Page images
PDF
EPUB

tempérament qui vous accordera tout ce qu'on peut accorder, sans altérer le dogme & la morale , mais en changeant seulement la discipline, qui de tout tems fut fujette à varier. Le cardinal Querini , que

le zele pour votre retour consume perpétuellement, sera votre mé. diateur auprès du Saint Pere. En revenant au Pape, vous reviendrez à celui qui étoit autrefois votre chef; car c'est vous qui vous êtes éloignés. Les abus qui régnoient alors dans l'église , parce qu'il est nécessaire, comme dit Jesus-Christ, qu'il y ait des fcandales & des hérésies, ne pouvoient absolument autoriser vos ancêtres à se révolter & à se séparer. Ils n'avoient que la voie des représentations; &, s'ils se fussent bornés à cet objet, fans y mettre ni aigreur, ni fiel, ni esprit de rebellion, ils auroit sûre

[merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

ment obtenu quelque réforme. Pour guérir quelques tumeurs d'un corps, on ne se met pas en devoir de le mutiler , ou de l'étouffer.

Bien des protestans reviendroient, s'ils n'étoient point arrê. tés

par un misérable refpect humain ; car il est impossible qu'en lisant aussi souvent la fainte écriture qu'ils le font , ils n'y apperçoivent pas les prérogatives du chef des apôtres, & l'infaillibilité de l'église , qui ne peut jamais enseigner aucune erreur, d'autant plus que Jesus-Christ est réelle-ment avec elle jusqu'à la consommation des fiecles, fans nulle interruption: Omnibus diebus vitæ , usque ad consummationem fæculi. ; Il ne faut que

des

yeuys pour voir qui de l'église romaine, ou de l'église protestante a raison. L'une paroit cette montagne

[ocr errors]

lainte, dont parle l'écriture ; & l'autre, une vapeur qui obicurcit les yeux, & qui n'a nulle solidité.

Je donnerois jusqu'à la derniere goutte de mon sang, mon cher monsieur , pour vous voir réunis à nous ; assuré que vous avez rompu la chaîne qui vous attachoit au centre d'unité, & que vous n'êtes plus que des êtres isolés, sans boussole , sans guide & fans chef.

Dieu vous le fait sentir d'une maniere terrible, en vous livrant à je ne sais combien d'erreurs différentes, qui forment presque autant de fectes diverses que de communions. Et cela pous prouve que lorsqu'il n'y a plus d'autorité qui réunisse les fideles , il ne tiennent plus qu'à eux-mêmes, & conséquemment à tous les préjugés.

N'allez pas vous imaginer, je

[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors]

و

[ocr errors]

vous supplie, que je veuille ici insulter à votre état. Hélas, tout m'annonce

que vous êtes dans la bonne foi. Mais cela ne vous justifiera pas devant Dieu , qui exige de vous un examen févere sur un article aussi essentiel ; d'autant plus que vous pouvez mieux que personne vous instruire & vous juger.

La fentence qu'on prononce contre soi-même, lorsqu'on a tort, est digne de votre belle ame & de votre bon caur. Votre candeur me répond que vous vous instruirez selon la vérité, que vous ne la rejetterez point, lorsque vous la verrez. Elle est sur les levres des bons catholiques; & , en les écoutant, c'est elle-même que vous entendrez. Je le desire de toute la plénitude de mon cœur, par

l'ardeur fincere que j'ai de me trouver éternellem: nt avec vous dans ce séjour de paix, où il n'y

aura que ceux qui sont marqués du signe de la foi. Jugez par-là de toute l'étendue de l'attache. ment avec lequel j'ai l'honneur d'être, &c.

A Rome, 'ce 2:4 Mai 2753.

[ocr errors][merged small][ocr errors][merged small][ocr errors]
« PreviousContinue »