Page images
PDF
EPUB
[graphic]

accusés ne s'y sont point opposés ? (Rés. nég.) Cod. d'instr.

crim., art. 3o9 et 393. (1) Ces jurés SUPPLÉANTS ont-ils le droit, comme les jurés titu

laires, d'adresser des interpellations aux accusés et aux témoins pour arriver à la découverte de la vérité ? (Rés.

aff.) Cod. d'instr. crim., art. 319. Lorsque plusieurs accusés d'un méme crime sont mis en

jugement, et qu'ils ont été défendus par le même défenseur, sans obstacle de leur part, sont-ils fondés à soutenir ensuite qu'il y a eu violation, à leur égard, de l'ari. 294 du Cod. d'instr. crim., et qu'il aurait leur étre donné à chacun un défenseur particulier, sous le prétexte que leurs intérêts pouvaient être en opposition, et qu'ils pouvaient avoir des moyens de défense différents à faire

valoir ? (Rés. nég.) La mention de la prestation du serment des témoins doit

elle précéder immédiatement chaque déposition, à peine de nullité; Et y aurait-il insuffisance de preuve qu'il ait été satisfait à cette obligation, si le procès verbal d'audience mentionnait seulement dans un seul et méme contexte que tous les témoins ont prété le serment prescrit

par la loi ? (Rés. nég.) Cod. d'instr. crim., art. 517. Quoique la loi défende de recevoir les dépositions des enfants

d'un accusé, le président de la cour d'assises peut-il, en vertu de son pouvoir discrétionnaire, les appeler aux débats, et même faire donner lecture des déclarations

qu'ils auraient faites devant le juge d'instruction, lorsque À cet accusé ne s'y oppose pas ? (Rés. aff.) Cod. d'instr.crim.,

art. 322. Les renvois non signés, existant dans un procès verbal

d'audience en matière criminelle, seraient-ils une juste cause de faire prononcer, par argument de la loi du 25 ventóse an it sur le notariat, la nullité de ce procès verbal, revétu d'ailleurs de toutes les formes prescrites par le Cod. d'instr. crim. ? (Rés. nég.)

(1) Voy. sur cette question un arrêt de la cour de cassation du 8 janvier 1824, tom. 2 de 1824, pag. 177. Voy. aussi ce qui est dit à cet égard par M. Bourguignon, en sa Jurisprudence des Codes criminels, tom. 2, pag. 27 et 275, sur les art. 309, n. 11, et 401, n. 1, du Cod. d'instr. crim. En accordant aux cours d'assises la faculté d'ordonner que l'exécution se fera sur l'une des places publiques du lieu qui sera indiqué par l'arrêt de condamnation, l'art. 26 du Cod. pén. a-t-il entendu limiter cette faculté aux lieux de leur ressort, et la leur refuser pour les lieux qui sont hors de leur juridiction 2 (Rés. nég.)

[graphic]

HEURTAUT ET DAGUET, C. LE MINISTÈRE PUBLIC. Les nommés Heurtaux et Daguet, accusés de vol et d'assassinat , furent condamnés à la peine de mort, par arrêt de la cour d'assises du département de la Seine-Inférieure, en date du 4 décembre 1826. Cet arrêt porte que l'exécution aura lieu à Bourgtheroulde, commune da département de l'Eure , dans le territoire de laquelle le crime avait eté commis.-La femme Heurtaux, qui figurait dans l'acte d'accusation comme coupable d'avoir recélé sciemment une partie de l'argent volé, fut acquittée. Les deux premiers furent défendus par le même défenseur; la défense de celle-ci fut proposée par un autre avocat.

Heurtaux et Daguet se sont pourvus en cassation. Ils ont proposé six moyens, qui ont tous été rejetés. — Ils ont soutenu, en premier lieu, qu'il avait été contrevenu aux articles 30g et 393 du Cod. d'instr. crim., en ce qui concerne la composition du jury, puisque, au lieu de douze jurés , nombre fixé par ces articles, il s'en trouvait quatorze, ainsi qu'il résultait du procès verbal de l'audience, où ils sont désignés numériquement depuis un jusqu'à quatorze ; - Que la qualité de jurés supplémentaires donnée aux deux derniers ne pouvait avoir l'effet de couvrir la contravention dont il s'agit, parce que ceux-ci avaient pris place sur le banc des jarés, et parce qu'ils avaient usé du droit que la loi accorde à ces derniers , en prenant part à l'instruction orale, et en adressant des interpellations aux accusés et aux témoins;

En second lieu, que, l'art. 294 du même Code voulant que l'accusé soit interpellé de déclarer le choix qu'il aura fait d'un conseil pour l'aider dans sa défense, sinon que le juge lui en désigne un sur-le-champ, à peine de nullité de tout ce qui suivra , on devait nécessairement induire des termes de cet article, qui s'exprime au singulier, que, lorsque, au lieu d'un seul accusé, plusieurs étaient mis en jugement, chacun

[graphic]
[graphic]

par les ordres du procureur-général, qui a le droit de requérir pour cet effet l'assistance de la force publique ; et l'autre, que le procès verbal d'exécution soit dressé par le greffier de la cour d'assises qui a rendu l'arrêt, et transcrit par lui, dans les vingt-quatre heures, au pied de la minute dudit arrêt; dispositions qui seraient nécessairement enfreintes, disaientils, si le système adopté par l'arrêt attaqué pouvait être consacré.

Le 23 décembre 1826, ARRÊT de la cour de cassation, section criminelle, M. Portalis président, M. Ollivier rapporteur, M. Jousselin avocat, par lequel:

LA COUR, -- Sur les conclusions de M. Laplagne-Barris, avocat. général ; - Attendu, sur le premier moyen, que le tirage des jurés sipplémentaires a eu lieu avec le consentement des accusés, et que les deux jarés appelés ont été agréés par eux; que, si le procès verbal des débats leur donne la qualité de 13me et i4me jurés, cette énonciation ne change point leur caractère , et que, s'ils ont adressé des interpellations soit aux accusés. soit aux témoins, dans l'intérêt de la manifestation de la vérité, ils ont en sela usé de leur droit, et ils ont agi dans l'intérêt de la défense comme lans celui de la vindicte publique;

« Attendu, sur le second moyen, que, si les défenseurs des accusés se ont entendus pour se distribuer, ainsi que l'intérêt de la défense leur semblait l'exiger, les diverses parties de cette défense, les accusés ne s'y sont point opposés, et il n'en est résulté aucune restriction dans l'exercice de eurs droits;

« Attenda , sur le troisième moyen, qu'il résulte du proces verbal des lébats que tous les témoins ont prêté avant d'être entendus le serment prescrit par l'art. 319 du Cod. d'inst. crim.;

«Attendu, sur le quatrième moyen, que, si les enfants de l'accuse Heur: aux ont été appelés aux débats, en vertu du pouvoir discrétionnaire du président, ils ne l'ont point été comme témoins ; et que, s'il a été donné lecare de la déclaration de ces enfants, en vertu du pouvoir discrétionnaire es accusés ne s'y sont pas opposés, et qu'il n'a été sur ce point violé auune loi;

« Attendu, sur le cinquième moyen, que les règles prescrites par la loi u 25 ventöse an 11, relatives au notariat, pour les actes des notaires, ne ont point applicables aux actes et jugemens des cours d'assises; que d'aileurs, aux termes de l'art. 15 de cette loi, les renvois non signés seraient euls réputés nuls, sans que l'omission de la signature à leur égard pût enraîner la nullité de l'acte tout entier; qu'aucune disposition du Cod. l'inst. crim. n'est applicable au noyen proposé; que d'ailleurs le procès verbal des débats est régulier et revêtu des signatures prescrites; « Attendu, sur le sixième moyen, qu'aux termes de l'art. 26 du Cod. Tome ser de 1827.

Feuille 2.

[graphic]
[ocr errors]

Est-il nul l'arrêt rendu par une chambre civile composée

de cinq conseillors seulement et de deux conseillers auditeurs, dont l'unn'avait pas voix délibérative? (Rés. aff.)

Mântin, C. MOREL. Le moyen de cassation invoqué et adopté dans cette affaire rend inutile la connaissance des faits de l'instance. Il suffira de faire observer que la copie signifiée au demandeur de l'arrêt attaqué, par lui produite devant la Cour, portait les noms de cinq conseillers et de deux conseillers auditeurs, qui ayaient pris part à la délibération; mais qu'on y lisait que le dernier des deux conseillers auditeurs n'avait pas voix delibérative, en conséquence, il ne restait plus que six juges présents: - L'annulation de l'arrêt attaqué a été prononcée ainsi qn'il snita terkait

Da 21 mars 1826, ARRÊT de la section civile, M. Brisson président , M. Legonidee rapporteur, M. Teysseyrreavocat, par lequel :

« LA COUN, - Sur les conclusions de M. de Vatimesnil, avocat-genéral; Vu l'art. 27 de la loi du 27 ventose an 8 ( 18 mars 1800 ); - Vu aurssi lart. 7,$ 2, de la loi du 20 avril 1810; - Attendu qu'il résulte de la copie signifiée au demandeur et par lui produite à la Cour, à l'appui de son pourvoi, que l'arrêt attaqué n'a été rendu dans la première chambre civile de la cour royale de Rouen que par six juges ayant vois délibérative: que dès lors il est frappé de nullité par les lois des 18 mars 1800 et 20 avril 1810, dont la première veut que les jugements des tribunaux d'appel ne puissent être rendus par moins de sept juges, et dont la seconde declare formellement nuls les arrêts qui ne sont pas rendus par le nombre de juges prescrit; - Par ces motifs, DONNE defant contre le defendeur; et, pour le profit, Casse et ANNULE l'arrêt de la cour royale de Rouen, du 26 noyembre 1822, dont il s'agit. »

« PreviousContinue »