Page images
PDF
EPUB

sur

neuf ans.

arrivé à travers tous les obstacles et tous les périls. Votre général, appelé au trône par le choix du peuple , et élevé vos pavois, vous est rendu; venez le joindre!

» Arrachez ces couleurs que la nation a proscrites, et qui pendant vingt-cinq ans servirent de ralliement à tous les ennemis de la France ! Arborez cette cocarde tricolore ! Vous la portiez dans nos grandes journées !

» Nous devons oublier que nous avons été les maîtres des nations ; mais nous ne devons point souffrir qu'aucune se mêle de nos a

affaires. » Qui prétendrait être maître chez nous ? Qui en aurait le pouvoir? Reprenez ces aigles que vous aviez à Ulm, à Austerlitz, à Iéna, á Eylau , à Friedland , à Tudela , à Eckmulh, à Essling, à Wagram , à Smolensk, à la Moskowa, à Lutzen, à Wurschen, à Montmirail! Pensez-vous que cette poignée de Français , aujourd'hui si arrogans, puissent en soutenir la vue ! Ils retourneront d'où ils viennent; et là, s'ils le veulent, ils régneront, comme ils prétendent avoir régné depuis dix» Vos biens, vos rangs , votre gloire, les biens, les

rangs et la gloire de vos enfans n'ont pas de plus grands ennemis que ces princes , que les étrangers nous ont imposés : ils sont les ennemis de notre gloire , puisque le récit de tant d'actions héroïques qui ont illustré le peuple français combattant contre eux pour se soustraire à leur joug est leur condamnation.

» Les vétérans des armées de Sambre-et-Meuse , du Rhin, d'Italie , d'Egypte, de l'Ouest, de la grande armée, sont humiliés ; leurs honorables cicatrices sont flétries. Leurs succès seraient des crimes , ces braves seraient des rebelles, si, comme le prétendent les ennemis du peuple, des souverains légitimes étaient au milieu des armées étrangères.

» Les honneurs, les récompenses, les affections sont pour ceux qui les ont servis contre la patrie et nous.

» Soldats, venez vous ranger sous les drapeaux de votre chef! Son existence ne se compose que de la vôtre ; ses droits ne sont que ceux du peuple et les vôtres ; son intérêt, 'son honneur, sa gloire, ne sont autres que votre intérêt, votre honneur et votre gloire. La victoire marchera au pas

de charge; l'aigle , avec les couleurs nationales , volera de clocher en clocher jusqu'aux tours de Notre-Dame. Alors vous pourrez montrer avec honneur vos cicatrices; alors vous pourrez vous vanter de ce que vous aurez fait : vous serez les libérateurs de la patrie. » Dans votre vieillesse , entourés et considérés de vos con1.-2° Série.

3

1

citoyens, ils vous entendront avec respect raconter vos hauts faits ; vous pourrez dire avec orgueil :

« Et moi aussi je faisais partie de cette grande armée qui » est entrée deux fois dans les murs de Vienne, dans ceux de » Rome, de Berlin, de Madrid, de Moskou ; qui a délivré » Paris de la souillure que la trahison et la présence de l'en» nemi y ont empreinte!

» Honneur à ces braves soldats, la gloire de la patrie ! et honte éternelle aux Français criminels, dans quelque rang que la fortune les ait fait naître, qui combattirent vingt-cinq ans avec l'étranger pour déchirer le sein de la patrie!

Signé NAPOLÉON. Par l'empereur, etc. »

>>

(C.)

- ADRESSE des généraux, officiers et soldats de la garde impériale, aux généraux, officiers et soldats de l'armée. Au golfe Juan , le 1"" mars 1815.

« Soldats et camarades, nous vous avons conservé votre empereur, malgré les nombreuses embûches qu'on lui a tendues; nous vous le ramenons au travers des mers, au milieu de mille dangers. Nous avons abordé sur la terre sacrée de la patrie avec la cocarde nationale et l'aigle impériale. Foulez aux pieds la cocarde blanche! Elle est le signe de la honte et du joug imposé par l'étranger et la trahison. Nous aurions inutilement versé notre sang si nous souffrions que

les vaincus nous donnassent la loi!

» Depuis le peu de mois que les Bourbons règnent, ils vous ont convaincus qu'ils n'ont rien oublié ni rien appris ; ils sont toujours gouvernés par les prejugés, ennemis de nos droits et de ceux du peuple. » Ceux qui ont porté les armes contre leur pays, contre

sont des héros : vous êtes des rebelles , à qui l'on veut bien pardonner jusqu'à ce que l'on soit assez consolidé par la formation d'un corps d'armée d'émigrés, par l'introduction à Paris d'une garde suisse , et par le remplacement successif de nouveaux officiers dans vos rangs. Alors il faudra avoir porté les armes contre la patrie pour pouvoir prétendre aux honneurs et aux récompenses ; il faudra avoir une naissance conforme à leurs préjugés pour être officier ; le soldat devra toujours être soldat; le peuple aura les charges , et eux les honneurs.

» En attendant le moment où ils oseraient détruire la Légion d'Honneur, ils l'ont donnée à tous les traîtres, et l'ont prodiguée pour l'avilir ; ils lui ont ôté toutes les pré

nous

rogatives politiques que nous avions gagnées au prix de notre sang

» Les quatre cents millions du domaine extraordinaire , sur lesquels étaient assignées nos dotations, qui étaient le

patrimoine de l'armée et le prix de nos succès, ils se les ont appropriés.

» Soldats de la grande nation , soldats du grand Napoléon , consentirez-vous à l'être d'un prince qui vingt ans fut l'ennemi de la France, et qui se vante de devoir son trône à un prince régent d'Angleterre?

» Tout ce qui a été fait sans le consentement du peuple et le nôtre , et sans nous avoir consultés , est illégitime.

» Soldats, officiers en retraite, vétérans de nos armées, venez avec nous conquérir le trône palladium de nos droits, et que la postérité dise un jour : « Let étrangers, secondés par

des traîtres, avaient imposé un joug honteux à la France; » les braves se sont levés, et les ennemis du peuple , de l'ar» mée, ont disparu, et sont rentrés dans le néant ! »

» Soldats, la générale bat, nous marchons, courez aux armes! Venez , venez nous rejoindre, joindre notre empereur et nos aigles tricolores!

Signé CAMBRONNE, Drouot, etc., etc.

>)

(D.) - - PROCLAMATION de l'empereur aux habitans

des départemens des Hautes et Basses-Alpes. Gap, le 6 mars 1815.

Citoyens , j'ai été vivement touché de tous les sentimens que vous m'avez montrés. Vos væux seront exaucés; la cause de la nation triomphera encore ! Vous avez raison de m'appeler votre père ; je ne vis que pour l'honneur et le bonheur de la France. Mon retour dissipe toutes vos inquiétudes ; il garantit la conservation de toutes les propriétés. L'égalité entre toutes les classes, et les droits dont vous jouissiez depuis vingtcinq ans, et après lesquels nos pères ont tous soupiré, forment aujourd'hui une partie de votre existence.

» Dans toutes les circonstances ou je pourrai me trouver, je me rappellerai toujours avec un vif intérêt tout ce que j'ai vu en traversant votre pays.

» Signé NAPOLÉON. Par l'empereur, etc, »

Convocation des

(E.) - PROCLAMATION du roi.

Chambres.

>>

« Nous avions , le 31 décembre dernier , ajourné les Chambres pour reprendre leurs séances au per mai. Pendant ce temps nous nous attachions à préparer les objets dont elles devaient s'occuper. La marche du congrès de Vienne nous permettait de croire à l'établissement général d'une paix solide et durable , et nous nous livrions sans relâche à tous les travaux qui pouvaient assurer la tranquillité et le bonheur de nos peuples. Cette tranquillité est troublée; ce bonheur peut être compromis par la malveillance et la trahison : la promptitude et la sagesse des mesures que nous prenons en arrêtera les progrès. Plein de confiance dans le zèle et le dévouement dont les Chambres nous ont donné des preuves, nous nous empressons de les rappeler auprès de nous.

Si les ennemis de la patrie ont fondé leur espoir sur les divisions qu'ils ont toujours cherché à fomenter, ses soutiens, ses défenseurs légaux renverseront ce criminel espoir par l'inattaquable force d'une union indestructible.

» A ces causes , ouï le rapport de notre amé et féal chevalier chancelier de France, le sieur Dambray, commandeur de nos ordres , et de l'avis de notre conseil, nous avons ordonné et ordonnons ce qui suit :

» Art. 1er. La Chambre des Pairs et celle des Députés des départemens sont convoquées extraordinairement au lieu ordinaire de leurs séances.

» 2. Les pairs et les députés des départemens absens de Paris s'y rendront aussitôt qu'ils auront connaissance de la présente proclamation.

>> 3. La présente proclamation sera insérée au Bulletin des lois, etc.

» Donné au château des Tuileries , le 6 mars 1815, et de notre règne le vingtième. Signé Louis. Par le roi, le chancelier de France, signé DAMBRAY, »

(F.)

Mesures de sûreté

ORDONNANCE du roi.

générale.

LOUIS, par la grâce de Dieu , roi de France et de Navarre, à tous ceux qui ces présentes verront, salut.

» L'article 12 de la Charte constitutionnelle nous charge spécialement de faire les réglemens et ordonnances nécessaires

[ocr errors]

pour

la sûreté de l'Etat; elle serait essentiellement compromise si nous ne prenions pas des mesures promptes pour réprimer l'entreprise qui vient d'être formée sur un des points de notre royaume, et arrêter l'effet des complots et attentats tendans á exciter la guerre civile et détruire le gouvernement.

» A ces causes et sur le rapport qui nous a été fait par notre amé et féal chevalier chancelier de France, le sieur Dambray, commandeur de nos ordres, sur l'avis de notre conseil, nous avons ordonné et ordonnons, déclaré et déclarons ce qui suit :

» Art. 1o Napoléon Bonaparte est déclaré traître et rebelle, pour s'être introduit à main armée dans le département du Var. Il est enjoint à tous les gouverneurs, commandans de la force armée, gardes nationales, autorités civiles et même aux simples citoyens, de lui courir sus , de l'arrêter, et de le traduire incontinent devant un conseil de guerre, qui, après avoir reconnu l'identité, provoquera contre lui l'application des peines prononcées par la loi.

» 2. Seront punis des mêmes peines, et comme coupables des mêmes crimes, les militaires et les employés de tout grade qui auraient accompagné ou suivi ledit Bonaparte dans son invasion du territoire français, à moins que dans le délai de huit jours, à compter de la publication de la présente ordonnance, ils ne viennent faire leur soumission entre les mains de nos gouverneurs, cominandans de divisions militaires, géné

ou administrateurs civils. * 3. Seront pareillement poursuivis, et punis comme sau teurs et complices de rébellion et d'attentat tendant à changer la forme du gouvernement et provoquer la guerre civile, tous adıninistrateurs civils et militaires, chefs et employés dans lesdites administrations, payeurs et receveurs de deniers publics, même les simples cioyens qui prêteraient directe . ment ou indirectement aide et assistance à Bonaparte.

4. Seront punis des mêmes peines , conformément à l'article 102 du Code pénal, ceux qui, par des discours tenus dans des lieux ou réunions públiques, par des placards affichés ou par des écrits imprimés, auraient pris part ou engagé les citoyens à prendre part à la révolte, ou à s'abstenir de la repousser.

» 5. Notre chancelier, nos ministres secrétaires d'état et notre directeur général de la police, chacun en ce qui le concerne , sont chargés de l'exécution de la présente ordonnance, qui sera insérée au Bulletin des lois, etc.

Donné au château des Tuileries, le 6 mars de l'an de grâce 1815, et de notre règne le vingtième. Signé Louis. Par le roi , le chancelier de France, signé DAMBRAY. »

raux ,

« PreviousContinue »