Page images
PDF
EPUB

HISTOIRE

DE BOSSUET.

LIVRE CINQUIÈME.

Genre de vie de Bossuet à la Cour. Conférence

avec le ministre Claude. Affaire de Mme de la Vallière. Affaire de Mme de Montespan.

)

DE BOSSUET.

LIVRE CINQUIÈME.

Genre de vie de Bossuet à la Cour. Conférence

avec le ministre Claude. Affaire de Mme de la Vallière. Affaire de Mme de Montespan.

I. Bossuet vit dans la retraite à la Cour. PENDANT

ENDANT toute l'éducation de M6* le Dauphin, Bossuet se renferma dans l'exercice de ses devoirs et de ses fonctions. Estimé et respecté de toule la Cour, il y vécut dans la retraite, et il n'entretint avec toutes les personnes que la naissance, les dignités, le crédit ou la faveur élevoient au premier rang, que les simples relations commandées par le devoir, ou prescrites par l'usage.

Cette conduite fut généralement approuvée. On sentit qu'en s'éloignant du commerce du monde, il honoroit plus son siècle et la Cour par ses études et ses travaux, qu'il n'auroit pu le faire par une oisive assiduité dans la sociélé. Il étoit d'ailleurs prévenant et poli; il ne manquoit jamais à aucun deyoir de bienséance. Les minisères et cous les grands de la Cour vouloient être comptés au nombre de ses amis, et la bienveillance même des princes venoit le chercher jusque dans sa retraite.

[ocr errors]
[ocr errors]

« f«) Il vécut à la Cour avec la frugalité et la mo» destie dont il a fait profession toute sa vie. Sa » table étoit servie d'une manière convenable, mais » sans délicatesse et sans profusion; ses meubles ► très-simples, son équipage modeste, sa maison » peu nombreuse et composée des seuls domes

tiques nécessaires à son service. Sans faste, sans v ostentation, sans vains amusemens,

il ne parut jamais rien sur sa personne que de grave et de » sérieux; on eût cru voir un simple ecclésias» tique.

Bossuet n'étoit pas seulement à la Cour le précepteur du Dauphin. Déjà placé par l'opinion publique au premier rang des grands hommes d'un grand siècle, sa renommée avoit fixé autour de lui un certain nombre de disciples choisis qui s'honoroient d'être admis à l'école d'un tel maître. La plupart étoient ecclésiastiques, et attachés à la Cour par les fonctions qu'ils y exerçoient; quelques magistrats et des gens de la Cour qui partageoient le même goût pour l'étude et la retraite , étoieat aussi-admis dans cette société si distinguée.

Tous ces hommes, plus ou moins célèbres, que leur rang et leur profession sembloient devoir rendre étrangers à un genre de vie si grave et si sérieux, venoient se réunir tous les jours chez Bossuet à une heure marquée. Lorsque le temps et la saison le permettoient, ils se rendoient tous ensemble à la promenade pendant les séjours de la Cour à SaintGermain, à Versailles et à Fontainebleau.

Pendant toute sa vie et même au dernier voyage que Bossuet fit à Versailles, peu de mois avant sa maort', pendant l'été de 1703(6), « il ne parut jamais

$a) Mus. de Ledien, -(6) Ibid.

» à la Cour dans les promenades publiques, qu'en

vironné de l'élite du clergé. » Les générations s'étoient succédé, d'autres disciples avoient remplacé les premiers disciples de Bossuet; mais il étoit loujours resté le chef et l'oracle de cette école de religion et de science.

a (a) C'étoit un spectacle imposant pour tout ce > qui habitoit Versailles, de voir jusqu'à la fin de sa » vie ce vieillard vénérable par ses cheveux blancs, » et plus encore par tant de travaux et de gloire, se » promener, suivi de ce nombreux cortége, dans » les allées du petit parc de Versailles, et surtout » dans celle que toute la Cour étoit convenue d'ap

peler l'allée des Philosophes, » pour consacrer en quelque sorte le souvenir des promenades de Bossuet et de ses disciples.

Ces philosophes (1) étoient, comme on l'a dit , Fénélon, l'abbé Fleury, Pélisson, l'abbé Renaudot, l'abbé de La Broue, l'abbé de Langeron, l'abbé de Saint-Luc, La Bruyère , l'abbé de Longuerue, Cordemoi et quelques autres. « (6) C'étoit dans ces » promenades qu'on voyoit Bossuet résoudre les » difficultés qu'on proposoit sur l'Ecriture sainte, ► expliquer un dogme, traiter un point d'histoire » ou une question de philosophie. Là régnoit une » entière liberté. On parloit de tout indifférem» ment, sans gêne, sans prétention. Aux plus » graves discussions sur la religion et sur la phi» losophie se mêloient des réflexions sur les nou» veaux ouvrages de littérature qui occupoient le

public; et souvent Bossuet, entraîné par son goût (a) Mts. de Ledieu. - Nid. () Il est assez piquant d'observer comment, en moins d'un siècle, ce nom de philosophe a changé d'acceptior.

[ocr errors]
« PreviousContinue »