Examen d'un écrit intitulé: Discours & réplique du comte de Mirabeau à l'Assemblée nationale, dans les séances des 20 et 22 mai, sur cette question: A qui la nation doit-elle déléguer le droit de la paix & de la guerre? avec une lettre d'envoi à M.M. des administrateurs des départemens

Front Cover
Imprimerie nationale, 1790 - Constitutional history - 85 pages

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 75 - La nation française renonce à entreprendre aucune guerre dans la vue de faire des conquêtes, et n'emploiera jamais ses forces contre la liberté d'aucun peuple.
Page 21 - Vous établirez par ce moyen une marche uniforme dans tous les cas ; et je vais démontrer qu'il suffit que le concours du pouvoir législatif commence à l'époque de la notification dont je viens de parler, pour concilier parfaitement l'intérêt national avec le maintien de la force publique. Les hostilités sont donc ou commencées ou imminentes. Quels sont alors les devoirs du pouvoir exécutif ? Quels sont les droits du pouvoir législatif? Je viens de l'annoncer ; le pouvoir exécutif doit...
Page 73 - Le droit de la paix et de la guerre appartient à la nation. La guerre ne pourra être décidée que par un décret du Corps Législatif, qui sera rendu sur la proposition formelle et nécessaire du Roi, et ensuite sanctionné par Sa Majesté.
Page 47 - Ne craignez-vous pas que votre force publique ne soit paralysée comme elle l'est en Pologne, en Hollande et dans toutes les républiques? Ne craignez-vous pas que cette lenteur n'augmente encore, soit parce que notre constitution prend insensiblement les formes d'une grande confédération, soit parce qu'il est inévitable que les départemens n'acquièrent une grande influence sur le corps législatif?
Page 46 - Ne craignez-vous pas que le peuple, étant instruit que ses représentants déclarent la guerre en son nom, ne reçoive par cela même une impulsion dangereuse vers la démocratie, ou plutôt l'oligarchie; que le vœu de la guerre et de la paix ne parte du sein des provinces, ne soit compris bientôt dans les pétitions, et ne donne à une grande masse d'hommes toute l'agitation qu'un objet aussi important est capable d'exciter ? Ne craignezvous pas que le Corps législatif, malgré sa sagesse, ne...
Page 28 - ... celui de déléguer la royauté. Eh ! qu'importe en effet à ces hommes , de placer à côté de notre constitution une autorité sans bornes , toujours capable de la renverser? La chérissent-ils cette constitution? Est-elle leur ouvrage comme le nôtre? Veulent-ils la rendre immortelle comme la justice et la raison? D'un autre côté , de ce que le concours du monarque , dans l'exercice...
Page 61 - ... suggérer : mais si vous portez les défiances du moment dans l'avenir, prenez garde qu'à force d'exagérer les craintes , nous ne rendions les préservatifs pires que les maux , et qu'au lieu d'unir les citoyens par la liberté , nous ne les divisions en deux partis toujours prêts à conspirer l'un contre l'autre. Si à chaque pas on nous menace de la résurrection du despotisme écrasé ; si l'on nous oppose sans cesse les dangers d'une...
Page 55 - ... efforts que je veux parler, mais de ces hommes qui, faits pour être libres, redoutent cependant les commotions du gouvernement populaire; de ces hommes qui, après avoir regardé la permanence d'une assemblée nationale comme la seule barrière du despotisme, regardent aussi la royauté comme une utile barrière contre l'aristocratie. Enfin, par rapport au roi, par rapport à ses successeurs, quel sera...
Page 65 - Mais ne pourrait-on pas faire concourir le corps législatif à tous les préparatifs de guerre, pour en diminuer le danger? Ne pourrait-on pas les faire surveiller par un comité pris dans l'assemblée nationale? Prenez garde: par cela seul nous confondrions tous les pouvoirs, en confondant l'action...
Page 59 - ... cette force intérieure de manière à faire une armée pour la liberté publique, comme vous en avez une pour garantir vos frontières. Voyons maintenant s'il reste encore des objections que je n'aie pas détruites dans le système que je combats. Le Roi, dit-on, pourra donc faire des guerres injustes, des guerres anti-nationales?

Bibliographic information