Page images
PDF
EPUB

ayant vû d'autres qui se te. ro otiofos , eo dixit illis: noient dans la place sans Ite don vos in vineam rien faire , il leur dit : Al- meam, co quod juftum lez-vous en aufsi vous au- fúerit dabo vobis. illi tres à ma vigne, & je vous Autem abiérunt. Iterùm donnerai ce qui sera raison autem éxiit circa sexnable ; & ils s'y en allerent. tam dos nonam horam : Il sortit encore sur la fixié- dos fecit fimiliter. Circa me & sur la neuviéme heu. undécimam verò éxiit, re du jour, & fit la même do invénit álios stantes, chose. Enfin étant sorti sur, & dicit illis : Quid hic l'onziéme heure, il en trou- ftatis totâ die oriófi ? va d'autres qui étoient là Dicunt ei : Quia nemo fans rien faire, ausquels il nos condúxit.

Dicit illis: dit : Pourquoi demeurez- Ite vos in vineam vous là le long dujour fans meam.Cùm serò autem travailler ? Parce , lui di- factum esset , dicit rent-ils, que personne ne minus vinea procurátonous a loués. Et il leur dit ; ri suo : Voca operários , Allez - vous-en aussi vous en redde illis mercédem, autres à ma vigne. Le soir incipiens à novissimis étant venu , le maître de la usque ad primos, Cùm vigne dit à celui qui avoir veniffent ergo qui circa le soin de ses afaires : Ape- undécimam horam lez les ouvriers, & payez-' nerant , acceperunt sina les, en commençant depuis gulos denários. Venién. les derniers jusqu'aux pre- tes autem de primi, armiers. Ceux donc qui n'é- bitrá!i sunt quòd plus toient venus à la vigne que effent acceptúri : accevers l'onziéme heure, s'é- pérunt autem doo ipsi çant aprochés, reçûrent singulos denários. Et chacun un denier. Ceux qui accipiéntes murmurá. avoient été loués les pre- bant adversus patremmiers venant à leur tour, familias, dicéntes : Hi crurent qu'on leur donne- novissimi una hora fe, roit davantage : mais ils cérunt , dos pares illos ne reçîrent non plus qu'un nobis fecisti, qui poriá. genier chacun : & en le re. vimus pondus diéi, es

[ocr errors]

afds. At ille refpóndens cevant ils murmuroient emi eórum, dixit: Amé contre le pere de famille , ce, nonfácio tibi injú- en disant : Ces derniers riam : nonne ex denário n'ont travaillé qu'une heuconvenisti mecum ? Tol- re , & vous les rendez éle quod tuum eft,do va- gaux à nous,qui avons porde : volo autem do huic té le poids du jour & de la noviffimo dare ficut de chaleur. Mais pour réponse tibi. Aut non licet mihi, il dit à l'un d'eux : Mon aquod volo , fácere ? an mi, je ne vous fais point éculus tuus nequam eft, de tort : n'êtes-vous pas quia ego bonus fum ? convenu avec inoi d'undeSic erunt novissimi pri- nier pour votre journée ? Premi, do primi novissimi. nez ce qui vous apartient, Multi enim sunı vocá. & vous en allez: pour moi, ti , pauci verè elécti. je veux donner à ce dernier Credo.

autant qu'à vous. Ne m'estil donc pas permis de faire ce que je veux ? Et votre vil est-il mauvais : parceque je suis bon ? Ainti les derniers seront les premiers , & les premiers seront les derniers: parcequ'il y en a beaucoup d'apelés, mais

peu

d'élûs.

OFERTOIR E. Ps. 91.
Bonum eft confitéri Il est bon de louer le Sei.
Dómino, e psállere nó- gneur : il est bon de chan-
mini tuo, Altiffime. ter la gloire de votre noin,

Ô Très-haut,

SECRETE. MY precibúsque suscéptis, & nos dons : purificz-nous caléfiibus nos munda par vos faints myfteres ; & mystériis , dos clementer faites-nous sentir , en nous _exáudi ; Per Dóminum. éxauçant, les éfets de votre

bonté ; Par N. S. La Secrete, Exaudi, p. 136. la troisiéme à la volonté du célébrant.

Vnéribus noftris , R Seigneur, nos prières

COMMUNION. Pf. 30. Seigneur regardez votre Illúmina fáciem tuam serviteur d'un æil favora- super fervum tuum, doo ble, fauvez-moi par votre salvum me fac in tuz miséricorde, & ne perme. misericórdia : Dómine , tez pas que je fois confon- non confúndar, quódu, puisque je vous ai in- niam invocávi te. voqué.

POST COMMUNION.
Ue vos fideles,Ô Dieu, Fidéles tui, Deus,per

soient fortifiés par vos tua dona firméntur: dons ; afin qu'en les rece- ut éadem dos percipiénvant, ils les recherchent; do requirant , qua& qu'en les recherchant, ils réndo fine fine perciles reçoivent éternèlement; piant ; Per Dóminum Par notre Seigneur, noftrum.

La seconde Postcommunion, Mundet, p. 137.la trois Jiéine à la volonté du Célébrant,

nem

LE DIMANCHE DE LA SEX AGESIME,

INIR Oï T. Pf. 43. L pcurquoi paroillez Evez-vous, Seigneur ; EXúrge,quare obdýr

mis, Dómine? exúr, vous dormir (i profondé- ge, es ne repéllas in fiment ? Levez-vous , & ne ; quare fáciem Loyez pas toujours sourd à tuam avértis, oblivif; nos cris. Pourquoi détour- ceris tribulatiónem nonez vous vos yeux de des. ftram ? adhafit in terra fus nous? Pourquoi oubliez- venter noter : exurge, vous nos milercs , & nos Dómine , ádjuva nos, aflictions ? notre ventre est g libera nos. contre terre : levez-vous Seigneur; venez à notre secours, & délivrez-nous.

Pf. Seigneur, nous avons Ps. Deus, áuribus noentendu de nos oreilles , & ftris audivimus: patres posperes nous out anencé noftri annuntiavérung

nobis. Glória.

les merveilles que vous av vez operées dans leur tems. Gloire.

COLECT E. -45 , cón/picas,

Dieu qui voyez que quia ex nulla nostra aétióne confidimus:cor

con- confiance dans aucune de céde propitius , ut con- nos Quvres ; acordez-nous tra adversu ómnia, Do- par votre bonté, que l'alli&óris Géntium prote- Itance du Docteur des na&ióne muniámur; Per tions, nous fortifie contre Dóminum noftrum. tous les maux qui nous en

vironnent; Par N. S. La Colečte A cunctis, p. 134. la troisienie à la vos lonté du Célébrant. Lecture de la 2e Epitre de S. Paul aux Cor. 11, 19,

Lil énier

· fuf- Es Freres, Etant sages fértis infipiéntes comme vous êtes, cum fitis ipji Sapiéntes

. vous soufrez sans peine les Suftinétis enim fi quis imprudens. Vous soufrez vos in servitátem rédi- même qu'on vous asservilgit, fi quis dévorat, fi fe ; qu'on vous mange ; quis áccipit, fi quis ex- qu'on prenne votre bien ; tóllitur, fi quis in fáciem qu'on vous traite avec hauvos cadit. Secánilùm i- teur; qu'on vous frape aiz: gnobilitátem dico,quafi 'visage. C'est à ma confunos infirmi fuerimus in lion que je le dis, puisque hac parte. In quo quis nous passons pour avoir été audet ( in infipiéntia trop foibles en ce point, dico ) åndeo ego. He. Mais puisqu'il y en a qui brai sunt? dego.Ifraë- font li hardis à parler d'euxlitæ funt? ego. Semen mêmes, je veux bien faire Abraha funt ? ego. une imprudence en me Ministri Christi funt ? rendant aussi hardi qu'eux. ( ut minus fapiens dico) Sont-ils Hebreux ? Je le fuis plus ego , in laboribus aussi. Sont-ils Ifraëlites ? plurimis , in carceribus Je le suis aussi. Sont-ils de abundántius, in plagis la race d'Abraham : J'en

[ocr errors]

fuis aussi, Sont-ils Mini- supra modum, in mortis stres de Jesus - Christ? bus frequenter. A fuQuand je devrois passer dais quinquies,quadrapour imprudent, j'ose dire génas,una minus, accéque je le suis encore plus pi. Ter virgis cæfus fum, qu'eux. J'ai plus soufert de femel lapidátus fum , travaux,plus reçu de coups, ter naufragium feci , plus enduré de prisons. Je nocte o die in profúnme suis souvent vû tout do maris fui,in itinéria près de la mort. J'ai reçû bus sapè, periculis flúdes Juifs cinq diférentes minum, periculis latrófois, trente-neuf coups de num, periculis ex génefouet. J'ai été batu de ver- re , periculis ex Gentiges par trois fois, j'ai été bus,periculis in civitálapidé une fois , j'ai fait te, periculis in folitúdinaufrage trois fois

j'ai ne, periculis in mari, passé un jour & une nuit au periculis in falfis fráfond de la mer. J'ai été sou- tribus : in labóre do do vent dans les voyages, dans rúmna, in vigiliis mula les perils sur les fleuves ; ris, in fame dan fiti , in dans les perils des voleurs, jejuniis mulris, in fridans les perils de la part de gore da nuditáre : preceux de ma nation, dans ter illa

qua

extrinfecus les perils de la part des funt , inftántia mea payens, dans les perils au quotidiána, solicitudo milieu des villes , dans les imnium Ecclefiárum, perils au milieu des deserts, Quis infirmatur.don ego dans les perils sur mer,dans non infirmor ? quis les perils entre les faux fre- fcandalizátur, don ego res. J'ai soufert toutes sor- non uror ? Si gloriári 0tes de travaux & de fati- pórtet : quæ infirmitatis gues ; de frequentes veilles, meæ funt , gloriábor. la faim, la soif, beaucoup de Deus Pater Dómini jeûnes, le froid, & la nudi- noftri Jefu Chrifti, qui té. Outre ces maux, quine est benedictus in sécula, sont qu'exterieurs, le soin scit quòd non méntior. que j'ai de toutes les Egli. Damáseiprapósitusgen. les m’atire une foule d'afai- tis Arétæ regis,cuftodié.

« PreviousContinue »