Collection complète des mémoires relatifs à l'histoire de France depuis le règne de Philippe-Auguste, jusqu'au commencement du dix-septieme siècle, par m. Petitot, Volume 48

Front Cover
Claude Barnard Petitot
1825
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 447 - En même temps il chargea le sieur de Vitry , capitaine de ses gardes , d'aller au palais faire diligenter les apprêts qui s'y faisoient pour l'entrée de la reine, et fit demeurer ses gardes au Louvre. De façon que le roy ne fut suivi que d'un petit nombre de gentilshommes à cheval , et quelques valets de pied. Le carrosse...
Page 28 - Cour des aides, un commissaire et un sergent, qui viennent demander la taille à ces pauvres gens, et, à faute de payer, veulent exécuter. La femme commence à crier après; aussi fait le mari, qui leur demande qui ils sont. — Nous sommes gens de justice, disent-ils. — Comment ! de justice ! dit le mari. Ceux qui sont de justice doivent faire ceci, doivent faire cela, et vous faites ceci et cela (décrivant naïvement en son patois toute la corruption de la justice du temps présent).
Page 325 - ... en faveur du mariage de monseingneur le prince de Condé, premier prince du sang , et premier pair de France.
Page 35 - ... longueur jusqu'à l'hôtel Saint Denys , sur cinq toises et demi de largeur ; lesquelles ont été appretiées par des experts à trente mille livres tournois : à la charge que les materiaux des démolitions resteroient aux Augustins, que les murs de clôture des deux côtez de ladite rue seroient élevez de trois toises de haut au-dessus du pavé, aux dépens de Sa Majesté; et qu'il seroit fait deux voûtes sous ladite rue, pour communiquer aisément avec les maisons desdits religieux qui...
Page 446 - Hé bien, faites apprêter mon carrosse; j'irai à l'Arsenal « voir le duc de Sully, qui est indisposé, et qui se baigne
Page 171 - Poitou , en Xaintonge et en Guyenne. Ils avoient pris pour devise , qu'ils avoient affichée en plusieurs arbres des grands chemins : Paix aux gentilshommes, la mort aux prévôts et archers, et la bourse aux marchands. Ce qu'ils ont réellement exécuté maintes fois, ayant tué tous les prévôts et archers qui...
Page 4 - Discours des causes pour lesquelles le sieur de Civille, gentilhomme de Normandie, se dit avoir été mort, enterré et ressuscité, précédé d'une notice par M.
Page 352 - Le mercredi a3 de décembre, quatre commissaires nommez par Sa Majesté, sçavoir le cardinal Du Perron , le duc de Sully, le président de Thou, et un conseiller de la cour du parlement , sont allez visiter les colleges de Triguer et de Cambray (0; et dit-on qu'à...
Page 378 - C'a esté pourquoi j'en ay prié M. Justel, qui m'a promis de me les recouvrir. Grands bruicts de guerre en ceste saison (qui est une autre folie pire que toutes les autres), que chacun tient à Paris pour resolue, parce que le Roy veult qu'on la croye. Comme aussi le sacre, couronnement et entrée de la Roine sa femme au mois de may prochain, pour laquelle on fait de grands preparatifs; ainsi qu'on en fait aussi de la guerre par tout, de l'exprés commandement de Sa Majesté. Qui sont toutesfois...
Page 407 - Châteauneuf, eu qualité de garde des sceaux de la regence ; Achille de Harlay , premier président du parlement ; Nicolaï, premier président de la chambre des comptes; le comte de Château -Vieux , le seigneur de Liencourt; Pontcarré, conseiller en parlement; Gesvres , secretaire d'Etat ; et Maupeau, contrôleur des finances. Dans, ce conseil tout devoit être déterminé par la pluralité des voix , où la Reine n'avoit que la sienne. Le jeudi...

Bibliographic information