Page images
PDF
EPUB

Du titre de Roi.

Le mot Roi a la même signification que le mot latin rex, qui vient du verbe regere, Le Roi d'une nation est donc littéralement celui qui la régit , qui la gouverne.

Du titre de Majesté. Le titre de Majesté n'a pas toujours été donné à tous les souverains , et Wicquefort rapporte, dans son Traité de l'ambassadeur, (liv. 1, section 25) « que lors des conférences de Munster, les plénipo» tentiaires de France se plaignirent à ceux de l'Em» pereur que ce monarque n'avoit pas fait de réponse » à une lettre qu'on lui avoit écrite sous le règne de » Louis XIII. Le comte de Trautmansdorff leur dit » qu'on n'avoit pas fait de réponse, parce que,

dans » ses lettres, le Roi ne donnoit point d'autre titre à » l'Empereur que celui de Sérénité; et qu'après bien » des contestations et des tempéramens proposés, il » fut enfin convenu entre Trautmansdorff et les plé

nipotentiaires de France, par l'entremise des mé» 'diateurs, que lorsque l'Empereur et le Roi de France » s'écriroient de leur main, ils se donneroient le titre » de Majesté Impériale et Royale.

Les puissances n'accordoient autrefois aux monarques que, tantôt le titre d'Excellence, tantôt celui de Dilection, celui de Sérénité et celui d'Altesse. Les rois d'Espagne, avant Charles-Quint, ne recevoient que ce dernier. Sous le règne de Henri II, c'est-à-dire, vers le milieu du seizième siècle, celui de Majesté commença à s'introduire, et l'on ne sau: roit disconvenir que c'est le plus convenable, le plus juste et le plus précis , puisqu'il exprime mieux que tout autre le caractère de la grandeur et de la dignité royale ou impériale, et la supériorité que ces princes ont sur des souverains d'un rang inférieur.

Du titre de Régent.

Le mot Régent vient du latin regere. On le donne en France, et dans plusieurs autres états de l'Europe, à celui qui gouverne pendant la minorité du prince à qui la couronne écheoit en partage, d'après les lois de l'état.

Voyez page 71, l'Extrait du Sénatus-Consulte organique, qui fixe les attributions du Régent pendant la minorité de l'Empereur des Français.

[ocr errors]

Du titre de Prince. Le mot Prince vient de princeps ( premier ). C'étoit, chez les Romains, le titre de celui que les censeurs inscrivoient le premier sur la liste d'un des ordres de l'état. Il y avoit un prince du sénat, princeps senatus, et un prince des chevaliers, plus connu sous le nom de prince de la jeunesse, princeps jua ventutis. Ce titre donné d'abord à l'ancienneté, fut ensuite accordé au plus digne.

Voyez page 73, l'Extrait du Sénatus-Consulte organique, qui fixe le nombre des Princes français, et détermine leurs attributions.

Du titre d'Altesse.
Le titre d'Altesse se donne, en France ,
Princes Français et Princesses ; ainsi on les nomme

aux

Altesses Impériales. Ce titre d'honneur est le plus qualifié après celui de Majesté. Il nous vient des princes d'Italie, qui l'ont pris les premiers. Le care dinal Infant, passant en Italie en 1633, pour se rendre aux Pays-Bas, et ne voulant pas être confondu avec les autres princes d’Italie , obtint du duc de Savoie que

celui-ci le traiteroit d'Altesse Royale. Gaston de France, duc d'Orléans, et frère de Louis XIII, qui étoit alors à Bruxelles, prit aussitôt la même qualité, afin qu'il n'y eût pas de distinction entre l'Infant et lui. A leur exemple, les fils des rois de France, et autres, le prirent et l'ont toujours conservé.

Les princes des maisons de Condé et de Conti étoient appelés seulement Altesses Sérénissimes.

Ceux des maisons électorales de l'Empire Germanique ont le même titre.

Les Grands Dignitaires de l'Empire Français ont aussi le titre d' Altesses Sérénissimes,

Du titre d'Électeur.

Le mot Électeur vient du mot latin eligere , élire. On donne ce nom, en Allemagne, aux Princes d'Empire qui élisent l'Empereur.

Voyez page 82, les fonctions et attributions du Grand Electeur de l'Empire Français.

Du titre d'Archi-Chancelier. Le titre d'Archi-Chancelier a pris son origine en France vers le neuvième siècle, et n'y étoit plus en usage; il donnoit autrefois, à ceux qui en étoient revêtus , le droit de signer les diplômnes royaux,

à la tête des grands officiers de la couronne.

[ocr errors]

Il existe dans l’Empire Français deux ArchiChanceliers; l'Archi-Chancelier de l'Empire ; (Voyez page 83, ses fonctions et attributions ); et l'Archi-Chancelier d'Etat;(Voyez ses fonctions et attributions, page 84).

Du titre d’Archi-Trésorier. Le titre d’Archi-Trésorier, qui a pris son origine en Allemagne, signifie Grand Trésorier de l'Empire; il se donne en ce pays à l'officier qui , le jour du couronnement de l'Empereur, monte à cheval et jette des pièces d'or et d'argent au peuple dans la place publique.

Voyez page 85, les fonctions et attributions de l'Archi-Trésorier de l'Empire français.

Du titre de Connétable.

Le mot seul de Connétable, en latin comes stabuli, suffit pour faire comprendre que cette dignité dans son origine n'étoit pas une charge dans les armées comme elle l'a été depuis, mais seulement un office de la maison du prince, qui avoit de la ressemblance avec celui de grand-écuyer.

Le droit de commander les armées fut long-temps attribué à la dignité de Sénéchal. Il paroît que co fut du temps de Saint-Louis qu'il fut donné au Connetable, et il lui est resté depuis. Cette dignité avoit été supprimée sous les derniers rois de France.

Voyez page 86, les fonctions et attributions da Connétable de l'Empire français.

Du titre de Grand Amiral.

Le titre de Grand Amiral désigne celui qui a le commandement des flottes et armées navales. Les Grands Amiraux avoient sous les rois de France d'immenses prérogatives.

Voyez page 87, les fonctions et attributions du Grand Amiral de l'Empire français.

Du titre de Ministre d'Etat.

Le mot de Ministre vient de Ministère. Ministère public signifie service ou emploi public. Un Ministre d'Etat est une personne choisie par

le souverain pour l'administration des affaires publiques.

Voyez page go et suivantes, le nombre des Ministres de l'Empire français, et leurs fonctions et attributions.

Du titre de Maréchal.

Le mot de Maréchal vient de deux anciens mots allemands mar cheval, et scalk serviteur. Il paroît que ce fut sous le règne de Philippe-Auguste que ceux qui portèrent le titre de Maréchal de France eurent en même temps du commandement dans l'armée. Depuis ils ont conservé cette prérogative.

Voyez page 106 et suivantcs, ce qui concerne les Maréchaux de l'Empire français.

CHAPITRE

« PreviousContinue »