Page images
PDF
EPUB

/

obtenus

par

les opérations du cadastre, joints à ceux qui existoient antérieurement , et qu'on a pu se procurer depuis , donnent la description de la majeure partie des forêts de la France.

Il est recounu que le taux moyen de l'étendue du territoire d'une commune est d'environ 1300 hectares (revenant à 2600 arpens d'ordonnance) (1). Les seize mille communes , arpentées au zer janvier 1808, offriroient donc un total près de 21 millions d'hectares , formant plus du quart de la superficie entière de l'empire; superficie qu'on porte à environ 70

Si l'on considère , d'ailleurs, que d'autres calculs, à l'exactitude desquels il est permis de croire, établissent que les bois sont évalués à un dixième de cette superficie totale, il s'ensuivroit que sur les 21 millions d'hectares, qu'on suppose compris dans les 16,000 plans de masse, il se trouveroit environ 2 millions d'hectares de bois de toute nature.

D'autres calculs apprennent que le sol forestier de l'empire peut être considéré comme divisé en douze parties égales; et que cinq de ces parties sont à l'état; quatre aux communes et établissemens publics ; et enfin trois aux propriétaires particuliers.

Cela posé, et en ne nous occupant ici que des bois des deux premières classes, formant déjà les trois quarts de ceux qui couvrent le territoire entier de l'empire, on voit que la seule opératiori faite depuis six ans sur le quart de ce territoire ( décrit par les 16,000 arpentages exécutés en masse ); doit procurer

(1) Ce calcul, qui avoit été fait sur différențes données s'est trouvé confirmé par l'expérience, et ne peut plus être révoqué en doute anjourd'hui.

les plans d'un grand nombre de parties de bois indépendamment des ressources que présentent , comme on l'ai déjà dit, les plans qui peuvent se trouver d'ailleurs.

Concluons qu'il existe, au' moment actuel, un nombre très-grand'de plans de bois dont l'administration des forêts et MM. ses agens peuvent utilement s’aider pour complétter d'autant la statistique forestière,

Passons maintenant aux moyens d'employer à ce grand travail, soit les plans déjà existans, soit ceux qu'il sera possible de se procurer par la suite.

Nous commençons pár rappeler que le plan d'une partie de bois quelconque doit fixer l'attention sous trois rapports ; savoir : 10. quant à sa configuration; 20. quant à l'étendue ; 3o. quant à sa position, relativement aux autres parties de bois ou aux objets qui l'avoisinent.

Mais avant de nous arrêter sur chacun de ces trois points , il convient de présenter quelques notions générales.

Notions générales qui paroissent nécessaires d

l'intelligence du travail.

On peut obtenir la configuration d'une partie de

les plans anciens, soit par les plans de masse du cadastre, soit enfin par les plans parcellaires qui seront successivement levés.

Mais il ne faut pas se dissimuler , 1o. que les plans anciens sont souvent dressés à des échelles diverses qui , n'ayant aucun rapport commode entr'elles rendent, en quelque sorte, impossible la réunion le rapprochement, la comparaison de ces plans.

[ocr errors]

26. Que les plans de masse du cadastre levés à une échelle uniforme, présentent souvent l'inconvénient de devenir volumineux et difficiles à manæuvrer ; lorsque surtout il s'agit de masses de bois un peu considérables, ou de parties de bois isolées qu'on veut maintenir en position sur le même plan,

3°Que les plans. parcellaires offrant souvent une étendue sur le papier quadruple de celle des plans de masse présentent encore plus d'inconvéniens et de difficultés.

Le seul moyen de maintenir l'harmonie de l'ensemble des plans des bois , consiste donc à les ramener tous à une échelle commune, proportionnée à la nature du service auquel on les destine,

Or ce service , pour se faire plus commodément, semble devoir exiger trois sortes de plans

La 11., à l'échelle de 1 à 50,000', pour la réunion , en une seule carte, de l'ensemble des bois d'une inspection.

La 2o., à l'échelle de 1 à 20,000, pour les tableaux d'assemblage des grandes forêts , ou des parties de bois isolées qu'on veut maintenir sur le plan dans leur position respective.

La 3. enfin, à l'échelle de 1 à 5000, pour les triages particuliers des grandes forêts , ou pour les masses de bois qui ne comportent pas plusieurs séries de

coupes ou ordres d'aménagement (i).

(1) Pour prouver que ces trois rapports d'échelle peuvent suffire dans tous les cas,

il convient seulement de remarquer que les dimensions de la feuille de papier dit grand.aigle, étant de plus de 1 mètre (3 pieds 11 lignes de base , sur plus de 6 décimètres (22 pouces 1 ligne de hauteur , cette feuille

Ces trois échelles ainsi fixées, parmi celles que l'administration a prescrites , il convient d'indiquer un procédé simple d'y ramener tous les plans (1).

Il suffira de prendre pour exemple l'échelle de I à 50,000 (2).

présente 6o carreaux de décimètres , qui contiennent chacun savoir : à l'échelle de 1 à 50,000, 2500 hectares ; à celle de 1 à 20,000, 400 hectares ; et enfin, à celle de 1 à 5,000, 25 hectares. De sorte que la feuille entière , composée de 6o décimètres carrés, contiendra , à l'échelle de 1 à 50,000 , 150,000 hectares de superficie territoriale : ce qui forme plus que le taux moyen de l'étendue d'une sous-préfecture , ou d'une inspection dans les pays boisés. La même feuille ne contiendra plos, à l'échelle de 1 à 20,000, que 24,000 hectares ; espace suffisant pour y placer les plans généraux des grandes forêts ou de plus petites parties de bois égrénées et mises en position. Enfin, la même feuille ne contiendra plus , à l'échelle de 1 à 5,000 , que 1500 hectares, ce qui n'excède pas l'étendue d'une série de coupes formant l'ordre d'un aménagement.

(1) Nous croyons inutile d'observer qu'il ne peut être ici question que des plans qui ont été construits à une échelle plus grande que celle à laqnelle on vent les ramener ; ce qui, comme on sait , s'appelle les réduire. Car nous ne conseillerouxjamais de chercher à développer, sur une plus grande échelle, un plan qui aurait été construit à une échelle d'ordre inférieur, qu'on nomme alors plus petite, comparativement à l'autre.

( 2 ) Cette expression de 1 à 50,000, de 1 à 20,000, et de 1 à 5,000', est sans doute devenue familière, depuis quelques années, à MM. les agens forestiers ; cependant comme il pourroit se trouver, parmi nos lecteurs, des personnes qui en désirassent l'explication, nous croyons utile de la donner ici d'un mot. Par les termes de 1 à 5,00

000 ,

, par exemple, on entend qu'un mètre, une toise, une mesure de longueur quelconque, prise sur le papier d'un plan, represente une ligue cinq mille fois plus grande , tracée sur le terrain : d'où on a dit dans le principe , un sur le papier pour cinq mille sur le terrain, et ensuite par abréviation un à cinq mille ; un à dix mille; un à cinquante mille, ete. NO. 5.

15

La planche jointe, représente (fig. 1".) un carré A, B, C, D, ayant trente deux lignes du pied de France pour base (longueur de la ligne A B), sur autant de hauteur (longueur de la ligne A C); et offrant dès-lors en surface, sur le papier, 1024 lignes carrées.

La base et la hauteur de la figure qui nous occupe ont été sous-divisées successivement de manière à indiquer la moitié, le quart, le huitième , et enfin la trente-deuxième partie de chacune de cos dimensions; et à former ainsi , progressivement des carrés dont le plus petit ayant pour base et pour hauteur une ligne du pied de France, présente en superficie une ligne carrée. Celui qui vient après, a deun de ces lignes pour base sur autant de hauteur , et offre dès-lors une superficie cle quatre lignes carrées ; toujours sur le papier. De sorte que ces cinq carrés inscrits dans la figure ABCD, forment (en y comprenant cette figure elle Inême) une suite de six carrés, dont le plus petit, que nous considérons comme le premier, n'a (on vient de le dire) qu’une ligne carrée' de superficie. Le 2°. offre quatre lignes carrées : le 3o. seize ; le 4'. soixante-quatre : le 5*. deux cent cinquante siz et enfin ile 6. mille vingt quatre lignes carrées.

Nous avions cru devoir prendre un premier exemple clans les anciennes divisions de la toise; parce que, commençaint par nous occuper de l'échelle de 1 a 50,001), (qui semble tenir le milieu entre les échelles des : cartes géographiques et celles des plans des bois) les cartes topographiques les plus détaillées ont été con struites dans des rapports exacts avec la toise, le pied, le pouce et la ligne (1).

(1) En effet, 1°. la superbe carte des chasses est à l'échelle

« PreviousContinue »