Page images
PDF
EPUB

MODERNE,

OU

GALERIE HISTORIQUE,

CIVILE, MILITAIRE, POLITIQUE, LITTÉRAIRE
ET JUDICIAIRE,

morts

2

CONTENANT les portraits politiques des Français de l'un et de l'autre sexe
ou vivans, qui se sont rendus plus ou moins célèbres depuis le commencement de
la révolution jusqu'à nos jours, par leurs talens, leurs emplois, leurs malheurs,
leur courage, leurs vertus ou leurs crimes.

DEUXIÈME ÉDITION,

REVUE, CORRIGÉE, CONSIDÉRABLEMENT AUGMENTÉE, ET ORNÉE DE CENT
CINQUANTE PORTRAITS EN TAILLE-DOUCE,

A laquelle on a ajouté un Précis historique de tous les événemens qui se sont succédés
depuis la convocation des Notables jusqu'au rétablissement de Sa Majesté Louis XVIII

sur le trône de France.

CHEZ

[merged small][merged small][graphic]

ALEXIS EYMERY, LIBRAIRE, RUE MAZARINE, NO 30;
DELAUNAY, PALAIS ROYAL, GALERIE DE BOIS ;

ET A MONS, CHEZ LEROUX,

LIBRAIRE.

[merged small][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]
[ocr errors]

MODERNE.

mmmmmmm. wwwmwmmmmmmmmmmm

DUFORT
UFORT (André), membre du
corps législatif et député de la Gi-
ronde, etc., né le 30 juillet 1759.

Il était avocat et procureur du roi
aux eaux et forêts à l'époque de la ré-
volution, et se trouvait conseiller de
préfecture à Bordeaux lorsqu'il fut
proposé par le département de la Gi-
ronde et admis par le sénat en 1808
au corps législatif. Il y parla rarement
dans les années qui ont précédé la res-
tauration; mais la session de 1814 lui
fournit l'occasion de développer ses ta-
lens et ses vues patriotiques. Les pro-
'jets de loi sur le budjet de 1815, l'a-
liénation des foréts nationales, la pro-
hibition absolue des fers étrangers, les
douanes, la taxe sur le sel, les dettes
contractées par le roi en pays étran-
ger et diverses autres matières, furent
l'objet de ses discussions et de ses ob-
servations lumineuses. Le département
de la Gironde lui témoigna de nouveau
sa confiance en le nommant en août
1815 à la chambre des députés, où
il vota constamment dans le système
de la modération pendant la session
de 1815-1816.

DUFOUGERAIS ( Benjamin-Francois Ladouepe), baron, membre de la chambre des députés, etc., né le 9 décembre 1766.

Propriétaire dans le département de la Vendée, où son père et son oncle ont péri pendant les guerres civiles qui ont ravagé cette belle contrée, il fut nomme en 1811 président du collége électoral de l'arrondissement de Bourbon Vendée qui le proposa comme candidat pour le corps législatif, auquel il fut appelé le 19 juillet de la même e 6 juin 1814, il y fit partie mission chargée de proposer esieme, et fut le rapporteur de oi sur l'importation des fers étran

ax

16

D

www wwww

gers, dont il développa les dispositions. En décembre il fit hommage à la chambre du recueil de poésies de François (de Neufchâteau), et en fit ordonner le dépôt à la bibliothèque. Le roi par une faveur particulière lui conféra le titre de baron héréditaire, en récompense du dévouement de son père et de sou oncle qui montèrent tous deux à l'échafaud en 1793 et 1794, et il fut en outre nommé le 26 juillet 1815, président du collége électoral de son arrondissement, puis élu député du département de la Vendée à la chambre dis soute par l'ordonnance du 5 septembre

1816.

DUFOUR (G.-J.), général de division, commandeur de la légion d'honneur, etc., né le 15 mars 1758 à SaintSeine en Bourgogne.

Il entra au service dans le régiment de Nivernois où il devint fourrier, et passa ensuite dans l'administration de la marine à Rochefort. Devenu major de la garde nationale de cette ville au commencement de la révolution, il partit bientôt pour la frontière à la tête d'un bataillon de volontaires de la Charente, faisait partie de la garnison de Verdun lorsque cette ville se rendit aux Prussiens, et fut un des officiers qui refusèrent de signer la capitulation. II concourut encore avec son bataillon à la prise de Namur et à la conquête de la Belgique, et fat blessé à la bataille de Nerwinde. Nommé général de brigade en floréal, il fut employé dans la Vendée, remporta plusieurs avantages sur Charette dans le Bocage, et fut encore blessé à Montaigu. II passa quelques temps après à l'armée du Rhin, fut fait prisonnier par les Autrichiens le 24 septembre 1795, après avoir reçu de nouveau plusieurs blessures, puis échangé contre le général

« PreviousContinue »