Page images
PDF
EPUB

de rétablir quelques dispositions spéciales pour les dessins de fabrique. C'est ce que fit une loi du 18 mars 1806 qui, en créant pour la ville de Lyon un conseil de prud'hommes , les chargea des mesures conservatrices de la propriété des dessins, régla les formalités du dépôt et, par occasion, fixa une durée particulière, en autorisant le fabricant à déclarer, au moment du dépôt, s'il entendait se réserver la propriété exclusive pendant une, trois ou cinq années, ou à perpétuité. De sorte que, par une singulière anomalie, cette propriété qui est considérée par la loi comme moins importante, parce que le goût et les modes changent, peut cependant, par le seul fait de la déclaration, devenir perpétuelle, alors que le droit exclusif de reproduction des chefs-d'auvre artistiques ne dure qu'un certain nombre d'années au profit de la famille et des cessionnaires, après la mort de l'auteur.-En fait, cela n'a pas une grande importance, parce que la versatilité des modes et la possibilité de varier à l'infini les dessins de fabrique font prompte justice de cette perpétuité. Mais, en droit, elle existe, et, jusqu'à ce qu'une loi nouvelle ait fait disparaître cette anomalie, les fabricants doivent s'abstenir de reproduire servilement des dessins, même anciens, avant d'être certains qu'ils sont tombés dans le domaine public.

La loi de 1806 était spéciale à la ville de Lyon, mais, outre qu'elle autorisait la création de nouveaux conseils de prud'hommes dans toutes les villes où le gouvernement le jugerait convenable, une ordonnance des 17 et 29 août 1825 généralisa celles de ses dispositions qui étaient relatives aux dessins de fabrique, en établissant que dans les villes où il n'existerait pas de conseil de prud'hommes, le dépôt serait fait aux greffes des tribunaux de commerce.

Quant aux modèles de fabrique, aucune disposition particulière n'étant venue modifier les principes généraux, ils restent soumis à la loi de 1973, sauf l'application qui leur a été faite, dans certains cas, des dispositions qui précèdent, ainsi que nous le verrons à le section suivante, $ 2.

DEUXIÈME SECTION.

Précis de la législation en vigueur.

§ 1er. Dessins de fabrique. – A. Genre de dessins. La propriété des dessins de fabrique se trouve aujourd'hui protégée par les principes généraux sur la propriété artistique, et en outre par les dispositions spéciales de la loi de 1806 et de l'ordonnance de 1823. On entend par dessin de fabrique toute disposition d'ornements et combinaison de dessins linéaires appliquée ou destinée à être appliquée à l'industrie .par l'impression ou par le tissage, peu importe la nature de l'objet sur lequel il est reproduit, étoffes de soie, de laine ou de coton, velours, cachemires, tapis, dentelles, passementeries, toiles cirées, papiers peints, cuirs, bois, porcelaines, cristaux, etc., etc. Mais il faut que le dessin ait un caractère de nouveauté, c'est-à-dire qu'il ne soit pas la reproduction servile d'un dessin tombé dans le domaine public. Toutefois, il a été jugé par un arrêt de la Cour de Paris, du 26 juin 1837, que celui qui le premier avait fait usage dans les papiers peints des crêtes ou lézardes, pour servir de bordures, avait pu s'assurer un droit exclusif par le dépôt de ce dessin, bien qu'il ne fût que la reproduction ou plutôt l'imitation des crêtes en passementeries. - Il faut également que ce soit un dessin susceptible d'être reproduit par un procédé mécanique. Tout dessin qui nécessiterait un travail à la main rentrerait dans la catégorie des auvres artistiques.

B. Dépôt. Le dessinateur ou le fabricant sont tenus , pour conserver la propriété d'un dessin, d'en effectuer le dépôt au conseil des prud'hoinmes, ou, à défaut, au greffe du tribunal de commerce. Le dessin ou l'échantillon doit être plié sous enveloppe revêtue de la signature et du cachet du déposant.

Q. Frais. Lorsque le dépôt a lieu aux archives du conseil des prud'hommes, il est soumis au payement d'une indemnité qui est réglée par le conseil, et ne peut excéder un franc par année de jouissance exclusive réclamée; elle est de dix francs pour la propriété perpétuelle. Mais si le dépôt est fait au greffe d'un tribunal de commerce en vertu de l'ordonnance de 1825, il doit être reçu gratuitement, sauf le droit du greffier pour la délivrance du certificat.

D. Effet du dépôt. Le dépôt est nécessaire pour la conservation du droit de propriété.– Tout dessin exécuté et mis dans le commerce avant le dépôt tombe dans le domaine public. Mais si le dépôt peut servir à établir la priorité entre deux déposants, il ne prouve pas, par lui seul, la propriété du dessin qui est préexistante et pourrait, au besoin, être revendiquée par le véritable auteur ou propriétaire.

E. Durée. Le déposant doit indiquer pendant quel temps il veut se réserver le droit de propriété exclusive. Ce droit peut être perpétuel ou limité à une, trois ou cinq années.

F. Poursuite et compétence. Les principes que nous avons exposés au chapitre précédent sur le mode de poursuite et la compétence en matière de propriété littéraire et artistique s'appliquent aux dessins de fabrique. Seulement, lorsqu'au lieu de porter la plainte en contrefaçon devant la juridiction correctionnelle, on agit par la voie civile, notamment en revendication de la propriété d'un dessin, ou en dommages-intérêts, l'action doit être portée devant le tribunal de commerce, et non devant les tribunaux civils ordinaires.

G. Peines. Les peines contre le contrefacteur, l'introducteur ou le débitant sont les mêmes qu'en matière littéraire et artistique, et sont réglées par les art. 425 et suiv. du Code pénal.

§ 2. Modèles de fabrique. - Nous avons dit que la des

tination industrielle d'un objet d'art ne suffisait pas pour faire refuser à l'artiste ou à son cessionnaire le bénéfice de la loi de 1793. Ainsi un groupe ou une statuette destinés à une pendule, une cariatide en bronze appliquée à un meuble, des figurines ou des animaux sculptés en or, en argent ou en ivoire pour l’orfévrerie ou la bijouterie, n'en constituent pas moins des @uvres artistiques. Mais il n'en est pas toujours ainsi, et quoiqu'il soit souvent difficile de préciser où l'art finit et où commence l'industrie, on ne saurait méconnaître qu'il y a un fort grand nombre d'objets fabriqués pour des usages purement industriels ou domestiques dont les modèles n'ont souvent pas d'autre valeur que le prix de premier établissement, et qu'on ne peut guère élever au rang d'œuvres d'art, même alors qu'il a fallu, pour les créer, un certain degré d'intelligence et de goût; ils n'en ont pas moins droit à la protection de la loi, car si la liberté et l'émulation vivifient l'industrie, c'est à la condition que la concurrence sera loyale. La contrefaçon, en effet, c'està-dire l'usurpation du travail d'autrui, est relativement aussi coupable et aussi nuisible dans l'industrie que dans les arts, et cependant on est obligé de reconnaître qu'entre la loi de 1793, qui ne s'occupe que des productions de l'esprit et des beauxarts, et la loi de 1806, qui est spéciale aux dessins industriels, les modèles de fabrique se trouvaient livrés à la merci des contrefacteurs, n'ayant pour les défendre que le faible appui de l'article 1382 du Code Nap., qui permet d'actionner en dommages-intérêts celui qui, par un fait répréhensible, nous cause un préjudice. - La jurisprudence a comblé cette lacune en appliquant les dispositions répressives du Code pénal, en vertu, soit de la loi de 1793, soit de celle de 1806, selon que les objets argués de contrefaçon lui paraissaient avoir un caractère artistique ou purement industriel. La répression étant la même, cette distinction n'a d'importance qu'à raison de ce que, dans le second cas, le dépôt préalable du modèle peut être jugé nécessaire, tandis qu'il ne l'est pas dans le premier. Or, ce qu'il y a de fâcheux, c'est qu'en l'absence d'un texte de loi, il est impossible de poser une règle et une délimitation même approximative, d'autant que la matière et le procédé de fabrication ont souvent, dans cette appréciation, autant d'influence que la nature de l'ornementation ou la destination de l'objet. C'est ainsi que l'on a considéré alternativement, comme auvres d'art dispensées du dépôt : des ornements en cuivre estampé et destinés à des pauonceaux de notaire (Cour de Paris, 9 février 1832), des marteaux de porte en bronze ayant la forme d'un dauphin frappant sur une coquille (C. de Bordeaux, 21 janvier 1836), des chenets en fonte de fer se terminant par une tête de cheval (Trib. de Toulouse, 22 déc. 1835), des flacons en porcelaine représentant un pacha, d'après le tableau du Massacre des Janissaires d'Horace Vernet (C. de Paris, 24 mai 1837); et comme modèles de fabrique, soumis à la formalité essentielle du dépôt préalable, des matrices et poinçons destinés à l’estampage de bijoux (C. de Paris, 16 mai 1840), et des modèles de carafes, quoiqu'en fait il fût établi que les ornements en étaient nouveaux aussi bien que la forme (C. de Paris, 3 août 1854). --En résumé, la sculpture industrielle et les modèles de fabrique sont, comme la sculpture artistique et les dessins de fabrique, protégés par les art. 425 et suiv. du Code pénal; mais nous ne saurions trop recommander, non-seulement aux fabricants d'orfévrerie, de bijouterie, d'ébénisterie , de porcelaines et cristaux, de terres cuites, etc., etc., mais encore aux fondeurs et fabricants de bronzes qui veulent s'assurer la propriété de leurs modèles, d'en faire le dépôt conformément à la loi de 1806 et à l'ordonnance de 1825 précitées, toutes les fois qu'il ne s'agira pas d'oeuvres d'art proprement dites.

$ 3. Étrangers. – Les étrangers qui sont admis à la jouissance des droits civils, ou qui, établis en France, y exercent un commerce ou une industrie, ont les mêmes droits que les

« PreviousContinue »