Histoire de France contemporaine depuis la révolution jusqu'à la paix de 1919: La révolution de 1848-le second empire (1848-1859) par Ch. Seignobos

Front Cover

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 191 - Depuis trois ans on a pu remarquer que j'ai toujours été secondé par l'Assemblée quand il s'est agi de combattre le désordre par des mesures de compression, mais lorsque j'ai voulu faire le bien, améliorer le sort des populations, elle m'a refusé son concours.
Page 15 - Le Gouvernement provisoire, convaincu que la grandeur d'âme est la suprême politique , et que chaque révolution opérée par le peuple français doit au monde la consécration d'une vérité philosophique de plus; « Considérant qu'il n'ya pas de plus sublime principe que l'inviolabilité de la vie humaine...
Page 237 - ... de savoir sous quel nom je puis rendre les plus grands services. Si le titre modeste de président pouvait faciliter la mission qui...
Page 359 - Toute coalition de la part des ouvriers pour cesser en même temps de travailler, interdire le travail dans certains ateliers, empêcher de s'y rendre et d'y rester avant ou après certaines heures, et en général pour suspendre, empêcher, enchérir les travaux, sera punie, s'il ya eu tentative ou commencement d'exécution, d'un emprisonnement qui ne pourra excéder trois mois.
Page 16 - Considérant que la révolution, faite par le peuple, doit « être faite pour lui; qu'il est temps de mettre un terme aux « longues et iniques souffrances des travailleurs ; que la question « du travail est d'une importance suprême ; qu'il n'en est pas « de plus haute, de plus digne des préoccupations d'un gou...
Page 238 - Pour faire le bien du pays, il n'est pas besoin d'appliquer de nouveaux systèmes ; mais de donner, avant tout, confiance dans le présent, sécurité dans l'avenir. Voilà pourquoi la France semble vouloir revenir à l'Empire. Il est néanmoins une crainte à laquelle je dois répondre. Par esprit de défiance, certaines personnes se disent : L'Empire, c'est la guerre. Moi je dis : L'Empire, c'est la paix.
Page 201 - Si je n'obtiens pas la majorité de vos suffrages, alors je provoquerai la réunion d'une nouvelle Assemblée et je lui remettrai le mandat que j'ai reçu de vous. Mais si vous croyez que la cause dont mon nom est le symbole, c'est-à-dire la France régénérée par la révolution de 89 et organisée par l'Empereur, est toujours la vôtre, proclamez-le en consacrant les pouvoirs que je vous demande. Alors la France et l'Europe seront préservées de l'anarchie, les obstacles s'aplaniront, les rivalités...
Page 74 - Le gouvernement doit-il agir sur les élections ou se « borner à en surveiller la régularité? « Je n'hésite pas à répondre que sous peine d'abdiquer ou « même de trahir, le gouvernement ne peut se réduire à « enregistrer des procès-verbaux et à compter des voix; il « doit éclairer la France et travailler ouvertement à déjouer « les intrigues de la contre-révolution, si, par impossible, elle
Page 121 - ... doit par une assistance fraternelle assurer l'existence des citoyens nécessiteux, soit en leur procurant du travail dans les limites de ses ressources, soit en donnant à défaut de la famille des secours à ceux, qui sont hors d'état de travailler.
Page 116 - Le droit au travail est celui qu'a tout homme de vivre en travaillant. La société doit , par les moyens productifs et généraux dont elle dispose , et qui seront organisés ultérieurement , fournir du travail aux hommes valides qui ne peuvent s'en procurer autrement.

Bibliographic information