Page images
PDF
EPUB

HISTOIRE

DE LA CONQUETE DE LA CHINE

PAR LES

TARTARES MANCHEOUX.

LIVRE: CINQUIEME.

ES Mancheoux fe voyoient maîtres de la

Chine ; mais tout leur faifoit fentir qu'ils n'y étoient pas fans ennemis. Le plus puissant & le plus dangereux, étoit le Corsaire Chinchikong , qui avoit sans aucune contestation 1 Empire de la Mer.

Au commencement de cette an. née (1652) ce Marin devenu plus hardi que jamais depuis la mort du Prince Néchingouang, fit une descente dans le Foukien, qui eut de très-grandes suites. Non content de ravager la côte à son ordinaire, il voulut assiéger dans les formes la Ville de Hayton- Delching , (16) résolu de ne rien ou- cente de blier pour s'en rendre maître à chikóg quelque prix que ce fût. Les Man- dans le cheoux accoururent au secours kien, de cette Place de tous les coins où il bat de la Province, & formèrent une tares 8

les Tarbonne armée, qui s'avança con- prend tre les Pirates avec toute la con- ching. fiance de gens accoutumés à vaincre. Le Général Tartare ne doutoit pas qu'en usant de diligence, il ne vînt à bout de surprendre Chinchikong, & de le forcer dans son camp. Mais cet ennemi étoit trop alerte, pour pouvoir être aisément surpris. Informé de la marche des Mancheoux, il alla au devant d'eux, les attaqua brufquement , & leur tua autour de

(16) Haytonching, latitude , & au 137 d. perite Ville du Fou- so m. 2os. de longikien sur la mer

au tude. 25 d. 39 m. 24. 1. de

& il y

sept mille hommes : le reste prit lâchement la fuite , & fe diffipa, Revenu au fiége , le Vainqueur fit de nouveaux efforts pour le terminer à son avantage , réussit par un assaut. Tout ce qui se trouva en armes dans Haytonching, fut passé au fil de l'épée : mais les Bourgeois ne fouffrirent aucun mal.

Les Tartares du Foukien fe cantonnèrent alors en différens poftes, où ils attendirent tranquillement une nouvelle armée qui les mît en état de prendre leur revanche sur un ennemi qui ne s'endormoit pas. Chinchikong se voyant maître de la campagne, rançonna effectivement plusieurs Villes qui se trouvoient sans défense; outre un grand nombre de Bourgs & de Villages qui furent soumis à de grosses contributions , en argent ,

en grains ou en bestiaux. Le butin qui fe fit en cette occafion ne pouvoit être plus confidérable, & on fe hâta de le transporter sur les vaisseaux.

Au bout de quatre à cinq mois le Corsaire ayant réuni tout son monde aux environs de Haytonching vint avec ses meilleures troupes mettre le fiége devant Changcheou. (17) Cette Place avoit été notablement renforcée & bien munie durant le temps que les Pirates s'amusoient à courir la Province : auffi fit-elle une très-belle défense. Déjà le fiége traînoit en longueur ; & une nombreuse armée de Tartares s'avançoit à grandes journées pour obliger les affiégeans à le lever. Ils le levèrent en effet ; mais quelque diligence que fît Chinchikong , les Mancheoux arrivèrent encore à temps pour donner fur fon arrière - garde, qu'ils poursuivirent avec chaleur

[ocr errors]

d. 40 m.

ou

(17) Changchequ- 31 m. 12 l. de latitufou est une des plus de, & au 135 considérables Villes de longitude. Assez du Foukien , où il se près de cette Ville est trouve toujours beau- l'ille d'Emoui , conp d'étrangers, que Amoni

fi connue le commerce y attire des Navigateurs Eu. de toutes parts. Sa ropéens. fituation est au 24 d.

?

jusqu'auprès de Haytonching; Dé- Le mal cependant n'eût pas été faite des grand pour les Corsaires si le res par Général Tartare s'en fût tenu là. lesMan. Comme il avoit résolu de délivrer cheonix qui re entièrement la Province de ces prenent brigands, (ainsi les appelloit-on à ching. la Cour)il voulut pouffer sa pointe

jusqu'au bout, en ufant néanmoins d'adresse pour les engager à une bataille. Il mit une partie de ses troupes en embuscade sur la route de Haytonching, & avec un médiocre détachement il alla insulter l'ennemi qui étoit campé sous le canon de la Place. Chinchikong reçut les Tartares à la manière, c'est-à-dire très-bien : il les poussa même , & les fit reculer. Ceux-ci reculèrent sans façon & en bon ordre jusqu'au-delà de l'embuscade : là se fit un changement de scéne, auquel les Pirates ne s'attendoient pas. Ceux qui fuyoient s'arrêtèrent , pour se tourner contre les troupes qui les poursuivoient ; & les Mancheoux de l'embuscade les prenant au même temps

« PreviousContinue »