Page images
PDF
EPUB

Avant J. G. Ce fuccès inespéré réjouit infiniment la timide Cour : cependant il s'en fallut peu qu'il ne devînt funeste à celui qui en étoit l'auteur. Le Chef des Eunuques accusa Tching-tang, & le fit accuser par ses créatures, comme criminel de lézemajesté , pour avoir agi de son chef dans une occasion fi dēlicate. Le nombre des requêtes présentées à ce sujet , fe multiplioit même chaque jour, quand l'Empereur jugea enfin à propos de le faire cesser. 'Il déclara haurement que les seuls ennemis de l'Etat pouvoient blâmer en cette occasion la conduite de Tching-tang. C'est peut-être le seul acte de fermeté qu'on ait à louer dans ce

Monarque. ANTIPATRE déclaré Intendant de la Judée par Jules-Céfar

47. Cet homme étoit Iduméen & Ministre du Roi Hircan. En vue de s'emparer peu. à-peu de la Judée, il mendia auprès de César ce titre d'Intendant. La Galilée

fut confiée à son fils Hérode. Mort de Caton d'Utique Ciceron prononce ses deux beaux

plaidoyers pour Marcellus &

pour Ligarius Reformation du Calendrier par Jules-César

Il forma l'année de trois cens soixantecinq jours , & pour les fix heures, qu'on fupposoit surnuméraires , il régla qu'on ajoûteroit tous les quatre ans un jour in. tercalaire au mois de Février,

[ocr errors]

46.

45:

[ocr errors]

447

Avant J. C. Jules-César , Di&tateur perpétuel. Commencement des années julien

nes ou réformées Jules-César poignardé en plein Sé

nat, la cinquante-sixiéme année
de son âge
Lyon fondé par Plancus, Général

Romain, au confluent du Rhône
& de la Saône, sur la montagne
dite du vieux marché ou Four-

vière Octavien César , Consul Triumvirat de César , d'Antoine ? 43.

& de Lepide. Mort de Ciceron Bataille de Philippes

427 Entrevue de M. Antoine & de Cleo

patre , Reine d'Egypte, à Tarse
en Cilicie. Elle fut la source de
leurs malheurs , par le fol amour

qu'ils conçurent l'un pour l'autre, 41, ANTIGONE, Prince Affamonéen,

établi Roi des Juifs par les Par-
thes qui emmènent prisonnier le
vieux Hircan

40.

[ocr errors]

.

[ocr errors]

Avant J. C. HERODE déclaré Roi des Juifs par M. Antoine

40, Plaisant mariage de M. Antoine avec la Minerve des Athéniens.

39. "La Aaterie des Grecs leur ayant fait donner à M. Antoine le titre de nouveau Bacchus, ce Romain s'appliquoit nuit & jour à soutenir la nouvelle dignité avec éclat. Il se surpalla sur-tout à Athénes, où les Magistrats enchantés de la façon de vivre, lui offrirent en mariage leur Déesse Minerve. Antoine accepta la proposition, & les Athéniens furent contens. Mais dès le même jour il demanda la dot de son épouse, qu'il fixa à mille talents, & qu'il fallut payer comptant. Selon la supputation de quelques Sçavans, ces mille Talents Attiques , mêine en les lupposant de ceux qu'on appelloic petits Talents, valoient deux millions, quatre cens trente-trois mille livres de

notre monnoie. Ěre espagnole

38, Elle commença cette année, mais ce fut en conséquence d'un Edit de Célar, porté l'année précédente au sujet du tribue imposé aux Espagnols par les

Romains. HERODE se rend maître de Jérufalem

378 Il envoya Antigone à M. Antoine , qui

lui fit trancher la tête. Victoire nayale remportée par

César

33•

Avant J. C. César sur Sextus, fils de Pompée. 36.

Cette victoire fut décisive contre le parti de Sextus. De trois cens bâcimens ennemis , il n'en échappa que dix-sept. L’habileté d'Agrippa y parut dans le plus

grand jour.
Agrippa, Édile à Rome :

Ce grand homme accepta , & peut-
être même demanda-t-il l'Edilité, uni,
quement en vue de relevér l'éclat de
cette charge, & d'en faire sentir toute
l'importance aux Romains. Après avoir:""}
réparé les anciens aqueducs , il en conf.
truisic un noiiveau, qui avoit un peu plus
de cinq de nos lieuës. Il forma ensuite
sept cens abreuvoirs & cent cinq fontai-
nes. Des eaux qu'il ramassa far une hau..?
teur,

coulèrent tout à coup sept grands!'s:
ruisseaux, qui entrain dans les vastes)
égouts de Rome, 'entraînèrent tout ce 9
qui les bouchoir auparavant. Lui-même
il s'embarqua sur un bateau éclairé de
plusieurs torches, & par une navigation
inouïe, il parcouryt tous ces canaux sou-
terreins, jusqu'à leur embouchure dans
le Tybre,

oba)
?!?, ?
[CHING-TÍ , cent-uniéme Empe

reur de la Chine, le neuvieme de la cinquiéme Dynastie

32 Ce Prince 'eut tout à la fois bien de l'esprit & peu de sens, une grande érudition chinoise , & une forte inclination à la débauche. Aussi les peuples souffrirent-ils.beaucoup Tous ce régne. La frontière fut entamée en di

divers endroits, le Cour vie des révolutions étranges, & le # Tome II.

?

[ocr errors]

Avant J. C. Monarque fut exposé à bien des dangers.

Parmi les Reines ou Epoules du second rang,

il se trouvaune Princesse d'un grand mérite , qui n'omit rien pour ramener ce Prince dans le bon chemin. Cette Dame se promenant un jour dans les jardins du palais , Tching ti passa à côté d'elle , & l'invita à monter sur son char. Non Seigneur , je ne puis m'y résoudre , répondit Pan-hiai : c'étoit le nom de cette Reiné. pourquoi donc ne le voulez-vous pas , lui dit le Monarque un peu surpris? C'eft, repartit-elle avec candeur , que nos anciennes peintures repréSentent toujours les bons Empereurs assis dans leurs chars avec des Capitaines, les mauvais au contraire avec des femmes. Tching-ti continua la course, &

Ce Prince s'éranc malheureusement entêté d'une petite comédienne, nommée Tchao-fei , il la mir au nombre des Reines, & la declara enfuite Impératrice, après avoir déposé celle qui l'écoic auparavant. Le scandale de la Cour ne pouvoit être plus grand : les Ministres & les Censeurs de l'Empire en frémissoient d'indignation

mais personne n'osoit parler Le jour du couronnement l'Empereur donna un grand feftin, où Tchao

sei parut fous un magnifique pavillon, avec les ornemens impériaux, & toute couverte de pierreries Les Reines frap

, lent dépit, non par jalousie, disoientelles , mais pour l'honneur de leur époux. Celui-ci foupçonna sans peine lears sentimens ; & pour mettre en jeut toates.ces Dames il s'avis de leur adfefser la parole.

Pan-higi croit vis-à-vis de

n'infista point.

[ocr errors]
« PreviousContinue »