Page images
PDF
EPUB

il auroit puet dù fonder l'indépendance et fixer les destinées , soit relativement aux institutions politiques en France, où il dépendoit de lui d'établir une autorité fondée sur les lois et sur le bonheur de la nation, au lieu d'une tyrannie effrénée, meurtrière, aussi dévastatrice dans l'intérieur qu'au dehors de l'Empire, et dont plusieurs millions d'hommes ont péri victimes, dans un intervalle de dix années.

L'auteur de ces mémoires avoit occupé des fonctions supérieures, administratives et militaires, dans plusieurs armées , et il avoit servi d'une manière honorable et distinguée. Son avancement a été interrompu, et sa carrière entièrement fermée, pour prix de la franchise et de la loyauté avec lesquelles, invité dans di- '; verses circonstances à rédiger des mémoires sur des objets d'intérêt public, de politique ou d'administration, il a toujours écrit et dit , saps déguisement, ce qui lui a paru être la vérité, en se trahissant ainsi lui-même

pour

servir la patrie et le gouvernement.

Nous insisterons sur cette vérité générale : que ceux qui ont servi avec probité les gouvernemens éphémères, auxquels succède enfin un gouvernement paternel et réparateur , ont donné la plus forte garantie de la probité et de la

que

fidélité avec lesquelles ils serviront le Roi , rappelé par les veux des François. Ceux, au contraire, qui ont trahi par leurs bassesses, par leurs infâmes adulations , ou par

ou par leurs perfides conseils , les gouvernemens antérieurs, et qui se sont ainsi rendus complices et responsables des calamités de tout genre que ces gouvernemens ont répandues avec profusion sur notre patrie, continueroient de trahir avec d'autres couleurs , en prenant même au besoin le mas

de la probité et de la vertu, le gouvernement qui seroit assez foible ou assez aveugle pour leur accorder encore quelque confiance. Les hommes énergiques et francs, purs et austères, capables de faire entendre au descendant de Henri IV le noble langage de Sully, peuvent seuls entourer le trône de cette puissance de la vérité , de cette force morale de l'opinion publique, sans lesquelles la puissance politique et la force militaire sont d'inutiles soutiens des monarchies.

Le premier mémoire, sur l'organisation fédérative et indépendante de l'Italie, composé peu de jours après la mémorable victoire de Marengo, et remis en mains propres au Premier Consul, le 10 juillet 1800, avoit pour objet de prévenir les nouvelles révolutions po

[graphic]

litiques, les guerres et les malheurs de tout, genre qui ont continué à désoler cette belle contrée. Ce projet d'organiser et de faire reconnoître , par les puissances européennes, un corps fédératif italique, formé de tous les princes et états souverains existant alors en Italie, qui se seroient garanti mutuellement leur indépendance et leur sûreté individuelle contre toute aggression étrangère, convenoit à la fois aux intérêts de la France et de l'Autriche, en ce qu'il leur ôtoit des occasions et des prétextes de guerres nouvelles. L'Italie, divisée en petites souverainetés, et dès lors trop foible pour menacer ses voisins, mais organisée en corps fédératif, et rendue assez forte pour se maintenir à l'abri d'une invasion, devenoit une barrière entre l'Autriche et la France, et une garantie de la paix générale de l'Europe, trop souvent troublée par ces deux grandes puissances, qui ont fait de la malheureuse Italie une arène ensanglantée. C'est par l'Italie

que

l'Autriche a toujours été le plus exposée à la guerre. Lorsqu'une armée est une fois descendue dans les plaines de la Lombardie, elle ne peut plus en être expulsée que par des forces très-supérieures.

L'Angleterre , l'Espagne et la Russie avoient

le même intérêt à ce que l'Italie fédérative, maintenue dans un état permanent de neutralité, pût conserver l'indépendance politique, la liberté et la tranquillité intérieures , favorables et même nécessaires au système des relations commerciales, qui auroient pu s'établir entre les différentes parties de la grande péninsule italique et les habitans des îles britanniques, de la péninsule espagnole, et des contrées, tant du nord que du levant.

Il étoit donc facile d'amener tous les souverains à donner leur adhésion au plan d'organisation de la ligue fédérative italienne, qui se concilioit parfaitement avec l'existence des différens états déjà reconnus en Italie, même de ceux qui étoient gouvernés au nom de la maison d'Autriche.

Le second mémoire, sur les institutions po. litiques à donner à la France, au mois de floréal de l'an 12 (mai 1804), renferme des vues nécessairement subordonnées au plan, dès lors arrété, de substituer à la dignité consulaire à vie, le titre et les

le titre el les pouvoirs d'un empereur héréditaire. Des éloges, toujours mêlés à des leçons, servent de passe-port et de correctif aux vérités', qui auroient blessé trop ouvertement celui qu'on espéroit ramener,

par le sentiment de son intérêt, à des idées de modération et de sagesse. Il ne s'agissoit point de

proposer avec liberté les meilleures institutions possibles, mais les plus supportables, relativement à la situation des choses, et au caractère du chef de l'état, dont la volonté ambitieuse et absolue s'étoit déjà trop fait connoître. Comme il ne rencontroit aucun obstacle à l'exécution de ses projets, ni dans les premières autorités, ni dans la nation, ni dans l'armée , on ne pouvoit opposer au penchant impérieux qui l'entraînoit, que l'action de sa propre raison, si elle eût été susceptible d'écouter et d'apprécier la vérité. Il falloit donc, pour le disposer à réduire ses prétentions immodérées, à respecter et à garantir les droits et les libertés de la nation, lui présenter des mémoires écrits à la fois dans le sens de l'affermissement de son autorité, toujours combinée avec le libre développement de la prospérité publique, et surtout dans un esprit de patriotisme sage,

de modération et de prévoyance, propre à garantir à la France les bienfaits d'une monarchie réglée par les lois , substituée à une dictature sans bornes et sans rivages. Si l'auteur pouvoit être appelé l'homme des illusions, il étoit du moins excusable et même

« PreviousContinue »