Archives curieuses de l'histoire de France depuis Louis XI jusqu'à Louis XVIII, ou Collection de pièces rares et intéressantes ... publiées d'après les textes conservés à la Bibliothèque royale, et accompagnées de notices et d'éclaircissemens; ouvrage destiné à Leber

Front Cover
Beauvais, 1838 - France
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 121 - Louys, par la grace de Dieu, Roy de France et de Navarre , à tous présens et à venir, salut. Les
Page 136 - ce soit chose ferme et stable à tousjours, nous avons fait mettre nostre scel à cesdites présentes, sauf en autres choses nostre droict et l'autruy en toutes.
Page 413 - est caché en un trou de la terre et sort le lendemain par l'autre. Ils n'ont aucun culte divin ny aucunes sortes de prières; ils croyent néantmoins qu'il y en a un qui a tout fait; mais pourtant ils ne luy rendent aucun honneur. Entr'eux ils ont quelques personnes qui font
Page 288 - C'étoit l'homme du monde le mieux fait et de la meilleure mine. Il parut à la cour avec tant d'agrément et de magnificence qu'il donna de l'admiration au peuple, de la joie et quelque chose de plus aux dames, de la jalousie aux
Page 291 - Cela obligea madame de la Boissière, première dame d'honneur de la Reine, de se tenir auprès de Sa Majesté tant qu'ils y furent, ce qui leur déplaisoit fort; toutes les femmes et tous les officiers de la chambre ne se retirèrent qu'après que ces messieurs furent sortis.
Page 393 - vrayement dit qu'ils estoient masquez. Il y en avoit qui n'avoient qu'une raye noire, large d'un ruban, tirée d'une oreille à l'autre au travers des yeux, et trois petites rayes sur les joues. Leur couleur naturelle est comme celle de ces gueux de France qui sont demy
Page 293 - pas en sûreté tant que je serois à Fontainebleau. Je ne pus obtenir d'elle que deux heures, tout malade que j'étois, et il fallut partir sans prendre congé de la Reine, ce qui m'affligea beaucoup. . » Lorsque je fus à Paris, Sa Majesté m'envoya quelque argent par Gaboury, avec un ordre à
Page 290 - madame de Chevreuse. Après s'être bien promenée, la Reine se reposa quelque temps, et toutes les dames aussi, puis elle se leva; et dans le tournement d'une allée où les dames ne la suivirent pas sitôt, le
Page 135 - ils ayent à faire lire, publier et registrer, et le contenu en icelles garder et observer, sans y contrevenir ni souffrir
Page 292 - portées sur la mer, la Reine n'ayant pu m'y envoyer parce que j'étois demeuré malade à Fontainebleau en y arrivant; mais à son retour il eut ordre de se retirer. Pour moi, comme je ne songeois qu'à me tenir prêt, suivant l'ordre de la

Bibliographic information