Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]

:

au vain

aimer Dieu parfaitement & de tout notre 5 cæur en cette vie, ce cøur étant partagé

par tant d'objets differens , qui sont com-
me une glu qui l'attache à la terre & l'em-
pêche de s'élever vers cette unité ado-
rable dans laquelle il doit être consommé.
C'est
par nos

sens
que

notre ame s'ouvre &'s'attache à cette multiplicité d'objets

qui ne sont point fon Dieu , & qui ne e

peuvent par conséquent la rendre heureuse. Onabeau lui crier en cette vie :O mon ame ne te laisle

pas

aller amour des créatures. Jusques à quand te

laisseras-tu appesantir & entraîner vers e la terre pour aimer la vanité & chercher

le mensonge ? Pourquoite répans-tu dans des ouvrages du Créateur , au lieu de t'attacher au Créateur même uniquement ? Pourquoi suis-tu les sens de ta chair qui ne cherchent qu'à te corrompre par l'a-mour des, beautez périssables; au lieu de les obliger à te suivré vers cette beauté souveraine qui est seule ton veritable bien ?

Quelques efforts qu'elle fasse pour se détacher des créatures sensibles & corporelles , elle tient toujours à quelqu'une pendant qu'elle est unie à celle qui est fa prison & qui fait la servitude , sa tenta

tion, & fon inquiétude ici-bas. Venez donc la délivrer, ô beauté seule aimable. Dieu tout-puissant, changez ma demeure, montrez-moi votre visage, & je serai sauvé. Mettez mon ame en état de ne dépendre plus de ces sens., & de n'en être plus captive. Puisqu'elle cherche son repos dans ce qu'elle aime, séparez-la des choses qui passent., & attirez-la à vous qui êtes éternel & immuable; afin qu'elle n'aime que vous & ne se repose qu'en vous. Car de quelque côté qu'elle se tourne ici-bas , toutes les choses qu'elle cherche hors d'elle-même & hors de vous, ne peuvent faire son repos ; & elle n'en aura

point jusqu'à ce qu'elle ne soit plus occupée que de vous, qu'elle n'aime plus que vous, qu'elle ne fe repose plus qu'en vous.

III. [ La troisiéme necessité, est celle de por: ter pendant toute la vie une volonté contraire à celle de Dieu; de sentir en nousmêmes un fond d'oppofition à cette charité infinie , qui est Dieu même; & de vivre avec son ennemi capital , non dans une même maison, mais dans un même corps. Car les plus saints tant qu'ils sont ici - bas, éprouvent ces combats de la

chair

chair contre l'esprit ; &. de la volonté Corrompuë contre la volonté regenerée. Ils sentent souvent ces vaines joyes qui meritent d'être pleurées , combattre en eux-mêmes avec les heureuses trifteffes dont ils devroient se réjouir , & ils ne sçavent de quel côté tourner la victoire.

Seigneur , ayez pitié de moi, vous qui êtes mon medecin & mon libérateur. Je sçai que votre gráce me peut faire vaincre tout ce qui vous eft opposé en moi, mais c'est encore une plas grande grace de n'avoir plus à combattre aucune inclination qui vous soit contraire, & d'être par une sainte mort en état de vous être attache par toute ma volonté, & de vous être foûmis fans combat, sans péril , sans aucune réfistance de cette partie de moimême, qui est ma honte & ma confusion.

Soupirons donc après le moment qui doit tirer notre cour de cette servitude. Crions sans cefle vers Dieu avec David: Délivrez-moi, Seigneur , de mes necessitez, & de tout ce qui empêche mon coeur de s'aller perdre dans le sein de la charité même. Puisqu'il n'aimers Dieu 'autant qu'il le doit aimer , c'est-à-dire de tout lui-même, que quand sa volonté sera parfaitement assujettie à la fienne, que le

K

vrai Chrétien dise à tout moment avec une fainte ardeur : Notre Pere qui êtes dans le ciel, & qui n'êtes parfaitement connú , aimé & obéi que dans le ciel. Que votre volonté soit faite en la terré comme au ciel. Tirez-moi à vous dans ce séjour aimable de la vraie charité. Faites-moi accomplir tous vos desfeins & toutes vos volontez sur la terre; & afin que je les accompliffe encore plus parfaitement par un amour consommé, ouvrez-moi votre sein , & attirez-moi à vous: Fiat voluntas tua ficut in coelo & in terra. POUR LE MATIN.

Vertu. LA CHARITE'. 'Ecriture , dit saint Augustin , ne

la mande autre chose que la charité. En effet fans la charité, la Religion est un corps fans ame, la foi est inutile, l'esperance eft vaine , la pieté n'est qu'hypocrisie , les vertus, font fausses , & le martyre même ne sert de rien. Et au contraire tout eft bon , tout est utile & avantageux par la charité. C'est pourquoi toute l'application du Chrétien doit tendre à for

[ocr errors]

mer cette vertu dans son coeur. C'est la robe nuptiale fans laquelle se présenter au banquet celeste & aux nốces de l'Agneau, c'eft en vouloir être exclus honteusement. Il faut donc bien inéditer ce double précepte de l'amour de Dieu & du prochain que Jesus-Christ nous a donné de nouveau, & dont l'esprit & la grace eft

proprement ce qui l'a fait descendré du ciel pour s'incarner , & pour nous la mériter par le sacrifice de son sang & de sa mort sur la croix. Que nous serons heureux , si en nous appliquant ses mérites & en exerçant sur nous son souverain pouvoir, il se fait aimer de nous , & comme Dieu & comme Homme-Dieu, en nous faisant accomplir exactement & de bon caur tout ce qu'il demande de nous. Car c'est-là la marque veritable,& qui ne trompe point, de l'amour que nous avons pour Dieu & pour Jesus-Christ : & c'est Jesus-Christ même qui nous l'a donnée : Si vous m'aimez, gardez mes commandemens. Plus donc nous aurons de zele pour la loi de Dieu, & que nous aimerons à la connoître, à nous en remplir , à nous y soûmettre , plus nous aurons de quoi nous alsûrer de notre amour pour Dieu. Mais souvenons-nous- toajours que

« PreviousContinue »