Page images
PDF
EPUB

idée du vrai & du beau , & quelles routes ils tiennent pour arriver au même but.

Cependant, comme on traite volontiers d'inutile ce qu'on ne sçait point , &

que

l'Histoire des Sciences est moins à la portée de certaines gens, que l'Histoire des Nations & des Empires, la première passera peut-être pour un vain amu, fement. Un beau discours nous plaît, un Poëme bien conduit nous attache, un excellent Tableau nous touche ; que nous importe, dirat-on, que Demofthene ait excelle dans !'Eloquence, Homere dans la Poësie ; Apelle dans la Peinture Nous joüisions des découvertes qu'on a fait dans les Arts ; à quoi bon examiner si les Anciens ont connu la circulation du fang, & dans quel siécle on a trouvé la Bouffole

En vertu d'un raisonnement fi plausible , on pourra impunément confondre les tems, & les caractè. res des Grands hommes ; se persuader que l'Italie étoit aussi savante fous le Régne de Théodoric quç

[ocr errors]

Tous le Pontificat de Leon X. & la France aussi polie sous Philippe Auguste que sous Louis XV. * Il sera même permis d'avancer que Pindare a réüsli dans le Tragique , & Sophocle dans le Lyrique. Une ignorance si profonde à l'égard des faits historiques obscurciroit bien-tôt les Belles-Lettres. On ne seroit plus en état de choisir de bons modéles, plus utiles sans contredit que tous les préceptes. Le mauvais goût rameneroit la barbarie

dont on a eu tant de peine à se défaire. On saisit avec avidité les récits des Siéges & des Batailles

les exploits des Grands Capitaines, les avantures bizarres , toujours fabuleuses, des Héros de Roman : sera-t-il indigne d'un homme sage d'étudier historiquement les opinions humaines? Les différentes formes sous lesquelles on a vû paroître les Sciences en des Climats différens , offriront-elles un spectacle moins varié & moins agréable que ces révolutions qui ont renversé les Etats , que cette feinte contexture d'évenemens, que ces por,

[ocr errors]

ne man

2

traits de pur caprice qui ne plaisent que par l'imitation? Curiosité pour curiosité, amassons toujours des connoissances qui à une utilité réclle joignent beaucoup d'agrément.

Il y a plus. Si l'objet de l'Histoire est de peindre l'homme par rapport à l'esprit & au cour que-t-il pas à cette peinture un trait effentiel lorsqu'on néglige l'un de ces deux points, pour s'attacher uniquement à l'autre? Le peu de goût qu'on voit dans Mummius pour les chefs-d'oeuvres de l'Art n'en. tre t-il pas dans le caractère de Consul Romain: Ne peut - on pas rapporter à la passion qu'eurent les Egyptiens pour toutes sortes de Sciences , le penchant de ce Peuple pour une vie douce & paisible , & le peu d'empressement qu'il fit paroître à étendre les limites de son Empire ? aussi les bons Historiens de l'Antiquité ont-ils eu un soin particulier de reçueillir les points importans de l'Histoire Littéraire. Tite-Live n'o. met aucune occasion de parler de

[ocr errors]

l'abrogation des anciennes Loix & de l'établissement des nouvelles. Il ne croit pas même sortir de son sujet, lorsqu'il mêle avec les faits les plus intéressans l'origine de la Comédie. Velleius Paterculus, dans un Abrégé très-succinct , fait passer en revûë les Sciences , & les Savans ; il ne se croit

pas permis de négliger les Artifans habiles.

Il est vrai que la plûpart des Modernes n'en ont pas usé ainsi. Les uns ont vécu dans un siécle où l'on avoit perdu les traces des Sciences; les autres ont paru dans un tems où. les Arts ne faisoient que de naître. Aujourd'hui que les Sciences sont en vigueur , nous ne manquons pas de secours pour avoir à fond Teur Histoire. Mais nos Ecrivains fe sont partagé leur tâche. Ils ont donné l'Histoire Littéraire piéce à pićce, au lieu de la donner en entier & dans toute son étenduë.

En attendant qu'une main habile veüille bien se donner la peine de ramasser ces matériaux épars, je présente aux jeunes gens qui commen

[ocr errors]

cent d'entrer dans le Monde une courte Introduction à cette Histoire. Ils n'y puiseront pas une connoissance exacte de tout ce qui regarde les Arts, ce qui n'appartient nullement à un Esai : mais ils pourront peutêtre avec ce secours prendre des idées justes, claires & précises de chaque Science, de chaque Art en particulier ; fixer à des époques certaines sa naissance , son accroissement , sa perfection , sa décadence & fon renouvellement ; se familiariser enfini avec des Savans dont ils entendront souvent parler & dont les noms se trouvent presque toujours accompagnés dans cette infa truction d'un trait qui les caracté. rise.

Au reste, je n'ai point suivi mon propre goût dans le jugement que je porte sur ces Savans. Qui suisje pour m'ériger en Juge des Ouvrages, & pour régler les rangs entre les Auteurs ! Ce droit n'appartient qu'au Public. Lui seul peut immortaliser les uns, & condamner les autres à un oubli éternel.

[ocr errors]
« PreviousContinue »