Page images
PDF
EPUB

GÉOMÉTRIE. Ligne droite. - Mesures des longueurs dans le cas où elles sont commensurables.

Circonférence.- Diamètre. — Rayon. - Mesure de la circonférence en fonction du diamètre.-Division de la circonférence; arcs; mesure des arcs.

Angles. — Mesure des angles au centre, bornée au cas des angles commesurable.

Egalité des angles opposés par le sommet; - des angles formés par des perpendiculaires ou par des parallèles.

Angles droiis, aigus, obtuis. – Tout point d'uneperpendiculaire élevée au milieu d'une droite est équidistant des extréinités de cette droite. - La perpendiculaire est plus courle que l'oblique.

Elever et abaisser une perpendiculaire sur une droile.

Droites parallèles. — Angles formés par une sécante et deux parallèles. Tracer une parallèle sur le papier. - Usage de la règle, du compas, de l'équerre. - Vérification de ces instruments. - Construire un angle égal à un angle donné.

Triangles. — Cas d'égalité, - Somme des angles. - Faire passer une circonférence par trois points donnés. - Construction des triangles.

Polygones. – Somine des angles intérieurs. - Diverses espèces de quadrilatères, – Propriété des parallelograinmes. - Polygones réguliers, -01 peut les inscrire et les circonscrire à une circonférence.

Lignes proportionnelles. - Toute parallèle à la base d'un triangle divise les côtés en parties proportionnelles. - Réciproque.- Triangles semblables. - Conditions de similiiude. - Polygones semblables.

Diviser une longueur donnée en parties égales ou en parties proportionnelles.

Mesure de l'aire du rectangle (bornée au cas où les côtés sont commensurables), du carré, du parallélogramme, du triangle, du trapèze, d'un polygone quelconque, du cercle considéré (sans démonstration) comme la limite d'un polygone régulier inscrit, dont le nombre des côtés va en croissant indéfiniment.

On josistera sur de nombreux problèmes relatifs aux applications numériques des formules des aires.

Idée du plan. – Droite perpendiculaire à un plan. – Projection, sur un plan, d'un point, d'une série de points, des lignes, des surfaces, etc.

Angles dièdres, trièdres ou polvèdres. - Définition.

Parallélipipède et prisme. – Mesure du volume du parallépipède rectangle (bornée au cas de commensurabilité des côtés), u'un parallélipipède quelconque, d'an prisme triangulaire, d'un prisme quelconyne.

Pyramide. - Mesure du volume d'une pyramide iriangulaire, d'une pyramide quelconque, du tronc de pyramide à bases parallèles.

Cylindre droit et cône droit à bases circulaires. - Définilions. – Mesure du volume du cylindre droit, du cône droit et du tronc de cône à bases parallèles considérés, respectivement et sans démonstration, comme limites de prismes, de pyramides et de troncs de pyramides à bases de polygones réguliers.

On insistera sur de nombreux problèmes relatifs aux applications numériques des formules des volumes.

ARPENTAGE ET LEVÉ DES PLANS. Délinitions.

Instruments propres à la mesure des longueurs : règles, décamètre à maillons, décamètre ruban.

Jalonnage. - Chaînage.

Instruments propres à mesurer les angles. - Cercle.- Vernier.-Equerre... Paulomètre, - Grapbomètre à pinnules ou à Junelles. - Boussole. Ponrquoi ce dernier instrument est préférable au graphomètre, surtout pour les levés en forêt. - Vérification et usage de ces instruments.

Instruments propres à rapporter les plans. - Echelles. - Rapporteur. Rapporteur complémentaire.

Levé et rapport des plans par cheminement, par intersections, par aligneinents. — Tenue des notes et croquis.

Solution graphique des problèmes auxquels donnent lien les diverses ma. nières de lever.

Vérification des plans.

Calcul des surfaces: 1° par les procédés graphiques; 20 par l'emploi des mesures prises sur le terrain ; 3° par la réduction des polygones en ligures plus simples,

Division des surfaces. - Procédé graphique. — Approximations succes. sives, - Tracé des lignes en forel. – Arpentage des coupes annuelles. — Vérilication des surfaces. - Tolérances adinises.

Levés pour délimitations, - Rapport des plans annexés aux procès-verbaux. – Redressement des lignes sinueuses. -Rétablissement des limiles qui onil disparu.

Dessin des plans. — Réduction à une échelle moindre. - Modèles et in. structions de l'adininistration.

CONSTRUCTIONS. Choix de l'emplacement d'une maison forestière.

Dimensions générales et distribution d'après les inodèles et instructions de l'administration.

Terrassements à faire pour les bâtiments. Maçonnerie. — Chaux : espèces, qualités, extinction, - Sable. – Mortier. - Pierres propres aux constructions.

Maçonnerie de pierres de taille, de moellons, de blocage, de béton, de pierres sèches, de briques, de pisé. - Murs en fondation et en élévation : épaisseur, construction. -- Ouvertures: porles, fenêtres. – Voûtes des caves. - Cheminées. — Fours à cuire le pain. - Carrelage. — Dallage. – Pavage. — Enduits. - Puils. - Citernes,

Charpenie. -Bois propres à la charpente. - Equarrissage. - Assemblages. - Pans de bois. Cloisons, - Planchiers. - Escaliers. - Combles. – Fermes.

Couverture des toitures.
Menuiserie. - Serrurie. – Peinture. – Vitrerie. – Ferblanterie.

Rédaction des projets de travaux. - Dessins, élévations, plans, coupes, détails. - Devis, devis descriplif, avant-mélré , bordereau ou analyse des prix, cahier des charges.

Adjudication, exécution et réceplion des travaux. -- Lcur métrage. Modèles fournis par l'administration.

ROUTES. Classification des routes. - Conditions économiques des routes forestières. Axe provisoire. - Axe définitif. – Déblais. — Remblais, - Chaussée. Voie. - Accotements. - Fossés. - Talus. — Banquelles. — Encaissement. - Empierrement. — Cassis. - Revers d'eau. Etude sur le lerrain.

Construction des épures. - Plan de comparaison. Ordonnées noires, ordonnées rouges, coles rouges. — Points de passage.

Forme à donner à la route : 1° dans le sens longitudinal : courbes de l'ac. cordement, inclinaisons, directrice, pentes et rampes ; 2° dans le sens transversal : largeur des diverses parties des chaussées, bombement, inclinaison des talus, épaisseur des empierrements, dimensions des fossés, formes des eassis et des revers d'eau.

Terrassements. - Calculs des surfaces des profils en travers rapportés à la cote rouge.-Calculs des volumes des entre-profils par la méthode des aires moyennes. - Ligne moyenne de passage. —Déplacements de l'axe ou de la directrice pour obtenir l'égalité des déblais et des remblais.

Transports à la pelle, à la bronette ou au lombereau, – Formules des prix de transports, – Bases des pix.

Travaux d'art. — Définitions. - Ponts, ponceaux, dallols ou aqueducs. Emplacements et débouchés. - Formes à donner aux voûtes. — Epaisseurs des voûtes, des culées, des piles. — Appareil des voûtes. - Construction et enlèvement des cintres. - Ponceaux en charpente ; culées, palées, Iravées, planchers, garde-corps. – Murs de soutenement et perrés.

Redaction des devis conformément aux modèles et instructions de l'ad. ministration,

Exécution des travaux, - Tracé et piquetage de l'axe, des courbes et des profils en travers. - Ordre des travaux. - Distribution des ateliers. -- Empierrement. - Nature et emploi des matériaux selon les terrains.

Entretien des routes. - Enlèvement de l'usure. - Emploi des matériaux d'entretien. - Maintien du bombement.-Inconvénient des chargements généraux. - Entretien des chemins de vidange non empierrés.

ÉLÉMENTS DE BOTANIQUE FORESTIÈRE.

PREMIÈRE PARTIE.

Généralités. - Définition de la botanique. - Définition d'un végétal. Fonctions de nutrition et de reproduction. – Organes correspondant à ces fonctions.

[ocr errors]

DESCRIPTION DES ORGANES DE NUTRITION ET D'ACCROISSEMENT.

Racine, - Définition, - Collet.

Ramification de la racine. — Pivot, racines principales, secondaires , elc., radicelles, chevelu. - Souche.

Rôle de la racine. - Absorption par le chevelu. - Nécessité de le développer dans les jeunes plants de pépinière, de le conserver entier et frais lors de l'extraction.

Direction des racines. — Pivotantes, obliques, traçantes; enracinement profond, superficiel. Les racines ne s'enfoncent pas indéfiniment dans le sol ; pourquoi ? — Plus grande profondeur qu'elles atteignent.

Drageons.
Qualités des bois de souches et de racines.

Tige. — Définition.-Tronc ou fùt, branches, rameaux, ramules et jeunes pousses.

Accroissement en hauteur de la lige. — Mode suivant lequel il se fait; dénudation du fût ; branches principales; action de l'état de massif ou d'isolement. - Forme du lût.

Ramification et couvert. - Arbres, arbustes et arbrisseaux.
Structure de la tige. - Bois et écorce. - Mode d'accroissement en dia-

mètre. — Détermination de l'âge d'un arbre par le nombre des couches du bois.

Bois. — Aubier et bois parfait. - Bois feuillus, bois résineux, bois durs et bois blancs.

Ecorce.. -- Liber, enveloppe verte et enveloppe subéreuse, – Usages des écorces; tan, liége, matières textiles.

Feuille. — Définition.
Coinposition. – Limbe, péliole, nervures ; aiguilles.
Durée. -- Caduques, persistantes.
Forme. – Feuilles simples et composées.
Insertion. - Feuilles alternes et opposées.

Rôle. – Exhalation, absorption dans l'air, élaboration. - L'accroissement est proportionnel au développement foliacé.

Bourgeon. - Définition, - Bonrgeons à feuilles ou à fleurs, terminaux ou axillaires; bourgeons écailleux; grosseur, forme, couleur, nombre des écailles des bourgeois des principales essences.

Bourgeons adventiss. — Bourgeons proventifs. - Branches gourmandes, rejels de souches. - Aplitude des diverses essences à repousser de souche,

DESCRIPTION DES ORGANES DE REPRODUCTION.
Fleur. Définition. - structure. - Pédoncule.
Calice. - Sépales.
Corolle. – Pétales.
Etamines. — Filet, anthère, pollen.
Pistil. – Ovaire el ovules, style, sligmale.

Fleurs nues, hermaphrodites, unisexnées. -- Végétaux monoïques, dioiques, polygames; exemples de ces cas divers.

Inflorescences. — Epi, chaton, grappe, corymbe, ombelle. — Végétaux amentacés. Fruit. — Définition, composition. - Péricarpe et graine.

Principaux types de fruits : samare, gousse, drupe, gland, capsule, pomine, baie, cône.

Graine. — Composition. Episperme et amande. - Embryon. — Albumen. - Composition de l'embryon : tigelle, radicule , plumule, corps colylédonaire. Végétaux dicotylédonés.

DEUXIÈME PARTIE.

FONCTIONS DE NUTRITION ET D'ACCROISSEMENT.

Sources de l'alimentation végétale. - La terre et l'air. - Les matériaux de celle double origine, combinés entre eux dans les feuilles, forment la séve élaborée.

Phases de la végétation et marchc de la séve. - Etat du végétal en hiver. - Réserve alimentaire qu'il renferme alors. — Action du printeinps. – Absorption de séve brute par les racines. — Ascension. – Voies. — La séve brite rencontre et dissout la réserve alimentaire et devient séve mutritive. – Développement des bourgeons, foliaison), - Accroissement en hauteur. Après la soliaison, la séve üscendanle resle brile pendant tout son parcours. - Elle est élaborée par les feuilles et redevient alors séve descendante. Accroissement en diamètre. - Allongement des racines.

ACTION DES MILIEUX SUR LA VÉGÉTATION. Influence de la lumière. — Organes verls. — Couvert. – Tempérament, variable avec l'âge et avec les espèces.

Influence de la chaleur. - Gelée.

Influence de l'air. -- Ne manque jamais. — Action utile d'un vent modéré sur les cimes.

Influence de l'eau. - Organes qui l'absorbent. - Qualité des eaux.
Influence du sol. - Composition du sol : terre minérale et terreau.
Terre minérale siliceuse, calcaire, argileuse. — Propriétés diverses.
Terrean. - Humus.- Proprietés diverses.

Terres naturelles, siliceuses, calcaires, argileuses, résultant du mélange des types précédents.

Profondeur du sol. — Action et mesure.
Ilygroscopicilé.
Aprilude à l'échauffement.
Ténacitė.
Inclinaison.

GERMINATION. Définition. - Circonstances nécessaires: eau, air, chaleur ; le sol n'est pas indispensable.

Durée de la germination. – Vitalité variable des graines. — Nécessité d'employer des graines fraiches.

Mode de développement pendant la germination.

REPRODUCTION DES VÉGÉTAUX. Reproduction par drageons, rejets, boutures, marcotles.

Reproduction sexuelle. – Fécondation. - Circonstances favorables, conIraires; couleur des fleurs.

TROISIÈME PARTIE.

CLASSIFICATION ET DESCRIPTION DES PRINCIPAUX VÉGÉTAUX FORESTIERS.

Généralités.
Espèce. - Sa définition. — Essence. - Variélé, race, variation.

Genre et famille. — Définition et exemples. Manière de désigner une espèce.

Classification. – Description sommaire des familles, genres et espèces classés dans l'ordre suivant :

Bois résineux. Conifères. - Famille des abiétinées : sapin pectiné, épicéa commun, cèdre dii Liban, mélèze d'Europe, pin sylvestre, pin de montagne, pin laricio, pin maritime, pin d'Alep, pin cembro.

2o Bois feuillus. A. Végétaux monoïques amentacés. - Famille des cnpulisères : chêne pédonculé, chêne rouvre, chêne tanzin, chêne yeuse, chêne liége, chêne occidental, châtaignier commiin, hêtre des bois, charme commun, coudrier commun, - Famille des bétulinées : aune commun, aune glutineux, bouleau blanc.

B. Végétaux dioïques amentacés. - Famille des salicinées : saule blanc, saule marcean, peuplier blanc, peuplier noir et pyramidal, peuplier tremble.

C. Végétaux hermaphrodiles, exceptionnellement polygames. -- (a) Fleurs à pétales. — Famille des ulmacées : orme champêlie, orme de montagne, orme diffus. — (b) Fleurs monopétales, exceptionnellement nues. — Famille des oléacées : frêne commun. — (c) Fleurs polypétales, toujours hermaphrodites. — Famille des pomacées : sorbier domestique, sorbier des oise

« PreviousContinue »