Page images
PDF
EPUB

Pago in

dans cet oratoire, vers l'heure de none. Ils de que, depuis trois ans, Hypparch et Philothée
mandèrent à Hypparch et à Philothée pour- ne s'étaient point trouvés aux supplications
quoi ils n'allaient pas, suivant l'ordre de l'em- publiques, ni aux sacrifices en l'honneur des
pereur, au temple de la Fortune, et pourquoi dieux. Maximien ordonna, dans le moment,
ils aimaient mieux prier seuls qu'avec le peu de les contraindre à venir au temple de la For-
ple? Ils répondirent: « C'est ainsi que nous tune et d'être présents aux sacrifices. Ils de-
adorons le Créateur de l'univers. »-«Croyez- mandèrent à ceux qu'on avait envoyés s'ils
vous donc, leur dit Jacques , que cette croix avaient ordre de n'en emmener que deux,
de bois est le Créateur du monde ? Car il me ou lous; car, dirent-ils, nous sommes sept.
paraît que vous l'adorez. » — « Non, répondit Les envoyés répondirent que l'empereur ne
Hypparch, nous ne l'adorons pas, mais celui demandait pour le présent qu'Hypparchet
qui y a été attaché. C'est lui que nous recon- Philothée. Alors Philothée dit à Jacques et aux
naissons pour Dieu, et pour Fils de Dieu, en- quatre autres. « Mes frères et mes enfants
gendré, non créé, coessentiel au Père, par dans le Seigneur, je crains que vous ne puis-
qui ce monde a été créé et se soutient. Il y a siez pas soutenir le combat auquel nous som-
déjà trois ans que nous avons reçu le baptême mes provoqués nous deux pour la défense de
au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Es- la cause de notre Seigneur Jésus-Christ. Dès
prit, par les mains de Jacques, prêtre de la le moment que nous avons embrassé la reli-
vraie foi , qui de temps en temps nous donne gion chrétienne, nous avons pris le parti de
aussi le corps et le sang de Jésus-Christ. C'est souffrir pour le nom de Jésus-Christ. Mais

-.
pour cela que, pendant ces trois jours, nous l'empereur ignore ce qui vous regarde; cher-
ne sortirons pas de la maison, afin de ne point chez donc un asile dans les villages voisins,
participer à l'odeur des hosties profanes dont jusqu'à ce que la tempête s'apaise un peu. »
la ville est remplie.»

Jacques, Parégre et les trois autres répondi-
17. Après quelques discours sur la vanité rent qu'ils étaient disposés à souffrir la mort
du culte des idoles et la vérité de la religion pour Jésus-Christ, et qu'ils ne craignaient rien.
chrétienne, Jacques et les quatre autres con- 19. Ils sortirent donc tous, et, conduits par
vinrent d'envoyer chercher le prêtre, pour

les gardes, ils furent présentés à l'empereur, leur administrer le baptême. Hypparch et Phi- à qui ils ne donnèrent pas même le salut par lothée lui écrivirent une lettre qu'ils scellèrent l'inclination de tête , comme il était d'usage. de leur anneau, le priant de venir au plus tôt, Maximien, se croyant méprisé, en fit des reet d'apporter ''le vase d'eau (préparé pour proches à Hypparch et lui ordonna de sacrile baptême), l'hostie et l'huile d'onction. fier aux dieux. « Vous faites pitié, lui dit prêtre partit à l'instant, et, enveloppant le Hypparch, de donner le nom de dieux à des tout de son manteau, il vint à la maison et les pierres et des bois destinés aux usages des trouva tous en prières. Ils se prosternèrent à hommes. » L'empereur, irrité, lui fit donner ses pieds et lui demandèrent le baptême. Le cinquante coups de lanières plombées, c'estprêtre les intruisit de la religion chrétienne, à-dire qui étaient garnies à l'extrémité de et, après avoir prié avec eux pendant environ glandes de plomb, et l'envoya en prison. On une heure, il leur fit faire profession de la produisit ensuite Philothée, à qui Maximien foi en un seul Dieu, puis les baptisa au nom dit : « Votre nom signifie que vous aimez les du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit, et leur dieux. » Il répondit : « Je m'appelle avec jusdonna de suite le corps et le sang de Jésus-. tice Philothée, parce que j'aime un Dieu, et Christ.

non plusieurs. ») — « Quittez, répliqua l'em18. Hypparch et Philothée étaient très-con- pereur, ces disputes de mots : sacrifiez aux sidérés dans la ville et y jouissaient des pre- dieux, et je vous élèverai aux plus grands miers honneurs. Les autres y étaient aussi trai- honneurs. » Philothée dit : «Ce que vous aptés avec distinction. Trois jours après leur bap- pelez honneur, est pour moi ignominie. » tême, l'empereur demanda au préfet si quel- L'empereur l'envoya, les mains liées derrière ques-uns des magistrats ne s'étaient point ab- le dos, en une prison différente de celle d'Hypsentés par mépris pour les dieux. Il répondit parch.

Page in

2

[ocr errors]

Page ! 365

[ocr errors]

1 Tu vero quantocius ad nos venire ne graveris simul- sunt, et manufactos deos ; qui dii non sunt, ejurarunt, que urceum aquae, hostiam, et cornu olei unctionis tecum baptizavit eos in nomine Patris, et Filii, et Spiritus perferre memineris. Page 127.

Sancti, eisque corpus et sanguinem Christi continuo im· Et postquam se in Deum vivum credere professi pertivit. Pag. 129.

Page 113.

Paz :36.

20. Jacques, Parégre, Habibus, Romain et nous détourner de la voie sainte que Jésus-
Lollien ayant ensuite comparu, Maximien- Christ notre Sauveur, Fils du Dieu vivant,
Galère leur dit : «Ces deux insensés vieillards nous a ouverte ! » L'empereur, en colère, les
Hypparch et Philothée sont las de vivre: mais condamna au supplice de la croix. Cette con-
vous qui êtes jeunes, je ne doute pas que formité de mort avec celle de leur maître
vous n'obéissiez à mes ordres. » Ils répondi- les combla de joie.
rent: « Vous vous trompez, empereur : la vie 23. On les conduisit au lieu de l'exécution à
nous est moins précieuse que notre foi en la vue de leurs parents et de leurs alliés, tous
Dieu, Père de notre Seigneur Jésus-Christ, en larmes; plusieurs hommes nobles auxquels
qui, envoyé de lui vers nous, nous a rappe- l'empereur avait confié l'administration de la
lés de la mort à la vie, en mourant lui-même ville de Samosate, lui demandèrent de trou-
sur la croix. » L'empereur les menaça du mê- ver bon que les martyrs eussent, avant de
me supplice, s'ils ne sacrifiaient aux dieux. mourir, la liberté de parler pendant une heure
Ils méprisèrent ses menaces, et furent mis à leurs parents, afin de leur faire connaître
tous dans des prisons séparées, les mains liées leur dernière volonté et de régler, par testa-
derrière le dos.

ment, leurs affaires domestiques. «Hypparch,
21. Au bout de quinze jours, Maximien fit Philothée, sont, disaient-ils, nos collègues, et
dresser un tribunal sur les rives de l'Euphrate, ces cinq jeunes hommes ont rang parmi les
pour leur faire subir le dernier interrogatoire. patrices de notre ville. » Maximien accorda
Il commença par s'informer au geðlier si per- cette grâce, et l'on introduisit aussitôt les mar-
sonne ne leur avait porté à boire et à manger. tyrs dans le vestibule du cirque. Mais ils en
Le geôlier jura par ses dieux que, depuis prirent occasion de haranguer le peuple qui
quinze jours, les sept prisonniers n'avaient était présent, et de prier Dieu à haute voix
ni bu ni mangé. Il ajouta qu'ayant approché de détruire dans Samosate le culte des idoles
son oreille de la porte des prisons, il les avait et d'y établir la religion chrétienne; en sorte
entendus dire de temps en temps : « La Croix qu'au lieu des temples, on y bâtit des églises;
nous donnera du secours ; » mais d'une voix qu'on détruisit le sacerdoce de Satan, pour
qui s'affaiblissait chaque jour, « Amenez-les lui substituer celui de Jésus-Christ ; que la
ici, » dit Maximien.

divine psalmodie prit la place des sacrifices
22. Ce cruel persécuteur leur demanda s'ils impies; les saints autels, celle des idoles
avaient changé de sentiment. « Non, répon- muettes, et que la ville fût décorée par des
dit Hypparch. Nous avons dit six centz fois colléges de prêtres, de diacres, de vierges.
que nous ne voulions pas sacrifier aux dieux: Hypparch et Philothée demandèrent la liberté
usez de votre droit. » — «Etes-vous, répliqua de tous les esclaves, en disant que, suivant les
l'empereur, l'interprète de vos compagnons?» divines Ecritures, il n'y a point d'autre ser-
Tous répondirent : «Vous devez vous souve- vitude que celle du péché.
nir de ce que nous avons dit dernièrement, 24. Le peuple, à ce discours, ne pouvait
que rien ne pourra nous séparer de l'amour retenir ses larmes; le prêtre de qui les mar-
de Jésus-Christ notre Seigneur. » Maximien tyrs avaient reçu le baptême était présent,
commanda qu’on les suspendit au chevalet; sous la figure d'un pauvre, pour n'être pas
qu'on les frappât chacun vingt fois sur les connu. Il écrivait tout ce qui se passait, de
côtés et sur le ventre, avec des nerfs de tau- même que le pédagogue de Gallus, comme
reaux; qu'ensuite on les remit en prison, on l'a déjà dit. Cependant le peuple voyant
avec ordre de ne leur donner qu'autant de les martyrs s'avancer au lieu du supplice, il
pain qu'il en fallait pour ne pas mourir de s'éleva un tumulte qui tenait de la sédition.
faim. Ils y demeurèrent depuis le 15 avril L'empereur, averti, y accourut avec ses gar-
jusqu'au 28 juin. Alors, par ordre de l'empe. des. Il pressa de nouveau les martyrs de sa-
reur, ils furent conduits au prétoire, le visage crifier aux dieux, et, les voyant inébranlables
et tout le corps si desséchés, qu'ils ressem- dans la foi, il fit dresser sept croix hors de la
blaient à des cadavres. Il leur offrit la liberté porte nommée Patibulaire. Hypparch fut at-
et des honneurs, s'ils voulaient offrir de l'en- taché le premier à la croix avec des clous
cens aux dieux. Ils s'écrièrent tous : « Que ta très-aigus : on lui avait, comme par dérision,
bouche soit à jamais fermée, et que tes yeux couvert la tête d'une peau de bouc. En cet
périssent, malheureux qui nous donne de si état, l'empereur l'insultait et le pressait en-
mauvais conseils et qui veut, par tes artifices, core de sacrifier. On voyait, par le mouve-

Pazo 118.

Page 187.

[ocr errors]

9

Page 145Les Actes du martyre

gnes, page 148.

Page 150.

ment de ses lèvres, qu'il avait dessein de lui ginité et y engagea plusieurs filles de toutes

répondre; mais il expira dans le moment. conditions. Rien de plus fabuleux. Les histoPage 138. 23. Philothée et les cinq autres martyrs fu- riens du temps ne donnent à l'empereur que

rent aussi attachés séparément à des croix; deux filles, Constantia et Hélène. La première
mais ils y vécurent jusqu'au lendemain. Pen- fut mariée deux fois, d'abord à Hannibal, en-

.
dant cet intervalle les bourreaux, par ordre suite à Gallus; la seconde, à Julien l'Apostat.
de l'empereur, enfoncèrent dans la tête de On n'en connaît pas une troisième de même
Philothée, de Parégre et d'Habibus, des clous nom et qui ait consacré sa virginité à Dieu.
de fer; mais ils étranglèrent Jacques, Ro- En vain on cite une inscription qui se trouve
main et Lollien, et leurs corps furent jetés dans l'abside de l'église de Sainte-Agnès à
dans l’Euphrate. Un chrétien nommé Bassus, Rome, où il est dit que cette basilique a été
citoyen de Samosate, et l'un des principaux bâtie par Constantine, vouée à Jésus-Christ.
officiers de la ville, les acheta des bourreaux L'inscription ne dit point que cette Constan-
pour la somme de sept cents deniers, et leur tine fut fille de l'empereur Constantin, ni

fût
donna la sépulture.

qu'elle ait été guérie par l'intercession de 26. Le nom de sainte Agnès était célèbre sainte Agnès. Ce pouvait être quelque dame de sainte A: dans toutes les Églises dès le temps de saint romaine qui, par dévotion pour cette Sainte,

Jérôme, comme ce Père le remarque dans lui avait fait ériger cette basilique.
son Epitre à Démétriade, et il l'a toujours été 27. Les Actes publiés par Etienne Evodius
depuis. Mais les louanges qu'on lui a données Assémani n'ont aucun de ces vices. Ils ont, au
ont quelquefois été fondées sur les Actes apo- contraire, tous les caractères d'authenticité.
cryphes de son martyre, auxquels on ajou- Leur antiquité se prouve par celle du manus-
tait d'autant plus de foi, qu'ils portaient le crit de Nitrie, d'où ils ont été tirés, que l'on
nom de saint Ambroise. Le cardinal 1 Baro- assure être de plus de douze cents ans. Ce
nius a découvert l'erreur et montré que ces qu'on y dit de sainte Agnès est conforme à ce
Actes étaient la production d'un auteur in- qu'on en lit dans les Ménées des Grecs et dans
connu, qui, pour leur donner cours, avait mis le Ménologe de Basile Porphyrogénète; enfin
en tête le nom de saint Ambroise. Première l'auteur paraît avoir été contemporain, com-
ment, ces Actes s'éloignent en plusieurs en- me on le reconnait, en ce que, pour donner
droits de ce que saint'Ambroise et Prudence de l'autorité à sa narration, il appelle en té-
ont dit de sainte Agnès. Ils disent que cette moignage ceux qui avaient été présents au
Sainte fut précipitée dans un bûcher; que les martyre de la Sainte, et dont plusieurs vi-
flammes, s'étant divisées en deux parties, con-

vaient encore.
sumèrent les peuples séditieux qui étaient au- 28. Ce martyre arriva, selon l'opinion la Page 157.
tour du bûcher; et que, s'étant éteintes, la plus commune, vers l'an 304 ou 303, sous dessus, page
martyre n'en reçut aucune impression. Saint Dioclétien ou sous Galère ; car l'empire était
Ambroise et Prudence ne disent pas un mot alors partagé entre plusieurs. Les Actes fixent
de ce miracle, qui devait leur paraitre la cir- le jour de sa mort au 21 janvier. Elle était
constance la plus relevée de son martyre. Les originaire de Rome. Sa beauté lui occasion-
mêmes Actes donnent aux enfants de Con- nait de fréquentes visites de la part des dames
stantin les titres d'Auguste et d'empereur, romaines qui, fâchées la plupart de la voir
avant qu'ils eussent été associés à l'empire professer la religion chrétienne, firent tout ce
et proclamés Augustes et empereurs : faute qu'elles purent pour l'en détourner. Elle, au
que saint Ambroise, trop au fait des usages contraire, parlait avec liberté de sa foi et
de son siècle, n'aurait pas faite. Ils racontent exhortait ces dames à l'embrasser. On publiait
que Constantia, fille de Constantin , alla au tous les jours de nouveaux édits contre les
tombeau de sainte Agnès pour être guérie chrétiens. Agnès fut déférée au juge et con-
d'un mal qui la tenait de la tête jusqu'aux duite devant son tribunal. Le magistrat, épris
pieds ; qu'elle y recouvra en effet la santé, de sa beauté, épargna son corps, non par un
après qu'elle eut embrassé la religion chré- mouvement de miséricorde, mais de peur
tienne, et que depuis elle vécut dans la vir- que, déchiré par les coups de fouets,

[ocr errors]

Voyez ci

il ne

[merged small][merged small][ocr errors]

AL

(ive siècle.] CHAP. XI. — COLLECT. DES ACT. DES MART. D'ORIENT ET D'OCCID. 351
(

- .
pût plus contenter les yeux des impudiques. suivant les Actes originaux, un homme divin,
Il lui proposa de sacrifier aux dieux, la me- appliqué dès sa jeunesse aux jeûnes et autres
naçant, en cas de refus, de la faire trainer en mortifications du corps, à la lecture des di-
un lieu de débauche. Elle répondit qu'elle ne vines Écritures, instruit non-seulement de la
sacrifierait point à des dieux inanimés, et théologie, mais aussi des belles-lettres. Il fai-
qu'elle espérait que Dieu la délivrerait de l'in- sait dans l'Église de Scytophe trois fonctions
famie dont il la menaçait. Son espérance ne différentes, de lecteur des Livres saints, d'in-
fut pas vaine. Tous ceux qui entrèrent dans ce terprète de la langue grecque et syriaque, et
lieu infâme dans le dessein de satisfaire leurs d'exorciste, chassant les démons des corps
passions brutales, ne purent approcher d'elle. qu'ils possédaient. Il était de Besan ou Betsan,
L'un d'eux, plus impudent que les autres, ville de la tribu de Manassé.
voulut les surpasser dans le crime; mais à 33. Les saints martyrs Alphée, Zachée et Martyre des
peine était-il entré dans le vestibule, qu'il Romain souffrirent la mort en un même jour, phée et la
tomba mort.

chée, p. 172.

quoiqu'en divers endroits, savoir le 17 noPage 163 29. Le juge, informé de l'événement, ne vembre 303, sur la fin de la première année

voulut point y ajouter de foi, et, pour se con- de la persécution de Dioclétien. Alphée était
vaincre du fait, il alla lui-même au lieu où lecteur de l'Eglise de Césarée, exorciste et
était Agnès. Il y trouva le corps de cet hom- prédicateur; Zachée, diacre de Gadare, et Ro-
me jeté par terre et sans âme. En ayant de- main, diacre et exorciste dans un village dé-
mandé la raison à Agnès, elle dit que Dieu lui pendant de Césarée. On célébrait dans cette
avait envoyé son ange pour la préserver et la ville les Vicennales de Dioclétien, ou la ving-
venger des insultes que l'on voulait faire à sa tième année de son règne. Le préfet de la pro-
pureté. « J'ajouterai foi, dit le juge, à tout ce vince mit, suivant la coutume, tous les prison-
que vous dites, si vous obtenez de Dieu la vie niers en liberté; mais il fit arrêter plusieurs
de ce malheureux. » Elle pria, les mains éten- chrétiens. De ce nombre fut Zachée, diacre
dues vers Dieu, et aussitôt ce jeune homme de Gadare; amené chargé de chaînes à son
se leva. Le juge et tous ceux qui étaient pré- tribunal, il y confessa la foi de Jésus-Christ.
sents furent surpris d'admiration; mais, au Le préfet le fit déchirer à coups de lanières et
lieu de reconnaître dans ce prodige la vertu avec des peignes de fer, puis on l'envoya en

de Dieu, ils l'attribuèrent à l'art magique. prison, où on lui mit le cou et les pieds dans l'age 166.

30. Ils demanderent donc qu'elle fût con- une numelle jusqu'au quatrième trou. C'était damnée à mort; le juge y consentit, et la con- un instrument de bois destiné à tourmenter les damna au feu. Pendant ce supplice elle ren- malfaiteurs. Alphée souffrit les mêmes supdait grâces à Dieu de ce qu'il l'avait conservée plices pour la même cause. Traduits ensuite pure et jugée digne de lui être immolée. Les l'un et l'autre devant le préfet, il leur ordonna Actes latins · disent qu'elle eut la tête tran- de sacrifier aux empereurs. A peine eurent-ils chée. Les chrétiens recueillirent ses cendres répondu qu'ils n'adoraient qu'un seul Dieu, et tout ce que les flammes avaient épargné, empereur de toutes choses, que les bourreaux et les placerent honorablement.

leur tranchèrent la tête. 31. Nous avons donné ci-dessus le précis 34. Le même jour le diacre Romain souffrit Palestine, des Actes des martyrs de la Palestine, com- le martyre à Antioche. Il était originaire de murer de

posé par Eusébe de Césarée et mis à la fin Palestine. Il avait coutume, comme Alphée, main,
du huitième livre de son Histoire ecclésias- d'exhorter ceux que la crainte des tourments de suszp. s.
tique. Ce qu'il en a raconté se trouve con- faisait apostasier, à rentrer dans la véritable
forme aux Actes des mêmes martyrs, publiés religion, en les faisant souvenir du terrible
en chaldéen dans la Collection d'Etienne Lvu jugement de Dieu, et allait, sans être invité,
dius Assémani; mais cour-ci sont plus éten- dans les assemblées des chrétiens qui crai-
dus et plus détaillés. Eusébe ne fit que les gnaient la mort, pour les rassurer. Il alla aussi
abréger; nous y suppléerons, en ajoutant ce de lui-même se présenter au juge Asclepiade,

que ces Actes renferment de plus intéressant. et voyant qu'il ordonnait aux chrétiens conMartyre de 32. Le premier des martyrs de Palestine, duits devant son tribunal d'immoler aux idopersoon selon Eusébe, est saint Procope, lecteur de les, il employa toute son éloquence pour les pagessett.' l'Église de Scytophe, sur le Jourdain. C'était, en détourner. Le juge ordonna aux gardes de

1

Actes des martyrs de

Actes da

page 166

Voyez ci

dessus, page

page Voyez ci

saint .

.

1 Prudentius, de Coronis, hyma. 14.

saint Apo

189

Martyre de sainte Théo

page 2012

[ocr errors]

Les Aetes

martyre de Sainte Théodote,

l'arrêter, et le condamna au feu. Mais Dio- qu'ils avaient converti plusieurs païens à la
clétien, qui était alors à Antioche, changea foi de Jésus-Christ.
cette sentence et commanda que l'on coupât 36. Nous n'avons rien à ajouter à ce que Martyre de
la langue à Romain. Cependant il parlait avec nous avons dit des Actes du martyre de saint phien, page
autant de facilité qu'auparavant. Il fut mis en Apphien dans le tome III de cet ouvrage. Ce
prison, et dans la numelle, les pieds étendus sont les mêmes dans Eusebe que dans la Col-
jusqu'au cinquième trou, et ensuite étranglé. lection d'Assémani. Il faut dire la même chose
Eusébe de Césarée, dans son second livre de des Actes du martyre de saint Edése, frère-
la Résurrection et de l'Ascension de Jésus- d’Apphien, et de ceux de saint Agapius 5, qui
Christ, publié par le Père Sirmond avec les fut exposé une seconde fois aux bètes sous le
autres opuscules de cet bistorien, a donné règne de Maximin, en 306. Nous remarquerons
une histoire plus étendue de saint Romain, seulement qu'il était d'usage, quand on con-
mais en style d'orateur. Prudence y a joint le duisait un chrétien au supplice, de le faire

Page 199.
martyre d'un enfant nommé Barulas, dans la précéder d'une tablette, où, pour toute cause
dixième hymne des Couronnes. Cela a donné de mort, on se contentait d'écrire le nom de
lieu de distinguer deux martyrs du nom de chrétien.
Romain : l’un, diacre de Césarée, mis à mort 37. En parlant de sainte Théodosie, nous
à Antioche sous Dioclétien; l'autre, moine et avons dit qu'elle avait consommé son martyr dosie,vierge,
citoyen d'Antioche, martyrisé en cette ville le 2 avril de l'an 307 ,auquel, en cette année,
sous Galère. Mais cette distinction n'est pas tombait la fête de Pâques. Cela est marqué
fondée, et il est visible qu’Eusébe et Prudence ainsi dans le texte grec d'Eusébe, mais c'est
ne parlent que d'un même et seul Romain, une faute. Pâques, en 307, était le 6 avril,
que l'on peut dire également avoir été marty- mais en 310 il était le 2 de ce mois.
risé sous Dioclétien et sous Galère, puisque

38. Etienne Assémani est le premier qui du ces deux 'empereurs pouvaient être à An1

nous ait fait connaître le martyre de sainte tioche. On peut voir dans le tome III le précis Théodote, et qui en ait publié les Actes. Il page 121. des Actes du martyre de l'enfant dont on vient n'en est pas même parlé dans les Martyde parler.

rologes. Le Romain fait bien mention d'une 35. La seconde année de la persécution de Théodote, martyrisée le 17 juillet à Constande saint T- Dioclétien, qui était l'an 304 de l'ère vulgaire, tinople, sous Léon Iconoclaste, et d'une au

l'empereur Dioclétien publia un second édit tre Théodote qui souffrit le martyre avec ses
contre les chrétiens, beaucoup plus sévère trois enfants, à Nicée en Bithynie, le 8 août.

8 .
que le premier. Celui-ci ne regardait que les Mais elles sont l'une et l'autre différentes de
ministres de l'Eglise; l'autre ordonnait à tous la martyre Théodote dont nous allons parler.
les chrétiens, sans distinction de sexe et de Celle-ci souffrit sous Licinius en 318, au lieu
condition, de sacrifier aux idoles. Il y avait à que Théodote, martyrisée à Constantinople,
Gaza, ville de la Palestine, un homme du nom

ne le fut

que dans le VIIIe siècle, pour le culte
de Timothée, d'une grande intégrité de meurs, des images. Celle que l'on fit mourir à Nicée

,
connu pour chrétien par ses concitoyens, qui avec ses trois enfants était mariée; au lieu
étaient, de tous les peuples, les plus attachés que Théodote, mise à mort sous Licinius, était
au culte des idoles : ils lui faisaient toutes une femme publique.
sortes d'insultes, jusqu'à le frapper. Enfin il 39. La six cent quarante-deuxième année
fut déféré au préfet Urbain, qui lui fit essuyer depuis la mort d'Alexandre, l'an de Jésus-
les plus rigoureux tourments. Ensuite il le Christ 318, il s'éleva dans la ville de Philippe
condamna à être consumé à petit feu, dans le une persécution contre les chrétiens. Le pré-
dessein de prolonger son martyre. Mais il sor- fet Agrippa en prit occasion d'une fête solen-
tit de cette épreuve comme l'or le plus pur. nelle qu'il fit célébrer en l'honneur d'Apollon.
Le même jour, c'est-à-dire le 20 novembre de Par un édit public, il ordonna que tous par-
l'an 304, et dans la même ville, Agapius et ticiperaient aux sacrifices que l'on offrirait à
Thècle furent exposés aux bêtes par ordre du cette divinité. Théodote n'eut aucun égard
préfet. Le Ménologe de Basile dit qu'ils fu- à l'édit. Le préfet ordonna de l'amener. Elle
rent arrêtés et condamnés aux bêtes, parce répondit : « N'est-ce pas assez que je passe
1 Assémani, Not, in hunc locum, pag. 175, 176.

Les Actes du

martyre

mothée.page 182

- Pag. 461. 2 Pag. 455.

6 Ibid. : Pag. 458.

Page 224.

« PreviousContinue »