Page images
PDF

Forme à donner à la route : 1° dans le sens longitudinal: courbes de raccordement, inclinaisons, directrice, pentes et rampes; 2° dans le sens transversal : largeur des diverses parties des chaussées, bombement, inclinaison des talus, épaisseur des empierrements, dimensions des fossés, formes des cassis et des revers d'eau.

Terrassements. — Calculs des surfaces des profils en travers rapportés à la cote rouge.—Calculs des volumes des entre-profils par la méthode des aires moyennes. — Ligne moyenne de passage. —Déplacements de l'axe ou de la directrice pour oblenir l'égalité des déblais et des remblais.

Transports a la pelle, à la brouette ou au tombereau. — Formules des prix de transports. — Bases des pix.

Travaux d'art. — Définitions. — Ponls, ponceaux, dallols ou aqueducs.— Emplacements et débouchés. — Formes à donner aux voûtes. — Epaisseurs des voûles, des culées, des piles. — Appareil des voûtes. — Construction et enlèvement des cintres. — Ponceaux en charpente; culées, palées, travées, planchers, garde-corps. — Murs de soutènement et periés.

Rpdaction des devis conformément aux .modèles et instructions de l'administration.

Exécution des travaux. — Tracé et piquetage de l'axe, des courbes et des profils en travers. — Ordre des travaux. — Distribution des ateliers. — Empierrement. — Nature et emploi des matériaux selon les terrains.

Entretien des routes. —Enlèvement de l'usure. — Emploi des matériaux d'entretien. — Maintien du bombement.—Inconvénient des chargements généraux. — Entretien des chemins de vidange non empierrés.

ÉLÉMENTS DE BOTANIQUE FORESTIÈRE.

PREMIÈRE PARTIE.

Généralités. — Définition de la botanique. — Définition d'un végétal. — Fonctions de nutrition et de reproduction. — Organes correspondant à ces fonctions.

DESCRIPTION DES ORGANES DE NUTRITION ET D'ACCROISSEMENT.

Racine. — Définition. — Collet. ,

Ramification de la racine. — Pivot, racines principales, secondaires , etc., radicelles, chevelu. — Souche.

Rôle de la racine. — Absorption par le chevelu. — Nécessité de le développer dans les jeunes plants de pépinière, de le conserver entier et frais lors de l'extraction.

Direction des racines. — Pivotantes, obliques, traçantes; enracinement profond, superficiel. Les racines ne s'enfoncent pas indéfiniment dans le sol ; pourquoi? — Plus grande profondeur qu'elles atteignent.

Drageons.

Qualités des bois de souches et de racines.

Tige. —Définition.—Tronc ou fût, branches, rameaux, ramules et jeunes pousses.

Accroissement en hauteur de la lige. — Mode suivant lequel il se fait; dénudation du fût ; branches principales; action de l'état de massif ou d'isolement. — Forme du fût.

Ramification et couvert. — Arbres, arbustes et arbrisseaux.

Structure de la tige. — Bois et éoorce. — Mode d'accroissement en diamètre. — Détermination de l'âge d'un arbre par le nombre des couches du bois.

Bois. — Aubier et bois parfait. — Bois feuillus, bois résineux, bois durs et bois blancs.

Eeorce.- - Liber, enveloppe verte et enveloppe subéreuse. — Usages des écorces ; tan, liège, matières textiles.

Feuille. — Définition.

Composition. — Limbe, pétiole, nervures ; aiguilles.

Durée. — Caduques, persistantes.

Forme. — Feuilles simples et composées.

Insertion. — Feuilles alternes et opposées.

Rôle. — Exhalation, absorption dans l'air, élaboration. —L'accroissement est proportionnel au développement foliacé. ■

Bourgeon. — Définition. —Bonrgeons à feuilles ou à fleurs, terminaux ou axillaires; bourgeons écailleux ; grosseur, forme, couleur, nombre des écailles des bourgeons des principales essences.

Bourgeons adventifs. — Bourgeons préventifs. —Brandies gourmandes, rejels de souches.— Aptitude des diverses essences ù repousser de souche.

DESCRIPTION DES ORGANES DE REPRODUCTION.

Fleur. Définition. — structure. — Pédoncule.

Calice. — Sépales.

Corolle. — Pétales.

Etamines. — Filet, anthère, pollen.

Pistil. — Ovaire et ovules, style, stigmate.

Fleurs nues, hermaphrodites , unisexiiées. — Végétaux monoïques, dioiques, polygames ; exemples de ces cas divers.

Inflorescences.—Epi, chaton, grappe, corymbe, ombelle.—Végétaux amenlacés. Fruit. — Définition, composition. — Péricarpe et graine.

Principaux types de fruits: samare, gousse, drupe, gland, capsule, pomme, baie, cône.

Graine. — Composition. Epispcrmc et amande. — Embryon. — Albumen.

— Composition de l'embryon: tigelle, radicule , plumule , corps cotylédonaire. Végétaux dicotylédones.

DEUXIÈME PARTIE.

FONCTIONS DE NUTRITION ET D'ACCROISSEMENT.

Sources de lalimentation végétale. — La terre et l'air. — Les matériaux de cette double origine, combinés entre eux dans les feuilles, forment la sève élaborée.

Phases de la végétation et marche de la sève. — Etat du végétal en hiver.

— Réserve alimentaire qu'il renferme alors. — Action du printemps. — Absorption de sève brute par les racines. — Ascension. — Voies. — La sève brute rencontre et dissout la réserve alimentaire et devient sève nutritive. — Développement des bourgeons, foliaison. —Accroissement en hauteur. — Après la foliaison, la sève a-ceiiilante reste brute pendant tout son parcours.

— Elle est élaborée par les feuilles et redevient alors sève descendante. — Accroissement en diamètre. —Allongement des racines.

ACTION DES MILIEUX SUR LA VÉGÉTATION.

influence de la lumière. — Organes verts. — Couvert. — Tempérament, variable avec l'âge et avec les espèces.

Influence de la chaleur. — Gelée.

Influence de l'air. — Ne manque jamais. — Action utile d'un vent modéré sur les cimes.

Influence de l'eau. — Organes qui l'absorbent. — Qualité des eaux.

Influence du toi. — Composition du sol: terre minérale et terreau.

Terre minérale siliceuse, calcaire, argileuse. — Propriétés diverses.

Terreau. — Humus.— Propriétés diverses.

Terres naturelles, siliceuses, calcaires, argileuses, résultant du mélange des types précédents.

Profondeur du sol. — Action et mesure.

f/yyroscopicité.

Aptitude à réchauffement.

Ténacité.

Inclinaison.

GERMINATION.

Définition. — Circonstances nécessaires: eau, air, chaleur; le sol n'est pas indispensable.

Durée de la germination. — Vitalité variable des graines. — Nécessité d'employer des graines fraîches.

Mode de développement pendant la germination.

REPRODUCTION DES VÉGÉTAUX.

Reproduction par drageons, rejets, boutures, marcottes. Reproduction sexuelle. — Fécondation. — Circonstances favorables, contraires; couleur des fleurs.

TROISIÈME PARTIE.

CLASSIFICATION ET DESCRIPTION DES PRINCIPAUX VÉGÉTAUX FORESTIERS.

Généralités.

Espèce. — Sa définition. — Essence. —Variété , race, variation.

Genre et famille. — Définition et exemples. Manière de désigner une espèce.

Classification. — Description sommaire des familles, genres et espèces classés dans l'ordre suivant:

■1° Bois résineux.

Conifères. — Famille des abiétinées : sapin pectine, épicéa commun, cèdre du Liban, mélèze d'Europe, pin sylvestre, pin de montagne, pin laricio, pin maritime, pin d'Alep, pin cembro.

Bois feuillus.

A. Végétaux monoïques amentacès. — Famille des cupulifères : chAne pédoncule, chêne rouvre, chêne tauzin, chêne yeuse, chêne liège, chêne occidental, châtaignier commun, hêlre des bois, charme commun, coudrier commun. — Famille des bétulinées : aune commun, aune glutineux, bouleau blanc.

B. Végétaux dioiques amentacès. — Famille des salicinées : saule blanc, saule inarceau, peuplier blanc, peuplier noir et pyramidal, peuplier tremble.

C. Végétaux hermaphrodites, exceptionnellement polygames. — (a) Fleurs à pétales. — Famille des ulmacées : orme champêtre, orme de montagne, orme diffus. — (h) Fleurs monopétales, exceptionnellement nues. — Famille des oléacées : frêne commun. — (c) Fleurs polypétales, toujours hermaphrodites. — Famille des pomacées : sorbier domestique, sorbier des oiseleurs, alisier lilanc, alisier torminal, poirier sauvage, pommier acerbe. — Famille des amygdalées : cerisier des oiseaux. — Famille des légumineuses: robinier faux acacia. — Famille des acérinées : érable sycomore, érable plane, érable champêtre. — Famille des tiliaeées : tilleul à petites feuilles, tilleul à grandes feuilles.

NOTIONS ÉLÉMENTAIRES SUR LES REPEUPLEMENTS-
ARTIFICIELS.

Généralités. — Cas où doivent s'appliquer les repeuplements artificiels. — Les restreindre le plus possible. — Nécessité de les entretenir; sarclages, binages, regarnis.

Choix des essences. — Préférence pour les espèces indigènes. — Les scboiir appropriée» au sol et au climat. — Suivre en cela les indications locales.

Choix du mode de repeuplement. — Plantation, semis, bouture, marcotte. — La plantation est, tout bien pesé, plus expéditive. plus sûre, plus économique. — Preuves. — Cas où les semis peuvent ou doivent être employés.

Choix, récolte et conservation des graines. — Avantage de les récolter sur des arbres de belle végétation. — Procédés variables de récolte et de conservation suivant les essences. — Nécessité de n'employer que des graines fraîches ; les graines vieillies, même quand elles germeraient, sont mauvaises et ne produisent que des plants chélifs.

REPEUPLEMENTS PAR PLANTATION.

Emploi de plants pris en forêt, de plants élevés en pépinière.

Pépinières. — Choix de l'emplacement. — Bon sol, horizontal ou peu incliné, pas trop abrité contre les vents ; à proximité d'un ruisseau ou d'une source, si c'est possible.

Étendue. — Pépinières permanentes, temporaires. — Clôture. — Mise en culture. — Défoucement profond.

Saison du semis. — Manière de semer, en plein, en lignes ou rigoles. — Ouverture de rigoles à la planche. — Quantité de semences. — Couverture des semences. — Abris. — Durée de la germination. — Entretien du sol des pépinières.

Soins à donner aux jeunes plants. — Arrosemenls, sarclages, binages, rehaussement. — Plants de basse tige, de demi-lige, de haute tige. — Préférence à donner aux premiers eu général. — Raisons.

Repiquement. — Taille. — Rigolage. — Rccepage du pivot sons terre sans repiquement. —Extraction des plants; mise en jauge jusqu'à l'emploi ou l'expédition.

Plantations. — Saison la plus convenable. — Taille des plants. — Recepage complet. — Espacement des plants. — Ouverture des trous. — Mise en terre des plants. — Plantation par touffes, par plants isolés. — Plantation sur buttes.

REPEUPLEMENTS PAR SEMIS DIRECT.

Cas où ils conviennent. — Préparation du terrain. — Labour entier, par bandes, par trous ou potels. — Saison du semis. — Quantité de semence. — Mode du semis. — Repiquement de graines. — Passer en revue, à cet égard, les essences les plus importantes. — Récolte des graines. — Sécheries. — Magasins à graines.

REPEUPLEMENTS PAR BOUTURES ET PAR MARCOTTES.

Cas restreints où ils conviennent el essences qui s'y prêtent. — Modes d'y procéder.

ÉCONOMIE FORESTIÈRE.

ÉLÉMENTS DE SYLVICULTURE.

Définition et notions préliminaires. — Définition et objet de la sylviculture.

Définition du climat, de la situation, de l'exposition, de la terre végétale, du terreau, des essences ou espèces.

Climat. — Action de la situation et de l'exposition sur le climat.

Sol. — Importance des propriétés physiques : profondeur, hygroscopicité.

— Classification des sols selon leur degré d'humidité et de compacité. Essences. — La desciipiinn des essences se trouve dans le cours d'histoire

naturelle. — En parlant du traitement des principales essences, on rappellera la station, les usages et les exigences qui peuvent influer sur les opérations cnlturales. — Définition de l'arbre, du brin de semence, du rejet, du drageon, du repeuplement, du recrû. — Définitions : révolution, futaie, taillis simple ou composé, massif; différents états de massifs : fourré, paulis, bas et haut perchis, jeune et vieille futaie; peuplement* complet, clairière, vide, bois tendres ou blancs, bois durs, morts-bois, recepage, cépée ou trochée, coupe, réserve, sous-bois, couvert, ombrage, coupe à blanc étoc, bois en dél'ens, bois défensables.

Ce qu'on entend par bois exploitable. — Deux buts principaux à atteindre: 1" obtenir des bois de fortes dimensions, propres à tous les principaux emplois; 2" faire fonctionner une forêt comme un placement pécuniaire.— Comme conséquence, deux régimes principaux : 1° régime de la futaie; 2° régime du taillis, simple ou composé.

Futaie. — Objet de la futaie.

A. Futaie régulière. — On l'obtient par l'emploi de la méthode du réensemencement naturel et des éclaircies. — Faits d'observation sur lesquels repose celle méthode et qui sont relatifs : f° à la germination ; 2° à la végétation des massifs uniformes abandonnés à eux-mêmes.

Exposé de la méthode. — Coupes de régénération : ensemencement, secondaire et définitif; coupes d'amélioration : nettoiement, celaircics. Application aux principales essences. Le chêne. — Deux espèces forestières principales. — Stations. — Usages.

— Caractères spéciaux. — Traitement. — Inconvénients du chêne pur. Le hêtre. — Station. — Usages. — Caractères spéciaux. — Traitement. Chêne et hêtre. — Avantages du mélange. — Traitement.

Chêne et charme. — Avantages du mélange. — Traitement. Le sapin. — Station. — Usages. — Caractères spéciaux. —Traitement. Sapin et hêtre. —Avantages du mélange. — Traitement. Le pin sylvestre.— Station.— Usages.—Caractères spéciaux.—Traitement. Il peut être avantageux de l'élever eu mélange avec le hêtre ou le sapin.

B. Futaie irrégnlière. — Jardinage. — Eu quoi il consiste. — Ses inconvénients et ses avantages. L'épicéa, le mélèze, le pin de montagne, le pin

ceinbro réclament presque toujours son application. La transformation

a été entreprise à peu près partout où elle est avantageuse. — Traitement des peuplements à transformer. — Traitement .des parties à conserver jardinées.

Taillis. — A. Taillis simple. — Essence* auxquelles on peut avantageuse

« PreviousContinue »