Page images
PDF
EPUB
[graphic][merged small]

LA

SOCIÉTÉ FRANÇAISE

PENDANT LE CONSULAT

nie. Hrist .- France (1794-1864 1. Hranicu
Leiding fraren I
sec. testi

SIXIÈME SÉRIE
Sprance. (."??!!??4.)
L'ARMÉE – LE CLERGÉ LA MAGISTRATURE

L’INSTRUCTION PUBLIQUE

PARIS

LIBRAIRIE ACADÉMIQUE
PERRIN ET C., LIBRAIRES-ÉDITEURS
35, QUAI DES GRANDS-AUGUSTINS, 35

Tous droits de reproduction et de traduction réservés pour tous pays.

[ocr errors][merged small]

PRÉFACE

Ce sixième volume est le dernier de mes études, sur la société du Consulat.

Dans ceux qui ont précédé celui-ci, se trouve d'abord un tableau de la renaissance de la France, au début du pouvoir consulaire de Bonaparte; puis, sa lutte émouvante avec les factions conjurées contre sa politique, qui les tenait en échec: jacobins, anarchistes; chouans et royalistes. Pour combattre ces ennemis de l'intérieur, il reçut un secours. puissant des hommes, issus de la Révolution, assagis et éclairés par les luttes parlementaires; et j'ai tâché de bien dessiner ces figures de fonctionnaires distingués, qui le secondèrent puissamment de leur intelligence et de leur expérience : fils de l'aristocratie exilée, ou plébéiens que l'étude avait policés. Les meilleurs et les plus célèbres ont défilé dans le volume,qui porte le titre d'Aristocrates et républicains.

Alors, la société rassurée, les salons des grandes dames furent ouverts: grandes dames d'autrefois, ou grandes dames des temps nouveaux, chez

elles la foule accourut, et les conversations polies s'échangèrent entre les grands seigneurs rentrés d'exil, attirés par le prestige de la gloire du général Bonaparte, et les littérateurs, et les auteurs dramatiques, et les comédiens, et les artistes, coudoyant les généraux blessés et convalescents, arrivés tout poudreux des champs de bataille de l'Europe. Telle fut la matière du volume intitulé: Le Monde et les salons.

Après cela, je devais parler de la littérature,des théâtres, des beaux-arts et des artistes. Deux volumes ont été consacrés à cette étude.

Il restait à mettre en relief les grandes institutions qui sont les assises d'un État: l'armée, le clergé, la magistrature, l'instruction publique. C'est le sujet des matières contenues en ce sixième volume.

J'ai montré Bonaparte reconstituant l'armée désorganisée par l'insouciance du Directoire, sous des généraux incapables ; Bonaparte créant une garde consulaire, avec intention, pour lui servir d'appui dans l'ascension du pouvoir suprême, que déjà il désirait; puis, ses camps d'instruction,avant l'invasion préméditée de l'Angleterre, qu'il fit tourner en invasion de l'Allemagne. J'ai fait suivre ce chapitre sur l'armée, par le portrait des généraux, qui furent ses favoris. Pour eux, j'ai dépassé la limite du Consulat, sans quoi leurs portraits n'auraient offert qu'une ébauche imprécise.

L'étude sur le clergé est surtout l'histoire de

« PreviousContinue »