Page images
PDF
EPUB

ne Patris *, & Filii & Spiritûs , fan&i. R. Amen.

Le Prêtre pourra , selon sa prudence, conclure cette Cérémonie, en récitant ou chantant Te Deum, &c.

Le Prétre écrira l'Acte d'Abjuration, conformément à la Formule qui se trouve à la fin de ce Rituel , & l'enverra aussi-tôt au Secrétariat de ľEvêché , sans en délivrer

par

lui-même aucune expédition.

INSTRUCTION

SUR LE SACREMENT D'EUCHARISTIE,
JEsus-CHRIST

ne pouvoit le principe de toute sainteté. Il est confier à son Eglise un gage plus pré- donc du devoir des Prêtres de la crai-cieux de son amour que la divine Eu- ter avec une profonde religion, d'étu-charistie, qui le contient lui-même dier avec soin la doctine de l'Eglise sur réellement & en vérité , & renferme ce Sacrement adorable , & d'en infr en lui l'Auteur même de la grace , & truire exactement les peuples.

De la nature de l'Eucharistie. L'EUCHARISTIE est tout en réellement Jesus-Christ qui en est la femble le Sacrifice & le Sacrement du source & le principe. Nous parlerons Corps & du Sang de Jesus-Christ, en particulier du Sacrifice de la Messe. qui est offert & distribué sous les es- Jesus-Christ instirua l’Eucharistie, la peces du pain & du vin. .

veille de sa Passion, après avoir manElle est Sacrifice, puisque par les gé l'Agneau Paschal avec ses Apôtres. paroles de la Consécration , Jesus- il prit du pain, le bénit , le rompit , & Matt. 26. Christ eft rendu présent sur l'Autel, le distribua à ses Disciples , dijant : Marc comme Victime de la nouvelle Loi, Prenez & mangez ; CECI EST MON Luc. 22. I, pour rendre à Dieu le culte souverain Corps , QUI SERA LIVRÉ POUR qui lui est dû, continuer le Sacria Vous : Faites coci en mémoire de moiafice de la Croix, & nous en appliquer: Il prit de même le Calice, il le bénit, les mérites.

& le leur donna, disant :: Buvez - en Elle est Sacrement , puisqu'elle fi- tous ; CAR CECI EST MON SÀNG ,, gnifie & produit la grace, & contient QUI SERA RÉPANDU POUR VOUS,

14.

Cor. 11.

ET POUR PLUSIEURS, POUR LA quoi il n'est jamais permis à un Prêtre RÉMISSION DES PÉCHÉS : Faites de l'Eglise Latine de consacrer avec ceci en mémoire de moi.

du pain levé. Le vin doit être pur & Suivant ces paroles, l'Eglise a tou- sans mêlange d'aucune autre liqueurs jours cru, 1°, Que les Apôtres & leurs cependant l'Eglise par une très-anSuccesseurs dans le Sacerdoce bnt cienne tradition, ordonne d'y meler reçu de Jesus-Christ le pouvoir de un peu d'eau , & ce seroit un péché consacrer le pain & le vin au saint Sa- notable de manquer à le faire. crifice : 2°, Que par cette Consécra- La Forme de l'Eucharistie consiste tion, toute la substance du pain est dans les paroles de la Consécration : changée au Corps de Jesus - Christ, HOC EST ENIM CORPUS MEU M, & toute la substance du vin est chan- pour le pain; HIC EST CALIX gée en fon Sang. 3o, Que Jelus- SANGUINIS MEI, &c. pour le Christ vrai Dieu & vrai Homme, vin. Ces paroles sont pratiques, & qui est maintenant glorieux & im- operent ce qu'elles lignisent: ainsi, mortel, & qui ne peut être divisé, est elles changent le pain au Corps, & tout entier dans le Sacrement; qu'il le vin au Sang de Jesus-Christ. Néanest même sous chaque espece, & sous moins, comme ce Corps est insépachaque partie de l'espece après la di- rablement uni au Sang, à l'Ame & vision : 4°, Que les Fideles qui com- à la Divinité de Jesus-Christ, toutes munient, reçoivent vraiment le Corps ces choses , par une suite nécessaire & le Sang de Jesus-Chrift, puisqu'il que les Théologiens appellent Concodit en termes exprès : Prenez; Ceci mitance , sont sous les especes du EST MON CORPS : CECI EST MON pain, & pour la même raison, le SANG : paroles que toute l'Antiquité Corps, l'Ame & la Divinité de Jesusa toujours entendues dans leur sens Christ, sont sous les especes du vin; propre & naturel , en condamnant de sorte que celui qui ne communie cous ceux qui ont voulu les détour- que sous une espece, ne reçoit pas ner à un sens figuré. Ces différens moins Jesus-Christ tout entier , que points de doctrine doivent être l'ob- celui qui communie sous les deux jet d'une étude particuliere de la part especes. des Curés, sur-tout de ceux qui ont Ce qui paroît aux sens , après la le malheur d'avoir, dans l'étendue de Consécration, n'est point le Corps leurs Paroisses, des personnes dont la de Jesus - Christ, ni aucune de les croyance est opposée à celle de l'E- qualités sensibles : ce sont les efglise.

peces ou apparences du pain & du La Matiere de l'Eucharistie est le vin, qui demeurent sans leur subfpain, & le vin tiré de la vigne. Le tance, qui n'est plus, & qui est chanpain doit être de la farine de froment: gée au Corps & au sanz de Jesus, les Grecs consacrent avec du pain Christ , tant que ces especes demeulevé; les Latins se servent de pain rent dans leur intégrité, le Sacresans levain. Le Concile de Florence ment subfifte, & Jesus-Christ y est a décidé qu'on pouvoit consacrer va- réellement: c'est pourquoi l'usage de lidement avec l'un & l'autre ; mais l'Eglise a toujours été de le conserver que chaque Prêtre étoit obligé de pour les besoins, la consolation & suivre l'usage de son Eglise:c'est pour l'édification des Fideles.

Des

Des effets du Sacrement de l’Eucharistie. Les effets du Sacrement de l'Eg- inspire une vigueur toujours noucharistie , répondent parfaitement à velle; il la console dans les afflicsa dignité.

tions, la détache des créatures , & Le Sacrement de l’Eucharistie nour- lui donne le courage de tout entrerit l'ame qui le reçoit avec les dispo- prendre pour l'amour d'un Dieu qui Gtions nécellaires, & opere en elle le donne à elle sans réserve. des effets qui ont un grand rapport L'Eucharistie remplit le Chrétieu avec ceux que produisent les alimens d'une force furnaturelle , pour redans un corps sain & bien disposć. pousser les efforts de ses ennemis vi

Les alimens s'unissent au corps, lībles & invisibles; elle modere la vioqu'ils nourrissent, en se convertifiant lence de ses passions , & tempere l'aren la propre substance : il se fait deur de la concupiscence ; elle lailla une union semblable, mais bien plus même dans son corps we vertu seintime & plus admirable de Jesus- crette , qui sera le principe de la réChrist avec nous dans ce Sacrement. surrection, & le germe de l'immorLe Corps & le Sang de Jesus-Christ talité bienheureule. pe s'y changent point en notre propre Mais ces heureux effers ne fonc substance: mais il nous cransforme en produits qu'en ceux qui s'en approlui ; il nous communique son esprit, chent avec les disposicions nécessaires. & nous fait vivre de sa vie divine. Il Ceux qui communient en état de explique lui-même cette vertu mer- péché mortel, reçoivent le Corps de veilleuse de l’Eucharistie, dans l'E- Jesus-Christ; mais ils ne participent

vangile de faint Jean , en disant: point à ses graces ; au contraire, ils Chap. 6. Celui qui mange ma Chair, & boit mon mangent leur propre

condamnation, No 57058. Sang, demeure en moi, & je demeure & le rendent coupables de la profa

en lui : celui qui me mange , vivra par nation du Corps & du Sang du Seimoi,

gneur. La punition la plus ordinaire Ce Sacrement, en nourrissant l'ame, de ce crime, est l'endurcissement, ne lui conserve pas seulement la vie qui produit souvent l'impénitence fispirituelle de la grace, mais il aug- nale; quelquefois même Dieu punit mente, fortifie, & affermit en elle les Communions indignes par des la charité & toutes les vertus chré- maladies corporelles , & par des ziennes; il répare ses foiblesses , & lui morts précipitées,

[merged small][ocr errors]

Du Ministre de l’Eucharistie.

N a déja remarqué que Jesus- Table, que sous une seule espéce , Christ donna aux Prêtres dans la der- qui est celle du pain. niere Cène le pouvoir de consacrer Un Diacre pourroit, en l'absence & la divine Eucharistie, leur disant, en au défaut d'un Prêtre, donner le Viacila personne des Apôtres, auxquels ils que à un malade qui seroit en périlimsuccedent dans le Sacerdoce : Faites minent de mort prochaine ; mais horsceci en mémoire de moi.

ce cas d'une extrême nécessité, les PreCette fonction demande une sain- tres seuls peuvent distribuer l’Euchariteté éminente, & un zèle ardent pour stie. Ils doivent donc, pour répondre à tout ce qui peut avoir

avoir rapport à l'ad- l'administration qui leur est confiée, ministration de ce Sacrement.

traiter ce Sacrement avec toute la reLorsqu'il se présenterà quelques ligion dont ils sont capables , & ne personnes pour communier à un Au- pas oublier qu'ils commettroient un tel où le Saint Sacrement n'est point horrible sacrisége , s'ils touchoient l'Aconservé , le Prêtre ne consacrera gneau sans tache, ayant la conscience qu'autant d'Hosties qu'il devra y louillée d'un péché mortel. avoir de Communians. Si cepen- Ils

apporteront toute la précaution dant il en avoit consacré quelques- possible pour empêcher que l'Hostie, unes de plus, il consommeroit celles ni aucune particule ne tombe à terre qui resteroient, avant de prendre l'A- ou sur la nappe. Pour se prémunir blution.

contre un si fâcheux accident, ils tienS'il se présente plus de personnes dront toujours le Ciboire ou la Parène pour communier qu'il n'y a d'Ho- au dessous de l'Hostie , jusqu'à ce fies consacrées , le Prêtre pourra en qu'ils la déposent dans la bouche diviser quelques - unes en deux, les du Communiant , & ne le quitterompant avec respect sur la Parèneront pour aller à un autre, ou s'en ou sur le Corporal ; mais il ne leur retourner , qu'après qu'il aura fermé donnera jamais aucune parcelle de la bouche. l'Hoftie dont il se sert pour le Sacri- Si néanmoins l'Hoftie venoit à fice, excepté dans le cas imprévu tomber sur la nappe , il faudroit la de la néceflité de donner à un ramasser avec révérence, laver l'enmalade. le saint Viatique qu'on droit sur une cuvette , & jetter l'eau ne pourroit lui administrer autre- dans la piscine. Si elle étoit tombée ment.

jusqu'à terre, le Prêtre, après l'avoir Dans l'usage présent de l'Eglise, ramassée, coulant la Parène par-delobservé depuis plusieurs fiecles, on sous, racleroit la place , l'elluieroit ne communie les Laïcs, & les Prêtres avec un Purificatoire mouillé, & jetmêmes qui se présentent à la sainte teroit la raclure dans la piscine.

[ocr errors]

rente.

S4

vous.

De la Nécessité de l’Eucharistie, & des Dispositions

nécesaires pour bien communier. J

Esus-CHRIST, ayant institué nourriture commune & indiffé l’Eucharistie pour nourrir nos ames , & entretenir en nous la vie spitituelle Si, après un sérieux examen de de la grace, a voulu que chaque Fi- sa conscience, il se sent coupable dele y participât. On ne peut donner de péché mortel, il aura recours au

un autre sens à ces paroles de Jesus- Sacrement de Pénitence , pour s'en S. Jean , Christ : En vérité, en vérité je vous purifier ; car s'il y participoit en cet chap. 6. le dis : Si vous ne mangez la Chair état, il commettroit un horrible sa

du Fils de l'homme, & ne buvez son crilége, & mangeroit sa propre conSang, vous n'aurez point la vie en damnation.

Pour profiter de toute l'étendue Aussi l'Eglise a-t-elle toujours re- de la grace de ce Sacrement, il faut connu un précepte divin qui oblige encore n'avoir aucune attache aux à la sainte Communion les adultes péchés véniels : ceux qui s'en apqui ont assez de raison pour discerner prochent sans cette disposition , ne cette sacrée nourriture. Et pour met- peuvent y recevoir la rémission de tre un frein à l'indolence de ceux qui ces péchés ; ils ne puisent point dans en différeroient trop long-tems l'ac- l’Eucharistie la ferveur qui ne peut complissement; elle a ordonné dans compatir avec l'affection qu'ils conle IÙ Concile de Latran, à tous les servent pour ces fautes, & ils se priFideles qui sont parvenus à l'âge de

à l'âge de vent des consolations intérieures que discrétion, de communier au moins l’Eucharistie répand dans les ames de une fois l'an , à la Fête de Pâques. tachées des créatures.

Ce précepte oblige encore aux ap- Enfin, il faut apporter à la sainte proches de la mort ; & c'est pour cela Table une foi vive, une humilité proque l'Eglise a toujours été très-atten- fonde, une ferme confiance , une artive à faire administrer le Viatique à dente charité , & un saint empresseceux qui étoient dangereusement ment de s'unir à Jesus - Christ

. Les malades.

Pasteurs auront soin de traiter plus La sainte Communion exige des amplement de ces dispositions dans dispositions tant de l'ame que du les instructions qu'ils feront à leurs corps.

peuples, & de leur apprendre à proLa premiere des dispositions de l'ame duire intérieurement des actes qui y consiste dans la pureté de cæur. Le répondent. Chrétien qui se prépare à la saince Les dispositions extérieures , ou qui Communion, doit

avant toutes regardent le corps, sont, 1°, d'être choses, s'éprouver lui-même, selon à jeun ; on n’excepte de cette rela doctrine de l'Apôtre , pour faire gle que les malades qui commuun juste discernement entre le Corps nients en Viatique. Si cependant on & le Sang de Jesus-Christ, & une pensoit avoir avalé, sans le vouloir ,

« PreviousContinue »