud.

sur les trottoirs et d'y faire claquer leurs En conséquence, les convois destinés pour

fouets. l’une ou pour l'autre de ces villes ne pour

Paris, le lo septembre 1838. sont pariir alternativement qu'à des inter- A MM. les commissaires de police de la ville valles d'un quart d'heure au moins l'un de

de Paris. l'autre.

Messieurs, on se plaint depuis longlems, 4. Le prix du transport est fixé provisoire de ce qu'en général, les cochers de cabriolets ment à 65 centimes par place.

sous remise sortent de leurs stations, se plaCe tarif sera affiché dans les bureaux du

cent sur les trottoirs et font claquer leurs chemin de fer de Paris à Saint-Cloud. fouets pour attirer l'attention des passans,

5. Les contraventions, tant à l'arrêté mi- auxquels ils offrent leurs voitures. nistériel du 25 août 1837, qu'aux dispositions En stationnant ainsi sur les trottoirs, sou

vent en assez grand nombre, ces cochers gê

nent la circulation et forcent les passans à (2) Voy, tome ser, page 293.

quitter cette partie de la voie publique, pour (3) id. 21.

marcher sur la chaussée. 16.

D'un autre côté, le bruit continuel des (5) id. 46.

fouets incommode les habitans voisins et ef49.

fraie les chevaux ; il est même arrivé que

id.

plusieurs passans ont été atteints et blessés sonnes qui auront pris une part active à la par les fouets.

Julle qui aurait été engagée, soit avant votre Il importe de mettre un terme à cet abus intervention , soit au mépris de vos déqui excite un mécontentement général.

fenses. Je vous prie , en conséquence, Messieurs, Il est essentiel que des ordres soient donnés de recommander, de la manière la plus ex- par vous à la gendarmerie de vos résidences, presse, à tous les loueurs de remise domici- à l'effet d'exercer, par cette force armée, ciliés dans vos quartiers respectifs, de donner une surveillance dans le même but, et de l'ordre à leurs cochers de se tenir constam- vous signaler les réunions de cette espèce ment dans leurs stations, et surtout de cesser qui pourraient se former à votre insu, en absolument de faire claquer leurs fouets. vous prêtant l'appui nécessaire pour pro

Vous les inviterez, en même tems, à pré- céder à l'arrestation des lutteurs ei des prinvenir leurs cochers qu'il sera pris telle me- cipaux instigateurs de ce genre de combats. sure qu'il appartiendra contre ceux d'entre Je vous serai obligé, Messieurs, de m'ineux qui n'obtempéreraient pas à cette in- former du résultat de votre surveillance. jonction.

Agréez, Messieurs, l'assurance de ma Je viens d'écrire au chef de la police mu- considération très distinguée. nicipale pour qu'il soit exercé, à cet égard,

Le conseiller d'état, préfet, une surveillance active et soutenue. Vous voudrez bien, Messieurs, concourir à

G. DelessERT. cette surveillance, et me rendre compte du résultat de vos soins. Agréez, Messieurs, l'assurance de ma par- 4. Div.

3e Bur. faite considération.

Mesures à prendre à l'égard des étalagistes qui Le conseiller d'état, préset,

stationnent indûment sur la voie publiquea G. DELESSERT.

Paris, le 13 septembre 1838.

A MM. les commissaires de police. Secrét.-génol.

2e Bur.

Messieurs, depuis quelque tems, des mar. Surveillance à exercer pour empêcher des luttes

chands ambulans de toute espèce, notamde boxeurs.

ment des marchands d'allumelles fulmi

nantes, de cannes, d'objets d'habillemens, Paris, le 13 septembre 1838.

de chaines de sûreté et de bijoux en argent A MM. les maires des communes rurales du doré, envahissent la voie publique. departement de la Seine.

Ces marchands, dont la plupart sont des Messieurs,

escrocs , tantôt installent leurs marchandises Depuis quelque tems , des luttes de par terre ou sur des plians portatifs, tantôt boxeurs ont lieu dans les communes qui ils font semblant de circuler, en se promenant avoisinent la capitale.

pendant des heures entières sur un point Ce spectacle, que repoussent nos mours très fréquenté et très circonscrit de la voie et notre civilisation, a déjà fait, de ma part, publique; mais quelque soit la manière dont l'objet de plusieurs interdictions dans l'aris

. ils exposent en vente leurs marchandises Il importe donc, Messieurs, de prévenir le ils n'entravent pas moins la circulation. retour de semblables luttes par une surveil- Pour se soustraire aux poursuitos de l'adlance assidue dans vos coinmunes , à l'effet ministration, certains de ces marchands, de les interdire et de prévenir, le cas échéant, presque tous juifs, se groupent dans une loà la répression de semblables excès. calité. Ils payent, à frais communs, des senti

Veuillez donc bien, si de pareils combats nelles apostées aux divers débouchés, et qui venaient à s'établir dans vos communes, les préviennent de l'approche des sergens de soit dans un enclos particulier, soit dans un ville. Enfin, en cas de saisie, ils manquent établissement public, intervenir pour les em- rarement, pour obtenir la restitution de leurs pêcher et livrer aux tribunaux les acteurs , marchandises, de justisier d'une patenle, et iémoins et instigateurs de ces sortes de luttes bien plus souvent d'un certificat d'inscription qui peuvent, jusqu'à certain point, être con- au bureau de charité. sidérées comme des tentatives de meurtres Afin de déjouer des menées qui excitent volontaires.

des plaintes fondées et de débarrasser la Vous ferez, le cas se réalisant, diriger sur voie publique de ces faiscurs de dupes, j'ai ma préfecture, par la gendarmerie, les per- l organisé un service spécial, et je vous pric,

[ocr errors]

de votre côté, de concourir au succès de cette le commissaire de police du quartier sur lemesure.

quel il est domicilié, et le représenter à l'auComme l'obtention d'une patente ou d'un torité publique, toutes les fois qu'il en est certificat ne donne le droit ni de stationner | requis. sur la voie publique, ni d'y causer de l'em- En outre, que les marchands qui auront barras, vous voudrez bien opérer ou main- trompé l'acheteur sur la nature de la martenir la saisie de tous appareils en mar

chandise en lui vendant, par exemple, chandises, appartenant principalement à des comme étant en or, des bijoux en argent ou individus cherchant habituellement à tromper le public, ou vendant, soit des objets prohibés, soit des marchandises ouvrées dont le

cles 2 et 26 de l'arrêté du 12 messidor an vill, et l'arcommerce ne doit être fait qu'en boutique rêté du 3 brumaire an IX :-La décision du ministre de ou dans des marchés spéciaux.

la police générale du 29 fructidor an Ix, et celle du Je dois vous rappeler à ce sujet, que tout

ministre des finances du 5 thermidor an XII; Or marchand d'or ou d'argent ouvré doit, aux

donne ce qui suit : termes de la loi du ig brumaire an vi (1) et

Art. 1er. Les art 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14,

15, 16, 19, 28, 72, -3, 74, 75, 76, 77, 78, 79, 80, 81, de l'ordonnance de police du 28 septembre 85, 86, 87, 88, 89, 90, 91, 92, 93, 94, 95, 97, 98, 99, 1806(2), avoir un registre coté et paraphé par 100, 101, 102, 103, 104, 105, 107, 108, 109 et 110 de

, la du tilre et à la perception des droits de garantie des

matières et ouvrages d'or et d'argent ; extrait de la (1) Loi relative à la surveillance du titre et à la per

déliberation de l'administration des monnaies du 17 nireplion des droits de garantie des matières et ou

vôse suivant, et extrait de l'arrêté du gouvernement du vrages d'or et d'argent.

1er messidor de la même année, seront réimprimés, 19 brumaire an VI.

publiés et affichés, avec la présente ordonnance, dans

le ressort de la préfecture do police. Art. 74. Les fabricans et marchands d'or ef d'argent Il sera remis aux fabricans et marchands d'or et ouvré ou non ouvré auront, un mois au plus tard après d'argent, aux fabricans et marchands de galons, tissus, la publication de la présente loi, un registre coié et broderies ou autres ouvrages en fils d'or et d'argent, paraphé....., sur lequel ils inseriront la nature, le un extrait de la loi du 19 brumaire an vi, en ce qui nombre, le poids et le titre des matières et ouvrages concerne les titres et la vente des ouvrages d'or et d'or et d'argent qu'ils achèteront ou vendront, avec d'argent, ainsi que de la délibération de l'administrales noms et demeures de ceux de qui ils les auront tion des monnaies du 7 nivôse suivant, et de l'arrêté achetés.

du gouvernement du 1er messidor de la même année, Art. 76. Ils sont tenus de présenter leurs registres à pour être placés dans le lieu le plus apparent de leur l'autorité publique, loutes les fois qu'ils en sont requis. magasin ou boutique, conformément aux art. 78 et 81

Art. 80. Les contrevenans à l'une des dispositions de ladite loi. prescrites dans les huit articles précédens, seront con- 2. A compter du jour de la publication de la prédamnés, pour la première fois, à une amende de sente ordonnance, ceux qui voudront exercer dans le 200 fr., pour la seconde, à une amende de 500 fr., ressort de la préfecture de police, la profession de faavec affiche, à leurs frais, de la condamnation, dans bricans d'ouvrages d'or et d'argent, se présenteront à toute l'étendue du départemeot, la troisième fois, la préfecture de police pour y faire insculper leur l'amende sera de 1,000 sr., et le commerce de l'orse- poinçon particulier, avec leurs noms, prénoms et vrerie leur sera interdit, sous peine de confiscation de symbole. tous les objets de leur commerce.

Il leur sera délivré un certificat d'insculpation qui Art.81. Les articles 73, 74, 75, 76, 78, 79 et 80 sont sera visé, à Paris, par les commissaires de police, et, applicables aux fabricans et marchands de galons, dans les communes rurales, par les maires ou ad tissus, broderies, ou autres ouvrages en fils d'or ou joints. d'argent.

Ils seront tenus de justifier de ce certificat, au buCeux qui vendraient pour fins des ouvrages en or reau de garantie établi à l'hôtel des monnaies. ou argent faux, encourront, outre la restitution de 3. Ceux qui n'exercent pas la profession de fabricans droit à celui qu'ils auraient trompé, une amende et se bornent au commerce d'orsévrerie, en feront la qui sera de 200 fr. pour la première fois, de 400 fr. déclaration à la préfecture de police sur un registre pour la seconde fois, avec affiche de la condamnation, ouvert à cet effet. aux frais du délinquant, dans tout le département; et Il sera délivré extrait de cette déclaration qui sera Ja troisième fois, une amende de 1,000 fr., avec inter- visé, à Paris, par le commissaire de police du domicile diction de tout commerce d'or et d'argent,

du déclarant, et, dans les communes rurales par le

maire ou l'adjoint. (2) Ordonnance de police relative à la surveillance du 4. Ceux qui voudront plaquer ou doubler l'or et

titre et à la perception des droits de garontie des l'argent sur le cuivre ou sur tout autre métal, seront matières et owrages d'or et d'argent.

tenus d'en faire la déclaration à la préfecture de police

et à l'administration des monnaies. Paris, le 28 septembre 1806.

L'extrait de la déclaration faite à la préfecture de Le conseiller d'état, chargé du 3e arrondissement police sera visé conformément à l'art. 3, ci-dessus. de la police générale de l'empire, préfet de police, et 5. Tous marchands d'ouvrages d'or et d'argent, áml'un des commandans de la légion d'honneur; - Vu bulans, ou qui viendront en foire, soit à Paris, soit l'art. 16 de la loi du 28 pluviòse an vil; – L'avis dans une commune du ressort de la préfecture de podu conseil d'état du 8 germinal an Vilt;--Les arti- lice, se présenteront, à Paris, aux commissaires de pc

Au moyen

en cuivre doré, sont passibles des peines pro- ces préposés, obligés d'arriver à l'improviste, noncées par l'art. 423 du Code pénal (3) . de pouvoir préciser depuis combien de tems

D'un autre côté, l'art. 6 de l'ordonnance de durait le stationnement des contrevenans. Il police du 21 mai 1838 (4) défend de vendre, suffira de consigner, soit dans la déclaration sur la voie publique, des allumettes fulmi- des agens, soit dans vos procès-verbaux, que nantes et toute espèce de produits, dans la les contrevenans stationnaient indûment, et confection desquels il entre des matières dé- qu'il y avait embarras pour la circulation. tonnanles ou fulminantes.

L'essentiel, c'est que ces individus soient de la coalition de certains éta- connus, comme s'installant habi'uellement lagistes, pour exploiter une localité, en cher- sur la voie publique. chant par des sentinelles placées à l'entrée Vous voudrez bien, m'accuser réception des issues qui y aboutissent à se soustraire à de la présente. la vigilance des préposés de l'administration, Recevez, Messieurs, l'assurance de ma vous concevrez qu'il est parfois impossible à parfaite considération.

Le conseiller d'état, préfet de police, lice, et dans les communes rurales, aux maires ou

G. DELESSERT. adjoints, pour y justifier des bordreaux des orfèvres qui leur ont vendu les ouvrages dont ils sont porteurs, à moins qu'ils n'aient fait marquer ces ouvrages, Qe Div.

3. Bur. soit du poinçon de vieux, soit de celui de recense, suivant l'espèce des objets.

Instructions pour la stricte exécution de l'or6. Les registres des fabricans et marchands, ceny

doonance de police, concernant le service des

voitures faisant le transport en commun. des orfèvres, des joailliers et des fabricans de plaqué ou doublé, des fabricans et marchands de galons, tis

Paris , le 15 septembre 1838. sus, broderies ou autres ouvrages en fils d'or ou d'argent, seront cotés et paraphés, à Paris, par les com

A MM. les commissaires de police. missaires de police, et, dans les communes rurales,

Messieurs, un grand nombre d'ordonnances par les maires ou adjoints. 7. A Paris, les commissaires de police, et dans les

et d'arrêtés relatifs au service des voitures communes rurales, les maires ou adjoints accompagne- de transport en commun, ont été rendus deront les employés du bureau de garantie, dans les vi- puis la création de ce service. sires prescrites par les art. 101, 102 et 103 de la loi précitée, et ils en adresseront les procès-verbaux au

J'ai pensé que, pour faciliter l'exécution préfet de police,

des obligations imposées aux entrepreneurs 8. Il sera pris, envers les contrevenans à la loi du 19 du transport en commun, il était convenable brumaire an vi, telles mesures de police administrative de réunir, dans un seul réglement, tout ce qu'il appartiendra, sans préjudice des poursuites à

qui intéresse le service dont il s'agit, en apexercer contre eux devant les tribunaux.

9. Il sera dressé une ampliation de la présente or portant, aux mesures prescrites jusqu'à ce donnance à l'administration des monnaies, à celle du jour, les améliorations et modifications remont-de-piété et à la chambre des commissaires-pri

connues nécessaires. Les sous-préfets des arrondissemens de Sceaux et C'est dans ce but que j'ai rendu l'ordonde Saint-Denis, les maires et adjoints des communes nance dont je vous ai transmis un exemrurales du ressort de la prefecture de police, les commissaires de police à Paris, l'inspecteur-général du 3e arrondissement de la police générale de l'empire, les officiers de paix, et les préposés de la préfec

de veiller à la stricte exécution des mesures ture de police, sont chargés de tenir la main à son qui étaient prescrites par les anciens régleexécution.

mens, j'appelle particulièrement votre alten(3) Code penal. Art. 423.

tion sur les dispositions nouvelles qui ont été Quiconque aura trompé l'acheteur sur le titre insérées dans cette ordonnance. des matières d'or ou d'argent, sur la qualité d'une Vous aurez donc à exercer une surveillance pierre fausse vendue pour line, sur la nature de toutes

toute spéciale, à l'effet d'assurer, en ce qui marchandises; quiconque, par usage de faux poids ou de fausses mesures, aura trompé sur la quantité

vous concerne, l'exécution des art. 2, 3, 5, de choses vendues, sera puni de l'emprisonnement 10, 15, 16, 17, 18, 19, 20, 21, 27, 37, 38, pendant trois mois au moins, un an au plus, et d'une 39, 41, 42, 44, 50, 59, 60, 62, 63, 65, 66, et dommages-intérêts, ni être au-dessous de cinquante 67, 68, 69, 70, 72, 73 et 74 (1). francs.

Je vous invite surtout à faire de fréquentes Les objets du délit, ou leur valeur, s'ils appartien- tournées, dans vos quartiers respectifs, dans nent encore au vendeur, seront confisqués : les faux poids et les fausses mesures seront aussi confisqués, et de plus seront brisés. (4) Voy. plus haut, page 170.

(1) Voy. plus haut, page 267.

seurs,

Tout en vous recommandant de continuer

« PreviousContinue »