Page images
PDF
EPUB

pas toujours pour objet, comme on l'a prétendu, de former une usine de vers à soie; souvent le propriétaire ne fonde son produit que sur la vente des feuilles, tandis qu'au contraire celui qui n'a pas de mûriers élève un grand nombre de vers à soie » (1).

D'un autre côté, « il est rare que celui qui a élevé des vers à soie, les fasse filer : ainsi il n'y a pas, comme on le suppose, une usine unique , mais une succession de fabriques différentes » (2). « En Piémont, on seroit surpris de voir mettre des vers à soie au rang des biens immeubles , quoique la récolte annuelle de la soie

y

donne un produit tellement important, que, quelquefois, il s'est élevé à vingt millions et plus. Là, la culture des vers à soie se lie moins à l'exploitation d'un domaine rural qu'à l'occupation des personnes sans propriété , et même des plus pauTres et des plus misérables » (3).

« Si donc on veut déclarer les vers à soie immeubles , il faut restreindre la disposition à ceux qui sont élevés dans la ferme » (4).

Mais S ce seroit encore aller trop loin. La fra

(1) M. Regnaud (de Saint-Jean-d'Angely), Procès-verbal du

Vendémiaire an 12, tome III, page 81. (2) M. Bérenger, ibidem. (3) M. Galli , ibidem. Nola. M. Galli est du Piémont. -(, M. Bérenger , ibidem.

gilité des vers à soie empêche de les déclarer immeubles 5 (1): « ils ne peuvent certainement être mis que dans la classe des biens meubles » (2). « On doit se borner à en protéger la culture, et on y a suffisamment pourvu en déclarant immeuble la feuille pendante au mûrier » (3).

« Ce n'est donc que par les circonstances qu'on peut juger si les vers à soie sont aliénés avec l'immeuble : les circonstances sont la seule règle qu'on puisse donner aux juges » (4).

Toutefois, « l'intérêt de cette culture exige peut-être qu'on établisse des règles particulières sur la saisie des vers à soie. La place de ces règles est dans le Code de Procédure civile » (5).

La proposition d'immobiliser les vers à soie livrés avec un fonds n'a pas été adoptée.

(1) M. Crétet, Procès verbal du 20 vendémiaire an 12, tome III, page 81. - (2) M. Bigot-Préameneu , ibidem, page 82.

(3) M. Crétet , ibidem , page 81. — (4) Le Consul Cambacérès , ibidem,

(5) M. Bigot-Préameneu , ibidem. - Le Consul Cambacérès , ibidem.

[ocr errors]

Page 82.

III. DIVISION,

Des biens qui sont immeubles par la desti

nation du propriétaire.

ARTICLE 524.

Les objets que le propriétaire d'un fonds y a placés pour le service et l'exploitation de ce fonds, sont immeubles par destination.

Ainsi, sont immeubles par destination, quand ils ont été placés par le propriétaire pour le service et l'exploitation du fonds,

Les animaux attachés à la culture ;
Les ustensiles aratoires;
Les semences données aux fermiersou colons partiaires;
Les pigeons des colombiers ;
Les lapins des garennes ;
Les ruches à miel;
Les poissons des étangs ;
Les pressoirs, chaudières, alambics, cuves et tonnes;

Les ustensiles nécessaires à l'exploitation des forges , papeteries et autres usines;

Les pailles et engrais.

Sont aussi immeubles par destination, tous effets mobiliers qne le propriétaire a attachés au fonds à perpétuelle demeure.

ARTICLE 525.

Le propriétaire est censé avoir attaché à son fonds des effels mobiliers à perpétuelle demeure, quand ils y sont scellés en plâtre ou à chaux ou à ciment, ou lorsqu'ils ne peuvent être détachés sans être fracturés ou détériorés, ou sans briser ou deteriorer la partie du foods à laquelle ils sont attachés.

Les glaces d'un appartement sont censées mises à perpétuelle demeure, lorsque le parquet sur lequel elles soni åttachées fait corps avec la boiserie.

Il en est de même des tableaux et autres ornemens.

Quant aux statnes, elles sont immeubles lorsqu'elles sont placees dans une niche pratiquée espres pour les recevoir, encore qu'eiles puissent être enlevées sans fraclure ou détérioration.

Un objet mobilier, de sa nature, devient immeuble,

1o. Lorsque le propriétaire le consacre au ser-vice et à l'exploitation de son fonds;

2o. Lorsqu'il l'y attache à perpétuelle demeure.

Il est entendu cependant que, dans l'un et l'autre cas, l'immobilisation ne subsiste qu'autant que

la destination *. Enfin il est un troisième mode d'immobilisation; mais il n'appartient pas aux règles du droit civil. J'en parlerai dans la suite **.

* Voyez ci-après, l'art. 532. — ** Voyez page 45.

Ire. SUBDIVISION.

par la

Di l'immobilisation des objets mobiliers,

, iestination au service et à l'exploitation du fonds. (Art. 524.)

« Tout ce qu'un propriétaire place dans son domaine , pour son service et son exploitation, prend la qualité d'immeuble

par

destination; les choses ainsi placées deviennent, en effet , une partie du fonds, puisqu'on ne pourroit les enlever sans le détériorer et le dégrader essentiellement, et sans rendre son exploitation impossible : la regle établie sur la destination du propriétaire, est donc fondée et sur la justice et sur l'intérêt. évident de la société » (1).

L'article 524 fait l'énumération de plusieurs de ces objets, « non-seulement pour les déclarer immeubles

par

destination, mais encore comme des exemples qui doivent servir au juge, de direction et de point de comparaison dans tous les cas non prévus, et qui demeurent subordonnés à la disposition principale de l'article qui veut que les objets que le propriétaire d'un fonds

(1) M. Treilhard , Exposé des motifs , Procès-verbal du 28 niFüst, an 12, tome IV, page 52.

« PreviousContinue »