Page images
PDF
EPUB

600046648W

[merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small]
[graphic]

DÉMONSTRATIONS ÉVANGÉLIQUES.

STUCIEHUIS MINDERBROEDERS

NIJMEGEN

V

TERTCLL DESCAR PÉLISS MALET DUGU DE E

LON
W

A.

D'après une des lois providentielles qui régissent le monde, rarement les autres au-dessus de l'ordinaire se font sans contradictions plus ou moins fortes el nombreuses. Les Ateliers Catholiques ne pouvaient guère échapper à ce cachet divin de leur utilité. Tantôt on a nié leur existence ou leur importance; lantôt on a dit qu'ils étaient fermés ou qu'ils allaient l'être. Cependant ils poursuivent leur carrière depuis 21 ans, et les productions qui en sortent deviennent de plus en plus graves et soignées : aussi parait-il certain qu'à moins d'événements qu'aucune prudence humaine ne saurait prévoir ni empecher, ces Ateliers ne se fermeront que quand la Bibliothèque du Clergé sera terminée en ses 2,000 volumes in-to. Le passé parait un sûr garant de l'avenir, pour ce qu'il y a à espérer ou à craindre. Cependant, parmi les calomnies auxquelles ils se sont trouvés en buite, il en est deux qui ont été contimellement répétées, parce qu'itant plus capitales, leur effet entrainait plus de conséquences. Þe peliis et ignares concurrents se sont donc acharnés, par leur correspondance ou leurs voyageurs, à répéier partout que nos Editions blaient mal corrigées el mal imprimées. Ne pouvant attaquer le fond des Ouvrages, qui, pour la plupart, ne sont que les chefs-d'ouvre du Catholicisme reconnus pour tels dans tous les temps et dans tous les pays, 'il fallait hien sa rejeler sur la forme dans ce qu'elle a de plus sérieux, la correction et l'impression; en effet, les chefs-d'ouvre même n'auraient qu'une demi-valeur, si le texte en était inexact ou illisible.

Il est très-vrai que, dans le prinsipe, un succès inoui dans les fases de la Typographie ayant forcé l'Editeur de recourir aus mécaniqnos, alin de marcher plus rapidement et de donner les ouvrages à moindre prix, quatre volumes Ju double Cours d'Ecriture sainte el de Théologie furent tirés avec la correction insullsanle donnée dans les imprimeries à presque tout ce qui sedile; il est vrai aussi qu'un certain nombre d'autres volumes , appartenant à diverses l'ublications, furent imprimés ou trop noir ou trop blanc. Mais, depuis ces temps éloignés, les mécaniques ont cidé le travail aux presses à bras, el l'impression qui en sort, sans être du luxe, aliendu que le luxe jurerait dans des onvrages d'une telle nature, est parfaitement convenable sous tous les rapports. Quant à la correction, il est de fait qu'elle n'a jamais été portée si loin dans aucune édition ancienne ou contemporaine. Et comment en serail-il autrement, après toutes les peines et toutes les dépenses que nous subissons pour arriver à purger nos épreuves de toutes faules? L'habitude, en typographie, même dans les meilleures maisons, est de pe corriger que deux épreuves et d'en conférer une troisième avec la seconde, sans avoir préparé en rien le manuscrit de l'auteur.

Dans les Ateliers Catholiques ia différence est presque incommensurable. Au moyen de correcteurs blanchis sous li harnais et dont le coup d'altypographique est sans pitié pour les fautes, on commence par préparer la copie d'un boul à l'autre sans en excepler un seul mot. On lit ensuite en première épreuve avec la copie ainsi préparée. On lit 'll seronde de la même manière, mais en coliationnant avec la première. 'On fait la même chose en lierce, en collalinnant avec la secunde. On agit de même en quarie, en collationnaut avec la liesce. On renouvelle la même opération en quinte, en collationnant avec la quarie. Ces collationnements ont pour but de voir si aucune des fautes signalées au bureau par MM. les correc!eurs, sur la marge des épreures, n'a échappé à MM. les corrigeurs sur le Dipbre el le métal. Après ces cing lectures entières contrôlées l'une par l'autre, ei en dehors de la préparation ci-dessus mentionnée, vient une révision, et souventil en vient deux ou trois; puis l'on cliche. Le clichage opéré, ra consequent la purelé du texte se trouvant immobilisée, on fai!, avec la copie, une nouvelle lecture d'un bout de l'é preuve à l'autre, on se livre à une nouvelle révision, et le vrage n'arrive qu'après ces innombrables précautions.

Aussi y a t-il à Montrouge des correcteurs de toutes les nations et en plus grand nombre que dans vingt-cinq imprimeries de Paris réunies ! Aussi encore, la correction y coûle-t-elle autan: que la composition, tandis qu'ailleurs elle ne coûte que le dixième ! Aussi entin, bien que l'assertion puisse paraitre téméraire, l'exactitude obienue par lant de frais et de soins, fail-elle que la plupart des Editions des Ateliers Catholiques laissent bien loin derrière eiics celles même des célibres Bénédictins Mabillon el Montfaucon et des célèbres Jésuites Petau el Sirmond. Que l'on compare, en effet, n'importe quelles seuilies de leurs éditions avec celles des nòires qui leur correspondent, en grec comme en latin, on se convaincra que l'invraisemblable est une réalité.

D'ailleurs, ces savants éminents, plus préoccupés du sens des textes que de la partie typographique et n'élant point correcteurs de profession, lisaient, non ce que portaient les épreuves, mais ce qui devait s'y trouver, leur haute intelligence suppleant aux fautes de l'édition. De plus les Bénédictins, comme les Jésuites, opéraient presque toujours sur des manuscrits, cause perpétuelle de la multiplicité des fautes, pendant que les Aleliers Catholiques, dont le propre est surtout de ressusciter la Tradition, n'opèrent le plus souvent que sir des imprimés.

Le R. P. De Buch, Jésuite Pollandiste de Bruxelles, nous écrivait, il y a quelque lamps, n'avoir pu trouver en dix-huit mois d'étude, une seule faule dans notre Patrologie luline. M. Denzinger, professeur de Théologie à l'Université de Wurzbourg, et M. Reissmann, Vicaire Général de la même ville, nous mandaient, la date du 19 juillet, n'avoir pu également surprendre une seule saule, soit dans le latin soit dans le grec de notre double Patrologie. Eniin, le savant P. Pitra, Bénédictin de Solesme, et M. Bonelly, directeur des Annales de philosophie chrétienie, mis au deli de nous convaincre d'une seule erreur typographique, ont été forees d'avouer que nous n'avions pas trop présumé de notre parfulte correction. Dans le Clergi se trouvent de bons latinisles et de bons heilénistes. el, ce qui est plus rare, des hommes très positifs el très-pratiques, eh bien ! nous leur promellons une prime de 25 centimes par chaque faule qu'ils découvriront dans n'importe lequel de i os volumes, surtout dins les grecs.

Malgré ce qui précède, l'Editeur des Cours complets, sentant de plus en plus l'importance et même la nécessite cune correction parfaite pour qu'un ouvrage soit véritablement utile el estimable, se livre depuis plus d'un an, et est résolu de se livrer jusqu'à la fin à une opération longue, pénible et coûteuse, savoir, la révision entière et universelle de ses innombrables clichés. Ainsi chacun de ses volumes, au fur et à mesure qu'il les remet sous presse, est corrigé mot pour mot d'un bout à l'autre. Quarante hommes y sont on y seront occupés pendant 10 ans, et une somme qui ne saurait être moindre d'un demi million de francs est consacrec à cet important con rôle. De celle Inanière, les Publications des Aleliers Catholiques, qui déjà se distinguaient entre toutes par la supériorité de leur correction, n'auront de rivoles, sous ce rapport, dans aucun temps ni dans aucun pays; car quel est l'éditeur qui pourrait et voudrait se livrer AIRES (OUP à des travaux si gigantesques et un prix 'si exorbitant ? Il faut certes Atre bien pénétré d'une vocation divine à cel ellet, pour ne reculer ni devant la peine ni devant la dipense, Dir...I lorsque l'Europe savante proclame que jamais volume, n'ont été édités avec tant d'exactitude que ceux de la Bibliollièrue universelle du Clergé. Le présent volume est du nombre de ceux révises, et tous ceux qui le seront à l'avenir porteront celle nole. En conséquence, pour juger les productions des Ateliers Catholiques sous le rapport

la correction, il ne faudra prendre que ceux qui porteroul en lèle l'avis ici tracé. Nous ne reconnaissons que celle bition et celles qui suivront sur nos planches de metal ainsi corrigées. On croyait autrefois que la stireotipie Immobilisant les Guies, attendu qu'un cliché de métal n'esy point é astique; pas du tout, il introduit la perfection, Car on a trouvé le moyen de le corriger jusqu'à eslinetion de fautes. L'Hebreu a été revu par M. Drach, le Grec par des Grecs, le Lalin et le Français par les premiers correcteurs de la capitale en ces langues.

Vous avons la consolation de pouvoir unir cet aris par les riflexions suivantes : Enfin, notre exemple a fini par ébranler les branley publications en Italie, en Allemagne, en Belgique et en france, par les Canons grecs de Rome, le Oerdil de Naples, le Saint Thomas de Parme, ! Encyclopéilie religieuse de Munich, le recueil des éclarations des riles de Bruxelles, les Bollandistes, le Suarez et le Spicilege de Paris. Jusqu'ici, on n'avait su reimprimer que des on rages de courie haleine. Les in-1°, où s'engloutissent les in- folio, faisaient peur, et on n'osait loucher, par crainte de se unser dans ces abimes sans fond et sans rives, mais on a fini par se risquer à nous imuter. Bien pus. gous notre impulsion, d'autres Eliteurs se préparent an Bullaire universel, aux Decisions de toutes les congrezations

une Biographie ou à une llistoire géniralo, etc., etc. Malheureusement, la plupart des éditions deju files ou que se font, sont sans autorite, parce qu'elles sont sans exactitude; la correction semile en avoir été faite par des , il qu'on nou all pas senti la gravidez soil qu'on ait sorule dei ant les frais; mais patience! une reproduc sou correcte bientit, ne fût-ce qu'à la lumire des écoles qui se sont Palles ou qui se feront encore

[ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][merged small]
« PreviousContinue »