Page images
PDF
EPUB

DE L'ÉDITEUR..

(Cet avis, écrit en juin 1814, et qui renserme, ainsi

que de mémoire, des vérités générales, qui sont encore l'ordre du jour, en août 1815, devoit être placé à la tête du mémoire, s'il avoit été imprimé alors.)

Le mémoire qu'on publie aujourd'hui sous ce ļitre : LE CONSERVATEUR DE L'EUROPE , ou Considérations sur la situation de l Europe, et sur les moyens d'y rétablir l'équilibre politique des différens états , et une paix générale solidement affermie , a été écrit par un militaire françois , au péril de sa vie , dans le mois d'octobre 1813. Une indignation généreuse, et le besoin d'arracher sa patrię à l'abîme qui s'ouvroit pour l'engloutir, ont inspiré son âme et conduit sa plume. Si la voix de ce défenseur de l'humanité avoit pu être écoutée dans les cabinets des puissances belligérantes et dans le nat françois, le torrent de la guerre n'éten

[merged small][ocr errors]

(Cet avis, écrit en juin 1&14, et qui renserme, ainsi

que le mémoire, des vérités générales, qui sont encore l'ordre du jour, en août 1815, devoit être placé à la tête du mémoire, s'il avoit été imprimé alors. )

Le mémoire qu’on publie aujourd'hui sous ce titre: LE CONSERVATEUR DE L'EUROPE, ou Considérations sur la situation de ļ Europe, et sur les

moyens d'y rétablir l'équilibre politique des différens états , et une paix générale solidement affermię , a été écrit par un militaire françois, au péril de sa vie , dans le mois d'octobre 1813. Une indignation généreuse, et le besoin d'arracher sa patrię à l'abime qui s'ou

pour l'engloutir, ont inspiré son âme et conduit sa plume. Si la voix de ce défenseur de l'humanité avoit pu être écoutée dans les cabinets des puissances belligérantes et dans le sénat francois, le torrent de la guerre n'éten

vroit

1

(4) doit point ses ravages au delà du Rhin. Plus de huit cent mille braves , François, Italiens, Hollandois , Russes, Allemands, Suédois, Polonois, Espagnols et Anglois vivroient encore. De vastes et belles contrées, où des familles entières ont été détruites sous les ruines de leurs habitations pillées et incendiées, seroient encore florissantes. Des germes de haines nationales invétérées , et peut-être de guerres nouvelles, auroient été étouffés six mois plus tôt, et les six derniers mois de dévastations et de massacres qui ont signalé l'agonie convulsive trop prolongée du règne tyrannique de Buonaparte, auroient été employés à réorganiser l'Europe et son équilibre politique.

Le mémoire qui va suivre, adressé aux souverains alliés, plusieurs mois avant leur entrée à Paris , peut être considéré, sous ce rapport, comme une sorte de monument historique. On ne s'est donc permis d'y rien changer, pas même ce qui est relatif au conseil de régence, que l'auteur proposoit de substituer à Napoléon,

parce qu'il n'avoit pu prévoir l'acte de désintéressement par lequel l'empereur d'Autriche a sacrifié ses plus chères affections à la tranquillité du monde.

La publication de ce mémoire a trois objets :

1°. Elle fournit une preuve qu'au sein même de la nation et de l'armée, beaucoup de bons François , dont l'auteur est l'interprète fidèle à l'époque où il écrit, devançoient par leurs væux les évènemens, et se trouvoient réduits à invoquer des princes étrangers comme libérateurs, pour les affranchir du tyran, étranger lui-même, qui les immoloit tous à son exécrable système d'ambition, de domination et d'extermination. Cette haine profonde et unanime de la tyrannie explique les succès de la coalition, qui , autrement, n'auroit jamais réussi à pénétrer sur le territoire françois. ;

2°. Le tableau énergique et rapide des principaux traits caractéristiques du règne de Napoléon et des fautes des ministres des différentes puissances , qui ont préparé, en France

!

« PreviousContinue »