Page images
PDF
EPUB

AVIS.

'Les formalités prescrites par la loi ayant été remplies, tout exemplaire qui ne sera pas signé de ma main, sera rigoureusement poursuivi.

hintya

[ocr errors]

ERRATA.

Page 23%, Ligne:3 : at liep de S. A. R. , lisez S. A. S. : Page 197,;igne29:aulieu de en date du 6 suivant, lisez en date du 6...

AU SOLDAT.

« Un historien doit préférer la vérité à tout, » dît-il s'exposer à quelque danger.

>> TACITE. >>

C'est à toi, soldat, dont j'entends le qui vive ! et le PASSE AU LARGE! c'est à toi, qui veilles au repos public comme à la défense du pays; oui, c'est à toi, que je dédie LES DERNIERS JOURS DE LA GRANDE ARMÉE !

Personne encore, que je sache, ne t'avait jugé digne de l'hommage de ses wuvres. Eh bien! soldat! je te dédie les miennes comme au plus digne !......

Reçois donc mon hommage!... Puisse-t-il te rendre moins longues, tes longues heures de corps de garde, qui n'ont de plus longues encore, que celles de la prison !...

Depuis longtemps, je veille aussi pour toi, soldat !... Je veille pour que ta soupe soit meilleure.

Je veille pour que ton équipement soit plus léger, moins chargé d'entrayes à la liberté d'action, Je veille au perfectionnement de tes armes, pour que jamais tes armes ne trahissent ton courage.

Je veille à ce que ton uniforme soit digne de toi, et ne t'expose jamais à la malignité tour

de la caricature. Je veille pour que tes nobles services ne soient jamais méconnus !...

Je veille à ce que ton modeste et premier galon de laine soit la juste récompense de ton zèle à remplir tes devoirs, de ta soumission à tes chefs, de ton dévoûment à ton pays.

Je veille pour que le galon d'or soit aussi pour toi un sujet d'émulation, et non le lot de quelque protégé sans conduite et sans mérite.

Je veille pour que le double galon t'offre un avenir, en même temps qu'il est le signe distinctif de tes bons services, de ta capacité, de ton instruction, de ta probité.

Je veille pour que, à ce troisième échelon de ta carrière, des garanties te soient données, te mettent à l'abri d'un caprice ou d'un calcul.

Je veille pour que, parvenu là, ton existence soit déjà plus douce; ta considération

plus relevée; ta tenue plus en harmonie avec la position que je te souhaiterais.

Je veille pour que l'on comprenne enfin qu'ayant mérité, par l'énergie de ton caractère, par ton aptitude à l'instruction, par ton amour du métier, d'être revêtu des importantes et difficiles fonctions d'adjudant, tu ne sois pas seulement le premier sous-officier du corps, je demande qu'un brevet de sous-lieutenant devienne pour toi la consécration d'un grade si péniblement conquis. Je voudrais t'affranchir du cruel et humiliant mécompte de te voir primer, toi, qui n'as d'autre protection que tes services, que ton zèle et ta conduite exemplaire, par le jeune candidat, qui n'a peut-être pas, en années de matricule, ce que tu comptes d'années de grade.

Je veille pour qu'en gravissant chaque degré, tu y trouves de nouvelles actions de grâces à rendre, à ton mérite d'abord, et à tes chefs qui ont su te distinguer et te rendre justice. Je voudrais que là, une ère plus large s'ouvrit à ton ambition légitime, et, qu'enfant de tes oeuvres, la loi vint, à son tour, te prendre sous son égide, et prouver qu'elle est plus forte que l'intrigue, que le favoritisme, ces plaies vivaces de notre siècle.

Mais ici, s'augmentent les difficultés de mes factions. J'ai à crier sans cesse : QUI VIVE! et HALTE LA ! à tes innombrables rivaux, poussés par le flot des recommandations, et montant à l'assaut du grade qui te revient avec autant d'ardeur peut-être que tu mettrais d'audace à l'assaut d'une redoute.

Quel obstacle opposer à ce débordement, que la loi malheureusement n'a que trop favorisé ?.... Il n'en existait qu'un seul, et je l'ai proposé : c'est que cette loi d'un gouvernement constitu

« PreviousContinue »