Page images
PDF
EPUB

areur de cette tombe où j'avois espéré trouver le repos et a non le néant.

«Mais tel n'est point le caractère de la vraie religion; le achristianisme porte pour moi deux preuves manifestes de « sa céleste origine: par sa morale , il tend à nous délivrer ades passions ; par sa politique, il abolit l'esclavage. C'est «donc une religion de liberté : c'est la mienne. »

Pourroit-on croire que, dans ces pages où je déclare que j'irois demain, pour ma foi, d’un pas

ferme à l’échafaud, que je ne demens pas une syllabe de ce que j'ai écrit dans le Génie du Christianisme, pourroit-on croire que des hommes charitables aient trouvé contre moi une accusation de philosophisme P — Comment cela? – Eh! n'avez-vous pas remarqué cette abominable manifestation de l'erreur? J'appartiens à la communion générale, naturelle et publique de tous les hommes qui, depuis la création, se sont entendus d'un bout de la terre à l'autre pour prier Dieu.

En bonne logique, ne puis-je appartenir à la grande communion des hommes qui ont prié Dieu depuis les patriarches jusqu'aux gentils des temps modernes , ignorants encore de l'Évangile? ne puis-je, dis-je, appartenir à cette communion, sans cesser de connoître et de prier Dieu à la manière des chrétiens ? Mais passons.

Je suis bien plus coupable encore; je joins l'hérésie au philosophisme, témoin ces mots : Je suis chrétien. C'est du protestantisme tout pur; je devois dire : Je suis catholique , apostolique et romain. Bien: je suis hérétique parce que je me suis servi du mot fameux des martyrs allant au supplice : « Je suis chrétien!!

Mais si j'ai déclaré, dans le même paragraphe, que j'irois, pour ma foi, d'un pas ferme à l'échafaud , que je ne démens pas une syllabe de ce que j'ai écrit dans le Génie du Christianisme, reste-t-il quelque doute sur mes sentiments ? L'ouvrage dont je ne démens pas une syllabe n'est-il pas l'apologie la plus complète de la religion catholique , (i postolique et romaine ? Ah! mes pieux commentateurs, ce ne sont pas là les phrases qui vous blessent! Vous me trouveriez très orthodoxe si, avant et après ces mots, je suis chrétien, on ne lisoit pas ces divers passages : Je ne suis point chrétien par patentes de trafiquant en religion... Je ne fais point métier et marchandise de mes opinions... Indépendant de tout, fors de Dieu , JE SUIS CHRÉTIEN sans ignorer mes foiblesses, sans me donner pour modèle , sans être persécuteur, inquisiteur, délateur;' sans espionner mes frères, sans calomnier mes voisins... Je n'explique point l'Évangile au profit du despotisme , mais au profit du malheur... Marcher avec le temps; soutenir la liberté par l'autorité de la religion, prêcher l'obéissance à la Charte comme la soumission au Roi... voila, selon moi, ce qui pourroit rendre au clergé la puissance légitime qu'il doit obtenir. Le christianisme porte pour moi deux preuves de sa céleste origine : par sa morale, il tend à nous. délivrer des passions ; par sa politique, il abolit l'esclavage. C'est donc une religion de liberté ; c'est la mienne.

Détester la persécution, l'intrigue et le mensonge; désirer que la religion s'allie avec la liberté et s'étende avec les lumières du siècle, voilà ma véritable hérésie, philosophisme réel, mon péché irrémissible. Un homme qui veut la Charte, en la séparant de l'Évangile , prêche une doctrine stérile; mais un homme qui demande que la Charte soit déposée sur l'autel est assis dans une chaire féconde en séductions diaboliques : la foule trompée finiroit par se plaire à l'oeuvre réprouvée que l'ancien Dragon inspira à Louis XVIII et fit jurer à Charles X:

Pour tout esprit droit et tout caur sincère, il ne peut у avoir rien d'équivoque dans les phrases incriminées, si on les rattache aux phrases dont elles sont précédées ou suivies ; mais voulant trancher la question, et ne laisser aucune occasion d'anathème aux nouveaux docteurs, je déclare donc que je vivrai et mourrai catholique, apostolique et romain. Voilà qui est clair et positif. Les trafiquants de religion seront-ils satisfaits, me croiront-ils ? Pas du tout; ils me jugent d'après eux.

non

Je me serois bien gardé de rappeler de misérables critiques dans une préface, si ces critiques ne tomboient sur un point religieux : le mépris ou l'insouciance en pareille matière seroit coupable. Je professe ma croyance religieuse aussi publiquement que ma croyance politique : j'ai toujours été d'avis qu'il n'y a point de liberté durable si elle n'est fondée, comme la société tout entière, dans la religion; seulement il ne faut pas prendre l'hypocrisie pour la foi, l'ardeur de la calomnie pour le zèle de la charité, et l'abus que l'on fait des choses saintes pour les choses saintes elles-mêmes.

Je parlerai maintenant de l'écrit placé à la tête de ce volume : Louis XVIII vouloit bien dire que cet écrit lui avoit valu une armée.

Buonaparte est jugé avec rigueur dans cet opuscule approprié aux besoins de l'époque. A cette époque de trouble et de passion les paroles ne pouvoient être rigoureusement pesées; il s'agissoit moins d'écrire que d'agir ; c'étoit une bataille qu'il falloit gagner ou perdre dans l'opinion ; et, perdue, elle dispersoit pour toujours les débris du trône légitime. La France ne savoit que penser; l'Europe, stupéfaite de sa victoire, hésitoit; Buonaparte étoit à Fontainebleau, tout puissant encore, et environné de quarante mille vétérans; les négociations avec lui n'étoient pas rompues le moment étoit décisif; force étoit donc de s'occuper seulement de l'homme à craindre, sans rechercher ce qu'il avoit d'éminent; l'admiration mise imprudemment dans la balance l'auroit fait pencher du côté de l'oppresseur de nos libertés. La patrie étoit écrasée sous le despotisme, et livrée par l'ambition insensée de ce despotisme à l'invasion de l'étranger; nos blessures récentes saignoient : le donjon de Vincennes, les exils, les fusillades à la plaine de Grenelle , l'anéantissement de notre indépendance, la conscription, les banqueroutes répétées, l'iniquité de la politique napoléonienne, l'ingrate persécution suscitée au souverain pontife, l'enlèvement du

[ocr errors]

roi d'Espagne ; les désastres de la campagne de Russie; enfin tous les abus de l'arbitraire, toutes les vexations du gouvernement de l'empire, ne laissoient à personne le sang-froid nécessaire pour prononcer un jugement impartial. On ne voyoit que la moitié du tableau ; les défauts étoient en saillie dans la lumière, les qualités plongées dans l'ombre,

Le temps a marché; Napoléon a disparu : le soldat devant lequel tant de rois fléchirent le genou , le conquérant qui fit tant de bruit, occupe à peine, dans un silence sans fin, quelques pieds de terre sur un roc au milieu de l'Océan. Usurpateur du trône de saint Louis et des droits de la nation , tel se montroit Buonaparte quand j'esquissai ses traits pour la première fois. Je le jugeai d'abord avec les générations souffrantes, moi-même une de ses victimes ; depuis , j'ai dû parler d'un sceptre perdu, d'une épée brisée, en historien consciencieux, en citoyen qui voit l'indépendance de son pays assurée. La liberté m'a permis d'admirer la gloire : assise désormais sur un tombeau solitaire, cette gloire ne se lèvera point pour enchainer ma patrie.

En 1814, j'ai peint Buonaparte et les Bourbons; en 1827, j'ai tracé le parallèle de Washington et de Buonaparte ; mes deux platres de Napoléon ressemblent; mais l'un a été coulé sur la vie, l'autre modelé sur la mort, et la mort est plus vraie que la vie.

Cessant lui-même d'avoir un intérêt à garder contre moi sa colère, Buonaparte m'avoit aussi pardonné et rendu quelque justice. Un article où je parlois de sa force étant tombé entre ses mains, il dit à M. de Montholon :

«Si, en 1814 et en 1815, la confiance royale n'avoit point « été placée dans des hommes dont l'âme étoit détrempée apar des circonstances trop fortes, ou qui , renégats à «leur patrie, ne voient de salut et de gloire pour le trône « de leur maitre que dans le joug de la Sainte-Alliance; si a le duc de Richelieu, dont l'ambition fut de délivrer son « pays des baionnettes étrangères; si Chateaubriand, qui a venoit de rendre à Gand d'éminents services, avoient eu «la direction des affaires, la France seroit sortie puissante aet redoutée de ces deux grandes crises nationales. Cha« teaubriand a reçu de la nature le feu sacré: ses ouvrages « l'attestent. Son style n'est pas celui de Racine, c'est celui «du prophète. Il n'y a que lui au monde qui ait pu dire im«punément, à la tribune des pairs, que la redingote grise «et le chapeau de Napoléon, places au bout d'un bâton sur la a côte de-Brest, feroient courir l'Europe aux armes'. Si jamais wil arrive au timon des affaires, il est possible que Chateau«briand s'égare : tant d'autres y ont trouvé leur perte! a mais, ce qui est certain, c'est que tout ce qui est grand a et national doit convenir à son génie, et qu'il eût repoussé « avec indignation ces actes infamants de l'administration a d'alors. » (Mémoires pour servir à l'Histoire de France sous Napoléon, par M. DE MONTHOLON, tom. iv, pag. 248.)

Pourquoi ne conviendrois-je pas que ce jugement flatte de mon cæur l'orgueilleuse foiblesse ? Bien de petits hommes, à qui j'ai rendu de grands services ne m'ont pas jugé si favorablement que le géant dont j'avois osé déserter le crime 2 et attaquer la puissance.

Quoi qu'il en soit, en rapprochant l'écrit de Buonaparte et des Bourbons du parallèle de Buonaparte et de Washington 3

'Voici le passage auquel Buonaparte fait allusion, et qu'il avoit mal retenu :

«Jeté au milieu des mers où le Camoëns plaça le génie des tempêtes, Buonaparte ne peut se remuer sur son rocher sans que e nous ne soyons avertis de son mouvement par une secousse. Un pas de cet homme à l'autre pôle se feroit sentir à celui-ci. Si la Providence déchaînoit encore son fléau; si Buonaparte étoit libre « aux États-Unis , ses regards attachés sur l'Océan suffiroient pour « troubler les peuples de l'ancien monde : sa seule présence sur le

rivage américain de l'Atlantique forceroit l'Europe à camper sur « le rivage opposé. » (Polémique, t. xxvin, art, du 17 novembre 1818.)

L'assassinat du duc d'Enghien. 3 Voyage en Amérique, pag. 22.

« PreviousContinue »