Page images
PDF
EPUB

leur place dans la catégorie de ceux auxquels s'applique cette formule qui termine l'énumération : ou sous toule autre dénomination quelconque; - Allendu que la cominune de Porge est fondée à soutenir que la propriété des dunes qui couvraient une partie de son territoire lui a été attrihuée par les lois de 1792 et 1793, et qu'il lui suffit d'établir qu'elle à rempli les conditions auxquelles celte attribution élait subordonnéc; - Allendu que les dispositions combinées de ces lois imposaient aux communes qui voulaient en profiter l'obligation de former leur demande en revendication dans le délai de cinq ans, à moins que, dans le même délai, elles ne fussent eli possession effective des terrains attribués;

Altendu qne la commune de Porge reconnait qu'elle n'a pas revendiqué les terrains dont il s'agit, mais qu'elle offre de prouver que, dans les cinq ans qui ont suivi les lois susvisées, elle était en possession des dunes litigieuses ; - Allendu que cette preuve est admissible, et que les faits articulés sont perti: nents; que l'Etal prélend vainement que la coinmune ne pourra prouver une possession qui doit remonter à soixante-douze ans au moins, et qui porle sur des terrains dont la stérilité ne prêtait à aucun genre de possession ; que la difficulté de trouver des témoins assez âgés pour déposer de faits aussi auciens ne constilue pas une impossibilité absolue, et que le caractère des fails de possession varie nécessairement suivant la nature des terrains possédés: que le pouvoir d'apprécier les résultats d'une enquête reste toujours entier dans les inains du Tribunal qui l'a ordonnée; - Allendu que les présomplions les plus graves rendent vraisemblable la possessioni alléguée par la commune; - Allendi, en effet, qu'il est certain que la commune de Porge a toujours eu la possession exclusive des leyles qui entourent les dunes ; qu'il est difficile de concevoir la possession des leyles séparéc de la possession des dunes ; que les bergers et les troupeaux ne pouvaient pas se rendre aux leyles sans passer sur les dunes ; que la mobilité des dunes avant leur ensemencement, leur dépendance de la force et du caprice des veuls qui couvraient et découvraient successivement les diverses portions du territoire envahi, transformant les dunes eu leytes et les leytes en dunes, que toutes ces circonstances, reconnues par l'Elat el invoquées par lui comme rendant impossible et iuvraisemblable la possession de la commune, sont également invoquées par la commune, et avec plus de raison, comme ayant facilité sa possession au lieu de la contrarier, puisque, en possédant les leytes sans interruption, elle a nécessairement possédé les terrains occupés par les dunes; — Allendu que les prétentions de la commune empruntent un nouveau degré de vraisemblance aux divers agissements de l'Etat, depuis l'époque où furent décidés les travaux d'ensemencement qui devaient réaliser les idées bienfaisantes et les plans si bien conçus de Brémontier; – Altendu, en effet, que tous les actes du gouvernement, arrêtés, décrets ou ordonnances, qui ont réglé l'opération et la dépense des ensemencements, révèlent à l'envi la pensée unique et toujours la même de l'Etat, pensée de protection libéralement accordée à toutes les portions de territoire menacées par les envahissements de sables mouvants, inais non une prétention à la propriété de ces sables; — Altendu que l'arrêté du directoire du déparlement de la Gironde, en date du 21 juillet 1791, qui ordonne l'ensemencement des dunes de sables de la Tesle, invite toutes les parties intéressées à concourir à la dépense, parce que tous les propriétaires de ces terrains devront en recueillir un jour le fruit; - Attendu que le décrel du 14 décembre 1810, prévoyant, dans son article 5, le cas où les communes et les particuliers, propriétaires de dunes, se trouveraient hors d'état d'exéculer les travaux d'ensemencement ou se refuseraient à y concourir, dispose que l'administration publique pourra être autorisée à pourvoir à la plantation à ses frais; que, par suite, elle conservera la jouissance des dunes et recueillera les fruits des coupes qui pourront y être faites, jusqu'à l'entier recouvrement, avec intérêts, des

dépenses qu'elle aura faites, après quoi les dones retourneront aux propriétaires, à la charge d'entretenir convenablement les plantations ; – Allendu que celle disposition du décret de 1810 a été visée dans lous les arrétés par lesquels, à diverses époques, le préfet de la Gironde a réglé les travaux à opérer dans la commune du Porge ; – Allendu que l'ordonnance royale du 13 octobre 1847, qui s'applique spécialement aux dues siluées dans les communes de Lacanau et de Porge, autorise le ministre des travaux publics à occuper ces dunes pour en ellecluer l'ensemencement et la fixation, réservant en faveur de tout intéressé, suivant l'étendue de la propriété qui pourrait lui appartenir, les droits consacrés par l'article 5 du décret du 14 deceinbre 1870;

Allendu que ces diverses décisions ne peuvent être sérieusement considé. rées comme constiluant des acles de gestion domaniale ; que les biens de l'Etat sont administrés par un personnel spécial chargé d'exécuter les ordres qu'il reçoit, sous l'autorité supérieure du ministre des finances; que les décrets et ordonnances n'interviennent, pour autoriser le ministre des travaux publics à faire occuper des terrains, dans un intérêt général de salubrité ou de sécurité, que lorsque ces terrains ne sont pas la propriété de l'Etat; que, par suite, la posse sion de l'Elal depuis le commencement des travaux a été margnée d'un caractère de précarité qui ne lui a pas permis de contrarier lé. galement les droits de propriété de Tous ceux pour qui il a possédé, jusqu'à l'entier recouvrement, avec intérêts, de toutes les dépenses qu'il a failes pour l'ensemencement des dunes revendiquées ; – Allendu que les représentants de l'Etat à tous les degrés ont fréquemment reconnu que les communes et les particuliers peuvent êlie propriétaires des dunes, et que celle vérité a élé plusieurs fois proclamée par des décisions judiciaires et administratives qui ont depuis longtemps acquis l'autorité de la chosc jugée; - Allendu que le seul acie par lequel l'Etat a manifesté son intention non équivoque d'être considéré comme propriétaire des dunes situées dans la commune de Porge est la vente opérée par lui, le 16 décembre 1862, des deux dunes le Sourbey et le Cla de Lilet ; que cel acle, qui n'avait pas eu de précédent, et dont le procès actuel a empêché le renouvellement, perd loule son importance à lgard de la commune de Porge quand on considère que l'adjudication de ces deux dunes fut prononcée en faveur de M. Baudin, inaire de celle coinmune; que le silence gardé par la commune dans celle circonstance le peul lui èlie sérieusement opposé comme constituant une reconnaissance du droit de l'Etat, et qu'elle ne peut souffrir de ce que son représentant légal a eu le tort d'oublier les intérêts publics qui lui étaient contiés, pour ne songer qu'à son intérêt personnel qui le portait à convoiler la propriété des deux dunes dont il devint adjudicataire sans concurrence; - Atiendu que les procès-verbaux dressés, du jer janvier 1853 au 31 décembre 1863, contre divers habitants de la commune du Porge, par les gardes forestiers de l'Etat, ne constituent ni une aflirmation du droit de propriété de l'Etat ni une contradiction de celui de la commune; que l'Etat, quand il a ensemencé les dunes, a dû pourvoir à la conservation des plantations, et que la protection en a été assurée, en verlu de l'article 7 du décret du 14 déceinbre 1810, par l'établissement de gardes chargés de constaler les dévastations dont elles seraient l'objet, quels que sussent les contrevenants; qu'on chercherait vainement dans l'article 7 du décret de 1810 la manifestation d'une prétention quelconque de l'Etat à la propriété des dunes, qui doivent, aux iermes de l'article 5 du même décrei, retourner au propriétaire sous ces conditions déterminées; -- Allendu qu'il résulle de lout ce qui précède que les faits articulés par la commune sont vraisemblables et concluants, et que rien ne s'oppose à l'admission de la preuve offerte; — Par ces motifs, etc.

Du 25 juillet 1870. — C. de Bordeaux, 1re ch. - MM. Raoul Duval, 1er pr.; Bazot, subst. pr. gen.; Battar et Calmon, av.

N° 116. — Cour de Dijon. — 13 décembre 1871. Presoription criminelle, interruption, ordre de citer, pêche fluviale.

Une cédule à prévenu, contenant mandat du ministère public à tous huissiers de citer à sa requête tel individu pour tel jour n'est pas un acte de poursuite, et n'a conséquemment pas pour effet d'interrompre la prescription, notamment en matière de délits de pêche (C. instr. crim., 637) (1).

(Remy.) — ARRÊT. LA COUR : - Considérant qu'aux termes des articles 62 et 63du Code de la pêche fluviale, combinés avec l'article 637 du Code d'instruction criininelle, les délits de pêche se prescrivent par un mois, à compter du jour où ils ont été constatés, lorsque les prévenus sont désignés dans les procès-verbaux, si dans cet intervalle il n'a élé fait aucun acte d'instruction ni de poursuites; - Considérant, en fait, que par procès-verbal régulier, rédigé le 20 septembre 1871, affirmé le même jour et enregistré le lendemain, le garde-pè. che Daulel a constaté que la veille, 19 septembre, Remy a pêché à Saint-Dizier, dans la Marne, en contravention aux dispositions de l'article 5 de la loi du 15 avril 1829; - Que cependant Remy n'a été cité à comparaîlre devant le Tribunal de police correctionnelle de Vassy que le 20 octobre suivant, c'està-dire plus d'un mois à partir de la constatation du délit par le procès-verbal dans lequel il se trouve désigné; - Que, devant les premiers juges, Remny s'est prévalu de la prescription acquise à son profit; mais que le Tribunal a rejeté celle exception à raison de ce que le ministère public avait, le 19 octobre, par conséquent dans le délai légal, rédigé une cédule à prévenu « mandant et ordonnant à tous huissiers de citer à sa requête le prévenu à comparaitre le 28 du même mois devant le Tribunal de police correctionnelle de Vassy » ;

Considérant que cette cédule ne constitue pas un acte d'instruction, puisqu'elle n'a pas pour objet de constoler les preuves du délit ou de la culpabilité du prévenu; - Qu'elle ne constitue pas davantage un acte de poursuite, car elle n'a pour but ni de s'assurer de la personne du prévenu comme les inandats ou les réquisitoires d'arrestation ou de translation, ui de le traduire en justice; - Que, sans doute, celle cédule se rapporte à la citation donnée à Remy, mais qu'on ne peut la considérer comine un acte mettant en mouvement l'action publique et, à ce titre, l'assimiler soit au réquisitoire qui saisit irrévocablement le juge d'instruction, soit à la citation qui saisit de inême le Tribunal; - Qu'elle constitue si peu, en effet, un des actes de poursuite et d'instruction criminelle organisés par la loi, qu'elle n'est pas d'un usage général el que sa suppression n'altérerait en rien la régularité de la procédure; - Qu'elle n'a été introduite dans la pratique de certains parquets que comine une mesure d'ordre intérieur, un moyen de communication destiné à assurer la régularité du service, mais qu'elle n'a rien de nécessaire et qu'elle est

(0) Conf. Douai, 1er décembre 1869 (D. P., 1870, II, 41), et la nole. Voir aussi les principes conformes rappelés par M. l'avocat genéral Bedarrides dans des conclusions recueillies avec un arrêt de la Chambre criminelle du 2 l'évrier 1865 (D.P., 1865, 1, 243), qui décide, dans le même sens, que la requête présentée par le procureur général au premier président, pour obtenir la fixation du jour où des prévenus justiciables de la première chambre de la Cour pourraient être cités devant celle-ci, est une mesure préparatoire et d'ordre intérieur, non susceptible, par suite, d'interrompre la prescription du delil. - Voir toutelois, en sens coniraire, sur celle dernière question, un arrêt de la première chambre de la Cour d'appel de Paris, 11 fevrier 1861 (D. P., 1861, II, 216). RÉPERT, DB LÉGISL. FOREST. - NOVEMBRE 1872.

T. V.-15

tellement de pure faculté qu'elle est habituellement remplacée par des instructions verbales ou de simples notes auxquelles on ne saurait évidemment attacher le privilégc d'interrompre la prescription; - Qli'elle n'est donc en réalité qu'une sorte de démarche écrite, facultative et révocable, annonçant l'intention d'exercer l'action publique, mais non un mode de cet exercice, lequel ne s'est manifesté légalement dans l'espèce que par la citation, avec laquelle il est impossible de confondre la cédule dout s'agit, en lui alirib:ant le même effet interruptil; - Qu'auirement il s'ensuivrait qu'alors que le prévenii peut invoquer la nullité de la citation pour faire tomber l'interruption et se prévaloir de la prescription, l'action publique serait toujours exercée par mod cédule qui, n'étant assujettie à aucune forme délerininée, n'est pas susceplible d'être arguée de nullire, el l'on verrait ainsi élerniser des poursuites que la loi a voulu renferiner uans des limites rigoureuses;

Par ces motifs, faisant droit à l'appel relevé par Remy du jugement rendu par le Tribunal de police correctionnelle de Vassy, déclare preserit le délit de pêche qui lui était impulé, et le renvoie des poursuites.

Du 13 décembre 1871. — C. de Dijon, ch. corr. - MM. Saverot, prés.; Bernard, av. gen.

N° 117. – COUR DE MONTPELLIER. - 3 février 1872. Faillite, coupe de bois, délivrance, tradition, revendication, arbres

sur pied. Aut termes des articles 576 et 577 du Code de commerce, le vendeur non payé peut revendiquer les marchandises tant qu'elles n'ont pas été délivrées au failli.

En matière de coupe de bois, et admettant que le parlerie ou plateau de la coupe puisse être considéré comme le magasin de l'achcleur de la coupe, de manière que si cet acheteur vient à être déclaré en faillite: le vendeur n'ait plus le droit de revendiqués le bois vendu, il n'en pour rait être ainsi qu'à l'égard du bois mobilisé par l'exploitation; quant au bois non gisant ou restant encore sur pied, il est susceptible d'élre retenu ou revendiqué par le vendeur (1).

(Abeil c. faillite Rivière.) — ARRÊT. LA COUR : - Sur la première question, relative à la validité de l'acte d'obligation du 6 décembre 1867:

Adoptant les motifs des premiers jugés,

Sur la seconde question, relative à la validité de l'acte de cession du 7 septembre 1868:

Attendü què, quels que soient les lermes d'une convention, on doit l'interpréler d'après l'intention préstimée des parties contractantes et dans un sens qui puisse produire un effet plutôt que dans celui où il n'en pourrait produire aucun; - Et attendu, en fait, qu'il ne saurait être touteux que l'intention commune du sieur Abeil et du sieur Rivière, dans l'acte du 7 sep. tembre 1868, a été d'empêcher que le sieur Abeil n'éprouvåt la perte de sa créance sur Rivière, à raison du solde que lui devait celui-ci sur le prix de la vente de la coupe de bois ayant fait l'objet du traité du 30 mars 1867; Attendu que si l'acte du 7 septembre 1868, postérieur à la faillite déclarée

(1) Voir Codes annoles de Sirey sur l'article 576, no 17, et Supplement, art. 576, no 10 et suiv., et art. 577, no 2 et suiv. ,

du débiteur, est frappé de nullité par l'article 446 du Code de commerce comme fait en payement, il y a lieu de rechercher si cet acte ne peut légili. mement être maintenu à un autre titre; - Or; attendu qu'aux termes de l'article 577 du même Code, le vendeur a droit de relenir les marchandises par lui vendues, qui ne seront pas délivrées au failli, ou qui n'auront pas encore été expédiées, soit à lui, soit à un liers pour son compte ;-Allendu que la loi établit expressément dans cet article une distinction essentielle entre la vente proprement dite et la délivrance ou l'expédition des objets vendus ; - Allendu qu'en matière de vente de coupe de bois, et dans le sens de l'article précité, le vendeur doit être, par la nature même des choses, réputé élre encore en possession des bois vendus, tant que l'acheteur n'en a pas pris la livraison effective par leur enlèvement de la forêt, ou tout au moins par leur coupe ou abatage; - Altendu qu'en décider autrement serait admettre implicitement qu'en matière de vente de coupes de bois il n'y a pas de dislinetion à faire entre la vente en elle-même et la délivrance; que l'une et l'autre se confondent, et que les bois à couper sont censés livrés et expédiés au failli dès le jour où là venle en a été conclue, par où il n'y aurait jainais lieu dans ces sortes de ventes, pour le vendeur, à user du droit consacité par l'article 577 précité;

Qu'il faut donc reconnaitre, ainsi que l'a fait la jurisprudence, que parmi les arbres vendus par Abeil pour être coupés, ceux-là sont restés dans sa possession, et sont censés n'avoir jamais été délivrés ou expédiés, qui sont sur pied et non abattus à l'époque de l'ouverture de la faillile ; que, par suite. Jedit Abeil, vendeur, a eu droit de les retenir; -Allendu, d'autre part, que, suivant l'article du inême Code; les marchandises expédiées au failli peuvent être revendiquées tant que la tradition li'en aura point été effectuée dans ses magasins; - Alienda que les bois à couper dont il s'agit sont encore sur le sol de la forêt, et non dans les inagasins du failli; — Attendu qu'en admeta tant avec la jurisprudence sur celle matière, et par une fiction la plus défavorable au vendeur, que le parterre ou plateau d'une coupe de bois puisse être considéré comme le magasin de l'acheleur, il n'en peut être ainsi d'après celle même jurisprudence qu'à l'égard du bois tnobilisé par la coupe ; inais qu'à l'égard du bois non encore aballú, son adhérence au sol exclui Tidée qu'il soit réellement entré dans le magasin de l'exploitants que le sieur Abeil est donc recevable à en demander la revendication;

D'où suit qu'il se trouve dans la double situation prévue par les articles 876 et 577 précités, et qu'il est fondé à retenir ou à revendiquer les bois non abala tus dont il s'agit; - Altendu que les évalualions des bois faisant l'objet de l'acte de rétrocession du 7 septembre 1868 contenues dans le rapport de l'expert Mazing, évaluations d'après lesquelles la valeur desdits bois iion abattus s'élèverait à la somme de 11 485 francs , sont essentiellement approximaa tives, et ne sauraient prévaloir sur les appréciations présuinées plus exactes émanant des parties elles-mêines dans ledit acte de rétrocession, qui en lixe le prix au chiffre de 9000 francs; - Allendu que ce prix de 9000 Francs est d'ailleurs le même que celui dont a bénéficie Abeil, qui, d'après l'intime, n'aurait revendu que 9 000 francs; - Qu'il y a donc lieu de maintenir ce chiffre de 9 000 francs, et de rejeter par suite toute demande de rapport à Taire par Abeil à cet égard;

Sur la question des dommages.intérêts : -- Attendu qn'il n'est pas établi qu'Abeil, en formant ses diverses demandes, ait fait autre chose qu'exercer un droit qu'il croyait légitime; que, dans tous les cas, sa condamnation aux dépens, dans la mesure qui sera ci-après fixée, doit être considérée comme une j uste el suffisante réparation du préjudice qu'il peut avoir causé pour des i njustes prétentions à la partie adverse ; ,

Par ces motifs, disant droit en partie à l'appel, emendant, maintient la nullité prononcée par les premiers juges de l'obligation notariée du 6 de

« PreviousContinue »