Page images
PDF
EPUB

être re

formés pour chaque trimestre. Ces états doivent être divisés en même nombre que celui des caisses désignées pour en acquitter le montant, et ils doivent être ordonnancés assez à

temps pour mis aux receveurs , au moins huit jours avant l'expiration du dernier mois de chaque trimestre. Cette disposition n'a pas été entendue généralement dans son vrai sens. On a pensé qu'elle fixoit l'époque précise à laquelle les gardes doivent ètre payés, et il s'est élevé à ce sujet, entre les conservateurs et plusieur directeurs des domaines, des difficultés qu'il importe de faire cesser.

La mesure prescrite par la circulaire précitée, a pour but principal de prévenir les receveurs, et de leur faire connoître le montant de ce qu'ils auront à solder , afin qu'ils prennent leurs précautions pour payer les gardes aussitôt

que

les états auront été visés par les directeurs. L'Administration n'a pu déterminer, d'une manière précise, l'époque des paiemens, puisque les paiemens ne sont pas sous ses ordres ; c'est donc une erreur de croire que les directeurs soient tenus de viser les mandals aussitôt qu'ils leur seront présentés. Cette formalité ne devient obligatoire, que lorqu'ils ont reçu de leur administration les états arrêiés par le Ministre. Pour éviter autant que possible, les retards que peut entraîner cette marche indispensable , je me suis concerté avec M. le Direct:ur-général des domaines, mon collègue , qui a bien voulu accélérer dans ses bureaux le travail à cet effet , et qui a donné aux préposés de son administration, toutes les instruction's désirables sur ce service ; il vient encore de me renouveler l'assurance que la transmission des états seroit toujours faite le plus promptement possible ; mais quelque diligence que l'on apporte , il est im

possible que les agens soient payés avant l'expiration du trimestre; il est même très-difficile qu'ils le soient plntôt que dans les dix premiers jours du mois suivant.

Ces détails vous feront connoitre , Monsieur qu'il a été pris toutes les mesures nécessaires pour que le paiement des gardes soit effectué avec la célérité dont il est susceptible ; il faut s'abstenir, à cet égard, de plaintes non-fondées, puisqu'il n'y pourroit être donné suite.

DEUXIÈME PARTIE.

ECONOMIE FORESTIÈRE.

SECTION

Ire.

STATISTIQUE.

Suite des considérations sur les moyens de

parvenir à former , le plus utilement la statistique forestière de l'Empire.

( 2o. Article ). Dans le Ve, numéro de ces Annales, (page 219 et suivantes), nous avons annoncé que la statistique forestière se composoit de deux choses principales , savoir : 1°. des plans; 2°. des renseignemens accessoires.

Chacun de ces élémens ayant son objet d'utilité distinct, séparé et, en quelque sorte , indépendant, c'est , dans la réunion et la combinaison de ces élé

mens, qu'on trouvera les moyens les plus sûrs de compléter la statistique des forêts.

Les plans, nous l'avons déjà dit , doivent donner la configuration, l'étendue et la position relative de chaque partie de bois.

Les renseignemens accessoires font connoître l'essence , l'etat ictuel de cette partie de bois , sa valeur et ses produits. Ne nous occupant que de ce

de ce qui a trait aux plans nous avons cru qu'il convenoit de commencer par donner une idée générale de l'ensemble des travaux déjà faits, et desquels on peut s'aider pour parvenir à former la collection générale de plans des forêts : les détails dans lesquels nous sommes entrés, à cet égard, font connoitre qu'il existe déjà un grand nombre de ces plans, et qu'il n'est plus question que de faire connoître la manière dont on peut, aux moindres frais et avec célérité, en tirer utilement parti.

Pour l'intelligence du procédé que nous indiquons, il devenoit nécessaire de présenter des notions générales sur les moyens d'établir ou de conserver une harmonie constante entre tous ces plans; ce qui ne peut avoir lieu qu'en les ramenant à des échelles communes , proportionnées au genre de service auquel ils peuvent être destinés: Ces échelles ont semblé pouvoir se réduire à trois; savoir , celle de 1 à 50,000; 1 à 20,000; et enfin, celle de i à 5,000 (1)

(1) Quand le cas l'exige et que les détails d'un plan ne peuvent être suffisamment exprimés à cette dernière échelle , on a la facilité de recourir à celle de 1 à 2,500 également admise dans les opérations du cadastre parcellaire.

Enfin, on a présenté un exemple du procédé le plus simple pour ramener un plan quelconque à une des échelles qui viennent d'être indiquées.

D'après ces notions générales , supposées bien connues de nos lecteurs (parce qu'elles nous paroissent faciles à saisir ), nous allons nous occuper successivement des moyens d'en faire l'application à une partie de bois quelconque, à l'effet de déterminer :

19, Sa CONFIGURATION ;
20. Son ÉTENDUE;
5°. Sa POSITION ,

relativement aux objets environnans.

S. I". Configuration du bois.

La configuration d'une partie de bois quelconque ne pouvant être obtenue qu’à l'aide d'un plan que nous supposons ici devoir exister , il ne s'agit plus que de ramener ce plan à une des échelles prescrites qui , ( nous venons de le dire , ) sont tout au plus au nombre de quatre. (1)

On commencera par se fixer sur l'échelle qu'on croira devoir adopter; nous continuons à prendre pour exemple (2), celle de a à 50,000.

On cherchera ensuite à déterminer avec exacti

1

20,000; celle

(1) Celle de 1 à 50,000; celle de à de 1 à 5,000; enfin, celle de 1 à 2,50u.

(2) Comme nous l'avons fait (Voyez page 225 du No. V de ces Annales).

[ocr errors]

tude, l'échelle à laquelle a été construit le plan qu'il est question de réduire (1).

Pour y parvenir , on mesurera avec le compas, Tétendue de la ligne tracée sur ce plan, et qui y indique le nombre de toises ou de perches (2) déterminé par l'échelle ; nous supposons que cette ligne, servant d'échelle , a trois pouces du pied de France, ou trente six lignes de ce pied ; et qu'elle représente une longueur de 400 perches de 22 pieds chacune, prise sur le terrain.

On sait que la perche de 22 pieds, étant égale à 22 fois 144 lignes , (valeur du pied ) contient 3.168 de ces lignes : les 400 perches équivaudront donc à 400 fois 3168 lignes , ou à 1,267,200 lignes du pied de France, prises sur le terrain :

Et ces 1,267,200 lignes seront, d'après l'indication de l'échelle du plan , représentées par 36 lignes de ce pied.

Si donc on divise par 36 le nombre 1,267,200, on trouvera 35,200.

D'ou l'on voit qu'une ligne du pied de France, prise sur le papier du plan, représente 35,200 lig. du même pied prises sur le terrain ; et que le plan dont il s'agit , se trouve dès lors dans le rapport de I à 35,200.

, page 225.

(1) Nous disons réduire , par le motif rappelé dans la note rere

(2) Il ne faut pas perdre de vue que nous parlons de plans construits avant l'introduction du nouveau système métrique, comine le sont la majeure partie des plans de forêts existans aujourd'hui et levés antérieurement, soit à l'établissement de l'administration actuelle, soit aux opérations d'arpentage ordonnées pour la confection du cadastre.

« PreviousContinue »