Page images
PDF
EPUB

chaque tribu contre eux, les battit , tua cinq de leurs rois, ainsi que le prophète Balaam, et livra an pillage leurs villes, leurs villages et leurs châleaux. Il ordonna aux siens de tuer tous les habitans et leurs femmes, en épargnant toutes les filles qui se trouvèrent au nombre de trente-deux mille. Le butin s'éleva à plus de six cent soixante mille brebis, soixante-douze mille bæufs, soixanteun mille ânes : on. donna la moitié de ce butin au peuple, et l'autre aux lévites.

Après cette victoire, la tribu de Ruben et celle de Gad demandèrent à s'établir, ainsi que la moitié de la tribu de Manassés, dans les pays situés à l'orient du Jourdain. Moïse le leur accorda , à condition qu'elles y laisseraient les femmes et les enfans, et qu'elles marcheraient avec les autres tribus

pour les aider à conquérir le pays de Chanaan, dont les limites étaient au midi le désert de Sin, à l'orient la mer Morte, à l'occident la grande mer, et au nord la même mer jusqu'au Liban. Се

pays fut partagé d'avance entre les dix tribus qui devaient habiter au-delà du Jourdain. On décida

que les lévites auraient dans chaque lot des villes qui leur seraient exclusivement données : Moïse leur en réserya ainsi quarante-huit , dont six furent destinées à servir de refuge aux meurtriers et aux criminels, pour échapper aux vengeances privées, jusqu'au moment où la loi les aurait condamnés ou absous.

quarante années

Ces dispositions se prirent lorsque le peuple d'Israël , ayant quitté le mont Horeb, arriva dans une plaine du désert, près du Jourdain , et vis-àvis Jéricho. Les

que

les Israélites devaient passer dans le désert expiraient. Moïse monta sur la montagne de Phasya, d'où ses yeux découvrirent au-delà du Jourdain la terre promise, dans laquelle Dieu ne lui avait pas permis d'entrer. Il rappela aux Israélites les lois du Seigneur, ses promesses et ses menaces; il leur rappela qu'ils devaient exterminer tous les peuples de Chanaan, et ne point contracter d'alliance avec eux; il leur prescrivit d'effacer de la terre promise tous les vestiges de l'idolâtrie, et de n'offrir de sacrifices à Dieu que dans les lieux désignés pár lui. Il leur donna ensuite de nouveaux réglemens relatifs à leurs fêtes, à leur nourriture , à leurs habillemens, aux mariages, à la répudiation, aux sacrifices, à la dîme destinée aux lévites et aux parts qui devaient leur revenir dans les holocaustes. Les Hébreux reçurent aussi de leur législateur des ordonnances militaires qui réglaient le choix des combattans, et les cas où l'on pourrait être exempt de la milice. Ces ordonnances défendent de dévaster les champs, d'abattre les arbres fruitiers; elles veulent que les Hébreux, impitoyables pour les habitans du pays où ils doivent s'établir, fassent la guerre humainement contre les autres peuples,

[ocr errors]

proposent toujours la paix avant de commencer les hostilités, et ne se permettent ancun désordre dans les villes qui auraient capitulé.

Après avoir complété ce code de police, d'administration et de législation, Moise rassembla le peuple et lui dit : « J'ai cent vingt ans, et je ne » puis plus vous conduire. Dieu m'a défendu de » passer le Jourdain. Le Seigneur marchera de» vant vous. Ce sera lui-même qui guidera Josué. » Je le place, par son ordre, à votre tête. » Ensuite il adressa ces paroles à Josué: « Soyez ferme » et courageux, car c'est vous qui ferez entrer ce » peuple dans la terre que le Seigneur a juré à ses » pères de lui donner; et c'est vous aussi qui la » partagerez au sort entre les tribus. Ne vous » laissez point intimider : le seigneur traitera ces » nations comme il a traité les rois des Amor)) rhéens, et il les exterminera. ))

Les prêtres lurent alors la loi devant les Israélites qui en jurèrent de nouveau l'observation. Moïse enfin chanta devant Israël son dernier cantique, dont la prophétique éloquence, applaudie dans le désert, étonne encore les siècles éclairés: « Cieux, écoutez ce que je vais dire! Que la terre » entende les paroles de ma bouche! Que les vé» rités que j'enseigne soient comme la pluie qui » s'épaissit dans les nues! Que mes paroles se » répandent comme la rosée, comme les gouttes » de l'eau du ciel qui tombent sur l'herbe nais

Mort

v sante ; car je vais célébrer le nom du Seigneur. » Rendez l'honneur qui est dû à la grandeur de ) notre Dieu. Ses cuvres sont parfaites : ses voies » sont pleines d'équité. Dieu est fidèle dans ses » promesses : il est ennemi de toute iniquité. »

Après avoir adressé ses dernières prières au do Moïse. Seigneur, fait entendre au peuple ses dernières

prophéties, et donné à Josué ses dernières instructions, Moïse, dont la vue n'était point affaiblie , dont les dents n'étaient point ébranlées, dont la santé était dans toute sa vigueur, résigné aux ordres de Dieu , se sépara d'Israël, monta sur la montagne, et mourut ; nul homme n'a connu jusqu'à présent le lieu de sa sépulture. C'est ainsi que

la vie, les actions, les lois, les prédictions et la fin de Moïse, le plus ancien et le plus célèbre des législateurs.

Tout semble étonnant, tout paraît inconcevable dans l'histoire de cet homme et de ce peuple. La foi seule peut faire croire à tant de prodiges, et fair e repecter ce mélange inouï d'ignorance et de lumières, de luxe et de simplicité, de verlus et d'inhumanité, d'obéissance et de révolte, de religion et d'impiété.

Mais ce que tout homme, étranger même à notre culte, ne peut s'empêcher d'admirer, c'est l'étendue des connaissances de Moïse, l'audace de son entreprise , la constance de son caractère, la fermeté de son courage, l'habileté avec laquelle il

l'Écriture rapporte

sut relever des esclaves dégradés , aguerrir un peuple asservi, discipliner des tribus sauvages , proportionner les lois aux temps et aux moeurs, ressusciter le courage par des promesses , apaiser la révolte par des châtimens, former et civiliser une nation dans un désert , partager d'avance un pays qu'il n'avait pas conquis , et lier tellement les lois aux moeurs, et la terre au ciel, que l'homme , surveillé depuis le berceau jusqu'à la tombe, dans toutes ses actions , dans tous ses usages, dans toutes ses volontés, par des préceptes qui règlent tout , n'avait presque plus de choix à faire, de décisions à prendre, de conseils à demander, puisque tout était d'avance réglé pour lui, depuis les devoirs les plus élevés de son âme, jusqu'aux soins les plus minutieux de sa conduite, de sa famille, de ses propriétés, de son commerce, de sa nourriture et de son vêtement.

Aussi les lois de Moïse, devenues pour les Hébreux religion, sentiment, moeurs et habitudes, se sont tellement gravées dans l'âme , dans le cour, dans l'imagination, et l'on peut presque dire dans la chair de ce peuple, que la prospérité, le malheur, la dispersion, les outrages, les violences , et trente siècles n'ont pu en détruire ni même en affaiblir l'impression.

wwwwwwwwwww

« PreviousContinue »