Page images
PDF
EPUB

Mère, & allez au Pays d'Ifraël; parce que ceux qui vouloient faire périr l'Enfant, font morts. Joseph s'étant levé, prit l'Enfant & fa Mère, & s'en vint au Pays d'Israël. Mais lorsqu'il apprit qu'Archélaüs régnoit en Judée en la place d'Hérode fon père, il n'ofa y aller; &, étant averti en fonge, il fe retira dans la Galilée, & alla demeurer dans la Ville qui s'appelle Nazareth, afin que ce qui a été dit par les Prophètes fût accompli : Il fera appelé Nazaréen.

LE JOUR DE L'ÉPIPHANIE,
ÉTANT LE DIMANCHE.

En faint Matthieu, Chap. 2. v. 1.

JEST

ESUS étant né à Bethlehem de Juda, sous le règne d'Hérode, des Mages vinrent de l'Orient à Jérufalem, & demanderent: Où eft le Roi des Juifs qui eft né? Car nous avons vu, dirent-ils, fon Etoile dans l'Orient, & nous fommes venus l'adorer. * Le Roi Hérode, & toute la Ville de Jérufalem avec lui, furent troublés au bruit de cette nouvelle. Et auffi-tôt il assembla tous les Princes des Prêtres, & les Scribes du Peuple, pour sçavoir d'eux où devoit naître le Chrift. Ils lui répondirent que c'étoit à Bethlehem de Juda; parce que le Prophète avoit écrit: Et vous, Bethlehem de Juda, vous n'êtes point petite entre les villes qui font gouvernées par les Princes de Juda : car le Chef qui conduira mon Peuple d'Ifraël fortira de vous. Alors Hérode appelant les Mages en particulier, eut grand foin d'apprendre d'eux en quel temps ils avoient vu paroître l'Etoile. Et les envoyant à Bethlehem, il leur dit: Allez, informez-vous bien de cet

Enfant ; &, lorfque vous l'aurez trouvé, faites-le-moi sçavoir, afin que j'aille auffi f'adorer. Après que le Roi leur eut tenu ce discours, ils partirent. Et auffi-tôt l'Etoile qu'ils avoient vue en Orient parut, & alla devant eux, jufqu'à ce qu'étant arrivée sur le lieu où étoit l'Enfant, elle s'y arrêta. Lorsqu'ils virent l'Etoile, ils eurent une grande joie : ils entrerent dans la maison, où ils trouverent l'Enfant avec Marie fa mere, &, fe profternant en terre, ils l'adorerent: puis ouvrant leurs tréfors, ils lui présenterent de l'Or, de l'Encens & de la Myrrhe. Enfuite Dieu les ayant avertis dans un fonge de ne point aller retrouver Hérode, ils prirent un autre chemin pour s'en retourner dans leur Pays.

DIMANCHE DANS L'OCTAVE · DE L'ÉPIPHANIE.

En faint Luc, Chap. 2. v. 40. L'ENFANT croiffoit & se fortifioit, étant rempli de fageffe, & la grace de Dieu étoit en lui. Or fon Père & fa Mère alloient tous les ans à Jérufalem au jour folennel de Pâques : lorfqu'il fut dans fa douzième année, ils y allerent, felon que la coutume de la Fête le demandoit. Après que les jours qu'elle dure furent paffés, lorfqu'ils s'en retournoient, l'Enfant Jefus demeura à Jérufalem, fans que for Père & fa Mère s'en apperçuffent. Ils marcherent pendant tout le jour, le croyant dans la compagnie de ceux de leur Pays, & ils le cherchoient parmi leurs parens, & ceux de leur connoiffance; mais ne l'ayant point trouvé, ils retournerent à Jerufalem pour le chercher, Trois jours après, ils le trouverent dans le

Temple, affis au milieu des Docteurs, les écoutant & leur propofant des questions: & tous ceux qui l'entendoient, étoient furpris de fa fageffe & de fes réponses. Lors donc que fon Père & fa Mère le virent, ils furent fort étonnés, & fa Mère lui dit: Mon Fils, comment en avez-vous ufé ainfi avec nous? Nous vous cherchions votre Père & moi, & nous étions en peine de vous. Pourquoi, leur dit - il, me cherchiez-vous? Ne fçaviezvous pas qu'il falloit que je fuffe occupé des chofes qui regardent le service de mon Père? Mais ils ne comprirent pas ce qu'il leur difoit. Il s'en retourna néanmoins avec eux à Nazareth; & il leur étoit foumis; & fa Mère conservoit toutes ces choses en fon cœur. Cependant Jesus avançoit en fageffe, en âge, & en grace devant Dieu & devant les hommes.

LE JOUR DE L'OCTAVE DE L'ÉPIPHANIE, ÉTANT LE DIMANCHE.

En faint Jean, Chap. 1. v. 29.

JEAN vit Jefus qui venoit vers lui, & il dit : Voilà

l'Agneau de Dieu, voilà celui qui ôte les péchés du monde. C'est celui dont j'ai dit: Il vient un homme après moi, qui a été élevé au-deffus de moi, parce qu'il étoit avant moi. Et je ne le connoiffois point; mais c'eft afin qu'il fût connu en Ifraël, que je fuis venu baptiser d'eau. Jean rendit auffi encore ce témoignage : J'ai vu l'Esprit defcendre du Ciel fous la forme d'une Colombe, & il eft demeuré fur lui. Pour moi, je ne le connoiffois point, mais celui qui m'a envoyé baptifer d'eau, m'a dit : Celui fur qui vous verrez l'Esprit descendre & demeurer, c'est

celui-là qui baptise du Saint- Esprit. Je l'ai vù, & j'ai rendu témoignage qu'il est le Fils de Dieu.

II. DIMANCHE APRÈS L'ÉPIPHANIE.
En faint Jean, Chap. 2. v. 1.

IL fe fit des Noces à Cana en Galilée, & la Mère de

Jefus y étoit. Jefus fut auffi invité à ces Noces avec fes Difciples. Or le vin y ayant manqué, la Mère de Jefus lui dit: Ils n'ont point de vin. Jefus lui répondit : Femme, qu'y a-t-il entre vous & moi? Mon heure n'est pas encore venue. La Mère de Jefus dit aux ferviteurs Faites tout ce qu'il vous dira. Or il y avoit là fix urnes de pierre pour fervir aux Purifications qui étoient en usage parmi les Juifs, dont chacune tenoit deux ou trois mefures. Jefus leur dit: Rempliffez d'eau ces urnes, & ils les remplirent jusqu'au haut. Alors Jesus leur dit ; Puisez maintenant de ce qui eft dedans, & en portez au Maître d'hôtel. Ils le firent : & lorfque le Maître-d'hôtel eut goûté de cette eau, qui avoit été changée en vin, ne sçachant pas d'où venoit ce vin, quoique les ferviteurs qui avoient puifé l'eau le sçussent bien, il appela l'époux, & lui dit : Il n'y a point d'homme qui ne ferve d'abord du meilleur vin qu'il ait: & lorfque l'on a affez bu, il en fert de moindre: mais vous au contraire, vous avez gardé votre meilleur vin jufqu'à cette heure. Ce fut ainfi que Jefus fit à Cana en Galilée le premier de fes miracles, par lequel il publia fa gloire; & fes Disciples crurent en lui. Enfuite il defcendit à Capharnaum, lui, fa Mère, & fes Frères, & fes Disciples, mais ils y demeurerent peu de jours.

III. DIMANCHE

[ocr errors]
[ocr errors]

III. DIMANCHE APRÈS L'ÉPIPHANIE.

:.

En faint Matthieu, Chap. 8. v. 1. JESUS étant defcendu de la montagne, une grande multitude de peuple le fuivit ; & un Lépreux s'approchant, l'adora, & lui dit: Seigneur, fi vous voulez, vous pouvez me guérir. Jefus étendit fa main, & le toucha, en difant: Je le veux: foyez guéri. Et auffi-tôt il fut guéri de fa lèpre. Jesus lui dit : Gardez-vous de parler de ceci à perfonne; mais allez vous faire voir au Prêtre, & portez l'offrande ordonnée par Moïse, afin qu'elle leur ferve de témoignage. Lorsque Jefus fut entré dans Capharnaum, un Centenier vint le trouver, & lui fit cette prière : Seigneur, j'ai chez moi mon ferviteur malade d'une paralyfie, qui le tourmente fort. Jefus lui dit : J'irai & je le guérirai. Le Centenier répondit : Seigneur, je ne fuis pas digne que vous entriez dans ma maifon; mais dites feulement une parole, & mon ferviteur fera guéri: puifque moi qui fuis un homme foumis à d'autres, mais qui ai des foldats fous moi, je dis à l'un, Allez là, & il y va; & à un autre, Venez ici, & il y vient; & à mon ferviteur, Faites cela, & il le fait. Jefus l'entendant parler ainfi, l'admira, & dit à ceux qui le fuivoient: Je vous dis en vérité, que je n'ai point trouvé une fi grande foi dans Ifraël. Or je vous déclare que plufieurs viendront de l'Orient & de l'Occident, & auront place avec Abraham, Ifaac & Jacob, dans le Royaume du Ciel, & que les enfans du Royaume feront jetés dans les ténèbres extérieures:

;

#

là il y aura des pleurs & des grincemens de dents. Jefus dit au Centenier: Allez, qu'il vous foit fait felon votre foi, Et à l'heure même, fon ferviteur fut guéri.

II, Partie.

Ζ

« PreviousContinue »