Page images
PDF
EPUB
[merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]

d'indigo et veut s'en procurer, doit les payer avec une marchandise de sa façon ou avec une denrée de son sol. Quand on n'a

que des cuirs à vendre, comme Buenos-Ayres, il faut rece voir des vins de France ou des blés de Pologne, sous peine de se passer de blé et de vins, au milieu de la surabondance des cuirs.

Aussi remarque-t-on qu'en général et sauf quelques exceptions, les nations ne font pas difficulté d'admettre sur leurs marchés les denrées exotiques qu'elles ne produisent point ou ne peuvent produire elles-mêmes, et la question des exportations serait bientôt résolue, si elle ne portait que sur ce genre d'objets d'échange. Mais à mesure que l'industrie et l'agriculture ont fait des progrès, chaque peuple a essayé de produire les artiticles qui lui étaient fournis par son voisin : la soie est venue de l'Inde, de la Chine, de l'Espagne, de l'Italie, de la France. Le fer a été fabriqué à des prix bien différents, en Suède, en Angleterre, en France, en Allemagne, en Espagne, partout. Le sucre colonial a trouvé une rivalité fornuidable dans la betterave; l'Inde orientale a subi la concurrence des Indes occidentales et même celle de l'Égypte pour les cotons. La concurrence est de venue bien vive encore pour certains genres de marchandises, pour les tissus, pour les produits chimiques, pour les boissons fermentées.

Dès lors a commencé cette fatale guerre des douanes, dont le but est encore une victoire stérile sur de prétendus rivaux, auxquels on ne peut nuire sans ce nuire à soi-même. Telle nation qui prohibaitou frappait de droits exorbitants les marchandises fabriquées de la nation voisine, a vu frapper les siennes par représailles ; elle voulait protéger son industrie , on a frappé son agriculture; d'autres fois elle a cru protéger son agriculture, elle a ruiné son industrie. Vous refusez les bestiaux de la Suisse et du duché de Bade : Bade et la Suisse repousseront vos tissus, et vous verrez s'élever des manufactures aux environs de Zurich, où naguères, on ne rencontrait que des pâtres conduisant leurs troupeaux. Tout le monde a voulu de l'argent, et en définitive l'argent est devenu d'autant plus difficile à gagner, c'est-à-dire les profits d'autant plus difficiles à faire, que les échanges ont éprouvé plus d'obstacles. On s'est imaginé que les exportations

nos fronti catreban

dans les to

[ocr errors]

En son

qu'on les

Is les foi

e blesse

ventile qu

h, et il

attendan Pintér toncitor feat ser

de celle

EXP (Com à des

pour consta dans

n'en

étaient la question la plus importante du commerce, commesi des exportations donnaient d'autres bénéfices que par les retours. On a cru pouvoir vendre sans acheter, et s'enrichir sans importer.

Les gouvernements n'ont pas peu contribué à entretenir dans les esprits cette chimère dont nous avons parlé à propos de la BALANCE DU COMMERCE , ( voyez ce mot ); ils ont publié et ils publient encore aujourd'hui des tableaux trompeurs, où les chiffres sont groupes de manière à faire croire que l'état s'est enrichi par des exportations supérieures aux importations. La balance

passe pour nous avoir été favorable quand nous avons fait sortir :- de France plus de marchandises que nous

avons fait entrer, comme ce fossé dont on a dit : plus on lui ôte, plus il est grand. Aussi longtemps que ces erreurs passeront pour des axiômes, il

ne faut pas espérer de voir l'administration revenir à la simplicité "

des principes; il ne faut pas compter non plus sur le dévelop.. pement que la prospérité publique aurait le droit d'attendre des

progrès de la civilisation. A quoi sert le maintien de la paix, puisqu'on se fait la guerre de douanes , et que sur une scule de nos frontières soixante-dix mille chiens sont entretenus par la contrebande, sans que les marchandises qu'ils importent figurent dans les tableaux de la balance? En somme,

les exportations sont un mot vide de sens, tant qu'on les sépare de leur corrélatif qui sont les importations. Toufes les fois qu'on refusc d'importer, on empêche d'exporter; on se blesse avec l'arme dont on frappe ses voisins. Il n'est point de vérité que l'économie politique ait mieux démontrée que celle là, et il y a longtemps que les douanes auraient été modifiées, en attendant qu'elles soient détruites, comme instrument protecteur, si l'intérêt privé des industriels protégés au détriment de leurs concitoyens, n'avait couvert la voix de l'intérêt général qui ne peut séparer ce qui est inséparable, la liberté des importations de celle des exportations.

BLANQUI AINÉ. EXPOSITION DES PRODUITS DE L'INDUSTRIE. ( Commerce.) Ce fut une heureuse idée que celle de réunir à des époques régulières les produits de l'industrie nationale, pour en faciliter l'étude, en généraliser la connaissance et en constater les progrès. La première exposition eut lieu en France, dans le mois de septembre 1798, au Champ-de-Mars, à Paris,

[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors]

sous le ministère de François-de-Neufchâteau. Elle avait été organisée à la båte, et l'on n'y vit figurer que quelques produits de l'industrie du département de la Seine et des départements environnants. Douze médailles et autant de mentions honorables y furent accordées aux exposants distingués par le jury. C'était peu de chose, mais l'élan était donné , et à la seconde exposition de 1801, la cour du Louvre, que le ministre Chaptal avait désignée pour le théâtre de cette solennité, présenta un spectacle plus intéressant. Le nombre des exposants fut plus considérable. Douze médailles d'or, vingt médailles d'argent, des distinctions particulières distribuées par le premier Consul, avec une bienveillance remarquable, et les regards de l'Europe entière, annonçèrent que l'industrie française allait reprendre son essor. En effet, nos grandes réputations industrielles datent presque toutes de cette exposition. On assure que le premier Consul y avait manifesté l'intention de transformer à l'avenir les expositions en véritables foires , où les industriels pourraient trouver tout-à-la-fois une récompense honorifique et un prix avantageux de leurs produits.

La troisième exposition suivit de près la seconde, en 1802, el se tint comme elle dans la cour du Louvre. On y remarqua de nouveaux progrès, et le gouvernement crut devoir augmenter le nombre des récompenses. Mais c'est surtout en 1806, sous le ministère de Champagny, que l'exposition prit un caractère de magnificence, digne des plus hautes solennités nationales. Elle avait été disposée sur l'esplanade des Invalides , vastes galeries, et le nombre des exposants qui s'y pressaient était dix fois plus considérable qu'en 1801. Vingt-six médailles d'or, soixante-quatre médailles d'argent de première classe, cinquante-quatre médailles d'argent de seconde classe, sans parler des médailles de bronze et des mentions honorables, attestent suffisamment l'impulsion que l'industrie avait reçue du règne de Napoléon. Ce fut malheureusement la dernière de ce règne, et il faut se reporter jusqu'à la restauration pour retrouver, en 1819, dans l'exposition ordonnée sur la proposition de M. Decazes, la trace des belles exhibitions de 1802 et de 1806. Les années 1823, 1827 et 1834 ont vu s'accroître l'esser donné à l'industrie nationale par le premier consul Bonaparte.

indignes du no coup de tem également de

offrir à nos
exciter leur a
ei de la prohi
cette permane

merce; elle

mortir la cu

caractère de

!

cons

La réforme sitions, indulgenced river à Paris le nombre duits vérital sions du jur lous les obję tail insiguit duité désira

1

ey

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][merged small][ocr errors]

Le nombre des exposants n'a cessé de s'accroître; il était presque double en 1834 de ce que nous l'avions vu en 1827.

De graves controversés se sont élevées à l'occasion de ces solennités industrielles périodiques. Les uns n'y out vu qu'une excitation à la fabrication de quelques produits de luxe, d'une consommation bornée, et il faut avouer que la plupart des manufacturiers ont trop souvent envisagé les expositions sous ce rapport. Les autres les jugeaient inutiles, à cause de l'impossibilité d'y faire représenter loutes les industries. Quelques personnes auraient voulu y admettre les produits étrangers, pour qu'on pût faire des comparaisons sur la situation de notre industrie avec celle de l'industrie étrangère. D'autres, enfin, désiraient des expositions permanentes , et souhaitaient un palais spécial destiné à leur servir de théâtre.

On ne saurait nier qu'il n'y ait quelque vérité dans chacune de ces opinions. Trop souvent nos fabricants ont sacrifié l'utile à l'agréable, et le comfortable aux tours de force. Les dernières expositions abondaient en curiosités industrielles indignes du nom de produits , quoiqu'elles eûssent couté beau . coup de temps et de travail à leurs auteurs. On s'est aperçu également de l'absence des produits étrangers , qui auraient pu offrir à nos industriels d'utiles enseignements et peut-être exciter leur apathie, assise sur l'oreiller des taxes protectrices et de la prohibition. Quant à la permanence des expositions, cette permanence existe aujourd'hui dans les magasins du commerce; elle ne saurait même exister ailleurs, sous peine d'amortir la curiosité publique et d'enlever aux expositions le caractère de nouveauté qui en fait l'attrait principal.

La réforme la plus sérieuse que réclame le système des expositions, consiste dans la formation ou plutôt dans l'excessive indulgence des jurys départementaux d'admission, qui laissent arriver à Paris des produits surannés ou de nulle importance, dont le nombre exagéré encombre les galeries, nuit au succès des produits véritables et aggrave singulièrement la tâche des commissions du jury central. La nécessité de porter son attention sur tous les objets exposés lorsque plusieurs de ces objets sont tout-àfait insignifiants , empêche l’examinateur d'étudier avec l'assiduité désirable les produits dignes de son observation. Un jury

[ocr errors]

duite par l'ar ger le sacrific légalement c

Voici donc lait, pour son terminassent publique réc nière de fixe

Cest ce q outre que ce propriété , 1 précautions elle exigeait

[ocr errors]

clure qui taires et au veres pour

de vingt-cinq membres, parmi lesquels il faut nécessairement supposer quelques absents, suffit avec difficulté à juger près de trois mille exposants, comme on l'a vu en 1834, où les diverses commissions ont dû tenir de longues séances de nuit, afin d'être prêtes au terme fixé par l'ordonnance royale de clôture.

Les expositions industrielles périodiques n'ont pas moins contribué à exciter en France une grande émulation parmi les fabricants. Les hautes récompenses du jury ont puissamment favorisés la fortune dc plusieurs maisons, dont les produits n'auraient peut-être pas obtenu, sans cette circonstance, toute la justice qu'ils méritaient. Déjà dans presque tous les états de l'Europe, en Russie, en Espagne, en Suède, en Belgique, en Prusse, à Naples, les gouvernements ont ordonné des expositions industrielles, destinées à constater, dans chacun de ces états, la situation des manufactures. Ces expositions ont produit d'heureux résultats, qui seraient plus instructifs et plus complets si chaque état avait réuni à ses produits nationaux les échantillons analogues des marchandises étrangères. Les expositions deviendraient alors comme un vaste concours européen, et l'on ne doit pas douter que cette lutte pacifique n'exercerait anc grande influence sur les destinées de l'industrie, et peut-être sur la solution des grandes questions économiques qui agitent en ce moment le monde industriel.

BLANQUI Aîné. EXPROPRIATION POUR CAUSE D'UTILITÉ PU. BLIQUE. (Administration.) L'expropriation pour cause d'utilité publique est la conséquence de ce grand principe qui forme l'une des bases les plus essentielles de tout gouvernement, que l'intérêt particulier doit toujours céder à l'intérêt général. Rien, il est vrai, ne doit être plus sacré que la propriété définie par nos codes , le droit de jouir et de disposer des choses de la manière la plus absolue ; mais aussi, à ce droit, la loi met deux restrictions importantes : la première consiste à n'en pas faire un usage prohibé par les lois ou par les réglements , et la seconde, à cesser même d'exercer ce droit, à céder en fin sa propriété lorsque l'utilité publique réclame cette cession. Nul ne peut être contraint de céder sa propriété, si ce n'est pour cause d'utilité publique , porte l'art. 545 du Code civil, et moyennant une juste et préalable indemnité; celte disposition se trouve repro

de mois sufi

Il faut le

[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small]

désigne

veut a

loi ou

lequel

« PreviousContinue »