Page images
PDF
EPUB

dont les nombres s'éloignent peu de ceux que l'usage a constart

.

[ocr errors]
[ocr errors]

158

[ocr errors]

1,50
1,80

5,71

12,10

6,97

14,79 mm 15,9

Pression Pas de l'engrenage Epaisseur
en kilogrammes. en centimètres.

en centimètres.
10
0,63

0,30

2,00
40
1,27

0,60

3,21
80
2,00

0,90
2,54

1,20

5,81 244

3,17
336
3,80

8,35
430
4,43

2,10

061
580
5,08

2,40 10,84
730

2,70
890
6,34

3,00 13,33
1100

3,30
1210
7,62

3,60
1500
8,15

3,90 17,24
1900
8,88

4,20

18,50
2200
9,51

4,50

19,58
2300
10,16

4,80 20,85
2660
10,79

5,10

22,13
2840
11:42

5,40

23,39
3220
12,05

24,66
3500
13,43

6,00 25,93
Ces nombres supposent que la longueur des dents est to
jours égale à leur épaisseur,
Ce tableau donne les dimensions des dents en fonte ; l'

l'espé rience a démontré que les mêmes nombres pouvajent s'appli quer aux dents de bois , quoique le bois fut moins résistant que la fonte; cela provient de ce que les dents de bois ont une com taine élasticité qui les empêche de se rompre sous des cock qui pourraient briser celles de fonte.

Thoxis. ENLUMINURE ET COLORIS. ( Technologie. ) On coqfond assez généralement l'enluminure avec le coloris, el cell confusion , qui nous a échappé lorsque nous avons établi la na menclature du Dictionnaire de l'Industrie, nous force à traiter ici, dans un même article, deux arts très distincts aujourd'bali car la perfection que l'on apporte dans tous les sujets de maws,

5,70

[ocr errors]

de modes ou de fantaisie, la plupart lithographiés, a forcé de recourir à de véritables artistes pour les faire colorier d'une 4 sa manière convenable.

L'enluminure proprement dite, s'applique à ce genre d'imaperie commune, exécutée avec des planches grossières de bois, travées en relief, représentant l'histoire de Geneviève de Brawant, celle des Quatre fils Aymon , le Juif errant, etc., qui current les murailles enfumées du cabaret de campagne, et on los enlumine, au moyen de patrons découpés en carton ou en

faivre mince, à travers les ouvertures desquels on applique la couleur à plat avec des pinceaux-brosses. Voici comment ori procede généralement. On colle sur un carton qui doit servir de patron une épreuve de la gravure à enluminer ; puis , avec 4 w instrument tranchant, une lame de canif, on découpe, à jour, toates les parties de la gravare qui doivent étre de la même svaleur; on en fait autant sur un second carton pour les parties

qui doivent recevoir une couleur différente; puis sur un troisième pour une troisième couleur, découpant ainsi autant de * cartons qu'on veut mettre de couleurs sur l'image. Ces cartons

sont en outre imprégnés d'un vernis gras qui les empêche d'être mouillés par les couleurs employées. Les patrons étant décon

pés, on en prend un qu'on pose sur une épreuve de la gravure, en avant soin de faire coïncider les parties découpées avec les

mémes parties de l'épreuve; puis, avec un pinceau-brosse trempé dans la couleur convenable, on passe sur toutes les ouvertures å travers lesquelles la couleur se dépose sur la gravure. Il faut une tertaine babitude et un certain tour de main pour diriger le pinceau , de manière que la couleur ne pénètre pas sous le patron, et de s'applique que précisément sur les parties qu'elle doit recouprír. On opère successivement, avec le même patron et la même couleur, sur toutes les épreuves à enluminer, ce qui donne aux gravures le temps de sécher. Avec un second patron on répète ensuite la même opération pour une autre couleur; on applique de même une troisième couleur avec un troisième patron, et ainsi successivement pour toutes les couleurs dont on décide que l'image serait enluminée. Ce procédé est exactement semblable 1 celui qu'emploient les fabricants de cartes à jouer, ct qui a déjà été décrit au mot Carte, tome III, page 98.

[ocr errors]
[graphic]

Le coloris , au contraire, demande le plus grand soin et exige priet l'eau forte, sur cuivre ou sur acier, et ne se une grande habileté. Quelques hommes ont même acquis en die manie. On les colorie ensuite au pinceau. genre, une certaine célébrité. Le coloris n’a commencé à prendre modes matériels "du coloris sont d'une extrémne simplide l'importance en France qu'après l'introduction de la gravure rola néme difficiles à décrire, puisque ce n'est que au pointillé, dont les Anglais se prétendent les inventeurs. On aurien des différents modèles et des essais de l'élève, procédait alors de la manière suivante : l'imprimeur broyait des inte faire sentir l'exécution. couleurs à l'huile , les rangeait sur un marbre avec symétrie, à sa kutes les couleurs se vendent en tablettes gomnia. peu près comme le peintre sur sa palette , et avec un pinceau se préles a étre employées. Il ne s'agit que de les très court de poil, les encrait dans les tailles gravées du cuivre, pe de l'eau pure ou mieux de l'eau distillée. Quel. en ayant soin d'approcher le plus possible des tons du tableau-a par exception, peuvent se vendre en poudre, et modèle. Chaque teinte s'essuyait l'une après l'autre, et, par con la heoie sur une glace dépolie, avec le secours d'une séquent, ternissait toujours un peu la teinte voisine; malgré tous de verre, en y ajoutant une parcelle de gomme arabiles soins de l'ouvrier , il en résultait une épreave peu brillante. Allement dissoute dans l'eau tiède. Ces couleurs, ainsi

C'est alors que commençait le travail de la coloriste. L'é se couchent par à plats. Cependant on glace souvent preuve étant séchée, on l'encollait légèrement avec un encollagens par d'autres teintes pour les harmoniser, ou pour composé de savon, d'alun et de colle de Flandre; puis, au moyen en elfet qu'une seule couleur ne pourrait donner. de pinceaux et de couleurs semblables à ceux qu'on emploie dans de bons modèles peuvent seuls faire seutir ce que l'aquarelle , on appliquait sur chaque teinte une teinte absola- serions vainement de rendre par la parole

. Lorsque ment pareille pour le ton, mais beaucoup plus brillante. Il arxi- matentièrement coloriée, on la glace avec de la gomme vait quelquefois que le gras de l'huile de l'imprimeur, malgré le fan que l'on passe par à plats sur les tous les plus soin apporté pour faire sécher l'épreuve, empêchait les couleurs a, els que les draperies de couleur foncée, et en général de prendre. On se servait alors de fiel de boeuf étendu d'un peti s mbres du sujet. Depuis quelque temps les marchands d'eau, dont on couchait un à plat sur l'endroit qui refusait la sur rendent une préparation analogue destinée à cet couleur. Lorsque toutes les teintes étaient bien couchées, on di laquelle ils ont donné le nom de vernis de coloriste. revenait quelquefois avec des tons plus vifs encore, mais seule

BOQUILLON. ment dans les ombres des draperies éclatautes, ou sur des étoffes WÊTE. (Économie politique. ) Qu'est-ce qu'une de couleurs changeantes : cela s'appelait faire des retouches. Ce le, au thèse générale ? C'est un examen préliminaire, une coloris donnait beaucoup d'effet à ces sortes de gravures, et l'on sans préalable ayant toute résolution. Il semble douc était parvenu à faire des choses fort agréables : mais les planches taquetes devraient être aussi vieilles que le monde comse détruisaient très promptement, par l'obligation où se trouvait , et cependant elles datent de nos jours. Les Anglais l'imprimeur d'essuyer huit ou dix fois le cuivre avant d'obtenir premiers qui les aient mises en honneur, toutes les fois une épreuve, ce qui rendait son travail extrêmement long et epide décider quelque grande question d'intérêt génécouteux. Souvent mêne, certaines couleurs altèraient le cuivre al en matière d'industrie, soit en matière de finances ou et détru saient les travaux de la gravure. Les marchands d'esat sa publics. C'est le Parlement qui les ordonne lahi, tumpes ont donc presque entièrement renoucé aujourd'hui à ce sont dans ce pays : aussi ont-clles été presque toutes genre de gravure d'impression et de coloris, les sujets de graus pouables par to esprit d'indépendance et d'impartialité, des dimensions, qui sont destinés à être coloriés, se font en

ft nation anglaise a recueilli d'heureux fruits. lithographie : les autres plus communs ou de moindres propors topoètes sont chez nous d'origine encore plus moderne

[ocr errors]

tions, se gravent à l'eau forte, sur cuivre ou sur acier , et ne se tirent qu'en noir. On les colorie ensuite au pinceau.

Les procédés matériels du coloris sont d'une extrême simplicité, et par cela même difficiles à décrire, puisque ce n'est que par la comparaison des différents modèles et des essais de l'élève, que l'on peut en faire sentir l'exécution.

Presque toutes les couleurs se vendent en tablettes gommacées et toute prêtes à être employees. Il ne s'agit que de les dilarer avec de l'eau pure ou mieux de l'eau distillée. Quelques-unes, par exception, peuvent se vendre en poudre, et aloes on les broie sur une glace dépolie, avec le secours d'une mollette de verre, en y ajoutant une parcelle de gomme arabique, préalablement dissoute dans l'eau tiède. Ces couleurs, ainsi préparées, se couchent par à plats. Cependant on glace souvent quelques tons par d'autres teintes pour les harmoniser, ou pour produire un effet qu'une seule couleur ne pourrait donner. L'asage et de bons modèles peuvent seuls faire seutir ce que nous tenterions vainement de rendre par la parole. Lorsque l'épreuve est entièrement coloriée, on la glace avec de la gomme, fondue à l'eau que l'on passe par à plals sur les tous les plus sombres, tels que les draperies de couleur foncée, et en général toutes les ombres du sujet. Depuis quelque temps les marchands de couleur vendent une préparation analogue destinée à cet usage, et à laquelle ils ont donné le nom de vernis de coloriste.

BOQUILLON. ENQUÊTE. ( Économie politique. ) Qu'est-ce qu'une enquête, en thèse générale ? C'est un examen préliminaire, une information préalable ayant toute résolution. Il semble donc que les enquêtes devraient être aussi vieilles que le monde commercial, et cependant elles datent de pos jours. Les Anglais sont les premiers qui les aient mises en honneur, toutes les fois qu'il s'est agi de décider quelque grande question d'intérêt général, soit en matière d'industric, suit en matière de finances ou de travaux publics. C'est le Parlement qui les ordonne bahi. tuellement dans ce pays : aussi ont-elles été presque toutes l'emarquables par un esprit d'indépendance et d'impartialité, dont la nation anglaise a recueilli d'heureux fruits.

Les enquêtes sont chez nous d'origine encore plus moderne

[ocr errors]
[graphic]
« PreviousContinue »