Page images
PDF
EPUB

Enfuite il prendra une Etole & une Chape noires, & ira proceffionnellement dans le Cimetière, pour y faire l'abfolution pour les morts. Si le temps ne permettoit pas de fortir de l'Eglife, il pourroit faire la Procession dans la Nef. On chantera feulement à cette abfolution le . Audi nunc, avec les Prières & les Cérémonies marquées ci-deffus pour la vifite de Monfeigneur l'Evêque, page 111.

B.

Après cette abfolution le Vifiteur, étant de retour à l'Eglife, quittera les ornemens noirs ; & ayant pris une Etole blanche, le Curé étendra un Corporal fur l'Autel, & préJentera la clef du Tabernacle au Vifiteur, qui l'ouvrira, en tirera le faint Sacrement, l'encenfera à genoux; & pendant qu'on chantera, O falutáris Hoftia, ou Tantum ergò, il vifiera le Ciboire & le Tabernacle : l'Hymne achevée, il chantera le Verfet & l'Oraifon du faint Sacrement, comme ci-devant, page 114; & avant que de remettre le faint Sacrement dans le Tabernacle, il donnera la Bénédiction avec le Ciboire.

Il vifitera enfuite les Fonts Baptifmaux, les vafes des faintes Huiles, & toutes les autres chofes que Monfeigneur l'Evêque a coutume de vifiter. Il entendra & arrêtera les comptes de la Fabrique & des Confrèries; il s'informera de la conduite du Curé, des Eccléfiaftiques & des Paroiffiens; & il entendra les plaintes qu'on aura à lui faire. Si elles étoient confidérables, il entendra les témoins en particulier, & il leur fera figner leurs dépofitions.

Il dreffera un procès verbal de tout ce que deffus, pour le remettre à Monfeigneur l'Evêque, & nefera aucune Ordonnance, que par provifion, pour les chofes qui preffent tellement qu'on ne peut avoir recours à mondit Seigneur, ou pour commander l'exécution des chofes qui ont été réglées dans les Vifites précédentes:

II. Partie.

+ Q ij.

>

Nos vénérables frères les Doyen & Archidiacres de notte Eglife jouiront, dans les vifites qu'ils feront des Paroiffes, de tous les droits & prérogatives attachés à leur dignité & dont ils font en poffeffion.

DE LA CÉRÉMONIE

DES PÉNITENS.

LA CÉRÉMONIE des Pénitens qui fe pratique tous les

ans dans l'Eglife Cathédrale de ce Diocèse, est un reste trop précieux de la difcipline des premiers fiècles du Christianisme, pour ne pas transmettre à nos fucceffeurs ce pieux usage, auffi refpectable par fon antiquité, qu'il eft utile & falutaire à ceux qui l'obfervent dans les fentimens d'un cœur contrit & humilié.

Ce n'eft qu'à regret que l'Eglife a vu ceffer les pénitences publiques & folennelles. A mefure que la ferveur s'eft rallentie parmi les Fidèles, elle a été forcée d'adoucir les rigueurs de cette fainte pratique: mais fi, pour condefcendre à la foibleffe de fes enfans, elle s'eft relâchée de fon ancienne févérité; fi la différence des temps a occafionné des changemens dans fa discipline extérieure fon intention eft que les Confeffeurs fe conforment toujours à l'efprit des anciens Canons, en proportionnant, autant qu'ils le peuvent, les pénitences qu'ils impofent, au nombre & à l'énormité des péchés.

[ocr errors]

;

C'eft ce que les Curés & les autres Eccléfiaftiques, chargés d'annoncer la parole de Dieu & de la conduite des âmes, ne cefferont d'inculquer aux Fidèles qui leur font confiés : c'eft pourquoi ils s'inftruiront avec foin de rout ce qui concerne la pénitence publique, telle qu'elle

[ocr errors]

s'eft pratiquée long-temps dans l'Eglife; des différentes épreuves auxquelles on foumettoit les Pénitens, avant de les admettre à la participation des Saints Mystères; des raisons & des motifs qui engageoient cette Mère tendre & compatiffante à ufer de tant de rigueur envers des enfans qu'elle chériffoit. Ce point important de l'ancienne discipline de l'Eglife leur fournira un fonds inépuisable d'inftructions également folides & touchantes, & bien capables de faire embraffer avec courage les auftérités de la pénitence.

* Epli. ad

Anton. & 1.

** Seff. 14.

cap. 8.

Les Confeffeurs doivent auffi s'appliquer à l'étude des Canons pénitentiaux. Cette fcience leur eft néceffaire, afin d'en suivre l'efprit, autant qu'ils le pourront, eu égard aux circonstances: par-là ils éviteront d'imposer des fatisfactions légères pour des fautes considérables; ce que Saint Cyprien ne craint point d'appeler une cruauté & une espèce d'homicide; & ce qu'ils ne pourroient de lap. faire, difent les Pères du Concile de Trente ** fans fe lier eux-mêmes, au lieu de délier les pécheurs, & fans fe rendre complices de leurs péchés. Il eft auffi très-utile que les Fidèles aient quelque connoissance de ces Canons, afin que voyant par eux-mêmes de quelle févérité l'Eglife auroit autrefois ufé à leur égard, il conçoivent une jufte horreur de leurs crimes, & que bien loin de murmurer des pénitences qu'on leur impofe, ils fe portent avec ardeur à expier leurs défordres par les jeûnes, les prières, les aumônes & les autres fatisfactions qu'ils s'impoferont eux-mêmes.

Les Curés de la Ville & des environs engageront leurs Paroiffiens à affifter à la Cérémonie des Pénitens, à s'y tenir dans le recueillement & la modestie convenables, & à ouvrir leurs cœurs aux fentimens de douleur que l'Eglife se propose d'infpirer par cet acte de religion. II. Partie,

Q iij

a

Il eft d'ufage en ce Diocèfe que les Confeffeurs envoient, en certains cas, à notre Pénitencier, ceux qui s'adreffent à eux pour la Confeffion, afin qu'ils foient foumis à la Pénitence le Mercredi des Cendres. Nous approuvons & renouvelons, en tant que de befoin, cette louable & ancienne coutume; & Nous exhortons les Confeffenrs à s'y conformer, lorfque la diftance des lieux & les autres circonftances le permettront.

ORDRE POUR LA CÉRÉMONIE DES PÉNITENS DANS L'EGLISE CATHÉDRALE.

LE Mercredi des Cendres, après le Sermon, Mgr. l'Evêque (ou celui qu'il aura commis pour cette Cérémonie) se rend à la facriftie, où il prend une étole de couleur rouge, & va, précédé du grand Sacriftain, dans la croisée de l'Eglise, devant le Crucifix, au Prie-Dieu qui y a été préparé, pour reciter les fept Pfeaumes, les Litanies des Saints avec les Verfets & Oraifons, & donner l'absolution au Peuple.

Lorsqu'on commence la Meffe du chœur, Mgr l'Evêque vient à la Sacristie pour s'y revêtir d'une étole & d'une chape de couleur rouge; on se rend ensuite à la grande porte de l'Eglife, dans l'ordre qui fuit. Le Suiffe marche à la tête: le Pénitencier conduit les Pénitens qui vont deux à deux ; ils font fuivis d'un Clerc qui porte le bénitier & l'afperfoir, du Porte-Croix, au milieu des deux Acolytes, & des Vicaires; le Sous-Chantre & plufieurs autres Chanoines, accompagnent Mgr l'Evêque.

[ocr errors]

Etant arrivé à la grande porte de l'Eglife, il adreffe une exhortation aux Pénitens qui font rangés devant lui & à genoux, & les afperfe d'eau-bénite. Pendant l'afperfion le Sous-Chantre entonne le Répons Emendemus, que les Vicaires continuent, pendant que le Clergé retourne part. pag. 47à la Sacriftie.

Le Jeudi Saint, après les petites heures, on part de la Sacriftie dans le même ordre que le Mercredi des Cendres. Le Grand-Archidiacre en robe rouge, revêtu d'une aube, d'une étole de Diacre, fon aumuffe fur le brás, précède Mgr l'Evêque, jufqu'à la grande porte de l'Eglife, où fe trouvent les Pénitens à genoux. Après l'exhortation, le Pénitencier préfente chacun des Pénitens au GrandArchidiacre, & celui ci à Mgr l'Evêque qui lui demande: Dignus (ou digna) eft reconciliari? L'Archidiacre ayant répondu : Dignus (ou digna) eft; Mgr l'Evêque l'afperfe d'eau bénite, & lui donne le baifer de paix, en lui difant: Vade in pace; on fait avancer les Pénitens dans l'Eglife jufqu'à la croifée. Le Sous-Chantre entonne le Miferere, que le Clergé pfalmodie, en retournant à la Sacriftie. Mgr. l'Evêque y depose sa chape, & ayant repris sa mofette, il va en étole dans la croifée, accompagné du Grand-Sacriftain pour y réciter les fept Pfeaumes, les Litanies des Saints avec les Verfets & Oraisons, & donner l'absolution aux Pénitens & au peuple présent à cette Cérémonie.

Proceff 2.

II. Partie,

Qiv

« PreviousContinue »