Page images
PDF
EPUB

rité, je ne ferois rien.

S. Et quand j'aurois diftribué tout mon bien pour nourrir les pauvres ; & que faurois livré mon corps pour être brûlé, fi je n'avois point la charité, tout cela ne me ferviroit de rien.

4. La charité eft patiente; elle eft douce: la charité n'eft point envieuse; elle n'eft point téméraire & précipitée:

5. Elle ne s'enfle point d'orgueil : elle n'eft point dédaigneufe: elle ne cherche point fes propres interêts: elle ne fe pique, & ne ne s'aigrit point: elle n'a point de mauvais foupçons:

6.Elle ne fe rejoüit point de l'injuftice: mais elle fe rejouit de la verité :

7. Elle tolere tout, elle croit tout, elle efpere tout, elle fouffre tout.

8.La charité ne finira jamais. Les propheries s'aneantiront: les langues cefferont, & la science fera abolie.

9. Car ce que nous avons maintenant de fcience & de prophetie, eft très-imparfait.

10. Mais lorfque nous ferons dans l'état parfait, tout ce qui eft imparfait fera aboli.

II. Quand j'étois enfant, je parlois en enfant, je jugeois en enfant, je raison

nois

nois en enfant : mais lorfque je fuis devenu homme, je me fuis défait de tout ce qui tenoit de l'enfant.

12. Nous ne voyons maintenant que comme en un miroir, & en des énigmes; mais alors nous verrons Dieu face à face. Je ne connois maintenant Dieu qu'im parfaitement, mais alors je le connoîtrai comme je fuis moi-même connu de lui.

13. Or ces trois vertus, la foi, l'efperance & la charité demeurent ; mais la charité eft la plus. excellente des trois.

[ocr errors][ocr errors]

£££££❀❀❀❀

JEUDY, V. JOURNE'E. La mort defirable au Chrétien com.. me image de Dieu, pour fe nourrir du pain de la verité éternelle.

Panem noftrum fuperfubftantialem da

nobis hodie.

Donnez-nous aujourd'hui notre pain plus que fubftantiel.

D

IEU fe peint lui-même en fe con templant & fe connoiffant, & le fruit éternel de cette connoissance éternelle, c'eft for Verbe & fa Verité, fon Fils & fon Image, la fplendeur de fa gloire, & le Caractere de fa fubftance. Le Pere ne peut fe connoître dans fon Fils, ni le Fils connoître fon Pere fans s'aimer mutuellement. Cet amour fe termine à la production du Saint Efprit, qui eft le lien facré & l'amour fubftantiel & confubftantiel du Pere & du Fils, par

[ocr errors][ocr errors]

qui Dieu s'aime lui-même, fe repofe en lui-même, jouit de lui-même, & eft heureux de lui-même.

L'homme étant fait à l'image de Dieu, a été créé capable de le connoître & de Paimer, c'eft-à-dire, de connoître & d'aimer la verité éternelle. C'eft en quoi confifte principalement fa reffemblance avec Dieu. C'est ce qui doit faire fa perfection en cette vie. C'eft ce qui doit faire fon bonheur dans l'éternité. Mais il a effacé en lui-même par le peché cette divine reffemblance, que la main de fon Créateur avoit formée en lui; & ayant été fait femblable à la verité, comme parle faint Auguftin, il eft devenu en pechant femblable à la vanité : Homo. vanitati fimilis factus eft.

Il a fallu une nouvelle création pour former de nouveau dans l'homme cette divine reffemblance; & c'eft pour en faire revivre les traits, mais avec avantage, que d'enfant d'Adam qu'il eft par fa premiere naiffance où il porte l'image de cet homme terreftre, il eft fait dans fa feconde naiffance enfant de Dieu, membre de Jefus-Chrift, & difciple du faintEfprit. C'eft cet Efprit faint qui imprime en nous l'image de Dieu; & tout ce

qu'il fait dans le cœur du Chrétien de-puis qu'il en a pris poffeffion dans le Batême, c'eft d'y former l'image de Dieu fur le modele de Jefus-Chrift, qui en eft l'image originale, éternelle & fubfiftante. C'est par la connoiffance de la verité qu'elle commence à être établie en nous. C'eft en nous nourriffant de la verité qu'elle s'y perfectionne ; mais ce ne peut être que par la vûë de la verité même dans fa fource, que nous arriverons à la parfaite reffemblance à laquelle nous fommes appellez. (a) Nous sommes déja enfans de Dieu; mais ce que nous ferons un jour ne paroît pas encore. Nous fçavons que lorfque Fefus-Chrift paroîtra dans fa gloire, nous ferons femblables à lui, parce nous le verrons tel qu'il eft.

Oui nous la verrons telle qu'elle eff cette verité éternelle: In lumine videbimus lumen. C'est dans la lumiere même que nous verrons cette lumiere immuable, cette clarté vivante, cette fource de vie, cette Verité effentielle, ce pain de l'ame chrétienne, dont la faim devroit brûler & confumer notre cœur ; que nous devons chercher de toutes les forces de. notre ame; que nous devons demander

Gay1. Ep, de faint Jean, 3. 20...

« PreviousContinue »