Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]

:

au vain

aimer Dieu parfaitement & de tout notre 5 cæur en cette vie, ce cøur étant partagé

par tant d'objets differens , qui sont com-
me une glu qui l'attache à la terre & l'em-
pêche de s'élever vers cette unité ado-
rable dans laquelle il doit être consommé.
C'est
par nos

sens
que

notre ame s'ouvre &'s'attache à cette multiplicité d'objets

qui ne sont point fon Dieu , & qui ne e

peuvent par conséquent la rendre heureuse. Onabeau lui crier en cette vie :O mon ame ne te laisle

pas

aller amour des créatures. Jusques à quand te

laisseras-tu appesantir & entraîner vers e la terre pour aimer la vanité & chercher

le mensonge ? Pourquoite répans-tu dans des ouvrages du Créateur , au lieu de t'attacher au Créateur même uniquement ? Pourquoi suis-tu les sens de ta chair qui ne cherchent qu'à te corrompre par l'a-mour des, beautez périssables; au lieu de les obliger à te suivré vers cette beauté souveraine qui est seule ton veritable bien ?

Quelques efforts qu'elle fasse pour se détacher des créatures sensibles & corporelles , elle tient toujours à quelqu'une pendant qu'elle est unie à celle qui est fa prison & qui fait la servitude , sa tentation, & son inquiétude ici-bas. Venez donc la délivrer , ô beauté seule aimable, Dieu tout-puissant, changez ma demeure, montrez-moi votre visage, & je serai sauvé. Mettez mon ame en état de ne dépendre plus de ces sens., & de n'en être plus captive. Puisqu'elle cherche son repos dans ce qu'elle aime, séparez-la des choses qui passent., & attirez-la à vous qui êtes éternel & immuable; afin qu'elle n'aime que vous & ne se repose qu'en vous. Car de quelque côté qu'elle se tourne ici-bas , toutes les choses qu'elle cherche hors d'elle-même & hors de vous, ne peuvent faire son repos ; n'en aura

point jusqu'à ce qu'elle ne soit plus occupée que de vous, qu'elle n'aime plus que vous, qu'elle ne se repose plus qu'en vous.

III. La troisiéme necessité, est celle depor: ter pendant toute la vie une volonté contraire à celle de Dieu ; de sentir en nousmêmes un fond d'opposition à cette charité infinie , qui est Dieu même; & de vivre avec son ennemi capital , non dans une même maison, mais dans un même corps. Car les plus saints tant qu'ils sont ici - bas, éprouvent ces combats de la

& elle

chair

ܪܐ

chair contre l'esprit ; &. de la volonté Corrompuë contre la volonté regenerée. Ils sentent souvent ces vaines joyes qui meritent d'être pleurées , combattre en eux-mêmes avec les heureuses trifteffes dont ils devroient se réjouir , & ils ne sçavent de quel côté tourner la victoire.

Seigneur , ayez pitié de moi, vous qui êtes mon medecin & mon libérateur. Je sçai que votre gráce me peut faire vaincre tout ce qui vous eft opposé en moi, mais c'est encore une plas grande grace de n'avoir plus à combattre aucune inclination qui vous soit contraire, & d'être par une sainte mort en état de vous être attache par toute ma volonté, & de vous être foûmis fans combat, sans péril , sans aucune réfistance de cette partie de moimême, qui est ma honte & ma confusion.

Soupirons donc après le moment qui doit tirer notre cour de cette servitude. Crions sans cefle vers Dieu avec David: Délivrez-moi, Seigneur , de mes necessitez, & de tout ce qui empêche mon coeur de s'aller perdre dans le sein de la charité même. Puisqu'il n'aimers Dieu 'autant qu'il le doit aimer , c'est-à-dire de tout lui-même, que quand sa volonté sera parfaitement assujettie à la fienne, que le

K

vrai Chrétien dise à tout moment avec une sainte ardeur : Notre Pere qui êtes dans le ciel, & qui n'êtes parfaitement connú , aimé & obéi que dans le ciel. Que votre volonté soit faite en la terré comme au ciel. Tirez-moi à vous dans ce séjour aimable de la vraie charité. Faites-moi accomplir tous vos desfeins & toutes vos volontez sur la terre; & afin que je les accomplisfe encore plus parfaitement par un amour consommé, ouvrez-moi votre sein , & attirez-moi à vous: Fiat voluntas tua ficut in coelo & in terra. POUR LE MATIN.

Vertu. LA CHARITE'. 'Ecriture , dit saint Augustin , ne

la mande autre chose que la charité. En effet sans la charité, la Religion est un corps fans ame, la foi est inutile, l'esperance est vaine , la pieté n'est qu'hypocrisie , les vertus, font fausses , & le martyre même ne sert de rien. Et au contraire tout eft bon, tout est utile & avantageux par la charité. C'est pourquoi toute ľapplication du Chrétien doit tendre à for

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

mer cette vertu dans son coeur. C'est la robe nuptiale fans laquelle se présenter au banquet celeste & aux nốces de l'Agneau, c'eft en vouloir être exclus honteusement. Il faut donc bien inéditer ce double précepte de l'amour de Dieu & du prochain que Jesus-Christ nous a don

' né de nouveau, & dont l'esprit & la grace eft

proprement ce qui l'a fait descendre du ciel pour s'incarner , & pour nous là mériter par le sacrifice de fon sang & de fa mort sur la croix. Que nous serons heureux , fi en nous appliquant ses mérites & en exerçant sur nous son souverain pouvoir, il se fait aimer de nous , & comme Dieu & comme Homme-Dieu, en nous faisant accomplir exactement & de bon cour tout ce qu'il demande de nous. Car c'est-là la marque veritable,& qui ne trompe point, de l'amour que nous avons pour Dieu & pour Jesus-Christ : & c'est

, Jesus-Christ même qui nous l'a donnée : Si vous m'aimez, gardez mes commandemens. Plus donc nous aurons de zele pour la loi de Dieu, & que nous aiméröns à la connoître , à nous en remplir , à nous y soûmettre , plus nous aurons de quoi nous affärer de notre amour pour Dieu... Mais souvenons-nous toujours que

.

O

« PreviousContinue »