Page images
PDF
EPUB
[blocks in formation]

Néanmoins la donation ou le testament n'auront leur effet qu'autant que l'enfant sera né viable. C. 312, 725, 902, 1043.

307. Le mineur, quoique parvenu à l'âge de seize ans, ne pourra, même par testament, disposer au profit de son tuteur. C. 450, 894, 895, 202, 904.

Le mineur, devenu majeur, ne pourra disposer, soit par donation entreviss, soit par testament, au profit de celui qui aura été son tuteur, si le compte définitif de la tutelle n'a été préalablement rendu et apuré. C. 471, 472. Pr. 527 s.

Sont exceptés, dans les deux cas ci-dessus, les ascendants des mineurs, qui sont ou qui ont été leurs tuteurs. C. 402 s.

sos. Les enfants naturels ne pourront, par donation entre-vifs ou par testament, rien recevoir au-delà de ce qui leur est accordé au titre des Successions. (756 à 766.) C. 334, 723, 902.

909. Les docteurs en médecine ou en chirurgie, les officiers de santé et les pharmaciens qui auront traité une personne pendant la maladie dont elle meurt, ne pourront profiter des dispositions entre-vifs ou testamentaires qu'elle aurait faites en leur faveur pendant le cours de cette maladie. C. 894, 895, 902, 911..

Sont exceptées, 1° les dispositions rémunératoires faites à titre particulier, cu égard aux facultés du disposant et aux services rendus ; C. 1014;

2. Les dispositions universelles, dans le cas de parenté jusqu'au quatrième degré inclusivement, pourvu toutefois que le décédé n'ait pas d'héritiers en ligne directe; à moins que celui au profit de qui la disposition a été faite, ne soit lui-même du nombre de ces héritiers. C. 735 s., 1002, 2003. Les mêmes règles seront observées à l'égard du ministre du culte.

910. Les dispositions entre-vifs ou par testament, au profit des hospices, des pauvres d'une commune, ou d'établissements d'utilité publique, n'auront leur effet qu'autant qu'elles seront autorisées par une ordonnance royale. C. 537, 894, 895, 902, 937, 940, 2045.

911. Toute disposition au profit d'un incapable sera nulle, soit qu'on la déguise sous la forme d'un contrat onéreux, soit qu’on la fasse sous le nom de personnes interposées. C. 902, 907, 908, 909, 1106, 1350, 1352,

Seront réputés personnes interposées les père et mère, les enfants et descendants, et l'époux de la personne incapable. C. 1099, 1100, 1596,

917. (Abrogé par la loi du 14 juillet 1819*). On ne pourra disposer au profit d'un étranger, que dans le cas où cet étranger pourrait disposer au profit d'un Français.

CHAPITRE III.
DE LA PORTION DE BIENS DISPONIBLE, ET DE LA RÉDUCTION,

SECTION PREMIÈRE.

DE LA PORTION DE BIENS DISPONIBLE. 913. Les libéralités, soit par acte entre-vifs, soit par testament, ne

[blocks in formation]

(Loi du 14 juillet 1819.) 5. ci-dessus p. 83, note.

1. Les articles 726 et 912 du Code Civil sont abrogés. pourront excéder la moitié des biens du disposant, s'il ne laisse à son décès qu'un ensant légitime ; le tiers, s'il laisse deux enfants ; le quart, s'il en laisse trois ou un plus grand nombre. C. 723, 724, 731, 745 , 844, 845, 893, 894, 895, 904, 914 à 919,920 à 930, 1004, 1090, 1094, 1095, 1098.

auts de la

914. Sont compris dans l'article précédent, sous le nom d'enfants, les descendants en quelque degré que ce soit; néanmoins ils ne sont comptés que pour l'enfant qu'ils représentent dans la succession du disposant. C. 739, 740.

915. Les libéralités, par actes entre-vifs ou par testament, ne pourront excéder la moitié des biens, si, à défaut d'enfant, le défunt laisse un ou plusieurs ascendants dans chacune des lignes paternelle et maternelle; et les trois quarts , s'il ne laissse d'ascendants que dans une ligne. C. 723, 724, 731, 733, 746 s., 750, 844, 845, 893, 894, 895, 907, 916.

Les biens ainsi réservés au profit des ascendants, seront par eux recueillis dans l'ordre où la loi les appelle à succéder ; ils auront seuls droit à cette réserve, dans tous les cas où un partage en concurrence avec des collatéraux ne leur donnerait pas la quotité de biens à laquelle elle est fixée. C. 748, 749.

916. A défaut d'ascendants et de descendants, les libéralités par actes entre-vifs ou testamentaires pourront épuiser la totalité des biens. C.745 S.

917. Si la disposition par acte entre-viss ou par testament est d'un usufruit ou d'une rente viagère dont la valeur excède la quotité disponible, les héritiers au profit desquels la loi fait une réserve, auront l'option, ou d'exéculer cette disposition, ou de faire l'abandon de la propriété de la quotité disponible. C. 578, 588, 610, 893, 894, 895, 899, 913 à 915, 918, 949, 950, 1015, 1020, 1094, 1969.

918. La valeur en pleine propriété des biens aliénés, soit à charge de rente viagère , soit à fonds perdu , ou avec réserve d'usufruit, à l'un des successibles en ligne directe, sera imputée sur la portion disponible ; et l'excédant, s'il y en a, sera rapporté à la masse. Cette imputation et ce rapport ne pourront être demandés par ceux des autres successibles en ligne directe qui auraient consenti à ces aliénations, ni, dans aucun cas, par les successibles en ligne collatérale. C. 578, 736, 737, 829, 843, 913 à 915, 1968, 1969.

919. La quotité disponible pourra être donnée en tout ou en partie, soit par acte entre-viss, soit par testament, aux enfants ou autres successibles du donateur, sans être sujette au rapport par le donataire ou le légataire venant à la succession, pourvu que la disposition ait été faite expressément à titre de préciput ou hors part. C. 913 à 915, 1134.

La déclaration que le don ou le legs est à titre de préciput ou hors part, pourra être faite, soit par l'acte qui contiendra la disposition, soit postérieurement dans la forme des dispositions entre-vifs ou testamentaires. C. 723, 724, 843 s., 894, 895, 931, 969,

SECTION II. DE LA RÉDUCTION DES DONATIONS ET legs. 920. Les dispositions soit entre-vifs, soit à cause de mort, qui excèderont la quotité disponible, seront réductibles à celle quotité lors de

[blocks in formation]

l'ouverture de la succession. C.894, 895, 913 à 915, 921 à 930, 1090, 1496, 1969, 1970, 1973.

921. La réduction des dispositions entre-vifs ne pourra être demandée que par ceux au profit desquels la loi fait la réserve, par leurs héritiers ou ayants cause : les donataires, les légataires, vi les créanciers du défunt, ne pourront demander cette réduction, ni en profiter. C. 857, 894, 913 à 915, 925, 1166, 1167.

922. La réduction se détermine en formant une masse de tous les biens existants au décès du donaleur ou testateur. On y réunit fictivement ceux dont il a été disposé par donations entre-viss, d'après leur état à l'époque des donations et leur valeur au temps du décès du donateur. On calcule sur tous ces biens, après en avoir déduit les dettes, quelle est, eu égard à la qualité des héritiers qu'il laisse , la quotité dont il a pu disposer. C.829 s., 844 s., 870 s., 894.

923. Il n'y aura jamais lieu à réduire les donations entre-vifs, qu'après avoir épuisé la valeur de tous les biens compris dans les dispositions testamentaires; et lorsqu'il y aura lieu à cette réduction, elle se fera en commençant par la dernière donation, et ainsi de suite en remontant des dernières aux plus anciennes. C. 894, 925.

924. Si la donation entre-vifs réductible a été faite à l'un des successi bles, il pourra retenir, sur les biens donnés, la valeur de la portion qui lui appartiendrait, comme héritier, dans les biens non disponibles, s'ils sont de la même nature. C. 826, 858 s., 866 s., 894, 913 à 915.

925. Lorsque la valeur des donations entre-vifs excèdera ou égalera la quotité disponible, toutes les dispositions testamentaires seront caduques. C.824, 825, 913 à 915, 921 s., 1039 à 1043.

926. Lorsque les dispositions testamentaires excèderont, soit la quotité disponible, soit la portion de cette quotité qui resterait après avoir déduit la valeur des donations entre-vifs, la réduction sera faite au marc le franc, sans aucune distinction entre les legs universels et les legs particuliers. C. 824, 825, 844, 870, 913 à 925, 927, 1002, 1009, 1024.

927. Néanmoins, dans tous les cas où le testateur aura expressément déclaré qu'il entend que tel legs soit acquitté de préférence aux autres, cette préférence aura lieu ; et le legs qui en sera l'objet, ne sera réduit qu'autant que la valeur des autres ne remplirait pas la réscrve légale. C. 711, 825, 926, 1009, 1015, 1024, 1134.

948. Le donataire restituera les fruits de ce qui excèdera la portion disponible, à compter du jour du décès du donateur, si la demande en réduction a été faite dans l'année; sinon, du jour de la demande. C. 583, 584, 824, 856, 913 à 915, 920,958, 962.

929, Les immeubles à recouvrer par l'effet de la réduction, le seront sans charge de dettes ou hypothèques créées par le donataire. C. 824. 865, 920, 2125.

930. L'action en réduction ou revendication pourra être exercée par les héritiers contre les tiers détenteurs des immeubles faisant partie des donations ct aliénés par les donataires, de la même manière et dans le même ordre que contre les donataires eux-mêmes, et discussion préalablement faile de leurs biens. Cette action devra être exercée suivant l'ordre

it à charge de uit, à l'un de disponible; et putation et cu Jccessibles a Dis aucun cas 329,845,91

ou en partie. tres succati ou le leatain espressément

ou bors part 1, soit post dentaires,

1, qui ence otité lors de

des dates des aliénations, en commençant par la plus récente. C. 724, 913 à 915, 923, 2021 s., 2262, 2265.

. CHAPITRE IV.
DES DONATIONS ENTRE-VIFS *.

SECTION PREMIÈRE.

DE LA FORME DES DONATIONS ENTRE-VIFS. 931. Tous actes portant donation entre-viss seront passés devant notaires, dans la forme ordinaire des contrats; et il en restera minute, sous peine de nullité, C. 711, 893, 894, 896 s., 901 s., 913 s., 920 s., 953 s., 1048 s., 1075 s., 1081 s., 1091 s., 1105, 1317,1339, 1340.

932. La donation entre-viss n'engagera le donateur, et ne produira aucun effet, que du jour qu'elle aura été acceptée en termes exprès. C. 894, 933 à 939, 942, 948, 1084, 1085, 1087.

L'acceptation pourra être faite du vivant du donateur, par un acte postérieur et authentique, dont il restera minute ; mais alors la donation n'aura d'effet, à l'égard du donateur, que du jour où l'acte qui constatera cette acceptation lui aura été notifié. C. 1317, 1690.

933. Si le donataire est majeur, l'acceptation doit être faite par lui, ou, en son nom, par la personne fondée de sa procuration, portant pouvoir d'accepter la donation faite, ou un pouvoir général d'accepter les donations qui auraient été ou qui pourraient être faites. C.488,894, 931, 932,935, 1985, 1987.

Cette procuration devra être passée devant notaires; et une expédition devra en être annexée à la minute de la donation, ou à la minute de l'acceptation qui sera faite par acte séparé. C. 1317.

934. La femme mariée ne pourra accepter une donation sans le consentement de son mari, ou, en cas de refus du mari, sans autorisation de la justice, conformément à ce qui est prescrit par les articles 217 et 219, au titre du Mariage. C. 213, 894,905, 931, 932, 940,942, 1029, 1087.

935, La donation faite à un mineur non émancipé ou à un interdit, devra être acceptée par son tuteur, conformément à l'article 463, au titre de la Minorité, de la Tutelle et de l'Emancipation. C. 388, 489, 509,894, 931, 932, 940, 942, 1087.

Le mineur émancipé pourra accepter avec l'assistance de son curateur. C. 476 à 479, 480 à 484.

Néanmoins les père et mère du mineur émancipé ou non émancipé, ou les autres ascendants, même du vivant des père et mère, quoiqu'ils ne soient ni tuteurs ni curateurs du mineur, pourront accepter pour lui.

936. Le sourd-muet qui saura écrire, pourra accepter lui-même ou par un fondé de pouvoir. C. 894, 931, 932, 933, 979, 1317. - 1. cr. 333.

S'il ne sait pas écrire, l'acceptation doit être faite par un curateur nommé à cet eflet, suivant les règles établies au titre de la Minorité, de la Tutelle et de lEmancipation. C. 406 s.

937. Les donations faites au profit d'hospices, des pauvres d'une commune, ou d'établissements d'utilité publique, seront acceptées par les ad

* V. art.-C.25, 123, 217, 463, 509, 601, 701, 747, 1121, 1339, 1310, 1403, 1422, 1553, 1556, 1837, 1969, 2135, 2188, 2189. - Pr. 581. — Co. 446, 557, 558.

[ocr errors][merged small]

ministrateurs de ces communes ou établissements, après y avoir été dūment autorisés. C. 894, 910, 931, 932, 940.

938. La donation dûment acceptée sera parfaite par le seul consentement des parties; et la propriété des objets donnés sera transférée au donataire, sans qu'il soit besoin d'autre tradition. C. 711, 894, 931, 932, 1108 s., 1134, 1339, 1340.

939. Lorsqu'il y aura donation de biens susceptibles d'hypothèques, la transcription des actes contenant la donation et l'acceptation, ainsi que la notification de l'acceptation qui aurait eu lieu par acte séparé, devra être faite aux bureaux des hypothèques dans l'arrondissement desquels les biens sont situés. C. 894, 931, 932, 940 à 942,958, 1069 à 1073, 2108, 2114, 2118, 2181 s.

940. Cette transcription sera faite à la diligence du mari, lorsque les biens auront été donnés à sa femme; et si le mari ne remplit pas cette formalité, la femme pourra y faire procéder sans autorisation. C. 213, 934, 939, 941,942.

Lorsque la donation sera faite à des mineurs, à des interdits, ou à des établissements publics, la transcription sera faite à la diligence des tuteurs, curateurs ou administrateurs. C. 388, 389, 450, 480, 489, 935 à 937, 941, 1069 s.

941. Le défaut de transcription pourra être opposé par toutes personnes ayant intérêt, excepté toutefois celles qui sont chargées de faire faire la transcription, ou leurs ayants cause, et le donateur. C. 940, 1070, 1071,

i ne prodain des esprés, l.

ur un acte per Honation D'Aura onstatera cet

faite par lui. Hortant pour er les donate

1072.

[merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small]

942. Les mineurs, les interdits, les femmes mariées, ne seront point restitués contre le défaut d'acceptation ou de transcription des donations ; sauf leur recours contre leurs tuteurs ou maris, s'il y échet, et sans que la restitution puisse avoir lieu, dans le cas même où lesdits tuteurs et maris se trouveraient insolvables, C. 213, 388, 389, 450, 489, 894, 931, 932, 939,940, 941, 1073, 1074, 1382, 1383.

943. La donation entre-vifs ne pourra comprendre que les biens présents du donateur; si elle comprend des biens à venir, elle sera nulle à cet égard. C. 894, 931, 947, 1076, 1082 s., 1093 s., 1130.

944. Toute donation entre-vifs faite sous des conditions dont l'exécution dépend de la seule volonté du donateur, sera nulle. C. 900, 945, 947, 1086, 1170, 1174.

945. Elle sera pareillement nulle, si elle a été faite sous la condition d'acquitter d'autres dettes ou charges que celles qui existaient à l'époque de la donation, ou qui seraient exprimées, soit dans l'acte de donation, soit dans l'état qui devrait y être annexé. C. 900,944, 947, 1086,1170, 1174.

946. En cas que le donateur se soit réservé la liberté de disposer d'un ellet compris dans la donation, ou d'une somme fixe sur les biens donnés : s'il meurt sans en avoir disposé, ledit effet ou ladite somme appartiendra aux héritiers du donateur, nonobstant toutes clauses et stipulations à ce contraires. C. 6,724, 900, 947, 1086.

947. Les quatre articles précédents ne s'appliquent point aux donations dont est mention aux chapitres VIII et IX du présent litre (1081 à 1090 et 1091 à 1100).

émancipe was quoiqu'k u pour lui. lui-meile ir

Uratur in writi, del

s d'une cats par le

« PreviousContinue »